REBLOG

USA : Un coup d’État militaire fera-t-il basculer les élections de novembre, Donald Trump, et la République elle-même ?(Matthew Ehret)

Un coup d’État militaire fera-t-il basculer les élections de novembre, Donald Trump, et la République elle-même ?

Le 20 mars, j’ai publié un article intitulé Pourquoi supposer qu’il y aura des élections en 2020 ? dans lequel j’exposais la menace existentielle d’un nouveau coup d’État militaire de Wall Street qui non seulement rendrait les élections obsolètes, mais imposerait un nouvel enfer fasciste aux États-Unis et au monde.

Dans cet article, j’ai évoqué l’importance de la décision stratégique du général Smedley Butler de dévoiler le complot de Wall Street visant à renverser le président nouvellement élu Franklin Roosevelt (FDR) qui était en pleine guerre à la fois contre Wall Street et la City de Londres, et du chaos que ces financiers ont créé pendant la grande dépression. Le témoignage de Butler au Congrès a mis en lumière ces créatures de l’ombre et a donné à FDR le répit et le soutien du public dont elle avait besoin pour faire la guerre à l’État profond des États-Unis tout en encourageant une guérison audacieuse de la nation dans le cadre du New Deal.

Cet article a été suivi d’une série le 3 avril intitulée Debout au bord du précipice de la loi martiale, qui présentait en profondeur l’histoire des batailles de John F Kennedy avec le Complexe industriel militaire et l’État profond dirigé par Londres, ainsi que la façon dont JFK a travaillé en étroite collaboration avec le réalisateur John Frankenheimer pour exposer ces intrigues au peuple américain en transformant le livre 7 Days in May en un film (malheureusement sorti seulement après que d’autres moyens aient été trouvés pour destituer le président). Cet article traitait également des divers « scénarios de planification » affiliés au Project for the New American Century (PNAC), qui se sont déroulés plus d’un an avant le 11 septembre 2001 et qui ont jeté les bases d’un nouveau type de coup d’État aux États-Unis avec les protocoles de continuité du gouvernement de Cheney, la vaste expansion des infrastructures de guerre biologique dans le cadre du Bio-Shield Act, les guerres de changement de régime à l’étranger et les mesures de police d’État aux États-Unis mêmes.

Le facteur Trump

Après des années de profonde infiltration de l’État américain depuis le meurtre de JFK, un surprenant président nationaliste de type « dark horse » s’est retrouvé dans le bureau ovale sous la forme de Donald Trump et à deux mois seulement des élections de 2020, la menace d’un nouveau coup d’État militaire organisé par les financiers internationaux est plus forte que jamais.

Lors de sa conférence de presse de la Fête du travail, Trump, qui s’est distingué comme le premier président depuis Eisenhower à dénoncer le « complexe militaro-industriel », a lancé le gant en disant

« Biden … a envoyé notre jeunesse se battre dans ces folles guerres sans fin. C’est l’une des raisons pour lesquelles les militaires – je ne dis pas que les militaires sont amoureux de moi ; les soldats le sont. Les hauts responsables du Pentagone ne le sont probablement pas parce qu’ils ne veulent rien faire d’autre que de faire la guerre pour que toutes ces merveilleuses compagnies qui fabriquent les bombes et les avions et qui font tout le reste restent heureuses. Mais nous sortons de ces guerres sans fin…. Et j’ai dit : ‘C’est bien. Ramenons nos soldats à la maison. Certaines personnes n’aiment pas rentrer à la maison. D’autres aiment continuer à dépenser de l’argent’. Une trahison mondialiste sans pitié après l’autre, et c’est ce que c’était ».

Cette déclaration doit être considérée à la fois comme un appel à la mobilisation des patriotes pour qu’ils utilisent ce qui est peut-être leur dernière chance de sauver la république qui s’effondre et d’éviter la troisième guerre mondiale.

Le 5 septembre, le colonel Richard Black (ancien sénateur d’État et juge-avocat) a fait une présentation lors d’un séminaire de l’Institut Schiller où le colonel a mis en garde contre le schéma interconnecté de déclarations d’anciens hauts responsables militaires appelant ouvertement à un coup d’État militaire (lieutenants-colonels Paul Yingling et John Nagl le 11 août) ou célébrant les foules anarchistes menaçant de déchirer la république. Pour ce dernier groupe, le colonel Black a nommé l’ancien secrétaire à la défense James Mattis, Colin Powell et le colonel John Allen, qui ont tous remis en question l’autorité du président et affirmé leur conviction que Trump ne quitterait pas volontairement la Maison-Blanche en janvier 2021. La source réelle de ces préoccupations ne provient cependant d’aucune preuve réelle obtenue de la réalité, mais en fait elle est née des « jeux de guerre du scénario du chaos de novembre » avancés par des groupes de réflexion affiliés à Soros/Clinton/Neocon comme le Transition Integrity Project (TIP) qui a organisé des « jeux de guerre » de type « fictif » du scénario de l’Event 201.

