REBLOG

Ce que le battage médiatique sur le vaccin contre le COVID ne mentionne pas/Le blizzard du faux journalisme au sujet du COVID/La covidocratie méprisante

Ce que le battage médiatique sur le vaccin contre le COVID ne mentionne pas

PAR JADE · PUBLIÉ 26 NOVEMBRE 2020 · MIS À JOUR 26 NOVEMBRE 2020

Pfizer a récemment annoncé que son vaccin covid était “efficace” à plus de 90 % pour la prévention du covid-19. Peu après cette annonce, Moderna a annoncé que son vaccin contre la fièvre catarrhale du mouton était “efficace” à 94,5 % pour prévenir la fièvre catarrhale du mouton 19. Contrairement au vaccin contre la grippe, qui est un vaccin unique, les deux vaccins anti-covid nécessitent deux injections à trois ou quatre semaines d’intervalle. Les définitions du terme “efficace” étaient cachées vers la fin des deux annonces.

Les deux essais comportent un groupe de traitement qui a reçu le vaccin et un groupe de contrôle qui ne l’a pas reçu. Tous les sujets de l’essai ont eu des résultats négatifs au test de dépistage du covid avant le début de l’essai. L’analyse pour les deux essais a été effectuée lorsqu’un nombre cible de “cas” a été atteint. Les “cas” ont été définis par un test positif de réaction en chaîne par polymérase (PCR). Il n’y avait aucune information sur le numéro de cycle des tests PCR. Il n’y avait pas d’information sur le fait que les “cas” présentaient ou non des symptômes. Il n’y a pas d’information sur les hospitalisations ou les décès. L’étude de Pfizer comptait 43 538 participants et a été analysée après 164 cas. Ainsi, environ 150 des 21 750 participants (moins de 0,7 %) sont devenus positifs au test PCR dans le groupe de contrôle et environ un dixième de ce nombre dans le groupe de vaccination est devenu positif au test PCR. L’essai de Moderna comptait 30 000 participants. Il y avait 95 “cas” parmi les 15 000 participants du groupe témoin (environ 0,6 %) et 5 “cas” parmi les 15 000 participants du groupe vaccin (environ un vingtième de 0,6 %). Les chiffres d’”efficacité” cités dans ces annonces sont des rapports de cotes.

Rien ne prouve encore que le vaccin a permis d’éviter des hospitalisations ou des décès. L’annonce de Moderna affirmait que onze cas dans le groupe de contrôle étaient des maladies “graves”, mais le terme “grave” n’était pas défini. S’il y a eu des hospitalisations ou des décès dans l’un ou l’autre groupe, le public n’en a pas été informé. Lorsque les risques d’un événement sont faibles, les rapports de cotes peuvent être trompeurs quant au risque absolu. Une mesure plus significative de l’efficacité serait le nombre de personnes à vacciner pour éviter une hospitalisation ou la mort. Ces chiffres ne sont pas disponibles. Une estimation du nombre à traiter dans le cadre de l’essai Moderna pour prévenir un seul “cas” serait de quinze mille vaccinations pour prévenir quatre-vingt-dix “cas” ou 167 vaccinations par “cas” prévenu, ce qui ne semble pas aussi efficace que 94,5 %. Les publicistes qui travaillent pour les sociétés pharmaceutiques sont des gens très intelligents. S’il y avait une réduction de la mortalité due à ces vaccins, cette information se trouverait dans le premier paragraphe de l’annonce.

Il n’y a pas d’information sur la durée de l’effet protecteur du vaccin. La réponse des anticorps au covid-19 semble être de courte durée. D’après ce que nous savons, le vaccin contre le covid pourrait nécessiter deux injections tous les trois à six mois pour assurer une protection. Plus le nombre de piqûres nécessaires est élevé, plus le risque d’effets secondaires liés à la sensibilisation au vaccin est important.

