Art de la guerre monétaire et économique

Fin du cash : La boucle est bouclée – La Banque du Japon se joint à la Fed et à la BCE pour préparer le déploiement de la monnaie numérique

La boucle est bouclée : La Banque du Japon se joint à la Fed et à la BCE pour préparer le déploiement de la monnaie numérique

PAR JADE · PUBLIÉ 12 OCTOBRE 2020 · MIS À JOUR 12 OCTOBRE 2020

D’abord la Fed, puis la BCE, et maintenant la Banque du Japon : les banques centrales du monde se préparent tranquillement à lâcher les monnaies numériques dans le dos d’une population qui ne se doute de rien, dans une ultime tentative de déclencher l’inflation et de mettre fin à l’orthodoxie monétaire actuelle qui n’a pas réussi à améliorer les conditions de vie des masses (mais surtout, qui n’a pas réussi à faire disparaître une montagne croissante de dette mondiale insurmontable).

Vendredi dernier, la Banque du Japon a rejoint la Fed et la BCE en déclarant qu’elle commencerait à expérimenter le fonctionnement de sa propre monnaie numérique, plutôt que de se limiter à la recherche conceptuelle comme elle l’a fait jusqu’à présent.

La digitalisation a progressé dans divers domaines, tant au Japon qu’à l’étranger, grâce au développement rapide des technologies de l’information et de la communication. Il est possible que la demande du public pour une banque centrale des monnaies numériques (CBDC) augmente à l’avenir, compte tenu du développement rapide de l’innovation technologique. Bien que la Banque du Japon n’ait actuellement aucun projet d’émission de la CBDC, du point de vue de la stabilité et de l’efficacité de l’ensemble des systèmes de paiement et de règlement, la Banque considère qu’il est important de se préparer soigneusement pour répondre de manière appropriée à l’évolution des circonstances.

La banque a expliqué qu’elle pourrait créer une CBDC à vocation générale si la circulation des espèces diminue “sensiblement” et que la monnaie numérique privée ne suffit pas à remplacer les fonctions des espèces, tout en promettant de fournir des espèces physiques tant qu’il y aura une demande publique

Cette initiative, comme le rapporte Reuters, est venue s’ajouter à l’annonce faite par un groupe de sept grandes banques centrales, dont la BOJ, sur ce qu’elles considèrent comme les caractéristiques essentielles d’une monnaie numérique de banque centrale (CBDC), telles que la résilience et un cadre juridique clair. Elle s’inscrit également dans le droit fil de l’accent mis par le nouveau Premier ministre japonais Yoshihide Suga sur la promotion de la digitalisation et de la réforme administrative afin de stimuler la compétitivité du pays.

Dans un rapport exposant son approche sur la CBDC, la Banque du Japon a déclaré qu’elle mènerait une première phase d’expériences sur les fonctions de base essentielles des CBDC, telles que l’émission et la distribution, au début de l’exercice financier commençant en avril 2021. Ces expériences feront partie des efforts de la BOJ pour examiner de plus près comment elle peut émettre des CBDC d’usage général, destinées à être largement utilisées par le grand public, y compris les entreprises et les ménages.

Naturellement, pour éviter de déclencher une panique face à la sortie du papier-monnaie – et donc d’inciter la population à le thésauriser – la Banque du Japon a déclaré que les CBDC “compléteront, et non remplaceront, les espèces et se concentreront sur la facilitation des systèmes de paiement et de règlement”. Cependant, la question de savoir comment il est “plus pratique” pour la banque centrale de pouvoir éteindre à distance et sans préavis n’importe quelle somme d’argent dans son portefeuille numérique reste un mystère.

Contrairement à la Fed, la Banque du Japon prévoit que les institutions financières et autres entités privées servent d’intermédiaires entre la banque centrale et les utilisateurs finaux, plutôt que de laisser les entreprises et les ménages détenir des dépôts directement auprès de la Banque du Japon.

“Bien que la Banque du Japon n’ait actuellement aucun projet d’émettre une CBDC … il est important de se préparer minutieusement pour répondre aux changements de circonstances”, indique le rapport.

Dans la deuxième phase d’expérimentation, la Banque de justice examinera la conception potentielle des CBDC, par exemple si elle devrait fixer une limite au montant émis et payer une rémunération sur les dépôts.

Dans la dernière étape avant l’émission, la Banque du Japon lancera un programme pilote impliquant des entreprises privées et des ménages.

La Banque du Japon a ajouté qu’il serait souhaitable que la CBDC soit utilisée non seulement pour les paiements nationaux mais aussi transfrontaliers, bref ne vous inquiétez pas, ce n’est qu’une expérience… mais une fois opérationnelle, elle prendra en charge l’ensemble du système monétaire existant.

