A Chaud!!!!!

A Chaud !!!!! Le Mercredi 9 Novembre : La « chevauchée fantastique » du Cavaliere vire à l’apocalypse par Bruno Bertez

A Chaud !!!!!  Le Mercredi 9 Novembre : « La chevauchée fantastique » du Cavaliere vire à l’apocalypse par Bruno Bertez 

La situation Italienne au lieu de s’améliorer empire. On voit les effets une fois de plus de la courte vue des dirigeants européens qui ont cru que se focaliser sur Berlusconi et le couler contribuait aux solutions.

     Le soulagement du possible futur départ de Berlusconi n’aura duré que quelques heures. Dès ce matin, après une courte pause la dégringolade des bonds Italiens a repris et l’on est à des niveaux de panique. Les appels de marge sur la dette italienne ont été déclenchés, les marges doublées et Goldman Sachs prédit qu’elles seront encore augmentées sévèrement sous peu

Il y a des signes qui ne trompent pas. Mercredi matin, les mots clés «italian 10» étaient parmi les plus employés sur Twitter, loin devant «Berlusconi». Si la Péninsule intéressait autant les microblogueurs, c’est que pour la première fois depuis la création de l’euro, en 1999, le taux d’intérêt demandé à l’Italie pour emprunter sur dix ans a dépassé 7%. Dans la journée, le coût d’emprunt a même atteint 7,68% – contre 6,76% à l’ouverture – avant de se détendre vers les 7,20% en début de soirée.

La chambre de compensation LCH.Clearnet a annoncé mercredi matin qu’elle revoyait à la hausse ses exigences sur toutes les maturités d’emprunts souverains italiens. A partir d’aujourd’hui, les appels de marge sur les obligations de 7 à 10 ans passeront de 5% à 11,65%. Autrement dit, les frais que les investisseurs paient pour acheter ou vendre de la dette publique italienne vont augmenter.

Or, lorsque la chambre de compensation londonienne en avait fait de même avec les obligations portugaises et irlandaises, les investisseurs s’étaient mis à vendre ces titres. Ce qui avait conduit Lisbonne et Dublin à demander une aide financière par la suite. Est-ce le tour de Rome?

source Wall Street Journal

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

Au plan technique on voit les effets pervers de l’intervention incompétente des européens, le marche des CDS étant mort, décrédibilisé, on vend la dette italienne sèche. Et la dette française aussi, le spread a dépassé les 147 PBS, inutile de préciser que c’est un record. 

La France faisait les frais hier de la crise de confiance dont souffre l’Italie sur les marchés financiers, voyant l’écart de taux avec l’Allemagne atteindre un niveau record, dans le cadre d’un mouvement de méfiance généralisé des investisseurs vis-à-vis de la zone euro. En fin de journée, sur le marché obligataire européen où s’échange la dette des Etats, l’écart des taux entre l’obligation de référence du Trésor français à 10 ans (OAT) et son homologue allemand, le Bund, s’est inscrit à 147 points de base (1,47 point de pourcentage), du jamais vu depuis 1997.

Cet écart, qui mesure la prime de risque entre ces deux lignes obligataires, était de 45 points de base il y a un an et de quelque 80 points de base cet été. Concrètement, cela signifie que aujourd’hui les investisseurs craignent beaucoup plus de prêter à la France par rapport à l’Allemagne et exigent une rémunération plus importante pour compenser ce risque.

Bien que France et Allemagne disposent toutes les deux de la meilleure note possible attribuée par les agences financières, la perception des deux pays par les investisseurs est bien différente.

Pour les marchés, la France est considérée comme un pays du Sud et est assimilée aux Etats qui souffrent d’importants déficits budgétaires, explique Laurent Géronimi, directeur de la gestion des taux chez Swiss Life Gestion privée.

La France finalement ne mérite pas son «triple A», fait même remarquer un stratégiste obligataire sous couvert de l’anonymat, en ajoutant que la méfiance des marchés financiers devrait encore s’accroître à l’approche des élections présidentielles. Les candidats vont multiplier les promesses et les investisseurs vont sanctionner la France, car craignant une explosion des dépenses publiques, a-t-il ajouté.

Source Bespoke

Au fond deux éléments justifient la rechute des marchés de ce jour.

 – La généralisation des indications de récession en Europe , production industrielle allemande en chute de 2,7% en sept par exemple: Cette annonce a fait mal et les Européens persistent dans l’austérité!

source Financial Times

– Erreur colossale et impardonnable d’analyse des politiques sur l’Italie. Berlusconi n’est pas le responsable des problèmes , il en a même été pendant quelque temps la solution en rendant le pays gouvernable alors que la situation politique, sociale, partisane rend l’Italie ingouvernable.

La coalition de Berlusconi a beau ne pas être très présentable, elle a fonctionné. C’est la société Italienne qui est ingouvernable, son découpage politique, ses structures sont irrémédiablement inadaptées et inefficaces.