Il n’existe aucune information sur la sécurité. Aucune. Les agences gouvernementales comme les Centres de contrôle des maladies (CDC) semblent avoir deux normes complètement différentes pour attribuer les décès au covid-19 et les effets secondaires aux vaccins anti-covid. Si ces vaccins sont approuvés, comme ils le seront probablement, le premier groupe à être vacciné sera celui des bêta-testeurs. Je suis employé par un centre médical universitaire qui est un centre de référence pour la région du Texas occidental. Mes collègues sont des médecins résidents et des médecins de faculté qui travaillent quotidiennement avec des patients ayant contracté le covid. J’ai demandé à un certain nombre de mes collègues s’ils seront les premiers à recevoir le nouveau vaccin. Je n’ai encore entendu aucun de mes collègues répondre par l’affirmative. Les raisons de cette hésitation sont que les incertitudes sur la sécurité dépassent ce qu’ils perçoivent comme un petit avantage. En d’autres termes, mes collègues préféreraient tenter leur chance avec le covid plutôt que de tester le vaccin en phase bêta. Beaucoup de mes collègues veulent voir les données de sécurité après un an d’utilisation avant de se faire vacciner ; ces collègues sont préoccupés par les éventuels effets secondaires auto-immuns qui peuvent ne se manifester que des mois après la vaccination.

Ces annonces de Pfizer et de Moderna sont encourageantes. J’espère vraiment que ces vaccins protégeront les gens contre les effets nocifs du covid-19. J’espère certainement que ces vaccins sont sans danger. Si ces deux conditions sont réunies, personne ne devra être contraint de se faire vacciner. Toutefois, vous devriez être encore plus attentif à ce qui est omis dans une annonce qu’à ce qui est déclaré. Les entreprises pharmaceutiques sont plus que ravies que les patients se méprennent sur ce que l’on entend par efficacité. Caveat emptor (acheteur, prenez garde) !

Traduction de The Mises Institute par Aube Digitale

Ce jeu de chasse aux cas de Covid a atteint un sommet d’absurdité, surtout dans la culture médiatique…

Les supermarchés sont le lieu le plus fréquent où l’on peut attraper le Covid, révèlent de nouvelles données. Il s’agit d’un article sur une “étude” réalisée par Public Health England (PHE) à partir de l’application Test and Trace du NHS. En voici la conclusion. Au cours des six jours de novembre étudiés, “parmi ceux qui ont été testés positifs, on a constaté que 18,3 % avaient visité un supermarché”.

Maintenant, si la sonnette d’alarme ne se déclenche pas avec celui-là, vous n’avez pas fait attention à la science en 7e année. Si l’application avait également inclus la douche, l’alimentation et la respiration, elle aurait pu trouver une corrélation de 100%. Oui, les personnes testées positives ont probablement fait des achats, comme la plupart des gens. Cela ne veut pas dire que le shopping vous donne le Covid et cela ne veut certainement pas dire que le shopping vous tue.

Même si le shopping est un moyen de contracter le covid, il s’agit d’un virus très répandu et généralement bénin pour 99,8 % de la population, avec un taux de mortalité par infection aussi bas que 0,05 % pour les moins de 70 ans. Des experts compétents en maladies infectieuses ont déclaré à plusieurs reprises que les stratégies de test, de suivi et d’isolement sont pratiquement inutiles pour contrôler des virus comme celui-ci.

Cette histoire/étude était si pauvre et si absurde qu’elle était même trop pour Isabel Oliver, directrice du Service national d’infection de la Santé publique d’Angleterre. Elle a envoyé la note suivante :

Merci bien. Un en moins, plus que mille.

Le New York Times a fait un coup d’éclat avec cette pièce : “Les États qui ont imposé peu de restrictions ont maintenant les pires épidémies.” Ce serait une énorme nouvelle si c’était vrai, car cela impliquerait non seulement que les confinements sauvent des vies (ce qu’aucune étude sérieuse n’a pu documenter jusqu’à présent), mais aussi que le fait d’accorder aux gens des libertés fondamentales est la raison des mauvais résultats pour la santé, une affirmation étonnante en soi.

