REBLOG

Pour en finir avec le « diktat de Paris », Marseille va se doter de son propre Conseil scientifique avec Didier Raoult

Pour en finir avec le « diktat de Paris », Marseille va se doter de son propre Conseil scientifique avec Didier Raoult

PAR JADE · 5 OCTOBRE 2020

La mesure a été adoptée par le conseil municipal de la ville, lundi 5 octobre.

Après avoir claqué la porte du Conseil scientifique mis en place à l’échelle nationale par Emmanuel Macron, Didier Raoult va en intégrer un autre, local, celui-ci, à Marseille, explique notamment LCI.

Se défaire d’un « diktat de Paris »

L’objectif de cette entité sera de « dire (elle-même) ce qui va et ce qui ne va pas » et ne « plus dépendre de certains scientifiques parisiens », selon ce qu’a indiqué la deuxième adjointe à la mairie de la ville, Samia Ghali, lors du conseil municipal. Et d’ajouter, sur Twitter : « Le 1er adjoint Benoît Payan vient d’approuver, sur ma proposition en conseil municipal, la création d’un conseil scientifique de la Ville. Cet outil nous sera utile pour le Covid et demain pour gérer au mieux les problèmes de santé publique ».

« L’État s’est servi de la fermeture des bars et restaurants pour masquer le manque de moyens à l’hôpital public », aurait aussi jugé l’élue lors du conseil municipal, selon La Provence. Sur BFM TV, Samia Ghali a réaffirmé sa volonté de « ne plus avoir un diktat de Paris » et indiqué« être en préparation et faire nous-mêmes des propositions à Paris ». Elle a également cinglé, à l’adresse des autorités nationales, situées dans la capitale : « On a affaire à des gens à Paris (…) qui sont dans leurs bureaux et qui décident (pour) Marseille sans savoir exactement ce qu’il se passe ».

Didier Raoult, « un grand chercheur »

Concernant la présence de Didier Raoult au sein de ce Conseil scientifique, la deuxième adjointe à la mairie de Marseille a répondu : « C’est sûr qu’il le sera, je ne peux pas imaginer qu’il ne soit pas là », alors que le médecin est, selon Samia Ghali, « un grand chercheur » qui « mérite le respect de tous ».

Valeurs Actuelles

La décision de la mairie de Marseille de se doter d’un organisme similaire au niveau municipal met en lumière les critiques dont est l’objet le conseil scientifique depuis le début de la crise sanitaire. Quel rôle a-t-il joué jusqu’à présent ?

L’ancienne candidate aux municipales et deuxième adjointe à la mairie de Marseille, Samia Ghali, a lancé un pavé dans la mare ce 5 octobre en annonçant la prochaine création d’un conseil scientifique propre à sa ville.

L’idée de l’élue est simple, permettre à la municipalité de « gérer au mieux les problèmes de santé publique », sans avoir à se plier aux décisions prises à Paris. Il faut dire que les dernières mesures restrictives anti-coronavirus, dont la fermeture des bars et restaurants dans la citée phocéenne, ont été vécues comme une véritable « punition collective » par les responsables marseillais.

Si cette annonce entérine la guerre ouverte entre Paris et Marseille sur la gestion de la crise sanitaire, le conflit ne date pas d’hier. Et le conseil scientifique s’y trouve au cœur. Installé en mars par le ministre de la Santé Olivier Véran pour assister l’exécutif dans la gestion de l’épidémie, le conseil scientifique multiplie depuis les recommandations. Celles-ci n’ont pas de pouvoir contraignant, mais le gouvernement s’appuie largement dessus pour prendre ses décisions.

Ainsi, c’est ce conseil qui a incité le gouvernement à maintenir les élections municipales. C’est ce même conseil qui a été sollicité peu avant l’allocution d’Emmanuel Macron pour la tenue du second tour. C’est encore lui qui a orienté le gouvernement vers la voie du confinement. La fermeture des écoles ? Ne pas contrôler les frontières ? Toujours le conseil scientifique. C’est également lui qui avait recommandé que le port du masque devienne « systématique » dans tous les lieux publics, dès le 20 avril. En somme, l’immense majorité des mesures contraignantes décidées par l’exécutif ont été approuvées par cet organe d’experts.

Raoult : « Rien de fiable scientifiquement là-dedans »

Présidé par le professeur Jean François Delfraissy, le conseil scientifique était constitué à sa création de 10 autres experts venant « de champs disciplinaires complémentaires », selon le ministère de la Santé. En effet, outre des spécialistes des maladies infectieuses tels que l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, le virologue Bruno Lina ou encore l’infectiologue Denis Malvy, le conseil compte également… une anthropologue, en la personne de Laetitia Atlani Duault, un sociologue, Daniel Benamouzig et un modélisateur, Simon Cauchemez.

Voilà peut-être ce qui a poussé le plus médiatique de ses membres, le professeur Didier Raoult, à en claquer la porte avec fracas en mars dernier. Depuis, il a évoqué son départ à plusieurs reprises. Et c’est peu de dire que l’épidémiologiste ne porte pas dans son cœur l’organisme qui murmure à l’oreille du gouvernement.

« Ce n’est pas un conseil scientifique ! », avait-il ainsi déclaré devant une commission d’enquête parlementaire en juin, considérant que ce n’était ni à lui, ni aux autres membres de décider s’il fallait confiner ou non la population, ou encore prôner le port du masque dans l’espace public. Celui qui affirme être un « homme de données » aurait en effet préféré se concentrer sur la recherche d’un traitement avec ses compères, plutôt que sur des décisions régaliennes.

D’autant que selon lui, la méthode dans la prise de décision est très discutable, comme il l’avait confié à Paris Match : « On ne peut pas mener une guerre avec des gens consensuels. Le consensus, c’est Pétain. Insupportable. On ne peut pas décider de cette manière. Ces personnes ne savaient pas de quoi elles parlaient ! Et chacun poussait ses billes en avant. Il fallait faire plaisir, représenter l’Institut Pasteur, l’Inserm, etc. Il n’y a rien de fiable scientifiquement là-dedans. »

Sous-entendant par ailleurs l’existence de conflits d’intérêts « au sein du Conseil scientifique ou dans la périphérie », le professeur Didier Raoult avait vivement fait réagir l’organisme, dont des membres avaient dénoncé dans un courrier adressé à l’Assemblée des propos « infamants et dépourvus de fondements » et qui relevaient, selon eux, de la « calomnie ».

En continuant de s’appuyer sur ses recommandations, notamment pour les dernières mesures restrictives qui ont tant fait parler à Marseille, le gouvernement a en tout cas tranché entre le conseil scientifique et son dissident Didier Raoult. De quoi pousser ce dernier à accepter un rôle dans le futur conseil scientifique de Marseille voulu par la mairie ?

Source : RT France

Covid-19 : le conseil scientifique, au cœur du conflit entre Paris et Marseille ?

Pour en finir avec le « diktat de Paris », Marseille va se doter de son propre Conseil scientifique avec Didier Raoult

Catégories :REBLOG

Tagué:

5 réponses »

  1. Hum Hum … tien il y a quelqu’un qui parlais de ‘ partition du territoire ‘ …. un mec avec un nom de pays ou pousse des fleurs ….. ca y est , j’ai l’impression que ca commence … comment va réagir le ‘ monarque ‘ ??? …. envoyer l’armée ??? …. si chaque ville ou région décide de gérer elle même la ‘ pantalonnade -pandémie ‘ on va revenir au bon vieux temps des duchés et autres marquis .
    Super, retour aux langues régionales, au danses, plats cuisinées …. ect…. donc avant la ‘ dictature républicaine de 1789 ‘ fini la ‘ mondialisation heureuse ‘ …. une Europe des régions,bon je rêve …

    J'aime

      • HA mais bien sur pleins de jolie Kalifa…. un turc (lyon)…. un algerien (marseille) …. un marocain (nice) ….. un tchétchéne ( dijon) ……ect…. elle est pas belle la France de demain …. toute ces différentes régions avec leurs langues … merci qui ??? …. merci patrons, politiques, financiers, journalistes …. et sans oublier les plus grands …. les francais eux mêmes, aveugles, laches, nonbrillistes ….. ect …..

        J'aime

  2. Mais le gouvernement s’en fout complètement de ses soit disant errements , du conseil soit disant scientifique aussi,il obéit aux tenants d’un gouvernement mondial point final,il en est l’idiot utile a son insu de son plein gré ,tout le reste c’est de la chienlit et de la bouillie pour chat,pas la peine de gloser,c’est clair et limpide :il faut virer vie fait ces dangers publics par n’importe quel moyen

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s