Dans l’un des scénarios du TIP de juin, Trump remporte le vote populaire de novembre par une victoire écrasante, mais en raison de la lenteur de l’arrivée des bulletins de vote par correspondance, il est bientôt révélé que Biden est le vainqueur, Trump verrouillant soi-disant les portes de la Maison Blanche en refusant de partir. Dans le « jeu » du TIP, Biden était joué par nul autre que John Podesta. Ces scénarios ont été rejoués plus récemment par un groupe lié au DNC, financé par Michael Bloomberg, qui a été couvert par Axios, avec une version plus détaillée de ce modèle informatique appelée « Mirage rouge ».

Avertissement d’un coup d’État militaire, a déclaré le colonel Black :

« La diffusion coordonnée de remarques cinglantes par de hauts fonctionnaires, associée à la publication d’une lettre préconisant un coup d’État militaire, laisse supposer une profonde maladie au sein du Pentagone et de notre structure constitutionnelle ».

Comme l’a rapporté RT, entre 2008 et 2018, 380 hauts fonctionnaires du Pentagone ont été engagés par des entrepreneurs de la défense, dont 25 généraux, 9 amiraux, 43 lieutenants généraux et 23 vice-amiraux… ce qui ne fournit qu’un échantillon du potentiel de trahison qui prévaut au sein de la structure constitutionnelle malade.

D’autres opérations affiliées à Soros ont été lancées sur plusieurs fronts pour assurer une instabilité maximale avant les élections. Au-delà des opérations anarchiques évidentes dans les rues des États-Unis, un groupe anarchiste financé par Soros et basé au Canada, le Collectif Adbusters/Blackspot, qui revendique le mérite d’avoir coordonné l’occupation de Wall Street en 2010, a lancé une offensive de 60 jours « assiéger la Maison Blanche » à partir du 17 septembre. Le caractère britanno-canadien de cette loi représente une longue tradition d’opérations anti-américaines qui remonte au complot d’Aaron Burr sur la « sécession du Nord » avec le Canada en 1804, aux assassinats d’Abraham Lincoln et de John Kennedy à Montréal, pour n’en citer que quelques-uns.

Comme l’a souligné Whitney Webb dans son excellente évaluation de cette opération :

« Parmi les autres membres connus du TIP figurent David Frum (the Atlantic), William Kristol (Project for a New American Century, The Bulwark), Max Boot (le Washington Post), Donna Brazile (ex-DNC), John Podesta (ancien directeur de campagne – Clinton 2016), Chuck Hagel (ancien secrétaire à la défense), Reed Galen (co-fondateur du Lincoln Project) et Norm Ornstein (American Enterprise Institute) ».

Comme l’explique Mme Webb dans son article et comme je l’ai expliqué dans mon article d’avril 2020 intitulé « Debout au bord du précipice de la loi martiale », les nouveaux protocoles de « continuité du gouvernement » créés en février pour faire face à l’inévitable effondrement des mécanismes de gouvernance américains dans le cadre de la pandémie du COVID sont toujours en vigueur. Une chaîne de commandement parallèle sous la houlette du général Terrance O’Shaughnessy (à la tête du NORTHCOM et du NORAD) a été mise en place et les membres de ce gouvernement parallèle attendent le moment de se présenter dans des bunkers situés à 650 mètres sous une montagne à Cheyenne, Colorado, pour « attendre la fin de la crise COVID-19 ».

Les traîtres liés au complexe militaro-industriel et les autres idéologues unipolaires OTAN-philes parmi les militaires ont sans aucun doute envie d’agir, et à moins que des manœuvres extraordinairement créatives et rapides puissent être accomplies par Trump et ses alliés de confiance (qui sont peu nombreux et lointains) en tandem avec ses alliés potentiels au sein de l’Alliance multipolaire, alors tout espoir pour la république, et plus largement pour l’évitement de la guerre mondiale, pourrait être perdu.

Traduction de The Strategic Culture Foundation par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s