L’œuvre, réalisée par deux graphistes et apparemment très scientifique, parle d’”épidémies”, ce qui sonne vaguement terrible : plein de mortalité. C’est étrange, car n’importe qui peut regarder les données et voir que New York, le New Jersey, le Massachusetts et le Connecticut sont en tête avec le nombre de décès par million, principalement en raison des décès dans les établissements de soins de longue durée. Ce sont les États qui ont confiné le plus longtemps et le plus durement. En effet, ils se confinent à nouveau ! Le nombre de décès par million dans des États comme le Dakota du Sud est encore faible.

Comment le NYT peut-il prétendre que les États qui ne se sont pas confinés sont ceux qui ont connu les pires épidémies ? Cette affirmation repose entièrement sur une découverte insignifiante. Une personne intelligente a découvert que si vous reflétez les données par nombre de cas par million au lieu du nombre de décès par million, vous obtenez un résultat inverse. Les raisons : 1) lorsque le Nord-Est a connu le sommet de la pandémie, il y avait très peu de tests en cours, de sorte que l’”épidémie” n’a pas été documentée même si le nombre de décès augmentait sans cesse, 2) lorsque le virus a atteint le Midwest, les tests étaient largement disponibles, 3) la manie des tests a augmenté et s’est développée au point que les non-vulnérables sont testés comme des fous, ce qui génère des taux de positivité élevés dans les zones à faible population.

En se concentrant sur le mot “épidémie”, le Times peut habilement masquer la différence entre un résultat positif aux tests PCR (y compris de nombreux faux positifs et peut-être la moitié ou plus des cas asymptomatiques) et un résultat grave d’attraper le virus. En d’autres termes, le Times a documenté une “épidémie” de personnes pour la plupart non malades dans des zones à faible densité de population.

Il existe des centaines de façons d’examiner les données du Covid-19. Le Times a choisi la seule statistique – la moins utile pour déterminer si et dans quelle mesure les gens sont malades – afin d’obtenir le résultat qu’il souhaitait, à savoir que les états ouverts aient l’air aussi mauvais que possible. Le résultat est un graphique qui déforme massivement toute réalité existante. Il donne aux pires États un aspect superbe et aux meilleurs un aspect terrible. Le graphique seul est conçu pour donner l’impression que les états ouverts saignent de façon incontrôlée.

Combien de lecteurs le découvriront ? Très peu, je pense. Le plus étonnant est que le NY Times lui-même a déjà démystifié l’ensemble de la “casdémie” en septembre dernier :

Certains des plus grands experts de la santé publique du pays soulèvent une nouvelle inquiétude dans le débat sans fin sur les tests de dépistage des coronavirus aux États-Unis : Les tests standard diagnostiquent un grand nombre de personnes qui pourraient être porteuses de quantités relativement insignifiantes du virus.

La plupart de ces personnes ne sont pas susceptibles d’être contagieuses, et leur identification peut contribuer à créer des goulots d’étranglement qui empêchent de trouver à temps les personnes contagieuses….

Dans trois séries de données de tests comprenant des seuils de cycle, compilées par les autorités du Massachusetts, de New York et du Nevada, jusqu’à 90 % des personnes testées positives ne portaient pratiquement pas de virus, selon une étude du Times.

Tout cela amène à se demander ce qui se passe précisément dans cette relation entre les cas et les résultats graves. Le Covid Tracking Project génère le graphique suivant. Les cas sont en bleu et les décès en rouge.

Malgré cette histoire et ces données, les graphistes du NY Times se sont mis au travail pour générer une présentation très trompeuse qui mène à une conclusion : plus de confinement.

(Mon collègue Phil Magness a relevé d’autres problèmes méthodologiques, même dans le cadre utilisé par le Times, mais je le laisserai écrire à ce sujet plus tard).

Abordons enfin l’attaque de Salon contre le co-créateur de la Déclaration de Great Barrington, Jayanta Bhattacharya. Voici un article qui fait la déclaration suivante sur le taux de mortalité lié aux infections : “le chiffre accepté de 2-3% ou plus.” C’est un chiffre étonnant, et fondamentalement fou : 10 millions de personnes vont mourir rien qu’aux États-Unis.

Voici ce que disent les CDC concernant les facteurs de risque très disparates en fonction de l’âge :

Ces données ne sont pas en contradiction avec la suggestion de l’Organisation mondiale de la santé selon laquelle le taux de mortalité par infection chez les personnes de moins de 70 ans est plus proche de 0,05 %.

