REBLOG

US BREAKING – Le Capitole pris d’assaut par les partisans de Trump. Evacuation en cours/Trump fustige le vice-président Pence qui “n’a pas eu le courage de faire basculer l’élection”

BREAKING – Le Capitole pris d’assaut par les partisans de Trump. Evacuation en cours

Publié par wikistrike.com sur 6 Janvier 2021, 20:59pm

BREAKING - Le Capitole pris d'assaut par les partisans de Trump. Evacuation en cours
BREAKING - Le Capitole pris d'assaut par les partisans de Trump. Evacuation en cours
BREAKING - Le Capitole pris d'assaut par les partisans de Trump. Evacuation en cours

Le maire de Washington ordonne un couvre-feu à 18 heures

Les sénateurs évacués et invités à porter des masque à gaz

Des manifestants soutenant le Président sortant Donald Trump ont fait irruption dans le Capitole, poussant le Congrès à suspendre la procédure de certification des résultats de la présidentielle.PUBLICITÉ

Un groupe de partisans du Président sortant a pénétré dans la salle des statues du Capitole, le siège du Congrès américain où se déroule la procédure de certification de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle du 3 novembre, d’après les images diffusées par la chaîne CNN.

Précédemment, un correspondant de Sputnik sur place a constaté que les manifestants avaient franchi les barrières de protection dressées autour des bâtiments du Congrès. La police a eu recours à du gaz lacrymogène et à des grenades assourdissantes, plusieurs personnes ont été blessées.

Ci-dessous Image folle. Les supporters de Trump viennent d’envahir le Sénat et l’un d’entre eux hurle que Trump a gagné

BREAKING - Le Capitole pris d'assaut par les partisans de Trump. Evacuation en cours

Trump fustige le vice-président Pence qui “n’a pas eu le courage de faire basculer l’élection”

“Mike Pence n’a pas eu le courage de faire ce qui aurait dû être fait pour protéger notre pays et notre Constitution, en donnant aux États une chance de certifier un ensemble de faits corrigés, et non pas les faits frauduleux ou inexacts qu’on leur avait demandé de certifier auparavant”, a tweeté Trump, ajoutant : “Les États-Unis exigent la vérité !”

* * *

Mise à jour (20h15) : Le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell (R-KY), a officiellement jeté Trump sous un bus, en déclarant mercredi que l’élection n’avait pas été volée et que le fait de passer outre les électeurs “endommagerait la république à jamais”.

McConnell a ajouté que nous ne pouvons pas “continuer à nous séparer en tribus séparées”, impliquant que les partisans de Trump devraient prendre leurs médicaments et accepter les résultats de l’élection.

* * *

Mise à jour : Comme prévu, les législateurs républicains ont commencé à s’opposer au dépouillement des votes du Collège électoral. Le député Paul Gosar, de l’Arizona, a lancé une contestation du décompte de son État d’origine lors de la session conjointe de mercredi – déclenchant un débat historique dans les deux chambres qui sera suivi d’un vote.

Le vice-président Mike Pence a demandé à M. Gosar si son objection était écrite et s’il était accompagné d’un sénateur – deux conditions requises pour une objection officielle, à laquelle M. Gosar a identifié le sénateur Ted Cruz (R-TX) – qui a ensuite ajouté son objection.

* * *

La dernière étape d’une élection présidentielle américaine est la réunion du Congrès en session conjointe le 6 janvier pour compter les votes du Collège électoral qui ont été certifiés et scellés par chaque État, et déclarer officiellement un vainqueur.

Il est à noter que, quelques instants avant le début de la procédure, M. Pence a déclaré qu’il n’avait “aucune autorité pour déterminer unilatéralement les votes” et qu’il laisserait aux élus le soin de prendre cette décision.

Regardez en direct :

Le commentaire complet de Mike Pence :

* * *

Texte :

Cher collègue :

Aujourd’hui, pour la 59e fois dans l’histoire de notre nation, le Congrès se réunira en session conjointe pour compter les votes électoraux pour le Président des États-Unis. En vertu de notre Constitution, il sera de mon devoir, en tant que vice-président et président du Sénat, d’assurer la présidence.

