Formation a la gestion de portefeuille

Le gaz naturel: A la fois une matière première et un investissement

Dans tous les cas à consommer avec modération….

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

Le Gaz en tant que support d’investissement

Hormis les risques relativement élevés d’un investissement dans le gaz naturel liés aux fortes fluctuations de cours, l’investisseur s’expose à la problématique de la forte situation de contango que présentent les marchés de contrats à termes (futures).

 La forme du certificat permet non seulement d’offrir une diversification du portefeuille, mais ils offrent également une solution aux embûches liées à un investissement direct dans les contrats futurs. En effet, en investissant dans des contrats à terme sur le gaz naturel, les investisseurs se trouvent dans une situation analogue à celle d’un placement dans des contrats à terme sur le pétrole, souvent avec un effet de contango plus ou moins marqué. Cela signifie que les contrats aux échéances les plus éloignées sont nettement plus chers que ceux aux échéances plus courtes. Les gains réalisés sur les contrats à terme arrivant à échéance seront ainsi absorbés par les pertes de rollover, lors du réinvestissement dans le prochain contrat à l’échéance la plus rapprochée.

Nouvel indice stratégique

L’apparition de phases de contango ou de backwardation sur les marchés des matières premières complique donc la participation à l’évolution des prix du gaz naturel. Un placement uniquement composé d’actions n’apporte en revanche pas la diversification du portefeuille escomptée par les investisseurs qui souhaitent miser sur les matières premières. C’est pour cette raison que la Banque Vontonbel a mis au point, en partenariat avec Structured Solutions AG, un nouvel indice stratégique, le Vontobel Natural- Gas-Strategy Index» qui investit dans des actions du secteur gazier en période de contango et dans des contrats à terme sur le gaz naturel en phase de backwardation.

Cette stratégie permet d’obtenir une évolution fortement corrélée aux prix du gaz naturel, sans subir les pertes de roll-over liées aux contrats à terme.

Si les indicateurs suggèrent qu’il est approprié d’investir dans les actions de sociétés gazières, le placement s’effectuera alors dans un indice d’actions créé à cet effet: celui-ci englobe les 15 plus grandes capitalisations des secteurs «Exploration et Production », «Oléoducs et Gazoducs» et «Distribution de gaz» de la classification Bloomberg. Ces entreprises réalisent la majeure partie de leur chiffre d’affaires dans le gaz. D’autres critères de choix sont un siège social aux États-Unis, ainsi qu’une capitalisation boursière d’au moins 1 milliard de dollars. L’indice d’actions est vérifié, et ajusté le cas échéant, deux fois dans l’année.

 Si les indicateurs soutiennent un placement dans les contrats à terme, l’investissement s’effectuera dans des contrats futurs sur le gaz naturel d’une durée de vie d’au moins trois mois.

Cette stratégie permet d’obtenir une évolution bien corrélée aux prix gu gaz naturel. La situation effective sur le marché de cette matière première est réévaluée chaque mois afin de décider s’il faut investir dans les contrats à terme ou dans l’indice d’actions.

Les VONCERT (certificats tracker) sont en souscription à partir récente avec comme devise de référence le dollars US et l’euro. De plus, ce produit est Open End et il sera coté à la SIX Swiss Exchange.

Le Gaz en tant que Matière première

Alors que les prix du gaz naturel avaient évolué de façon similaire à ceux du pétrole en 2008, la remontée des cours de l’or noir au premier semestre 2009 a distancé le marché du gaz. Les observateurs du marché estiment néanmoins qu’un redressement conjoncturel pourrait accélérer la demande de gaz naturel et contribuer à faire rebondir les prix de cette matière première.

Indépendamment de la conjoncture médiocre actuelle, une forte hausse de la consommation de gaz naturel mondiale est attendue dans les années à venir. Deux facteurs soutiendront cette tendance: d’une part, par les besoins croissants en énergie, en particulier dans les pays en développement, et, d’autre part, les efforts des pays industrialisés visant à remplacer le charbon et le pétrole par le gaz naturel pour des raisons écologiques et à réduire leur dépendance du pétrole.

A Le Gaz dans tous ses états

La matière première appelée gaz naturel se manifeste naturellement sous forme gazeuse, se compose principalement de méthane sur le plan chimique et se trouve dans les couches souterraines. Généralement, l’extraction de gaz naturel se fait en même temps que celle du pétrole. La composition du gaz naturel varie selon sa provenance.

