REBLOG

USA : La douleur financière du COVID est « bien pire » que prévue, selon une étude d’Harvard / Situation Apocalyptique à Broadway: Plus de 78% des magasins sont inoccupés !

Les nouvelles conclusions d’une enquête de la Fondation Robert Wood Johnson et de l’École de santé publique T.H. Chan de Harvard, publiées mercredi par NPR News, révèlent que les ménages minoritaires à faible revenu ont connu le plus de difficultés financières dans la récession induite par le virus.

La pandémie a fortement touché les ménages noirs et latinos dans les quatre plus grandes villes américaines (New York, Los Angeles, Chicago et Houston), avec des pertes d’emplois massives, une réduction des salaires horaires ou une diminution des heures de travail.

L’enquête, menée du 1er juillet au 3 août, a révélé que les ménages latinos (77 %) et les ménages noirs (81 %) de la région métropolitaine de Houston ont connu de « graves » problèmes financiers.

Houston

Comme pour les trois autres grandes villes, l’enquête a montré que 73 % des Latinos de New York ont connu de graves difficultés financières, 71 % des Latinos de Los Angeles et 63 % de Chicago. Les ménages noirs de New York (62 %), Los Angeles (52 %) et Chicago (69 %) ont également fait état de graves difficultés financières en raison de la récession.

New York

Los Angeles

Chicago

L’enquête a révélé qu’une majorité de ménages issus des minorités à faible revenu ont vu leurs économies réduites à néant, ce qui est similaire à notre récent rapport détaillant comment des dizaines de millions d’Américains ont dilapidé leurs économies pour les situations urgentes cette année.

Au niveau national, les ménages blancs et ceux qui ont des revenus supérieurs à 100 000 dollars ont échappé à une grande partie de la détresse financière. Mais pour les minorités à faible revenu, qui ont pour la plupart survécu grâce à des transferts directs du gouvernement (c’est-à-dire des chèques de relance), l’épuisement des chèques a provoqué davantage de stress financier à l’approche de l’élection présidentielle de novembre.

« Avant même l’expiration des programmes fédéraux de soutien relatifs au coronavirus, nous trouvons des millions de personnes qui ont de graves problèmes financiers », a déclaré Robert Blendon, co-directeur du sondage et directeur exécutif du programme de recherche sur l’opinion publique à la Harvard Chan School. « Et cela va s’aggraver car les personnes que nous avons interrogées et qui gagnent moins de 100 000 dollars par an n’ont aucun recours ».

M. Blendon a déclaré que la récession a produit des dommages économiques considérables parmi les ménages minoritaires à faible revenu.

Il a mis en garde : « C’est bien, bien, bien pire que ce que j’aurais prédit. »

« C’est ce à quoi je m’attendrais sans une loi sur l’aide d’urgence nationale », a déclaré M. Blendon. « Nous avions un projet de loi d’aide de 2 000 milliards de dollars pour soulever les gens et mettre un oreiller en dessous d’eux. Mais cela n’aide pas autant de personnes que nous l’avions prévu. »

Si les lecteurs ont compté, la dangereuse falaise budgétaire est amorcée aux États-Unis depuis 39 jours, une falaise où des dizaines de millions d’Américains ne reçoivent plus de chèques de relance hebdomadaires de 600 dollars.

La reprise économique étant au point mort et le marché du travail se détériorant, une grande partie de la détresse financière, due à la pandémie du virus, a été exercée sur les travailleurs pauvres.

Ce n’est qu’une mauvaise nouvelle de plus pour une économie qui repose à 70 % sur la consommation…

Source : La douleur financière du COVID est « bien pire » que prévue, selon une étude d’Harvard

Si la hausse des impôts, les émeutes incessantes sans aucune loi ou ordre public, et le fait de se retrouver au milieu d’une pandémie mondiale ne suffisaient pas à vous faire quitter New York, peut-être qu’en voyant l’état apocalyptique et dramatique dans lequel se trouve actuellement le fameux et emblématique quartier de Broadway, vous poussera à le faire. Un nouveau rapport étonnant montre que plus de 300 vitrines de magasins sont maintenant vacantes dans tout le quartier de Broadway. Cela représente une augmentation de 78% par rapport à il y a trois ans. Plus de 33% des ces magasins inoccupés étaient situés entre la 14ième et la 59ième rue au cœur de Mahanttan.

