Innovation Technologique, scientifique ou financière

Jeannette Williner : Le dilemme énergétique des gouvernements

Jeannette Williner : Le dilemme énergétique des gouvernements

La balle de match reste américaine en ce qui concerne le pétrole. Et la volte-face suédoise en faveur du nucléaire est logique

PLUS/MOINS DE PETROLE EN SUIVANT :

Juste avant le solstice d’été, le parlement suédois vote le remplacement des dix réacteurs nucléaires du pays. Horreur chez les sociaux démocrates et les responsables des Verts ! Et pourtant la Suède reste le pays parfait (ou presque) en matière énergétique. Oui, mais voilà, lorsque les nouvelles technologies sont en retard, il faut bien «faire avec» en attendant. Le moindre mal c’est bien l’énergie nucléaire.

Les futurs réacteurs ne seront construits que pour remplacer les anciens et sur les mêmes sites. A moins de supprimer le confort acquis du citoyen suédois, il faut en passer par là !

Au même moment ou presque, le président Obama exprime le souhait de refermer le dossier de la crise BP. Plusieurs semaines de son temps ont été consacrées à la gestion de cette crise. A présent, un américain de BP, Dudley, est en charge du dossier et le président veut revenir à la relance économique et au bâton de pèlerin qu’il a pris pour la soutenir.

A vrai dire, le président Obama a appelé à un nouveau modèle énergétique aux Etats-Unis. Or, la réforme promise n’a toujours pas été votée au Sénat et le président ne veut pas perdre son temps à répéter 10.000 fois que la société BP a été irresponsable. Une meilleure réglementation et une surveillance plus serrée sont nécessaires pour les forages offshores.

Le président Obama ne peut pousser ses commentaires au-delà d’une certaine limite. Il veut éviter de devoir faire lui-même un constat très officiellement: un vingtième de la population mondiale (les Américains) consomment un quart de la production de pétrole! Et si Deepwater se trouvait là c’est précisément à cause de cet état de choses.

Dans de tels cas, et même si la cause est juste, le ridicule est souvent proche. Donc s’attarder à la Louisiane et aux Etats voisins du Golfe était absolument nécessaire. Entreprendre « LA » croisade est superflu. L’évolution climatique, les forages en eau profonde et la croissance économique ne sont pas des thèmes qui peuvent être individualisés à volonté. Par contre, ils doivent apprendre, au travers de leurs concepteurs, à être respectueux de l’autre. Le président américain peut donner la tendance mais il est impossible qu’il s’attarde au détail. Etant donné les conséquences de l’accident, on peut affirmer qu’une taxe carbone n’est pas suffisante.

Il faut savoir mettre à profit cet accident pour tirer un maximum de conséquences positives en matière environnementale. Si la nation la plus riche et la plus exigeante au monde en matière énergétique ne consent pas de sacrifices, il est inutile d’en demander aux autres sauf peut-être à une Europe fanatique par certains points de vue tout en étant largement laxiste sur d’autres.

Mais l’Europe ne construit plus rien non plus. Le vice-président Gore a fait un excellent travail avec son réchauffement climatique mais en premier lieu il a surtout gagné beaucoup d’argent pour lui. Soulever les problèmes et affoler les gens est facile surtout lorsqu’on n’apporte aucune solution.

D’ailleurs son urgence planétaire n’a surtout pas convaincu ses concitoyens. Obama cherche à transformer un accident en travaux pratiques pour faire avancer la machine. Renoncer au pétrole dans le cas américain reviendrait à être à court d’énergie. Par contre, exploiter la pollution pour reconstruire un avenir aux énergies renouvelables est une bonne chose.

Le fait qu’une pollution de cette envergure touche le pays de l’oncle Sam montrera aux Américains qu’il est difficile de se faire payer et que leur énergie favorite présente quantité d’inconvénients dont ce genre d’accident.

Lorsque l’industrie américaine s’attaque à un défi on peut lui faire confiance : il y a un résultat. La voiture électrique aurait vu le jour depuis longtemps si les Etats-Unis n’avaient voulu protéger leur industrie automobile. L’Europe si écolo roule au diesel (mais bien sûr il y a des filtres) et en voitures tout terrain (ce ne sont même plus desSUV) au cour des villes. Sans parler de pollution, la simple notion de sécurité exigerait de supprimer ce genre de véhicules du cour de la cité. Le schéma est venu des Etats-Unis. Si la voiture électrique vient d’outre-Atlantique elle sera beaucoup plus appréciée que créée sur le vieux continent.

Exxon, au travers de l’expérience suédoise très avancée en matière d’énergie renouvelable, s’est penchée sur toutes les formes qu’elles peuvent revêtir. Elle a été interpellée et intéressée à tel point que l’américaine a acheté plusieurs sociétés impliquées dans ces développements. Exxon doit être sur le pont et les dossiers sortis des tiroirs pour établir la stratégiede l’avenir. C’est à brève échéance que des besoins en énergie pourraient être satisfaits différemment pour les très gros consommateurs. Fournisseurs et entreprises concernées en tireraient une carte de visite très intéressante.

Pour l’individu, les changements seront plus lents mais tant d’explications doivent être données et répétées que tout prendra place en temps opportun.

Il reste une arme aux Américains que les Européens n’ont plus depuis longtemps: le côté fiscal.

 En 2002, Gary S. Becker, habitué des colonnes de Business Week et prix Nobel 1992 tenait un raisonnement économiquement réaliste.

Réduire la consommation en observant une législation plus sévère suit un chemin indirect qui n’a que peu d’impact. Par contre des prix plus élevés à la pompe encouragent très directement les conducteurs américains à délaisser leur volant. Les poids lourds beaucoup plus lourdement taxés sillonneraient moins les Etats- Unis et les avions tourneraient moins à moitié vides en fret ou passagers. En période de ralentissement économique c’est le moment ou jamais de prélever d’un côté pour distribuer de l’autre et changer quelque peu le schéma de consommation.

JEANNETTE WILLINER Analyste indépendante juin10

1 réponse »

Laisser un commentaire