Après une élection marquée par d’importantes allégations d’irrégularités de vote et de nombreux cas où des fonctionnaires ont annulé la loi électorale de l’État, je partage les préoccupations de millions d’Américains quant à l’intégrité de cette élection. Le peuple américain choisit le président américain, et a toute l’intégrité de cette élection. Le peuple américain choisit le président américain, et a le droit, en vertu de la loi, d’exiger des élections libres et équitables et une enquête complète sur les irrégularités électorales. En tant que président, je ferai mon devoir de veiller à ce que ces préoccupations soient entendues de manière équitable et ouverte au Congrès des États-Unis. Les objections seront entendues, des preuves seront présentées et les représentants élus du peuple américain prendront leur décision.

Nos fondateurs ont créé le Collège électoral en 1787, et il s’est réuni pour la première fois en 1789. Avec l’avènement des partis politiques, le Collège électoral a été modifié en 1804 pour prévoir que les électeurs votent séparément pour le président et le vice-président. À la suite d’une élection contestée en 1876, avec de nombreuses allégations de fraude et de malversation, le Congrès a passé une décennie à établir des règles et des procédures pour régir le comptage des votes électoraux et la résolution de toute objection.

Au cours des 130 années qui se sont écoulées depuis l’adoption de la loi sur le décompte des voix, le Congrès a, sans exception, utilisé ces procédures formelles pour compter les votes électoraux tous les quatre ans.

Compte tenu de la controverse qui a entouré l’élection de cette année, certains abordent la tradition quadriennale de cette année avec beaucoup d’espoir, et d’autres avec un dédain dédaigneux. Certains pensent qu’en tant que vice-président, je devrais pouvoir accepter ou rejeter les votes électoraux unilatéralement. D’autres pensent que les votes électoraux ne devraient jamais être contestés lors d’une session conjointe du Congrès.

Après une étude approfondie de notre Constitution, de nos lois et de notre histoire, je pense qu’aucun de ces points de vue n’est correct.

Le président est le chef de l’exécutif du gouvernement fédéral en vertu de notre Constitution, et il possède un pouvoir immense pour influencer la vie du peuple américain. La présidence appartient au peuple américain, et à lui seul. Lorsque des différends concernant une élection présidentielle surviennent, en vertu de la loi fédérale, ce sont les représentants du peuple qui examinent les preuves et résolvent les différends par un processus démocratique.

Nos fondateurs étaient profondément sceptiques à l’égard des concentrations de pouvoir et ont créé une République fondée sur la séparation des pouvoirs et les freins et contrepoids en vertu de la Constitution des États-Unis.

Bien que mon rôle de président soit en grande partie cérémoniel, le rôle du Congrès est bien différent, et la loi de 1887 sur le décompte des voix établit une procédure claire pour traiter les controverses électorales lorsqu’elles surviennent lors du décompte du vote du Collège électoral. Étant donné les irrégularités de vote qui ont eu lieu lors de nos élections de novembre et le non-respect des lois électorales des États par certains fonctionnaires, je salue les efforts des membres du Sénat et de la Chambre qui ont fait un pas en avant pour utiliser leur autorité en vertu de la loi afin de soulever des objections et de présenter des preuves.

En tant que président de séance, je veillerai à ce que toute objection parrainée à la fois par un représentant et un sénateur soit dûment prise en considération, et à ce que tous les faits à l’appui de ces objections soient et un sénateur soient dûment pris en considération, et que tous les faits à l’appui de ces objections soient portés devant le Congrès et le peuple américain. Ceux qui suggèrent que soulever des objections dans le cadre de la loi sur le décompte des voix est inapproprié ou antidémocratique ignorent plus de 130 ans d’histoire, et ne reconnaissent pas que les démocrates ont soulevé des objections au Congrès chacune des trois dernières fois où un candidat républicain à la présidence a prévalu.

Aujourd’hui, il sera de mon devoir de présider lorsque le Congrès se réunira en session conjointe pour compter les votes du Collège électoral, et je le ferai de mon mieux. Je demande seulement que les représentants et les sénateurs qui se réuniront avant moi abordent ce moment avec le même sens du devoir et un esprit ouvert, en mettant de côté la politique et les intérêts personnels, et qu’ils fassent leur part pour s’acquitter fidèlement des devoirs qui leur incombent en vertu de la Constitution. Je prie également pour que nous le fassions avec humilité et foi, en nous souvenant des paroles de John Quincy Adams, qui a dit : “Le devoir est le nôtre ; les résultats sont ceux de Dieu”.

Il y a quatre ans, entouré de ma famille, j’ai fait le serment de soutenir et de défendre la Constitution, qui s’est terminé par ces mots : “Que Dieu me vienne en aide”. Aujourd’hui, je veux assurer au peuple américain que je respecterai le serment que je lui ai fait et que je respecterai le serment que j’ai fait à Dieu Tout-Puissant. Lorsque la session conjointe du Congrès se réunira aujourd’hui, je ferai mon devoir de veiller à ce que nous ouvrions les certificats des électeurs des différents États, que nous entendions les objections soulevées par les sénateurs et les représentants et que nous comptions les votes du collège électoral pour le président et le vice-président d’une manière conforme à notre Constitution, à nos lois et à notre histoire. Que Dieu me vienne en aide.

/fin

* * *

Alors que la plupart des élections ont inclus des opposants du parti perdant, cette fois-ci sera un peu différente – car plus de 90 législateurs du Parti Républicain (77 représentants et 13 sénateurs) se sont engagés à s’opposer à l’élection – même si cela ne change pas le résultat.

“J’espère que le peuple américain n’entendra qu’un petit nombre de preuves”, a déclaré la représentante Marjorie Taylor Greene (R-GA) dans une déclaration à Epoch Times mardi.

Voici comment le processus de traitement des objections va fonctionner : Un membre de la Chambre et un sénateur déposent tous deux leur objection par écrit, la session conjointe sera suspendue, tandis que la Chambre et le Sénat se réuniront séparément pour débattre pendant deux heures au maximum. Les membres seront autorisés à parler pendant cinq minutes chacun, après quoi les deux chambres voteront. Pour qu’une objection aboutisse, elle doit obtenir une majorité simple dans les deux chambres.

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, Démocrate-Californie présidera tous les débats de la Chambre et a contacté les représentants démocrates. Adam Schiff, Californie, Zoe Lofgren, Californie, Jamie Raskin, Md. et Joe Neguse, Colo. pour diriger les réponses aux objections du Parti Républicain. Mais d’autres démocrates des États sur lesquels les républicains se concentrent devraient également s’exprimer contre cet effort. –NPR

Entre-temps, des théories ont été émises sur ce que le vice-président Mike Pence pourrait ou non “faire” pour renverser les résultats de l’élection de novembre, sur la base d’allégations de fraude généralisées et de plusieurs changements de procédure de dernière minute qui, selon les républicains, ont ouvert la porte à la manipulation.

Mardi, suite à un article du New York Times selon lequel Pence aurait dit à Trump qu’il n’avait pas le pouvoir de changer les résultats des élections, le président Trump a émis un blâme sévère, qualifiant l’article de “fausse nouvelle”.

“Le rapport du New York Times concernant les commentaires que le vice-président Pence m’aurait fait aujourd’hui est une fake news. Il n’a jamais dit cela. Le vice-président et moi sommes tout à fait d’accord sur le fait que le vice-président a le pouvoir d’agir“, a déclaré M. Trump dans une déclaration, avant d’énumérer plusieurs options dont il dit que Pence dispose en vertu de la constitution : “Il peut annuler la certification des résultats ou les renvoyer aux États pour qu’ils les modifient et les certifient. Il peut également décrédibiliser les résultats illégaux et corrompus et les envoyer à la Chambre des représentants pour un vote en faveur d’une tabulation par État”.

La NPR verse de l’eau froide sur la théorie du “Patriot Pence”, cependant, après qu’un fonctionnaire de l’administration qui n’était pas autorisé à s’exprimer officiellement ait déclaré que “le vice-président a l’intention de suivre la loi et de faire respecter la Constitution demain”, ajoutant que Pence – un avocat de formation – a préparé la session conjointe en rencontrant le parlementaire du Sénat, et a lu des avis juridiques et étudié la Constitution.

Voici la liste complète des opposants prévus via Epoch Times :

Sénat

Sen. Josh Hawley (R-Mo.)
Sen. Ted Cruz (R-Texas)
Sen. Marsha Blackburn (R-Tenn.)
Sen. Steve Daines (R-Mont.)
Sen. James Lankford (R-Okla.)
Sen. John Kennedy (R-La.)
Sen. Mike Braun (R-Ind.)
Sen. Ron Johnson (R-Wis.)
Sen. Bill Hagerty (R-Tenn.)
Sen. Cynthia Lummis (R-Wyo.)
Sen. Roger Marshall (R-Kan.)
Sen. Tommy Tuberville (R-Ala.)
Sen. Kelly Loeffler (R-Ga.)

Chambre des représentants

Rep. Mo Brooks (R-Ala.)
Rep. Matt Gaetz (R-Fla.)
Rep. Marjorie Taylor Greene (R-Ga.)
Rep. Madison Cawthorn (R-N.C.)
Rep. Barry Moore (R-Ala.)
Rep. Bob Good (R-Va.)
Rep. Jody Hice (R-Ga.)
Rep. Brian Babin (R-Texas)
Rep. Ted Budd (R-N.C.)
Rep. Lauren Boebert (R-Colo.)
Rep. Lance Gooden (R-Texas)
Rep. Jeff Van Drew (R-N.J.)
Rep. Louie Gohmert (R-Texas)
Rep. Ronny Jackson (R-Texas)
Rep. Jeff Duncan (R-S.C.)
Rep. Burgess Owens (R-Utah)
Rep. Andrew Clyde (R-Ga.)
Rep. Jerry Carl (R-Ala.)
Rep. Yvette Herrell (R-N.M.)
Rep. Mark Green (R-Tenn.)
Rep. Ralph Norman (R-S.C.)
Rep. Paul Gosar (R-Ariz.)
Rep. Diana Harshbarger (R-Tenn.)
Rep. Clay Higgins (R-La.)
Rep. Jason Smith (R-Mo.)
Rep. Billy Long (R-Mo.)
Rep. Sam Graves (R-Mo.)
Rep. Vicky Hartzler (R-Mo.)
Rep. Scott Perry (R-Pa.)
Rep. Guy Reschenthaler (R-Pa.)
Rep. Dan Meuser (R-Pa.)
Rep. Glenn Thompson (R-Pa.)
Rep. Mike Kelly (R-Pa.)
Rep. Lloyd Smucker (R-Pa.)
Rep. John Joyce (R-Pa.)
Rep. Fred Keller (R-Pa.)
Rep. Joe Wilson (R-S.C.)
Rep. Byron Donalds (R-Fla.)
Rep. Randy Weber (R-Texas)
Rep. Barry Loudermilk (R-Ga)
Rep. John Rutherford (R-Fla.)
Rep. William Timmons (R-S.C.)
Rep. Kevin Hern (R-Okla.)
Rep. Kat Cammack (R-Fla.)
Rep. Chuck Fleischmann (R-Tenn.)
Rep. Jim Jordan (R-Ohio)
Rep. Richard Hudson (R-N.C.)
Rep. Ron Estes (R-Kan.)
Rep. Tracey Mann (R-Kan.)
Rep. Jacob LaTurner (R-Kan.)
Rep. Elise Stefanik (R-N.Y.)
Rep. Doug Lamborn (R-Colo.)
Rep. Mike Rogers (R-Ala.)
Rep. Chris Stewart (R-Utah)
Rep. Russ Fulcher (R-Idaho)
Rep. Andy Biggs (R-Ariz.)
Rep. Jackie Walorski (R-Ind.)
Rep. Jack Bergman (R-Mich.)
Rep. Tim Walberg (R-Mich.)
Rep. Ron Wright (R-Texas)
Rep. Warren Davidson (R-Ohio)
Rep. John Carter (R-Texas)
Rep. Robert Aderholt (R-Ala.)
Rep. Mike Garcia (R-Calif.)
Rep. Bill Posey (R-Fla.)
Rep. Scott Franklin (R-Fla.)
Rep. Jim Banks (R-Ind.)
Rep. Steven Palazzo (R-Miss.)
Rep. Adrian Smith (R-Neb.)
Rep. David Rouzer (R-N.C.)
Rep. Bob Gibbs (R-Ohio)
Rep. Markwayne Mullin (R-Okla.)
Rep. Scott DesJarlais (R-Tenn.)
Rep. Pete Sessions (R-Texas)
Rep. Dan Bishop (R-N.C.)
Rep. Jodey Arrington (R-Texas)
Rep. Rick Crawford (R-Ark.)