L’article affirme en outre que “l’immunité de troupeau pourrait même ne pas être possible pour le COVID-19 étant donné que l’infection semble ne conférer qu’une immunité transitoire”. Et pourtant, le New York Times vient d’écrire cela :

Combien de temps l’immunité au coronavirus pourrait-elle durer ? Des années, peut-être même des décennies, selon une nouvelle étude – la réponse la plus prometteuse à ce jour à une question qui a assombri les plans de vaccination généralisée.

Huit mois après l’infection, la plupart des personnes qui ont récupéré ont encore suffisamment de cellules immunitaires pour repousser le virus et prévenir la maladie, selon les nouvelles données. Un lent déclin à court terme suggère, heureusement, que ces cellules peuvent persister dans l’organisme pendant très, très longtemps.

Comment les gens peuvent-ils prendre des décisions rationnelles avec ce genre de journalisme ? En réalité, il semble parfois que le monde ait été rendu fou par un étonnant blizzard de fausses informations. La semaine dernière encore, un État australien tout entier a complètement fermé ses portes – plaçant tous ses citoyens en résidence surveillée – en raison d’un faux rapport sur une affaire dans une pizzeria. Une personne a menti et le monde entier s’est effondré.

Pendant ce temps, des données scientifiques sérieuses apparaissent chaque jour, montrant qu’il n’y a aucun lien, et n’a jamais eu de lien, entre les assignations à résidence et les vies sauvées. Cette étude examine tous les facteurs de décès dus au covid et constate qu’il existe de nombreuses relations entre l’âge et la santé, mais absolument aucune avec la rigueur du confinement. “La rigueur des mesures mises en place pour lutter contre la pandémie, y compris le confinement, ne semble pas être liée au taux de mortalité”, indique l’étude, qui fait écho à la conclusion de dizaines d’autres études réalisées depuis le mois de mars.

Tout cela est devenu trop. Le monde est sérieusement induit en erreur par les grands organes de presse. Les politiciens continuent de paniquer et d’imposer des contrôles draconiens, neuf mois après le début de la crise, malgré les montagnes de preuves des dommages réels causés à tout le monde par ces fermetures. Si vous n’avez pas perdu confiance dans les politiciens et les grands médias à ce stade, vous n’avez pas prêté attention à ce qu’ils ont fait pendant la majeure partie de cette année catastrophique.

Traduction de The American Institute for Economic Research par Aube Digitale

La covidocratie méprisante

Par maximetandonnet maximetandonnet.wordpress.com

 

Celui qui s’exprime ci-dessous est l’un des plus hauts représentants de la covidocratie au pouvoir, cette nouvelle caste d’une poignée de médecins et scientifiques qui domine les médias et dicte ses ordres au politique en manipulant la peur:

Hier sur France Info: « A Noël, on peut aller chez Papy et Mamie. Il faut pas manger avec Papy et Mamie. Même à Noël. On coupe la bûche de Noël en deux. Papy et Mamie mangent dans la cuisine et nous on mange dans la salle à manger.«

Humour nous dit-on. Des centaines de milliers de commerçants et de restaurateurs voient en ce moment les efforts de toute une vie ruinés et leur famille plongée dans la misère. Les Français  sont privés de la liberté d’aller et venir, la plus précieuse de toutes et subissent l’humiliation de devoir justifier auprès de l’administration chaque sortie de chez eux. Des millions de jeunes gens et filles sont jetés dans l’enfer du chômage et du désœuvrement.  Les chrétiens sont interdits de messe. Les dépressions et les suicides se multiplient. Qui a envie de blaguer avec Monsieur le docteur?

Mais de fait, cette déclaration n’est pas anodine: elle s’adresse à la nation française et à chacun d’entre nous comme à un grand enfant irresponsable. Elle touche au paroxysme de l’infantilisation d’un peuple par la covidocratie, cette nouvelle caste dirigeante.  Au passage, elle reflète un sidérant mépris des personnes âgées. Ah, Monsieur le docteur, douze ans d’études pour en arriver là…

Quant aux mesures du déconfinement progressif annoncées hier, issues de la covidocratie, elles sont arbitraires, obtuses, bureaucratiques à l’image de toute la gestion d’une crise sanitaire depuis 10 mois.

