REBLOG

Climat : D’anciennes maladies libérées par la fonte rapide du pergélisol menacent l’Europe

“Un autre” scientifique a mis en garde contre les anciennes maladies libérées par la fonte du pergélisol dans le cercle arctique et les dommages potentiels qui pourraient en résulter. Vladimir Romanovsky, de l’université d’Alaska, a ajouté à la liste des scientifiques qui avertissent que le changement climatique va provoquer une résurgence des maladies anciennes la variole, le virus zika et la dengue, car les conditions dans l’hémisphère nord se réchauffent et offrent des habitats de plus en plus habitables au moustique de la fièvre jaune qui propage toutes ces maladies. Les anciennes maladies libérées par la fonte du permafrost pourraient provoquer de nouvelles pandémies.

L’accélération de la fonte du pergélisol arctique est bien documentée

Si vous avez été vigilant au cours de la dernière décennie, vous en avez peut-être déjà assez de lire les gros titres sur la menace de maladies anciennes que fait peser le changement climatique dans la région arctique de la planète. Par exemple, cet article de la BBC explique comment des bactéries et des virus longtemps dormants, piégés dans la glace et le permafrost depuis des siècles, reprennent vie à mesure que le climat de la Terre se réchauffe. Cet article de la BBC est paru peu après la publication par Scientific American, en août 2016, d’un article sur un incident survenu dans un coin reculé de la péninsule sibérienne de Yamal, au cours duquel vingt personnes ont été hospitalisées et un garçon de douze ans est mort après avoir été infecté par l’anthrax. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations unies, le permafrost dans l’hémisphère nord aura “une diminution de 25 % d’ici 2100”.

La toundra arctique fond fin juin dans le nord de la Russie et chaque année, la fonte commence plus tôt et s’étend davantage. (GRILLE-Arendal / CC SA-BY 2.0)

Selon Birgitta Evengard, de l’université suédoise d’Umea, “l’ignorance est un problème majeur”. La docteur a expliqué qu’en juillet 2020, une section de 77 kilomètres carrés de glace s’est détachée de la plateforme glaciaire Milne, qui, selon elle, était “la dernière plateforme glaciaire de l’Arctique canadien qui était totalement intacte”. Lorsque le pergélisol dégèle sous l’effet du réchauffement climatique, les microorganismes emprisonnés dans les particules de sol recommencent à se développer et sont libérés dans l’environnement.

Le réchauffement climatique est une voie à sens unique vers plus de maladies

Le professeur de génomique Jean-Michel Claverie, de l’université d’Aix-Marseille, a expliqué que les scientifiques ont maintenant été en mesure de faire revivre “d’anciens virus sibériens datant de plus de 30 000 ans” et il a également déclaré que ces micro-organismes avaient autrefois attaqué les Néandertaliens, les mammouths et d’autres populations anciennes. Le Dr Claverie prévient qu’il pourrait y avoir “une résurgence de l’anthrax, de la variole et de la grippe” qui ont été gelés dans le pergélisol pendant des centaines d’années, comme l’a montré la mort choquante de l’anthrax en 2016 citée plus haut.

En outre, le réchauffement climatique permettra également aux populations de moustiques de prospérer dans les régions septentrionales de l’Europe. Jeanne Fair, du laboratoire national de Los Alamos, a déclaré au Science Times que les moustiques sont désormais capables d’hiverner dans certaines régions tempérées et que l’espèce, Aedes aegypti, est porteuse de “dengue, zika, malaria et maladies de l’encéphalite équine de l’Est”.

Le moustique de la fièvre jaune, Aedes aegypti, aime votre sang et étend son territoire tout au long de l’année de plus en plus vers le nord à mesure que le réchauffement climatique s’intensifie. (James Gathany / Domaine public )

Une autre menace liée à la fonte du pergélisol s’est produite en juillet 2014, lorsque des images ont circulé dans les médias d’un énorme cratère apparu dans la toundra sibérienne, soupçonné d’être une accumulation souterraine de gaz méthane libéré lors du dégel du pergélisol. La climatologue Sue Natali du Woods Hole Research Center a déclaré : “Ce n’est pas quelque chose dont parlent les scientifiques de l’Arctique, de voir la terre exploser à cause d’une accumulation de méthane sous le sol, et cela me surprend encore maintenant.

L’ignorance n’est pas un bonheur lorsque d’anciennes maladies réapparaissent

Deux jours après l’apparition du cratère de méthane sibérien en 2014, mon agent a été contacté par History Channel . Et deux semaines plus tard, j’étais en réunion de production à Los Angeles pour monter une nouvelle émission scientifique sur les effets prévus du changement climatique et sur la manière dont il pourrait affecter les populations humaines par le biais de la migration de masse et de la “libération d’anciennes maladies”. Pour cette émission, j’ai interviewé le Dr Alan Robock, un climatologue très respecté qui étudie les avantages et les risques potentiels de la géo-ingénierie et qui est un expert mondial des effets climatiques de la guerre nucléaire, des éruptions volcaniques et de l’humidité du sol. Pour ajouter à son autorité, il a été membre d’équipes scientifiques qui ont remporté le prix Nobel de la paix. J’ai eu le privilège de le voir m’informer sur certains aspects des effets du changement climatique.

Dans le cadre de l’enquête, l’équipe de production et moi-même avons mis sur pied une expérience scientifique dangereuse dans le désert californien de la mer de Salton, à laquelle ont participé 100 membres de l’équipe de tournage, deux voitures de pompiers, une ambulance et une équipe de cascadeurs. Ensemble, nous avons monté une boîte en bois représentant une section de pergélisol et l’avons remplie de deux tonnes de terre, que nous avons congelée avec de l’azote liquide avant de pomper 9 kg de méthane dans le sol gelé. Ensuite, “Action” et BOOM. Cette explosion a envoyé des ondes de choc à travers le désert en utilisant seulement 9 kg de méthane. Les climatologues ont estimé que le dégel du pergélisol dans tout l’Arctique pourrait libérer de 300 à 600 millions de tonnes de carbone net par an dans l’atmosphère, selon la NOAA.

Depuis 2014, année où j’ai personnellement assisté à la reconstitution d’un événement lié au changement climatique, j’ai été attristé de constater que si peu de choses sont faites pour empêcher l’escalade de telles explosions. Et aujourd’hui, je suis tout aussi préoccupé par le fait qu’un décès en 2014 dû à un ancien virus de l’anthrax n’a eu pratiquement aucun effet sur notre mode de vie, ou sur ce que nous faisons pour lutter contre la libération de ces tueurs microbiens autrefois congelés.

Avec si peu d’efforts, un jour, très bientôt, ces anciennes spores pourraient être éjectées dans le ciel de l’hémisphère nord. Et lorsqu’elles dériveront vers le sud et s’installeront en Europe, le bilan des morts fera passer le Covid-19 pour un mauvais rhume. Si nous nous efforçons de créer un vaccin contre un virus vieux de deux ans, quelles sont les chances de réussite d’une souche d’anthrax vieille de 30 000 ans ?

Source : D’anciennes maladies libérées par la fonte rapide du pergélisol menacent l’Europe

Catégories :REBLOG

1 réponse »

  1. On attend encore Ségo La Pintade alias L’ex-« Ambassadrice des Pôles » alias « La Reine des Neiges » sur ce sujet grave….
    Sujet sans doute trop complexe pourqu’elle ai ne serait ce qu’une seule seconde daigné s’en préoccuper et sans doute pas assez rentable pour elle ….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s