Outre sa forme gazeuse, le gaz naturel peut également être converti en d’autres états, ce qui revêt une importance essentielle pour l’approvisionnement mondial et l’industrie automobile. Pour réduire son volume, on peut ainsi le compresser: on parle alors de gaz naturel comprimé ou GNC.

Pour le transport par bateaux, le gaz naturel est liquéfié par une température de -162 degrés Celsius. Cette forme liquéfiée est appelée gaz naturel liquéfié ou GNL.

B Quelles utilisations pour le Gaz ?

Le gaz naturel est principalement utilisé pour la production d’électricité et de chaleur, ainsi que comme carburant automobile.

Les véhicules roulant au gaz ont d’ailleurs beaucoup évolué ces dernières années. Aujourd’hui, les conducteurs disposent d’un grand choix de voitures au gaz et de nouveaux modèles sortent chaque année sur le marché. Leur technique est aujourd’hui aussi aboutie que celle des moteurs à essence ou au gazole. D’après les données de l’Union allemande de l’économie du gaz et de l’eau (Deutschen Gasund Wasserwirtschaft, BGW), près de 40.000 voitures au gaz rouleraient actuellement sur les routes d’Allemagne et leur nombre devrait passer à 500.000 d’ici 2012. En Italie, plus de 400.000 automobiles roulent déjà au gaz naturel. Comme ils émettent moins de substances polluantes que l’essence ou le gazole, ce type de véhicules peuvent fortement contribuer à la protection de l’environnement. Les nouveaux objectifs de qualité de l’air de l’UE ouvrent des perspectives réjouissantes pour le marché européen des véhicules au gaz naturel. La Commission européenne encourage expressément l’adoption de ce carburant et a formulé un objectif clair, selon lequel les modes de propulsion alternatifs devront représenter 20 % du marché d’ici à 2020, dont 10 % pour le seul gaz naturel. De ce fait, les émissions de dioxyde de carbone devraient diminuer de cinq millions de tonnes par an.

C Le point sur les réserves disponibles

Les principales réserves exploitables sûres de gaz naturel se trouvent au Moyen-Orient ainsi que sur le territoire de l’ancienne Union soviétique. La Russie, l’Iran et le Qatar fournissent plus de la moitié du gaz actuellement exploitable sur le plan technique et économique. En Europe de l’Ouest, ce sont les Pays-Bas et la Norvège qui disposent des stocks les plus importants.

RÉSERVES MONDIALES DE GAZ NATUREL

Australie 8

Asie 8

Moyen-Orient 6

Afrique  15

Europe  73

Amérique du Sud  53

Amérique du Nord 14

Réserves exploitables prouvées en 2007 (en 1000 milliards de m3)

Source: Erdgas, état août 2009

D Perspectives concernant l’offre et la demande

Les chercheurs de l’Institut fédéral de géologie et de matières premières de Hanovre (Bundesanstalt für Geowissenschaften und Rohstoffe, BGR) estiment que les réserves exploitables de gaz naturel pourraient être suffisantes pour répondre aux besoins bien au-delà de 2050. Cependant, si la production d’électricité et de carburant nécessitait des quantités de gaz naturel très supérieures aux niveaux actuels, cette disponibilité pourrait se réduire. Les mesures d’économies d’énergie devraient en revanche prolonger la durée de vie des stocks. A l’heure actuelle, l’appétit de la planète pour le gaz reste intact et ne cesse de croître. Ainsi, d’après le BGR, la consommation annuelle mondiale a presque doublé depuis le milieu des années 80 pour atteindre environ trois billions de mètres cubes en 2008. Au cours des 20 prochaines années, la consommation de gaz naturel pourrait même croître jusqu’à presque quatre billions et demi de mètres cubes. Le premier consommateur mondial est l’Amérique du Nord, qui utilise près d’un tiers de la production internationale, suivie des anciens pays de l’Union soviétique et de l’Europe. C’est en Amérique latine, en Afrique et en Asie que l’on consomme le moins de gaz naturel, mais c’est aussi là que la courbe de croissance est la plus dynamique.

PATRICK ALBRECHT (Vontobel)

EN COMPLEMENT INDISPENSABLE : Le Journal des Flatulences : Alors çà gaz ???? (cliquez sur le lien)

4 réponses »

  1. Existe t il des sites de bourse permettant d’ acheter ces voncert depuis la France?FORTUNEO en est incapable!
    Sinon pourriez vous indiquer comment procéder,merci.

    J'aime

  2. Que penser du benchmark DE000HV7LLD8 de unicredit pour jouer une remontée inéluctable des cours mais sans érosion de l’ investissement par effet contango?Merci

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s