REBLOG

Article du Jour : La fin d’un monde – Quand Evola a anticipé Orwell et Huxley

La fin d’un monde : quand Evola a anticipé Orwell et Huxley

Julius_Evola_2.jpg

La fin d’un monde : quand Evola a anticipé Orwell et Huxley

Andrea Scarabelli

Ex : https://blog.ilgiornale.it/scarabelli

La nouvelle édition de La Torre, la revue mythique dirigée par Julius Evola en 1930, vient d’être publiée par la maison d’édition Mediterranee ; c’est une version critique, remise à jour, comprenant des notes, des bibliographies et des analyses approfondies. En plus d’être un document historique comme il y en a peu d’autres, cette réédition témoigne d’une approche « métapolitique » et « spirituelle », qui a tenté d’orienter la politique de l’époque dans un sens différent de celui pris dans les années ultérieures. À l’occasion de cette nouvelle édition, nous rapportons, avec l’aimable autorisation de l’éditeur, une note signée par Evola dans le quatrième numéro de la revue, le 16 mars 1930, dans la rubrique qu’il a dirigée, la rubrique L’Arco e la Clava. Ici, le philosophe répond clairement à tous ces périodiques (La Volontà d’Italia, Roma Fascista, L’Italia Letteraria, L’Ora, etc.) qui l’accusent de « catastrophisme », car, comme on le sait, il s’était penché sur le thème de la fin des civilisations. Dans cette réponse, Evola anticipe non seulement des analyses plus connues aujourd’hui de par le monde, contenues par exemple dans des textes tels que Le meilleur des mondes de Huxley (1932), La dialectique des Lumières d’Adorno de Horkheimer (1947), le 1984 d’Orwell (1949) et L’homme unidimensionnel de Marcuse (1964).De surcroît, iloffre un portrait impitoyable, une analyse quasi chirurgicale, de notre monde. Dans cette singulière variation sur le thème de la « fin du monde » (dont le spectre erre encore dans le débat public actuel), Evola imagine néanmoins une calamité bien différente de celles, littéraires et dystopiques, auxquelles nous nous sommes habitués, pour finir par décrire en fait… notre contemporanéité, avec ses tics et ses tabous, avec tous ses masques et ses acteurs que le lecteur – nous en sommes sûrs – n’aura pas de mal à reconnaître. C’est aussi parce qu’il n’y a souvent pas besoin de catastrophes naturelles – ou de pandémies, pourrait-on ajouter, pour basculer dans la dystopie. Une civilisation peut aussi mourir d’une mort naturelle. C’est peut-être le cas de la nôtre.

Andrea Scarabelli.

71oUFM2c58L.jpg

Texte de Julius Evola

Le monde occidental se dirige vers sa « fin ». Mais c’est précisément ce que signifie « fin » qui doit être compris ! Nos points de référence ne sont pas du tout ceux qui ont cours actuellement. Nous ne prophétisons pas, nous démontrons – par l’observation de personnages et de processus précis de l’histoire et de la culture – le déclin d’une civilisation, et ce même fait, aux yeux de la plupart des gens, pourrait prendre un aspect très différent et pas du tout alarmant.

Expliquons cela à l’aide d’un exemple. Nous ne pensons pas du tout que la fin du monde occidental devrait nécessairement avoir cet aspect chorégraphique et catastrophique auquel la plupart des gens pensent immédiatement. Il ne s’agira pas nécessairement de cataclysmes, ni même de ces nouvelles guerres mondiales, sur les horreurs desquelles on a déjà maintes fois disserté et sur les résultats d’une éventuelle extermination de la race humaine ; non, plus simplement, de nombreuses personnes bien vivantes nous montrent déjà ce déclin, de manière lugubre. Au contraire, une guerre… un autre bon mais radical écrasement définitif – que peuvent espérer de plus ceux qui espèrent encore?

On voit encore plus noir. Voici, par exemple, l’une des formes sous lesquelles, entre autres, nous pourrions aussi dépeindre la « fin du monde ».

Plus de guerres. La fraternité universelle. Nivellement total. Le seul mot d’ordre : obéir – incapacité, de devenir « organique » vu la contre-éducation des générations successives, alors qu’il faudrait faire tout sauf obéir. Pas de dirigeants. La toute-puissance de la « société ». Les hommes, des moyens d’action sur les choses. L’organisation, l’industrialisation, le mécanisme, le pouvoir et le bien-être physique et matériel atteindront des sommets inconcevables et vertigineux. Soigneusement libérés scientifiquement de l’ego et de l’esprit, les hommes deviendront très sains, sportifs, travailleurs. Parties impersonnelles de l’immense agglomération sociale, rien, après tout, ne les distinguera les uns des autres. Leur pensée, leur façon de ressentir et de juger seront absolument collectives.

Avec les autres, même la différence morale entre les sexes disparaîtra, et il se peut aussi que le végétarisme fasse partie des habitudes rationnellement acquises de ce monde, se justifiant sur la similitude évidente des nouvelles générations avec les animaux domestiques (les animaux sauvages n’étant alors plus autorisés à exister que dans quelques jardins zoologiques). Les dernières prisons enfermeront dans l’isolement le plus terrifiant les derniers agresseurs de l’humanité : les penseurs, les témoins de la spiritualité, les dangereux maniaques de l’héroïsme et de l’orgueil guerrier. Les derniers ascètes vont s’éteindre un à un sur les sommets ou au milieu des déserts. Et la messe se célébrera par la bouche de poètes officiels et autorisés, qui parleront des valeurs civiles et chanteront la religion du service social. À ce moment-là, une grande aube se lèvera. L’humanité sera véritablement régénérée, et elle ne conservera même plus le souvenir des temps passés jugés désormais « barbares ».

Maintenant : qui vous permettrait d’appeler « fin » cette fin ? Pour voir, avec nous, l’effondrement total, la chute finale ? Seriez-vous capable de concevoir un mythe plus splendide, un avenir plus radieux pour l' »évolution » ?

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2020/12/10/la-fin-d-un-monde-quand-evola-a-anticipe-orwell-et-huxley-6283436.html?fbclid=IwAR1Co3pvz3KlQT138ss7pnZ8U5tmwFhQnOUojQ2TNAz2Pp4vdVWqDSvul3A#.X9JUP2GWJKo.facebook

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

  1. Bien plus terrible que l’Apocalypse ….la fin de l’humain en « douceur » estampillé « transhumanisme »
    budget film d’auteur pas besoin du cinoche biblique!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s