Le comptage a été réalisé par la présidente de l’arrondissement de Mahattan, Gale Brewer, et son personnel à la fin du mois d’août en parcourant 21 km, et 244 pâtés de maisons, selon le Wall Street Journal. Son personnel a pu compter qu’il y avait 39 vitrines de magasins vides entre la 96ième et la 125ième rue, 66 emplacements inoccupés entre la 59ième et la 96ième rue et 43 autres magasins inoccupés vers le bas de la 14ième rue. 42 magasins étaient barricadés – même si certains restaient ouverts. Brewer a fait ce commentaire: « Le loyer est si élevé, en particulier à Broadway à Manhattan, qu’il est parfois très difficile pour les petits magasins de s’en sortir. A ce stade, avec les rideaux baissées et parfois le contreplaqué sur toute la devanture du magasin, vous ne savez même pas si tel ou tel autre magasin est loué. » Voici ce que Marilyn Jacques, grossiste en dentelles et tulle importé de France, qui a une entreprise à l’extérieur de Broadway près de la West 36ième rue, a déclaré : « Ce n’est pas seulement à Broadway que l’on voit cela, c’est aussi le cas dans toutes les petites rues perpendiculaires. Le commerce de détail est en très mauvaise posture, nous le savons tous. Mais maintenant, lorsque vous travaillez à domicile, vous n’avez plus besoin de 25 paires de leggings ». Elle a comparé l’état actuel de Broadway à celui où elle a lancé son entreprise en 1980. « A l’heure du déjeuner, vous ne pouviez pas marcher sur le trottoir, c’était plein de monde. Les rues latérales étaient remplies de vendeurs avec des portants de vêtements, qui ne cessaient de crier : « Chaud devant, chaud devant… »

Rappelez-vous, nous avons posté une vidéo à la mi-août d’un New York proche de la dystopie, où une personne conduisait sa voiture à travers la 5ième Avenue complètement déserte, avec pratiquement tous les magasins haut de gamme de la régions qui étaient barricadés et souvent fermés. Il n’y a presque personne dans ces rues qui d’habitude, sont extrêmement fréquentées. « Regardez tout autour de vous. Tout est barricadé. Même les hôtels, complètement barricadés. » dit le narrateur qui manifestement en a par-dessus la tête de voir cette ville dans cet état. Il continue : « Vous voyez Mahattan, eh bien tout est comme ça ! Vous avez déjà vu Mahattan comme ça ? Je ne pense pas que les médias mainstream vont montrer ça… » « Tout est barricadé. Ils ne veulent surtout pas vous montrer tout ça, car ils ont peur. Rendez-vous compte, la 5ième Avenue… – barricadés sur toutes les façades. Ils ont même installé des barbelés. Partout, vous pouvez voir des planches en bois, les fenêtres ont disparu. Franchement regardez la ville de New York ! Que s’est-il passé ? » a-t-il dit. La vidéo dure plus de 2 minutes et montre des dizaines d’entreprises fermées. Vous pouvez la visionner ici : La vidéo a été publiée à l’origine en réponse à un autre tweet qui semble raconter tous les biens faits en termes de développement urbain de la part du Maire de New York, De Blasio.

Finalement, qu’il s’agisse de Broadway ou du Garment District (quartier des vêtements), la situation est quasi identique.

La fabrication dans le district du vêtement ralentit depuis 60 ans et, avant le Covid, seuls 4% des emplois du district étaient même dans l’industrie selon Barbara A. Blair, présidente de l’association à but non lucratif Garment District Alliance. Au lieu de cela, de nombreux emplois sont maintenant dans les services, la technologie et les médias.

Blair a déclaré: « Les restaurants se débrouillaient très bien avec les happy hours la nuit, à tel point qu’ils étaient souvent bondés et qu’il était presque impossible d’y entrer parfois. »

Mais tout cela s’est arrêté brutalement. Comme nous l’avons récemment noté, les repas à l’intérieur sont toujours interdits dans la ville et le maire DeBlassio a même fait remarquer qu’il se pourrait que la situation ne revienne pas à la normale avant l’été 2021.

Source: zerohedge

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :