REBLOG

Covid19-84 – L’OMS fait volte-face : Elle demande aux dirigeants mondiaux de ne plus recourir au confinement pour lutter contre le COVID/L’OMS vient-elle de confirmer (accidentellement) que le COVID n’est pas plus dangereux que la grippe ?

L’OMS fait volte-face : Elle demande aux dirigeants mondiaux de ne plus recourir au confinement pour lutter contre le COVID

PAR JADE · PUBLIÉ 11 OCTOBRE 2020 · MIS À JOUR 11 OCTOBRE 2020

Dans une réprimande stupéfiante à l’égard de la “science” et des “médecins”, des politiciens de la gauche et des bureaucrates carriéristes aux États-Unis et dans une grande partie de l’Occident, Evan Pentchoukov, de Epoch Times, rapporte que l’envoyé spécial de l’Organisation mondiale de la santé pour COVID-19 a exhorté les dirigeants mondiaux à cesser d’utiliser les confinements comme principale méthode de contrôle contre la propagation du virus du Parti communiste chinois (PCC), communément appelé le nouveau coronavirus.

“Nous, à l’Organisation mondiale de la santé, ne préconisons pas le confinement comme principal moyen de contrôle de ce virus”, a déclaré David Nabarro dans une interview diffusée le 8 octobre au quotidien The Spectator.

“La seule fois où nous pensons qu’un confinement est justifié, c’est pour vous permettre de gagner du temps pour vous réorganiser, vous regrouper, rééquilibrer vos ressources, protéger vos professionnels de santé qui sont épuisés, mais dans l’ensemble, nous préférons ne pas le faire”.

[Note : Combien de temps avant que cette vidéo soit retirée par Twitter ?]

M. Nabarro a souligné les dommages collatéraux que les fermetures ont dans le monde entier, en particulier parmi les populations les plus pauvres.

“Il suffit de voir ce qui est arrivé à l’industrie du tourisme, par exemple dans les Caraïbes ou dans le Pacifique, parce que les gens ne prennent pas leurs vacances. Regardez ce qui est arrivé aux petits exploitants agricoles dans le monde entier parce que leurs marchés ont été endommagés. Regardez ce qu’il advient des niveaux de pauvreté. Il semble que nous pourrions bien voir la pauvreté mondiale doubler d’ici l’année prochaine. Il semble que nous pourrions bien avoir au moins un doublement de la malnutrition infantile parce que les enfants ne reçoivent pas de repas à l’école et que leurs parents, dans les familles pauvres, ne peuvent pas se le permettre“, a déclaré M. Nabarro.

“Il s’agit en fait d’une terrible et épouvantable catastrophe mondiale”, a-t-il ajouté. “C’est pourquoi nous lançons un véritable appel à tous les dirigeants du monde : Cessez d’utiliser le confinement comme principale méthode de contrôle, développez de meilleurs systèmes pour le faire, travaillez ensemble et apprenez les uns des autres, mais souvenez-vous que les confinements ont une seule conséquence que vous ne devez jamais rabaisser, et qui est de rendre les pauvres beaucoup plus pauvres“.

Nabarro n’est pas le seul scientifique à s’opposer au confinement.

Un certain nombre de scientifiques et de praticiens de la médecine ou de la santé publique ont signé la Déclaration de Great Barrington, qui stipule que “les politiques de confinement actuelles produisent des effets dévastateurs sur la santé publique à court et à long terme”.

Parmi les signataires figurent : “Le Dr Martin Kulldorff, professeur de médecine à l’université de Harvard et biostatisticien, et épidémiologiste spécialisé dans la détection et la surveillance des épidémies de maladies infectieuses et dans l’évaluation de la sécurité des vaccins, le Dr. Sunetra Gupta, professeur à l’université d’Oxford, épidémiologiste spécialisé dans l’immunologie, le développement de vaccins et la modélisation mathématique des maladies infectieuses, et le Dr. Jay Bhattacharya, professeur à la faculté de médecine de l’université de Stanford, médecin, épidémiologiste, économiste de la santé et expert en politique de santé publique, spécialisé dans les maladies infectieuses et les populations vulnérables”.

“L’approche la plus compatissante qui équilibre les risques et les avantages d’atteindre l’immunité de troupeau, est de permettre à ceux qui ont un risque minimal de décès de vivre normalement leur vie pour développer une immunité au virus par une infection naturelle, tout en protégeant mieux ceux qui sont le plus à risque”, indique la déclaration.

À quelques exceptions près, les dirigeants mondiaux ont suivi les traces du régime communiste chinois en réagissant à l’apparition du virus, en imposant un confinement sans précédent. La Suède, qui n’a pas imposé de mesures de confinement, n’a pas connu de résultats négatifs par rapport à certains pays et certaines régions qui l’ont fait.

Aux États-Unis, le président Donald Trump a délégué les décisions relatives aux mesures de confinement aux gouverneurs des différents États, mais il a fait pression pour que l’économie soit rouverte et que les confinements soient levés.

Comme l’a récemment écrit William Anderson pour l’Institut Mises, les mesures de confinement ne servent que la classe politique progressiste…

Nous devons comprendre que les classes politiques et leurs médias ont un intérêt direct dans le statu quo du confinement, et cela inclut la fourniture régulière de ce que l’on ne peut appeler que de la désinformation. L’été dernier, les médias grand public ont rapporté de manière consciencieuse un rapport très douteux (j’utilise ce terme par charité) selon lequel le Sturgis Bike Rally dans le Dakota du Sud a provoqué plus d’un quart de million d’infections de la vérole et plus de 12 milliards de dollars de frais médicaux. Il aurait dû être évident à première vue que le rapport était profondément erroné, mais dans leur désir d’alimenter le récit “le-covid-nous-tue”, les journalistes ont pris ce récit trop bon pour être vrai et l’ont suivi.

Quant aux hommes politiques, la crise du covid a été une aubaine pour les exécutifs et les bureaucrates du gouvernement qui considèrent les restrictions constitutionnelles qui limitent leur autorité comme de simples obstacles à éliminer facilement. Des gouverneurs tels que Gretchen Whitmer du Michigan, Andrew Cuomo de New York, Gavin Newsom de Californie et Tom Wolfe de Pennsylvanie ont reçu une couverture médiatique élogieuse pour avoir saisi et utilisé des pouvoirs dictatoriaux, Whitmer ayant même décidé unilatéralement que la vente de semences de jardin dans les magasins était illégale. La décision de Cuomo de forcer l’hébergement des patients contaminés par le covid-19 dans des maisons de retraite a entraîné la mort de milliers de personnes, mais sa couverture médiatique nationale est uniformément positive.

Comparez la couverture médiatique positive de Cuomo avec le barrage d’attaques médiatiques contre la gouverneur Kristi Noem du Dakota du Sud. Noem a mis l’accent sur la responsabilité personnelle et n’a pas tenté de fermer massivement des écoles et des entreprises dans l’État, et les médias traditionnels ont éclaté avec fureur. Le fait que le Dakota du Sud ait relativement bien surmonté cette pandémie n’a pas d’importance pour les médias, car la seule action acceptable (pour les journalistes de la majorité et de l’élite) en réponse au covid est que les gouverneurs s’emparent seuls du pouvoir et enferment leurs citoyens.

Il faut garder à l’esprit que les pertes réelles subies par les Américains en raison de la réaction musclée du gouvernement à l’épidémie de covid sont permanentes. Comme Robert Higgs l’a si éloquemment souligné dans Crisis and Leviathan, les gouvernements créent souvent des crises ou, à tout le moins, ils manipulent des événements tels que les catastrophes naturelles et les utilisent comme des occasions d’étendre les pouvoirs gouvernementaux. Même après la fin des crises, les gouvernements conservent une partie des pouvoirs qu’ils se sont octroyés et la plupart des gens ne s’inquiètent guère, voire pas du tout, même lorsque le gouvernement a réduit une plus grande partie de leurs libertés.

Vraisemblablement, cela signifie que Joe Biden va maintenant faire pression pour que les mesures de confinement soient levées dans tous les États bleus ?.. parce qu’il “écoute les scientifiques” ?
 

Nous nous demandons combien de temps il faudra encore avant que l’OMS ne demande elle aussi la fin du port du masque ?

En fin de compte, comme l’a conclu Anderson, la seule façon pour la classe politique de “nous rendre sûrs” est que nous fassions le nécessaire pour nous rendre sûrs, ou aussi relativement sûrs que possible. Lorsqu’un virus est en train de se propager – comme c’est le cas la plupart du temps – nous faisons ce que nous pouvons pour l’éviter et faire ce que nous pouvons pour le traiter. En d’autres termes, nous faisons appel à la vraie science médicale, et non à ce que les classes politiques et les médias nous ont concocté.

L’OMS fait volte-face : Elle demande aux dirigeants mondiaux de ne plus recourir au confinement pour lutter contre le COVID

L’OMS vient-elle de confirmer (accidentellement) que le COVID n’est pas plus dangereux que la grippe ?

L’Organisation mondiale de la santé a finalement confirmé ce que nous (et de nombreux experts et études) disions depuis des mois : le coronavirus n’est pas plus mortel ou dangereux que la grippe saisonnière.

Les hauts responsables de l’OMS ont fait cette annonce lors d’une session spéciale du conseil exécutif de l’OMS, composé de 34 membres, le lundi 5 octobre, mais personne ne semble l’avoir vraiment bien comprise.

En fait, ils n’ont pas semblé la comprendre complètement eux-mêmes.

Lors de la session, le Dr Michael Ryan, responsable des urgences de l’OMS, a révélé qu’ils pensent qu’environ 10% du monde a été infecté par le SARS-Cov-2.

Il s’agit de leur “meilleure estimation”, et d’une augmentation énorme par rapport au nombre de cas officiellement reconnus (environ 35 millions).

La Dre Margaret Harris, porte-parole de l’OMS, a par la suite confirmé ce chiffre, déclarant qu’il était basé sur la moyenne des résultats de toutes les grandes études de séroprévalence réalisées dans le monde.

Même si l’OMS a tenté de présenter ce chiffre comme une mauvaise chose – le Dr Ryan a même déclaré que cela signifie que “la grande majorité du monde reste à risque”. – C’est en fait une bonne nouvelle. Et confirme, une fois de plus, que le virus n’est pas aussi mortel que tout le monde l’avait prédit.

La population mondiale est d’environ 7,8 milliards de personnes, si 10% ont été infectées, cela représente 780 millions de cas. Le bilan mondial des décès attribués aux infections du SARS-Cov-2 est actuellement de 1 061 539.

C’est un taux de mortalité lié à l’infection d’environ 0,14 %.

Ce chiffre correspond à celui de la grippe saisonnière et aux prévisions de nombreux experts du monde entier.

0,14 %, c’est plus de 24 fois moins que le “chiffre provisoire” de l’OMS de 3,4 % en mars dernier. Ce chiffre a été utilisé dans les modèles qui ont servi à justifier les fermetures et autres politiques draconiennes.

En fait, étant donné la surdéclaration des décès présumés dus au Covid, le taux de létalité par infection (IFR) est probablement encore plus bas que 0,14%, et pourrait montrer que le Covid est beaucoup moins dangereux que la grippe.

Aucune des grandes revues de presse n’a repris ce sujet. Bien que de nombreux médias aient rapporté les propos du Dr Ryan, ils ont tous tenté d’en faire un titre effrayant et de semer la panique.

Apparemment, ni eux, ni l’OMS n’ont été capables de faire le simple calcul qui nous montre que c’est une bonne nouvelle. Et que les sceptiques du Covid avaient raison depuis le début.

Traduction de Off-Guardian.org par Aube Digitale

L’OMS vient-elle de confirmer (accidentellement) que le COVID n’est pas plus dangereux que la grippe ?

Catégories :REBLOG

7 réponses »

  1. II- Quoi, qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?
    Ah, super cher Lupus ! vos masques sont à développer et à commercialiser en toutes urgences…
    Bravo !
    Nous sommes le 12 Octobre 2020.
    RAS, pour le moment.

    J'aime

  2. Il parait que si le virus reprend, c’est parce qu’on est indisciplinés à appliquer les mesures.
    Si c’est ça, pourquoi la Grèce, ce pays d’indisciplinés parmi les indisciplinés, s’en sort aussi bien ?

    J'aime

  3. Le Covid19 a les mêmes effets sur tous, mais quand on a suffisamment de lits (comme l’Allemagne) des tests des masques, et une bonne organisation on passe de de 3,4 morts par million à 115 ou quand on a rien par réduction des budgets en 20 ans, on arrive à 625 ou 488 morts par million comme les USA ou la France:
    https://ig.ft.com/coronavirus-chart/?areas=usa&areas=fra&areas=deu&areas=swe&areas=chn&areasRegional=usny&areasRegional=usca&areasRegional=usfl&areasRegional=ustx&byDate=0&cumulative=1&logScale=1&perMillion=1&values=deaths
    On évite des morts …

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s