REBLOG

Covid19-84 – Suède : Un phare dans la nuit dans un monde devenu fou

Suède : Un phare dans la nuit dans un monde devenu fou

PAR JADE · PUBLIÉ 5 NOVEMBRE 2020 · MIS À JOUR 4 NOVEMBRE 2020

Le moment était donc venu.

Des restrictions renforcées, des limites contraignantes à la vie publique, des couvre-feux, des ordres de confinement chez soi, des interdictions de voyager avec des dispositifs invasifs et toutes les autres politiques anti-corona qui ne sont apparemment pas des regards indiscrets : elles ressemblent à des confinements, parlent comme des confinements, mais en ces temps d’euphémisme, nous les désignons par un autre nom que celui de confinements.

De façon exaspérante, le poteau de but continue d’être déplacé, mettant à jour la vie et la langue plus rapidement et mieux que George Orwell lui-même n’aurait pu le faire.

  • Nous avons d’abord dû prendre des précautions pour aplatir la courbe. Les hôpitaux et les peurs, vous vous souvenez ? Ensuite, nous avons dû arrêter de voyager, ou visiter le centre commercial – car qui a besoin de cela, de toute façon ?
  • Ensuite, nous avons dû porter des chiffons sur nos visages et rester à l’écart les uns des autres. Pour le bien des personnes âgées, bien sûr.
  • Ensuite, nous avons dû renoncer à la vie publique pour le bien de tous.
  • La prochaine étape, courageusement entreprise par les politiciens et épidémiologistes autoritaires du monde occidental, consiste à exagérer intentionnellement les restrictions – “pour l’instant” – afin que nous ayons un espoir de retrouver nos libertés pour les vacances.

Peu importe les efforts que ces autocrates éclairés ont déployés, ce virus malveillant refuse d’écouter. Comme c’est étrange, ils doivent penser : nous avons adopté une loi, fait une annonce – pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas ?

Retournez chez vous, ont dit les Autrichiens. Après un nombre explosif de tests positifs la semaine dernière, assez avec les libertés provisoires et les gentillesses, vous êtes punis pour le reste du mois de novembre. Les rassemblements et les manifestations culturelles sont fermés, les marchés de Noël sont fermés. Les Islandais, déjà au printemps proclamés exempts de corona et tout l’été célébrés dans des bouffées d’Elizabeth Kolbert dans le New Yorker et d’Adam Roy Gordon dans The Atlantic, parlent encore avec enthousiasme de célébrer Noël.

Lorsque les dernières séries de restrictions de plus en plus sévères sont entrées en vigueur cette semaine, les têtes pensantes du gouvernement, et le Premier ministre en particulier, ont dit à leurs sujets de renoncer à Halloween et aux semaines suivantes. Sacrifions ces quelques semaines, ont-ils dit, afin de pouvoir assouplir les restrictions pour Noël. Mais oui.

Les Britanniques et les Français ont été encore plus intransigeants sur la fixation de délais, ou “coupe-circuits”, pour leurs politiques envahissantes. Nous vous privons des libertés, des dignités et des choses dans lesquelles la plupart des gens se réjouissent – mais pour une bonne cause, et juste pour un petit moment, d’accord ?

La naïveté ici a toujours été impressionnante. Trompez-moi une fois, honte à vous ; trompez-moi deux fois, honte à moi. La plupart des gens auraient pu croire de façon plausible ce que leurs politiciens leur disaient sur les échéances au printemps ; c’était une situation nouvelle, nous ne savions pas quelle était la nouvelle menace, et les vieux manuels pouvaient être jetés avant que quelqu’un ait le temps de s’y opposer. Les libertés retirées seraient ramenées en arrière dans le temps, mais comme nous l’a appris il y a longtemps l’économiste politique Robert Higgs, jamais tout à fait complètement.

Un peu plus de six mois plus tard, nous traversons à nouveau la même épreuve. Avec une bien meilleure connaissance des risques (exagérés), avec de bien meilleurs outils pour prévenir la propagation et protéger les personnes âgées. Pourtant, cela ne semble pas avoir d’importance. Les chefs politiques, pas vraiment connus pour leur excellence dans l’interprétation des statistiques, regardent leurs graphiques exponentiels – et font exactement la même chose qu’au printemps.

C’est presque comme si le virus ne se souciait pas de vos mesures de répression, de votre durcissement plus rapide et plus important du noeud coulant sociétal et commercial. Si vous resserrez un peu plus les gens, peut-être – juste peut-être – le virus écoutera-t-il… ? Les ministres français, tout comme les décideurs américains au printemps, ont commencé à rendre obligatoire la liste des produits qui peuvent se trouver dans les rayons des supermarchés : le savon est acceptable, le maquillage ne l’est pas. Les Allemands, largement célébrés pour leur programme de traçage et leurs généreux programmes financiers, ont opté pour un confinement “léger” – “seulement” pendant quatre semaines. Peut-être, a suggéré Holman Jenkins dans le Wall Street Journal récemment, “les chiffres les plus élevés pourraient suggérer que nous sommes en proie à un phénomène naturel sur lequel nous exerçons peu de contrôle”.