Pourquoi un quota uniforme de 30 personnes dans les Eglises quelle que soit leur dimension?

Pourquoi avoir persécuté pendant un mois les libraires et les commerçants? Leur réouverture est annoncée pour le 28 novembre. Les biens dits non essentiels le mois passé seraient par magie devenus essentiels?  Cette réouverture, alors que le nombre d’hospitalisations et de morts reste élevé, est l’aveu même du caractère monstrueusement bureaucratique et débile de leur fermeture.

Le 24 et le 31 décembre, exceptionnellement, la liberté d’aller et venir doit être rétablie pour permettre aux Français de faire la fête. Qu’est-ce que cela signifie? que les contraintes à la circulation, le reste du temps, ne servent à rien? Ou bien que si elles servent à quelque chose, le pouvoir sacrifie délibérément des vies le 24 et le 31 décembre?

Et 20 km de distance pour 3 heures d’autorisation de sortie, à quoi cela rime-t-il? 100 km, soit 5 fois 20 km, serait plus contagieux que 20 km? Et 3 heures de sortie seraient sans danger alors que 4 heures seraient propices à la contagion?

Et les centaines de milliers de restaurants, bêtement, injustement et inutilement condamnés à mort alors qu’au prix de quelques précautions, ils sont infiniment moins propices à la contagion que les métros et les RER? Tout comme les pistes de ski, évidemment…

En outre, il est aussi désormais question de « mesures contraignant celles et ceux qui ont le virus ». Nous y voilà, il fallait en arriver là au bout de la chaîne: le malade montré du doigt, désigné comme le porteur du mal, le bouc émissaire à isoler au prix de la contrainte, assortie de sanctions et de contrôles. L’heure des pestiférés est de retour. Une société se juge à la manière dont elle traite ses malades.  Celle-là est odieuse.

La crise sanitaire est en train d’accoucher d’un monstre.  Derrière ce naufrage dans la bureaucratie tatillonne se profile la jubilation – presque libidineuse – de mettre le pays et la vie intime de chaque français en coupe réglée. Mais attention: il paraît que 79% des Français sont satisfaits de ces mesures liberticides et de leur asservissement. La France est en train de devenir un vaste troupeau apeuré et bêlant de contentement, un peuple d’esclaves consentants.

Maxime TANDONNET

Obligation vaccinale : dans le monde postmoderne, la liberté est-elle encore un bien essentiel ?

Par Marie d’Armagnacbvoltaire.fr

 

Il y a quelques jours, le sénateur italien Davide Faraone, proche de Matteo Renzi, lançait une bombe sur Facebook. Évoquant l’impossibilité d’imposer par force la vaccination contre le Covid-19, il préconisait pour les récalcitrants rien moins que la mort sociale : plus de possibilité de prendre le train, l’avion, le bateau, ni d’aller au bar ou au restaurant, au théâtre ou au musée, au stade ou dans les centres commerciaux sans le passeport sanitaire délivré lors de la vaccination. Et plus de possibilité, non plus, d’aller à l’école ou de se faire soigner dans les hôpitaux.

Proposition farfelue, me direz-vous, les Italiens sont toujours un peu extravagants…

Eh bien, non, cette appétence pour des pratiques d’exclusion totalitaire est fort répandue en France. Yannick Jadot, Gérard Larcher, François Bayrou, Daniel Cohn-Bendit, Christophe Barbier : tous militent pour l’obligation vaccinale. Le progressisme et la défense hystérique des droits – en l’occurrence ce mystérieux droit à la santé – ne font pas bon ménage avec l’exercice des libertés : celles-ci ne sont définitivement plus classées dans la catégorie des biens essentiels.

En France, le gouvernent reste prudent pour le moment, tant il perçoit que l’exaspération des Français a supplanté, et de loin, « l’acceptabilité » des mesures gouvernementales en matière de gestion du Covid-19. Cependant, juge la Haute Autorité de santé, s’il est « inopportun » de rendre la vaccination obligatoire en début de campagne, la HAS l’envisage tout de même, notamment « lorsque les outils de persuasion n’ont pas permis d’atteindre une couverture vaccinale suffisante pour protéger la population », soit 75 % minimum de la population.

Mardi soir, lors de son discours,  a affirmé que la vaccination ne serait pas rendue obligatoire. Le sondage Odoxa du 9 novembre dernier révélait que 60 % des Français étaient opposés au caractère obligatoire du  quand celui d’Ipsos affirmait que 55 % des Français étaient prêts à se faire vacciner. « Ma crainte est que les Français ne se fassent pas assez vacciner », disait, d’ailleurs, récemment, Jean Castex.

Les raisons d’une telle défiance ? Un manque évident de recul sur la maladie, et encore plus sur le vaccin (il faut une dizaine d’années pour évaluer l’efficacité d’un vaccin, et surtout ses éventuels effets secondaires). Mais aussi, et c’est capital, une méfiance gigantesque des Français vis-à-vis des autorités sanitaires et des laboratoires, et une perte de crédibilité très forte de la parole publique gouvernementale en la matière, tant la gestion de l’épidémie a pu révéler de mensonges et d’impréparation.

À l’étranger, si, pour le Royaume-Uni de Boris Johnson, la vaccination anti-Covid ne sera pas obligatoire, la nouvelle loi sanitaire de la région autonome de Galice, en Espagne prévoit une amende minimum de 3.000 euros pour ceux qui refuseraient de se faire vacciner.

On peut, néanmoins, se demander si la question de l’obligation, ou pas, de se vacciner n’est pas déjà dépassée. En effet, Alan Joyer, le PDG de la compagnie aérienne australienne Qantas, vient de déclarer qu’il mettrait en place, pour tous ses vols internationaux, l’obligation pour tous les voyageurs d’être vaccinés.

Dans le même temps se mettent en place des standards internationaux pour la création d’un passeport sanitaire numérique, avec l’application Common Pass, qui évalue les tests obligatoires selon la destination des passagers, télécharge sur leur téléphone les résultats transmis par un laboratoire agréé et génère un code QR scannable. Or, selon le docteur Brad Perkins, responsable du projet, « à mesure que les vaccins vont devenir largement disponibles, de nombreux pays vont exiger des voyageurs qu’ils présentent une preuve de vaccination à leur arrivée ».

Et l’on passera, sans coup férir, de l’obligation de test à l’obligation de vaccination pour pouvoir se rendre à l’étranger.

Aura-t-on, dans le futur, réellement la liberté de ne pas se faire vacciner contre le Covid-19 ?

Catégories :REBLOG

Tagué:

6 réponses »

  1. Le meilleur vaccin efficace a 97,% un grand verre d’eau fraiche et vous resterez dans le cadre de ceux qui ne mourrons pas,pourquoi dépenser autant d’argent dans des mixtures a la diafoirus pour une maladie pas plus dangereuse que la grippe habituelle ,ce virus est politique et tombe a pic pour camoufler la chute économique qui a été masquée par des actes délictueux(création de fausse monnaie) et permettre le grand reset et la mise en place du nouvel ordre mondial dictatorial et criminel

