REBLOG

Article du Jour : Bruits de couloirs Par James Howard Kunstler

Bruits de couloirs


Par James Howard Kunstler – Le 14 décembre 2020 – Source kunstler.com

Vendredi soir, la Cour suprême des États-Unis a repoussé l’affaire entre le Texas et les arnaqueurs des élections de l’État transitoire, la citation d’« attente » étant probablement une couverture pour une autre raison qui n’est pas strictement de la doctrine juridique mais plutôt un sentiment, à savoir qu’un litige concernant une élection présidentielle appartient plus proprement à la Chambre des représentants élue qu’à la SCOTUS non élue – du moins pour l’instant, avec probablement d’autres affaires à venir. Les juges n’ont pas expliqué leur décision.

Ce n’était pas le cas avec l’affaire Bush contre Gore en 2000, soit dit en passant, mais nous sommes un pays différent maintenant, enlisé dans la paralysie et l’échec institutionnels, grâce à la « résistance » bureaucratique. De toute façon, les Suprêmes n’ont pas voulu entendre les preuves de fraude électorale, et aucun tribunal d’État ne l’a encore fait, alors ignorez les cris plaintifs des médias séditieux qui affirment que les allégations d’irrégularités électorales flagrantes sont « sans fondement ».

Aujourd’hui, 14 décembre, les cinquante listes du collège électoral de l’État se réunissent pour voter. Ce phénomène était important à l’époque où un consensus perceptible sur la réalité existait dans tout le pays. Mais maintenant que E pluribus unum a été remplacé par « tout avance et plus rien ne compte », les actions les plus conséquentes se dérouleront en coulisses.

Par exemple, l’ordonnance 13848 du président Trump de 2018 exige que le directeur du renseignement national (DNI), John Ratcliffe, fasse un rapport quarante-cinq jours après l’élection sur les interférences étrangères dans les élections. C’est ce vendredi. Que pourrait savoir M. Ratcliffe ? Eh bien, soi-disant tout. Sauf que la CIA et le FBI doivent être considérés comme peu fiables maintenant, avec Gina Haspel la farceuse du RussiaGate en charge de la CIA, et Christopher Wray ralentissant consciencieusement chaque demande de document déclassifié au FBI, depuis des années. Ainsi, M. Ratcliffe doit recevoir des renseignements plus fiables de la part d’autres personnes, très probablement des services de renseignement de la Défense.

De nombreux lecteurs ont peut-être entendu parler d’un prétendu raid sur la station de cyber-guerre de la CIA à Francfort, en Allemagne, et de la saisie des serveurs informatiques Dominion par le personnel des opérations spéciales de l’armée américaine. Quarante-cinq jours ont probablement suffi aux services de renseignement de la Défense pour effectuer une analyse médico-légale sur ces serveurs, si, en fait, ils existaient et si le raid avait réellement eu lieu. Affaire étouffée. Nous ne savons tout simplement rien. Par contre M. Ratcliffe doit avoir des résultats maintenant.

Ce que personne n’a demandé, c’est : tout d’abord, que diable feraient les serveurs Dominion à Francfort, en dehors des États-Unis, en possession de la CIA ? La CIA surveille-t-elle le dépouillement des votes… ou y contribue-t-elle ? Cela soulève une autre question que personne n’a abordée : Les serveurs desservent des réseaux informatiques, qui fonctionnent via Internet. Si les machines de dépouillement des votes Dominion dans toute l’Amérique ne sont pas autorisées à être connectées à Internet, comment peuvent-elles constituer un réseau ? Et pourquoi y aurait-il besoin d’un serveur ? Si quelque chose m’échappe, veuillez en discuter dans la section « Commentaires ».

Ce qui soulève une autre question : N’y a-t-il pas suffisamment de preuves pour voir que l’utilisation des ordinateurs a complètement bousillé notre processus électoral ? N’est-ce pas là un dilemme classique à la Joseph Tainter, à savoir que les surinvestissements dans la complexité produisent des rendements décroissants – ce qui, lorsqu’ils sont suffisamment nombreux, conduit à l’effondrement des civilisations ? Allons-nous permettre d’autres erreurs en laissant l’État de Géorgie mener le second tour des élections sénatoriales du 5 janvier sur les mêmes machines Dominion que celles utilisées le 3 novembre ? Apparemment, c’est exactement ce que la Géorgie a l’intention de faire.

Très bien, revenons au rapport de vendredi prochain de DNI Ratcliffe. Il est beaucoup question d’étranges intersections entre la société Dominion et les pays étrangers, à commencer par le fait que Dominion est basée au Canada (au même étage d’un immeuble de bureaux de Toronto qu’une organisation à but non lucratif liée à George Soros, la Fondation Make Way). L’avocat Sidney Powell a des affaires en cours devant les tribunaux alléguant des connexions malveillantes entre Dominion, le Venezuela et la Chine. (Remarque : la quasi-totalité des exportations de pétrole du Venezuela sont destinées à la Chine, et l’Iran a aidé le Venezuela à développer la capacité de ses sables bitumineux de l’Orénoque, difficiles à produire). M. Ratcliffe dispose-t-il des mêmes informations que Miz Powell, et peut-être même de beaucoup plus ? La Chine aurait-elle intérêt à favoriser l’élection de Joe Biden plutôt que celle de Donald Trump ?

De nombreuses preuves ont déjà été rendues publiques que Joe Biden est acheté et payé par la Chine – par exemple, un prêt de 5 millions de dollars non garanti, sans intérêt et remboursable, fait en 2017, accordé par la société énergétique chinoise CEFC, gérée par le service des renseignements, à la société de façade Hudson West III de son fils Hunter Biden, et des courriels expliquant comment la scission a fonctionné entre les membres de la famille Biden et quelques partenaires extérieurs. Je suppose que M. Ratcliffe en sait beaucoup plus sur cette affaire et sur d’autres entreprises de la famille Biden à l’étranger, et que nous en entendrons peut-être parler davantage vendredi – peut-être même une déclaration selon laquelle Joe Biden est une menace pour la sécurité des États-Unis et, à ce titre, est disqualifié pour occuper de hautes fonctions. Cela mettrait un terme à la procédure électorale américaine, vous ne pensez pas ? Je ne peux pas imaginer que les enquêteurs n’aient pas retracé la piste de l’argent à travers les différentes sociétés écrans et les banques de blanchisserie qui mènent aux propres comptes de Joe Biden.

Et si les médias refusaient de rendre compte du rapport de vendredi de DNI Ratcliffe ? J’ai une idée : Nous avons une radio nationale appelée National Public Radio, NPR. Dernièrement, elle a été l’otage des Éveillés Démocrates qui refusent de rapporter des nouvelles défavorables à la cause des Démocrates qui veulent détruire la république. En fait, lorsque l’histoire criminelle de la famille Biden a éclaté fin octobre, le rédacteur en chef de NPR, Terence Samuel, a tweeté : « Nous ne voulons pas perdre notre temps avec des histoires qui ne sont pas vraiment des histoires, et nous ne voulons pas faire perdre le temps des auditeurs et des lecteurs sur des histoires qui ne sont que de pures distractions. » En cas d’urgence nationale, le président Trump pourrait peut-être virer Terence Samuel, ainsi que le reste de la direction de la NPR, et utiliser le réseau pour contourner les médias et les réseaux sociaux séditieux afin de faire passer les vraies nouvelles au peuple américain ? Ce n’est qu’une idée.

Pourquoi n’avons nous pas entendu l’histoire de Hunter Biden racontée par le NY Post sur la NPR ?

James Howard Kunstler

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Image

Catégories :REBLOG

Tagué:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s