Behaviorisme et Finance Comportementale

Ma Chronique du Gold Semaine 24

Les cours de l’or sont descendus vendredi jusqu’à 936,85 dollars l’once, leur niveau le plus bas depuis début mai

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

  Sur le London Bullion Market, l’once d’or a fini à 937,25 dollars vendredi au fixing du soir, contre 962 dollars vendredi dernier. Le métal jaune peine à renouer avec les 987 dollars, son dernier pic en date atteint le 1er juin dernier. Pour mémoire, soit près de 120 dollars de plus que son niveau du 20 avril. Toujours d’actualité, la corrélation élevée du dollar et de l’or est de l’ordre 70% à ce jour, selon BNP Paribas CIB. Or contre l’euro par exemple, le dollar ne parvient ni à continuer la route qui l’avait mené jusqu’au-delà de 1,43 dollar au début du mois, ni même à se maintenir durablement au-dessus des 1,40 dollar depuis une semaine. Libellé en billets verts à titre principal, le cours de l’once s’en ressent.

Dans son commentaire hebdomadaire publié le 10 juin, le fondeur-affineur allemand Heraeus écrivait : ‘en définitive, manqué, c’est manqué’, en évoquant le seuil psychologique des 1000 dollars que l’or échoue à dépasser depuis fin mai. ‘Initialement, l’or était soutenu par l’affaiblissement du dollar et la hausse du pétrole, elle-même provoquée par le relèvement des prévisions de Goldman [le 3 juin dernier,]. Puis des rumeurs de hausse des taux aux Etats-Unis ont soutenu le dollar et plombé l’or’, commentait Heraeus. Les fonds spéculatifs sont à la peine et ne peuvent donc s’appuyer sur aucuns éléments fondamentaux pour projeter l’OR au dessus de la barre psychologique des 1000 dollars l’once….

En effet coté demande d’investissement le groupe d’Hanau ajoute que  ‘la demande pour les lingots d’investissement reste prudente’. Si il est devenu moins physique, ‘l’intérêt des investisseurs en or à plus long terme n’a pas complètement disparu’, selon Heraeus. Alors que la crainte du risque de contrepartie bancaire s’est atténuée, l’appétit pour les produits permettant de jouer l’or en Bourse, comme les ETF, ne recule pas mais a tendance à stagner. L’encours cumulé de l’ensemble des ETF aurifères a légèrement augmenté de 0,1% sur la semaine à 55 millions d’onces [près de 1886 tonnes,], ‘soit près de 70% de la production minière mondiale’, note Heraeus. Le fondeur-affineur de métaux fins allemands Indiquait aussi que les délais de livraison pour ses lingots et lingotins avaient disparu. Ces délais pouvaient atteindre plusieurs semaines en début d’année, les fonderies peinant alors à satisfaire la demande. L’encours du premier de ces ETF, le SPDR Gold Shares américain (géré par State Street), est conservé par la banque HSBC). Il était toujours de 1132,15 tonnes le 10 juin au soir(ou 36,4 millions d’onces), à deux pas de son record de tous les temps de 1134 tonnes atteint les 1er et 2 juin. De son coté l’analyste Anne-Laure Tremblayde chez BNP Paribas CIB note que les  flux d’investissement vers les ETF  ont ralenti, passant de + 354 tonnes en février et mars à + 28,5 tonnes en avril et mai

Et enfin du côté des produits dérivés sur l’or du marché américain COMEX, les positions spéculatives nettes ‘longues’ des hedges funds ont effectivement progressé depuis mars, mais restent en deçà de leurs records de janvier.

Il est à noté aussi que le Congrès américain devrait se prononcer positivement, dans les jours qui viennent, sur la position des Etats-Unis quant à la vente de 403 tonnes de métal jaune envisagée par le Fonds monétaire international ce qui exerce bien entendu une pression supplémentaire à la baisse sur les cours en l’absence d’information claire et nette sur la question. 

A l’opposé coté production, les mouvements sociaux en Afrique du Sud risquent de faire grimper le cours de l’or. « Séparément, après avoir impliqué la Commission de conciliation, de médiation et d’arbitrage, les compagnies minières et les ouvriers sont arrivés dans une impasse quant aux salaires » rapportaient les analystes de Barclays Capital. Les ouvriers sud-africains demandent une revalorisation de leurs salaires de 15%, ce qui est refusé par les dirigeants arguant d’une augmentation trop forte des coûts de production. La production sud-africaine d’or a baissé de 13% en volume en avril sur un an, après une chute de 7,6% en mars, selon des chiffres de l’Office sud-africain (SSA) des statistiques dévoilés jeudi. Troisième producteur d’or mondial, l’Afrique du Sud pourrait commencer à être concurrencée par son voisin zimbabwéen, si la situation politique se stabilisait. La fin du monopole d’Etat pour les achats d’or pourrait aider les mines d’or du Zimbabwe à se relever de la ruine dans laquelle les ont plongés 21 ans de ce monopole sur les achats du précieux minéral, grâce à la dérégulation décidée en mars par le nouveau gouvernement d’union.

Une étude intéressante  sur  l’Or est sortie cette semaine, elle provient d’Exane et montre toute la complexité et la difficulté d’une bonne analyse sur l’Or.

Exane Derivatives note que l’or est un actif soumis à des forces contradictoires. «En tant que valeur refuge, il a vocation à s’apprécier en période de stress économique. Mais en tant que commodity, il est soumis à la croissance économique, notamment par l’intermédiaire de la demande en joaillerie et de sa forte corrélation avec le pétrole, avancent les analystes d’Exane. De même, il est corrélé avec le dollar lors d’une forte remontée de l’aversion pour le risque, le dollar ayant également un rôle d’actif refuge. Mais il est inversement corrélé avec le dollar sur le long terme car il profite d’un effet de substitution lorsque le dollar se déprécie.» Exane souligne en outre que «la situation économique s’améliorant, l’aversion pour le risque a fortement baissé, ce qui aurait dû peser sur la valorisation. Mais ce qui explique selon Exane que l’or n’ait pas beaucoup baissé depuis mars est que son niveau de valorisation a été revu en hausse avec l’appréciation du pétrole et la baisse du dollar. En effet, dans le même temps où l’aversion pour le risque baissait, le pétrole a rebondi vers les 70$ le baril et l’euro est au plus haut depuis 9 mois à près de 1,43$, ce qui soutient une valorisation élevée.» Les analystes estiment dès lors que l’or fait aujourd’hui face à une très légère survalorisation….

Enfin pour terminer sur une note humoristique on notera que les réserves d’or de la France, qui possède l’un des stocks le  plus important au monde rappelons le, se sont vues revalorisées de 2,21 millions d’euros à fin Mai 09….L’augmentation du cours de gold ne fait donc pas que des malheureux et c’est  toujours bon à avoir quand l’heure de la revente des bijoux de famille aura vraiment sonné 🙂

SEMAINE PRECEDENTE :

 https://lupus1.wordpress.com/2009/06/07/ma-chronique-du-gold-semaine-23/

MARCHE DE L’OR
Lingot (11/06) : 21.650 eur
Napoléon (11/06) : 130,00 eur
20 francs suisses (11/06) : 131,10 eur
20 $ US (11/06) : 830,00 eur
50 pesos (11/06) : 820,00 eur

ET EN COMPLEMENT INDISPENSABLE LES ANALYSES TECHNIQUES QUOTIDIENNES SUR LE G OLD DE L’AMI TRADOSAURE :

 http://tradosaure.blogspot.com/

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s