La société italienne n’a tenu que grâce au compromis qui a consisté à accepter une société dysfonctionnante et à masquer les problèmes par un consensus vicieux sur les dépenses sociales, la faible productivité, la gouvernance laxiste, la corruption, les arrangements etc etc le tout grâce au crédit évidemment. Incroyable d’ailleurs que les analystes des banques n’y aient pas pensé !!!

Faites sauter Berlusconi, cassez ou rendez impossible le consensus antérieur et vous avez un pays strictement ingérable Le centre gauche Italien ne tient pas debout quant à l’illusion d’un gouvernement technicien ou d’union nationale, c’est une plaisanterie.

...

 Les politiques européens  n’ont aucune connaissance historique, aucune culture , ils auraient du relire tous les épisodes de la crise italienne de 1992 et les événements qui ont suivie, l’arrivée de Berlusconi, pourquoi, comment etc…

  ...
 
 Savent-ils qu’en 1992 lors de la crise un prélèvement a été décidé dans la nuit sur les comptes en banque italiens ? Certainement pas mais les familles italiennes elles s’en souviennent : Et ici la rumeur de prélèvements bien supérieurs circule : on parle de 2%.
 

La Deutsche Bank n’a qu’a se baisser pour ramasser les capitaux italiens qui veulent fuir le pays, la procédure est très simple on peut même le faire par internet.

La richesse des Italiens est considérable, la dette italienne est essentiellement domestique, donc les italiens vendent leur dette , vendent leur assets et transfèrent comme les riches grecs avant eux.

Non seulement c’est la dette italienne qui souffre mais les banques qui subissent un run .et sont déstabilisées

Par incompétence, calculs politiciens absence de clairvoyance, les dirigeants ont transformé ce qui était une crise facilement gérable début 2010 en un monstre qui dégénère en spirale funeste :.Et qui nous en sommes persuadés débouchera sur la triste monétisation des dettes  souveraines et même plus .

NOTE  La rumeur selon laquelle la question d’une Europe à deux vitesses serait actuellement examinée constitue la cerise sur le gâteau .

Une Europe à deux vitesses avec un core autour de l’Allemagne et des pays qui acceptent l’intégration fiscale, sociale et politique rejetterait tous les périphériques dans un no man’s  land monétaire et financier. Cette rumeur a pris naissance après le discours de Sarkozy à Strasbourg. Le seul moyen pour tous les détenteurs d’assets sur les périphériques de se protéger c’est de vendre la quasi-monnaie de ces périphériques c’est-à-dire leurs bonds !  Au risque de solvabilité, au risque de taux cette rumeur ajoute un risque de change !

source Wall Street Journal

source Der Spiegel

BRUNO BERTEZ Le 9 Novembre 2011

A CHAUD!!!!!!  PRECEDENT :  A Chaud !!!!!! Le Dimanche 6 novembre : Ben et Mario sur le mème bateau …et vogue la galère !!! par Bruno Bertez

EN BANDE SON :

9 réponses »

  1. Jeudi 10 Novembre
    Rappel méthodologique analyse technique

    Tant que la zone de soutien localisée a 1220/1230 au SP 500 n’est pas enfoncée les indications techniques analysées ces derniers jours restent valables …. après on verra!

    J'aime

  2. Bonjour Monsieur Bertez,

    votre article contient en filigrane une idée primordiale, à savoir que les spreads entre Italie, allemagne et france reflètent bien plus les risques de change que les risques de défaut. Ceux qui répètent que l’Italie ou la France sont riches, etc … ne peuvent expliquer ces spreads que par l’irrationalité des marchés. Les italiens qui achetent des bunds ne sont pas eux si irrationnels.
    Les marchés nous ont-ils signifié que l’Italie et l Allemagne ne peuvent avoir à moyen terme la même unité monétaire et que le tropisme de la France sur ce plan est encore un dilemme?

    cdlt,

    J'aime

    • @Charles M

      Je crois que Sarkozy a lui-même répondu à votre question lorsqu’il a suggéré il y a quelques jours une Europe à deux vitesses sur la base d’un noyau , core, qui accepterait une intégration fiscale, sociale et progressivement politique.
      Les divergences entre les différents pays sur ces différents points sont telles qu’il n’ y a pas d’autre solution viable. Il y a une prise de consciente évidente ces jours-ci sur ce point, confère l’ interview de Merkel ce jour dans le Handelsblatt

      On réfléchit à :

      1- Trier, voire expulser
      2- Unifier plus avant ceux qui acceptent le modèle allemand

      Il est évident que tout le reste , eurobond, intervention de la BCE, transferts ne constituent que des moyens de gagner du temps, un temps très chèrement pay2 et plein d’embûches

      Le risque de change et son complément le risque de prédation fiscale sont maintenant d’actualité , la boite de Pandore est ouverte

      En attendant n’oubliez pas que les moyens de gagner du temps et de faire croire que l’on a trouvé des solutions  »compréhensives  » à la crise,ces moyens seront utilisés au maximum et sans scrupules. Au nom de l’intérêt général les gouvernants se sont une fois pour toutes exonérés de la vérité.

      merci de votre intéret

      J'aime

  3. