REBLOG

Glenn Greenwald explique pourquoi les médias traditionnels ignorent le procès d’Assange

Le célèbre journaliste Glenn Greenwald a une fois de plus suscité un débat intense au sein de la gauche en refusant de se conformer à un quelconque niveau de pensée de groupe.

Vendredi, il s’est penché sur le procès d’extradition en cours de Julian Assange à Londres, expliquant pourquoi les principaux médias américains semblent avoir écarté Assange de leur radar, malgré les révélations de WikiLeaks, qui a travaillé en étroite collaboration avec lui pour corroborer sa couverture médiatique.

Greenwald a commencé par un tweet reconnaissant que le sort d’Assange, qui inclut la possibilité d’être extradé vers les États-Unis où il risque une certaine vie en prison, a reçu « peu d’attention médiatique » en fin de compte parce qu’il n’a pas un angle partisan facile.

« Mais une autre raison est que de nombreux libéraux pensent que leurs adversaires politiques méritent d’être en prison », a déclaré Greenwald, en passant à l’offensive.

Et c’est là que le plus célèbre des journalistes fondateurs de The Intercept a commencé à s’en prendre à l’exagération des libéraux sur ce que représente Trump et sur la façon dont il est arrivé au pouvoir :

« Si vous partez du principe que Trump est un dictateur fasciste qui a amené la tyrannie nazie aux États-Unis, il n’est pas si irrationnel de croire que quiconque a contribué à l’accession de Trump au pouvoir (c’est ainsi qu’ils voient Assange) mérite d’être emprisonné, d’où le peu d’intérêt qu’on lui porte », a déclaré Greenwald.

Greenwald dit essentiellement que « non, Trump n’est pas un nazi » – et cette croyance erronée ne fera qu’aggraver les erreurs lorsqu’il s’agira d’autres questions urgentes telles que le sort d’Assange.

Greenwald a déjà abordé les « arguments autoritaires » selon lesquels le fondateur de WikiLeaks ne mérite pas de protection journalistique.

Au début de ce mois, le président Trump a choqué de nombreux responsables de la sécurité nationale en suggérant qu’il pourrait être disposé à gracier Edward Snowden.

Si l’affaire Assange constituerait sans aucun doute un obstacle beaucoup plus important pour Trump en ce qui concerne le retour en force de l’« État profond » qui ne manquerait pas de suivre toute considération similaire, il reste une possibilité, en particulier si Trump reprenait la Maison Blanche après novembre.

Source : Glenn Greenwald explique pourquoi les médias traditionnels ignorent le procès d’Assange

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s