Catégories :REBLOG

7 réponses »

  1. Mike Pence a baissé son pantalon en faveur de la Mafia Démocrate des BIDEN-OBAMA-CLINTON dans l’espoir d’un retour d’ascenseur qui n’aura jamais lieu.
    Les Démocrates vont une fois de plus tenter de passer en Force mais
    Le Peuple Américain est souverain et il a déjà commencer à le signifier, et il va se faire entendre face à L’Alzheimer Mafieux BIDEN et à la potiche d’OBAMA qui vont avoir comme 1er objectif de tenter de désarmer les citoyens américains, Et Là pauvre Sleeping-Joe tu peux aller te recoucher, la partie est perdue d’avance pour les Démocrates qui ont pris le Peuple Américain pour une bande de supposés singes, ce qu’ils ne sont absolument pas.
    L’Histoire s’écrit et le retour de Boomerang va être très dur pour les Démocrates corrompus qui n’ont pas pris en compte dans leur équation que Le Peuple Américain est une Entité à part entière et Souveraine, et qu’un Pouvoir « mal élu » ne tiendra pas longtemps face aux Patriotes US.

    J'aime

  2. je ne vois pas quel boomerang mis à part une révolution et ça n’en prend pas le chemin,si trump n’agit pas par la loi martiale le bidon biden ou plus ses commanditaires volerons le pouvoir

    J'aime

  3. @jocker et @WEINGARTEN,

    Je pense, comme vous jocker « qu’un Pouvoir « mal élu » ne tiendra pas longtemps face aux Patriotes US. »

    Il me semble que vous êtes aussi dans le réalisme, Mr WEINGARTEN, par votre assertion « si trump n’agit pas par la loi martiale ».

    Cependant, il est tout aussi vrai que « Le Peuple Américain est une Entité à part entière et Souveraine » et que le risque de sécession est tout aussi réel!

    Attendons que Biden occupe le lit de la maison blanche avec kamala-Soutra pour se payer une bone tranche…ça va être chaud et pas que dans la rue!
    Le pauvre chou Biden aura eu son élection et sa dernière érection!

    Ceci dit, lorsque le tout américain est à ce point délétère, l’odeur de la poudre monte aux nez des hommes de tous pays.

    J'aime

  4. Faut aller plus vite dans nos raisonnements…

    Trump out, la voie « unique » est enfin libre pour le grand reset. (qui aurait eu lieu de toutes les façons, mais avec un autre État d’esprit.

    La virtualisation monétaire peut prendre forme sans contestation avec l’aide de la Technocratie.

    Une puce dans le cul pour tous doit accélérer ce mouvement.

    Les BC vont pouvoir coordonner leur calendrier.

    Les vraies valeurs se feront dézinguées.

    Le revenue de base universel sera déployé et les possédants seront dépossédés.

    Nous ne sommes plus un simple bétails à gérer, nous sommes en plus le produit d’un nouveau mode de consommation.

    …/…

    La pègre à pris le pouvoir, les ventes d’armes vont exploser… Les Monde Occidental n’existe plus.

    Sauf que… leur histoire de Globaliste Mondiale ne fonctionne pas ! Chaos devant, caca derrière !

    J'aime

    • Excellente analyse, « Merci »!
      Nous avons des points de vue communs, points de vue qui ne nous réjouissent pas…On fait avec…

      Je rajouterais que tous ceux qui ont mis D.Trump out ne se réjouiront pas très longtemps, n’appartenant pas à l’élite.
      « Chaos devant, caca derrière »… »Großer Kacka auf dem Gesäß »

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s