Il est certain qu’avoir le contrôle total de l’ensemble du mécanisme de transmission monétaire, jusqu’à chaque quantité de monnaie en circulation, a été un rêve de banquier central. L’une des principales raisons des taux négatifs était que les banques obligent les consommateurs à retirer leur argent de la banque et à le dépenser, ce qui permettait d’augmenter la vitesse de circulation de l’argent. Hélas, les taux d’intérêt les plus bas de l’histoire ont simplement incité à épargner encore plus et à dépenser moins, ce qui a eu des conséquences catastrophiques pour les secteurs financiers partout où des taux négatifs ont été adoptés, comme au Japon et en Europe.

Jusqu’à présent, le Japon s’était montré prudent quant à une évolution trop rapide des monnaies numériques, compte tenu des perturbations sociales que cela pourrait provoquer dans un pays qui a la population la plus friande de liquidités au monde. Mais les progrès constants de la Chine vers l’émission de monnaie numérique ont incité le gouvernement à reconsidérer sa position, surtout si la Chine prend l’initiative de déclencher une nouvelle vague de relance une fois qu’elle aura converti toute sa population en monnaie numérique, et s’est engagée dans la plate-forme politique de cette année à examiner l’idée de plus près.

Bien entendu, la véritable raison qui motive la banque centrale à mettre en place d’urgence des monnaies numériques est simple et n’a rien à voir avec le fait de servir la population, d’accroître la facilité des transferts ou de renforcer la stabilité et l’efficacité des systèmes de paiement et de règlement. Elle a tout à voir avec un contrôle discret de l’inflation et avec la possibilité de créer une “monnaie hélicoptère” mondiale. C’est ainsi que Bill Campbell, le responsable du portefeuille de titres à revenu fixe de DoubleLine, l’a décrit dans sa dernière note à lire absolument “La boîte de Pandore des monnaies numériques de la Banque centrale”.

Avec l’Assouplissement Quantitatif (QE), les banques centrales ont imprimé des réserves excédentaires qui n’ont profité qu’aux très riches et grandes institutions. L’innovation d’un système de monnaie numérique tel que décrit par Mastercard pourrait stimuler directement les consommateurs. Un tel mécanisme pourrait ouvrir de véritables vannes de liquidité dans l’économie de consommation et accélérer le taux d’inflation. Alors que les banques centrales ont essayé sans succès d’augmenter l’inflation au cours de la dernière décennie, la tentation de mettre en place des CBDC pourrait être très forte parmi les décideurs politiques. Cependant, les CBDC ne se contenteraient pas d’injecter des liquidités dans l’économie, mais pourraient également accélérer la vitesse de circulation de la monnaie. Ce coup de poing pourrait entraîner une inflation bien plus importante que ce que les banquiers centraux négocient.

Lors de la mise en œuvre initiale de l’Assouplissement Quantitatif, les banques centrales ont promis que cette mesure serait temporaire et qu’elle serait dénouée après la fin de la crise, une promesse dont je doute depuis un certain temps. Les banques centrales, comme nous le savons, ont perpétué l’assouplissement quantitatif dans le cadre de la mise à jour de leurs politiques monétaires. La première utilisation des monnaies numériques dans la politique monétaire pourrait commencer à petite échelle car les décideurs politiques, par prudence, cherchent à calibrer cette expérience dans le cadre d’une relance quasi budgétaire. Cependant, cette première retenue pourrait faire place à une complaisance croissante et à une utilisation accrue de l’outil – comme nous l’avons vu avec l’Assouplissement Quantitatif. Les tentations des CBDC ne se limitent pas aux excès de la politique monétaire. Les CBDC semblent également être un mécanisme efficace pour contourner les prérogatives du gouvernement en matière de fiscalité, d’émission de dette et de dépenses afin de mettre en œuvre une politique quasi-budgétaire. Imaginez, par exemple, la facilité avec laquelle la théorie monétaire moderne peut être mise en œuvre par l’intermédiaire des CBDC. Avec les CBDC, les banques centrales disposeraient de la plomberie nécessaire pour délivrer directement une monnaie numérique sur les comptes bancaires des particuliers, prête à être dépensée par le biais de cartes de débit.

Permettez-moi de citer à nouveau l’avertissement de Charles I. Plosser en 2012 : “Une fois qu’une banque centrale se lance dans la politique budgétaire, il est probable qu’elle se trouve sous la pression croissante du secteur privé, des marchés financiers ou du gouvernement pour utiliser son bilan afin de se substituer à d’autres décisions budgétaires”. D’une simple pression sur le bouton numérique, les CBDC peuvent permettre aux décideurs politiques de répondre à ces demandes, ou de s’y plier, au risque de déclencher une conflagration inflationniste, d’abandonner le peu qui reste de la discipline budgétaire souveraine et qui sait quoi d’autre. J’espère que les dirigeants des banques centrales du monde entier aborderont cette nouvelle technologie financière avec une extrême prudence, en se gardant d’en abuser ou de l’utiliser à outrance. Il est difficile d’être optimiste. Bientôt, nos pandores monétaires disposeront de leur propre boîte remplie de nouveaux pouvoirs, peut-être trop attrayants pour y résister.