    J'aime

  2. Lorsque vous écrivez « Cette réouverture, alors que le nombre d’hospitalisations et de morts reste élevé, est l’aveu même du caractère monstrueusement bureaucratique et débile de leur fermeture »,
    Je serais plutôt enclin à dire qu’il s’agit de la démonstration « du caractère outrageusement arbitraire et abusivement autocratique » de cette décision prohibitive de fermeture.
    Sur un autre sujet, à propos du pharaon :
    Les français sont-ils conscients qu’ils sont dirigés par un « Prince » ?
    En effet, outre le fait qu’il préside aux destinées de « la fille aînée de l’Eglise »,
    Qu’il est également chanoine de l’archibasilique du Latran dont il n’a pas manqué d’aller recueillir le titre en ce Mardi 26 Juin de l’an 2018,tout en se joignant avec une « réelle émotion », à la traditionnelle de rue chrétienne avec bénédiction papale
    Et, de ce même fait, qu’il se trouve soumis au Droit Canon de l’Eglise Catholique
    …Sachant qu’au titre du canon 503 : « Le chapitre des chanoines, cathédral ou collégial, est le collège de prêtres »
    Ce Président-là, notre Président, est « Co-Prince d’Andorre »… !
    …Et ça remonte à loin ! Jusqu’à Henri IV !
    Cerise sur le gâteau, l’autre « Coprince » est … un Evêque espagnol… !
    N’appelle-t-on pas ça « l’entre-soi » ?
    Qui a dit que la France est une « République laïque » ? !!
    Heureusement que le ridicule ne tue plus ! Mieux vaut en rire.
    …Mais peut-on, sérieusement, « en rire » et rire de tout en France ?
    Lorsque l’on constate que la Démocratie française est officiellement morte le 26 Novembre 2020 avec la décision de création d’une « commission indépendante pour réécrire l’article 24 de la proposition de loi sécurité globale »…nonobstant le fait que ledit article appartient à une Loi qui a déjà reçu un vote favorable de l’Assemblée.
    Matignon ayant fait cette annonce, il a ainsi fait savoir qu’en France l’Exécutif n’a plus besoin du législatif : on commence par un Article puis on confie l’écriture de la Loi toute entière à des Commissions de n’importe qui, voire à des officines d’obscurs lobbyistes.
    Depuis longtemps, le Parlement a accepté de servir simplement de caution : l’exécutif décidait le soir et demandait aux parlementaires de valider le lendemain en petit comité.
    A ce petit jeu, nos élus ont tout perdu et la France a perdu le peu de Démocratie qui lui restait encore.
    …On ne peut vraiment pas rire de tout en France et, parfois, nous ferions mieux d’en pleurer.

    J'aime

  3. 28/11/2020 – https://launedekeg.wordpress.com/2020/11/28/keg28-11-2020-com-au-pouvoir-on-con-fine-au-genie-et-ce-nest-pas-quune-bastille-il-faut-au-moins-sortir-de-lx-ou-de-lena-pour-sortir-la-loi-distance-de-securite-8m-carre/
    Pourquoi 8m carré et pas 9 ? C’te bonne blague, vous mesurez comment la surface de distanciation ? C’est un coup à prendre une prune de 135€ à chaque sortie car personne n’y arrivera (même si vous portez le masque, même si vous le portez bien et que votre ausweis est correctement rempli). Reconnaissez que 4 par 2, y a comme qui dirait un problème des tiques… Vous voyez lequel ?

    J'aime

    • A mon avis c’est 8 mètres carrés, car ça fait un cercle de pile 1.60 mètre de rayon. 1.6*1.6*3.1416=8.04
      Bon c’est clair qu’avec Pi dans la formule on sera pas vraiment pile poil.
      Reste la question: pourquoi 1.6 mètre?
      Mystère et boules de gomme…

      J'aime

      • Merci de vos précisions. Effectivement, je n’avais envisagé cette possibilité (on ne peut-être parfait en tout et en permanence.), habitué que je suis à tourner en rond dans une cage carrée (qui fait justement 8m carrés avec les poussières).
        De plus mon décamètre est précis au millimètre prés. Plus c’est le pif ou miser sur la « négligence » des régaliens (mais ils sont briffés justement pour la vigilance et même plus tâte-y-ion).
        En prenant 1,60 vous ne respectez pas la consigne, 8 m carré ce n’est pas 8,04 et là vous empiétez sur le domaine réservé à autrui. Si tout le monde fait cela, où va t-on? C’est l’anarchie.
        et avec 2 m de rayon (de braquage. Avec le masque la panoplie est complète), vous atteignez 12,5664 m – carrés. Les boutiques ne sont pas extensibles.
        L’idéal eut été 3 m de côté.

        l’étude du jour comparative France – UK pourrait vous intéresser et vous faire voire que le probléme du carré en cercle, n’est rien… On nous embellirait notre sapin cocorico. C’est qui qua la plus grosse?
        Cordialement
        keg

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :