Europe

L’Irlande: au pays des zombies

Irlande: au pays des zombies

L’Irlande fait peur: ses banques sont en faillite, le chômage monte en flèche et l’État est fauché. Les solutions pour relancer son économie n’ont rien donné jusqu’ici.

PLUS DE DETTES EN SUIVANT :

Après la Grèce et l’Espagne, voilà que l’Irlande et son secteur bancaire sinistré ravivent les inquiétudes.

La semaine dernière, la troisième banque du pays, Anglo Irish Bank (AIB), a dévoilé des résultats désastreux. En six mois, elle a perdu 8,2 milliards d’euros,

Crise Bancaire 2007/10 : Anglo Irish Bank plonge l’Irlande dans les abysses

Dans la grande île aux prés verts, on n’a jamais vu un bilan d’entreprise barbouillé d’autant d’encre rouge.

Juste auparavant, deux concurrentes, Bank of Ireland et Allied Irish Bank, publiaient des résultats à peine meilleurs. Ces trois banques ont un problème commun: elles croulent encore sous le poids des actifs «toxiques» de l’immobilier.

90 milliards d’euros

Pourtant, pour sauver le secteur bancaire, l’État a employé – comme prescrit – un remède de cheval: Dublin a nationalisé en janvier 2009 l’Anglo Irish Bank et recapitalisé à coups de milliards d’autres établissements. Une bad bank, la National Asset Management Agency (Nama), a été mise sur pied pour racheter les actifs risqués.

Le coût pour renflouer AIB dépasserait les 25 milliards d’euros, a-t-on appris au cours des derniers jours. Mais selon Standard & Poor’s, la facture totale du sauvetage bancaire, d’abord évaluée à 50 milliards d’euros, atteindrait 90 milliards d’euros – . Un désastre, qui correspond à près de 60% de l’économie irlandaise.

Si bien que S&P a récemment sonné l’alarme, abaissant d’un cran (de «AA» à «AA-») la cote de crédit de l’Irlande malgré les protestations de Dublin.

D’où l’expression «zombies» que des médias européens accolent ces jours-ci aux banques irlandaises, désormais maintenues en vie artificiellement par un État surendetté.

Et les dernières données économiques ne feront rien pour chasser les fantômes: les exportations, jadis un moteur économique du pays, baissent sans cesse depuis le début de 2010.

Quant au secteur immobilier, qui s’est effondré avec la crise financière, il ne se relève pas. Au contraire, les banques sont accablées par des actifs immobiliers moribonds, y compris des milliards de prêts accordés à des hôtels quasi vides qu’on a construits durant le boom immobilier.

Sans compter que le taux de chômage a encore grimpé, en août, pour atteindre 13,8% – un sommet en 16 ans!

Un modèle?

Le plus troublant, c’est que l’Irlande était citée comme modèle en zone euro, jusqu’à récemment. Les Irlandais, avec l’appui du président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, ont pris des moyens douloureux, mais les bons, pour sortir de la crise financière, disait-on.

Afin de rééquilibrer ses finances et restaurer la confiance, le gouvernement a annoncé des mesures budgétaires draconiennes à la fin de 2009, le premier du club euro à se servir ainsi du couperet.

Dublin a taillé dans les programmes sociaux afin de ramener le déficit public, actuellement à 14% du PIB, à 2,9% en 2014. Les investissements publics, les allocations familiales et les salaires des employés de l’État ont aussi été brutalement réduits.

Ces coupes ont d’ailleurs inspiré la Grèce et l’Espagne qui, quelques mois plus tard, ont aussi emprunté la voie de l’austérité budgétaire pour mater la crise.

Or, l’Irlande attend toujours les récompenses pour ses sacrifices.

Depuis deux ans, l’économie irlandaise – l’une des plus dynamiques du monde industrialisé durant les années 90 – a rétréci de 10% et peut aspirer à une minable croissance de 0,8% cette année, selon la banque centrale du pays.

Malgré les compressions budgétaires, même les coûts d’emprunt du pays sur les marchés obligataires sont à la hausse.

De toute évidence, le Tigre celtique a été dégriffé par la crise financière. L’Irlande ne peut plus compter sur l’immobilier, qui avait été artificiellement gonflé par un crédit surabondant, ou sur une fiscalité généreuse – et coûteuse – pour attirer de nouveau les multinationales qui, pour la plupart, boudent le pays.

Pour le moment, l’austérité n’apporte que du malheur aux Irlandais. Sans oublier que la colossale facture des remèdes pour redonner vie aux zombies bancaires sera inévitablement refilée aux contribuables.

«Les enfants (de l’Irlande) paieront les dettes du pays pour des décennies», affirment Peter Boone, de la London School of Economics, et Simon Johnson, ex-économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI), dans une analyse conjointe.

Bref, l’Irlande économique est un film d’horreur. Les Européens mais aussi les Américains, qui se demandent comment relancer leur économie ces jours-ci, ont de bonnes raisons de s’inquiéter et de se poser des questions

Richard Dupaul La Presse sep10

3 réponses »

  1. Les banques européennes sont mal.

    Plus particulièrement : les banques françaises sont très très mal.

    Les banques françaises ont compris que le « plan d’aide » de 750 milliards d’euros avait complètement échoué.

    Le 10 mai 2010, l’Union Européenne et le FMI ont annoncé qu’ils mettaient 750 milliards d’euros sur la table pour sauver les Etats européens en faillite (Portugal, Irlande, Grèce, Espagne). Cette annonce a eu un effet spectaculaire : les taux d’intérêts des obligations de ces Etats se sont aussitôt effondrés.

    Mais depuis le 10 mai 2010, les investisseurs internationaux ont compris que ce « plan d’aide » de 750 milliards d’euros était du pipeau : les Etats européens sont déjà surendettés, et donc ils sont incapables de se surendetter encore plus pour secourir des Etats en faillite.

    Conséquence : depuis le 10 mai 2010, les taux d’intérêt des obligations de ces Etats sont repartis à la hausse.

    Autrement dit : ce gigantesque coup de bluff a échoué. Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de ces quatre Etats à rembourser leurs dettes.

    Si on regarde l’évolution des taux d’intérêt de ces Etats, les graphiques sont incroyables, tout simplement incroyables : malgré l’annonce de ce soi-disant « plan d’aide » de 750 milliards d’euros, les taux d’intérêt ont recommencé à augmenter.

    Regardez ces graphiques ahurissants :

    Si le Portugal lançait un emprunt à 10 ans, il devrait payer un taux d’intérêt de 5,795 % !

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

    Si l’Irlande lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de 5,983 % !

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

    Si la Grèce lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de 11,674 % !

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

    Les banques européennes qui ont prêté à ces Etats ont du souci à se faire.

    Les banques qui ont prêté le plus à ces Etats sont les banques allemandes et les banques françaises ! C’est la GRANDE angoisse en Allemagne et en France au siège de ces banques !

    Plus les jours passent, plus ces Etats empruntent à des taux d’intérêt de plus en plus exorbitants.

    Plus les jours passent, plus ces Etats se surendettent.

    Plus les jours passent, plus ces Etats se rapprochent du défaut de paiement.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s