Prenez le débat embrouillé et très infecté sur le port du masque. Ils sont efficaces, ils ne sont pas efficaces ; ils sont efficaces si vous les utilisez correctement ; et même s’ils ne le sont pas, chaque petit détail compte. Dans sa belle infographie, le New York Times décrit leur fonctionnement : “Un bon masque aura une grande surface, un ajustement serré sur les bords, et une forme qui laisse de l’espace autour de vos narines et de votre bouche”.

Même si cela est exact, il n’est pas nécessaire d’aller bien loin que le supermarché le plus proche pour remarquer que ce n’est pas le genre de masque que portent la plupart des gens. La plupart des gens portent des morceaux de tissu fins et mal ajustés qui capturent probablement certaines particules – qu’en sais-je ? – mais il est peu probable qu’il s’approche de l’efficacité décrite par ses partisans. Nous les réutilisons sans les laver – cela peut-il vraiment déranger quelqu’un ? – on ne les met pas correctement, ils fuient à gauche, à droite et au centre.

La ligne de repli ? Eh bien, pas individuellement, mais ils font partie d’un ensemble plus vaste. Le New York Times cite Linsey Marr, de Virginia Tech, qui dit que “quelque chose est mieux que rien”.

Peut-être que chaque petite chose aide dans un sens qui aurait été différent, mais ce n’est pas ainsi que la plupart des décideurs justifient le retrait de nos libertés. Ils disent plutôt que les taux d’infection sont “trop élevés”, la courbe trop raide, la capacité de traitement des hôpitaux trop proche pour être confortable. En présumant de leur honnêteté – dont je ne leur fais pas mystère – il n’y a guère de preuves que l’utilisation globale de masques soit en corrélation avec les taux d’infection.

La Suède, où pratiquement personne ne porte de masque en dehors du milieu hospitalier, a enregistré un taux de mortalité par habitant inférieur à celui des États-Unis pendant quatre mois consécutifs, et inférieur à celui du Royaume-Uni, où le port du masque et le confinement sont fréquents, pendant près de deux mois. Même l’expérience allemande, très appréciée, compte désormais plus de décès dus au (et avec) Covid-19 que la Suède. Taux d’infection et propagation : les tendances depuis le plus fort de l’été ou le début de l’automne sont les mêmes, que vous soyez ou non un pays où l’on porte massivement des masques.

Oui, il est possible que sans le port massif de masques par les Américains et les Britanniques, les taux d’infection seraient encore plus élevés et les taux de mortalité aussi. Je me demande toujours à quoi devraient ressembler les chiffres pour que vous considériez que ce que nous faisons ne fonctionne pas ? Que peut-être le fait de confiner les sociétés, pratiquement, ne fait pas grand-chose pour combattre la maladie, mais beaucoup pour ruiner la vie et les moyens de subsistance des gens ?

Nous pouvons choisir des pays choisis pour nos différents cas tant que nous voulons : les “success stories” du Vietnam, de la Nouvelle-Zélande ou de l’Australie n’ont pas fait les choses très différemment du Danemark, de l’Autriche, de la France, du Royaume-Uni ou des États-Unis : mettez la pression à votre population et prononcez les incantations magiques. Peut-être que la divinité du virus exaucera vos souhaits.

Cela me rappelle des mots vieux de deux décennies de Jason Diakité (nom de scène “Timbuktu”), l’un de mes musiciens préférés et un des plus grands hip-hoppers de Suède. Au début des années 2000, il a sorti une chanson assez obscure intitulée Ett Brev (“Une lettre”), structurée comme une lettre au Premier ministre suédois de l’époque. Rappeur politique – naturellement de gauche comme tous les bons artistes – Diakité s’opposait aux nombreuses tendances effrayantes qu’il voyait en Europe : démantèlement des filets de sécurité sociale, surcharge des services de santé, opposition et haine envers les immigrants. Il a explicitement inclus une liste de pays où les nazis auraient “pris le dessus” dans une hyperbole typique à la Antifa : La France, l’Italie, le “BeNeLux” et le Danemark, voisin immédiat de la Suède. La liste des pays qui se dirigent radicalement vers le chaos, selon lui, est longue.

Dans tous ces endroits, “les forces du bien ont vraisemblablement capitulé”. Diakité ne savait pas que près de deux décennies après avoir écrit ces lignes provocatrices, ses mots résonneraient dans la plupart du monde occidental.

La menace autoritaire de 2020 est très différente, et au lieu des mouvements néo-nazis du début des années 2000, les coupables sont des politiciens et des technocrates bien intentionnés et bien établis. Dans tous les cas, la Suède est décrite comme un phare dans la nuit, se dressant contre un monde devenu fou, le dernier avant-poste de la santé mentale et les valeurs qui sous-tendent la démocratie libérale occidentale.

Partout ailleurs, des règles différentes s’appliquent : quels que soient les faits, nous devons appuyer plus fort. Le virus qui se comporte mal doit cesser de progresser, doit cesser et s’abstenir. Tout le reste, apparemment, “ne semble pas en valoir la peine“.

Traduction de The American Institute for Economic Research par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s