Voici une autre raison pour laquelle il est difficile d’être optimiste : sans pratiquement aucun discours ou débat public, les banques centrales sont maintenant si loin dans le processus qu’elles ne sont qu’à quelques pas de lancer une entreprise du secteur privé avec l’un des plus grands processeurs de paiements numériques au monde. Vous trouverez ci-dessous un communiqué de presse que pratiquement personne n’a remarqué début septembre, émanant de nul autre que le géant du paiement électronique MasterCard, dans lequel il a révélé qu’il avait lancé une “plate-forme d’essai des Banques Centrales des Monnaies Numériques (CBDC), permettant aux banques centrales d’évaluer et d’explorer les monnaies numériques nationales”.

Alors que l’économie mondiale se bat pour adopter les paiements numériques, les banques centrales se tournent également vers l’avenir et étudient comment soutenir l’innovation tout en maintenant la politique monétaire et la stabilité financière lorsqu’elles émettent et distribuent des devises. En fait, 80 % des banques centrales interrogées se livrent à une forme quelconque de travail sur les Banques Centrales des Monnaies Numériques (CBDC), et environ 40 % des banques centrales sont passées de la recherche conceptuelle à l’expérimentation de concepts et de conceptions, selon une enquête récente de la Banque des règlements internationaux.

Aujourd’hui, Mastercard a annoncé la création d’un environnement de test virtuel propriétaire permettant aux banques centrales d’évaluer les cas d’utilisation des CBDC. La plateforme permet de simuler l’émission, la distribution et l’échange de CBDC entre les banques, les prestataires de services financiers et les consommateurs. Les banques centrales, les banques commerciales et les sociétés de technologie et de conseil sont invitées à s’associer à Mastercard pour évaluer les conceptions technologiques des CBDC, valider les cas d’utilisation et évaluer l’interopérabilité avec les moyens de paiement existants disponibles aujourd’hui pour les consommateurs et les entreprises.

Mastercard est un leader dans l’exploitation de plusieurs voies de paiement et réunit des partenaires pour garantir des conditions de concurrence équitables pour tous, des banques aux entreprises en passant par les opérateurs de réseaux mobiles, afin de faire entrer le plus grand nombre de personnes possible dans l’économie numérique. Mastercard veut mettre son expertise au service du développement pratique, sûr et sécurisé des monnaies numériques.

“Les banques centrales ont accéléré leur exploration des monnaies numériques avec des objectifs variés, allant de la promotion de l’inclusion financière à la modernisation de l’écosystème des paiements”, a déclaré Raj Dhamodharan, vice-président exécutif de Mastercard, chargé des produits et partenariats relatifs aux actifs numériques et aux blockchains. “Mastercard est le moteur de l’innovation avec le secteur public, les banques, les fintechs et les sociétés de conseil dans l’exploration des CBDC, en travaillant avec des partenaires qui sont alignés sur nos valeurs et principes fondamentaux. Cette nouvelle plateforme soutient les banques centrales dans leurs décisions actuelles et futures sur la voie à suivre pour les économies locales et régionales”, a ajouté M. Dhamodharan.

Sheila Warren, responsable de la Blockchain, des actifs numériques et de la politique des données au Forum économique mondial, a déclaré : “Les collaborations entre les secteurs public et privé dans l’exploration des monnaies numériques des banques centrales peuvent aider ces dernières à mieux comprendre l’éventail des possibilités et des capacités technologiques disponibles en ce qui concerne les CBDC. Les banques centrales peuvent bénéficier d’un soutien dans l’exploration de l’ensemble des options qui s’offrent à elles en ce qui concerne les CBDC, ainsi que d’un aperçu des opportunités qui pourraient se présenter”.

Enfin, pourquoi les banques centrales utilisent-elles la blockchain comme épine dorsale pour tous les efforts en matière de monnaie numérique ? Cela n’a rien à voir avec leur fascination pour les bitcoins, ou leur crainte que les cryptomonnaies puissent devenir dominantes (bien qu’il y ait certainement un élément de cela). La véritable raison est que la blockchain permet de suivre chaque unité monétaire, qu’il s’agisse du dollar numérique, de l’euro numérique, du yen numérique ou du yuan numérique, depuis sa création numérique, à travers chaque transaction, et jusqu’à quel porte-monnaie elle se trouve à un moment donné. En bref, les monnaies numériques basées sur des blockchains permettront aux banques centrales d’avoir une carte en temps réel d’absolument toutes les unités monétaires en circulation, et de chaque transaction économique, ce qu’elles ne peuvent pas faire avec des billions de billets anonymes qui traînent encore (le processus inverse a été lancé par la BCE lorsqu’elle a supprimé le fameux billet de 500 euros qui permettait aux Européens de contourner facilement les taux d’intérêt négatifs de l’Europe). Et, bien sûr, lorsque le moment sera venu, les banques centrales pourront également “avertir” le public que la monnaie numérique dans leurs portefeuilles numériques pourrait bientôt expirer, provoquant un flot inflationniste de dépenses en un tour de main.

La boucle est bouclée : La Banque du Japon se joint à la Fed et à la BCE pour préparer le déploiement de la monnaie numérique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s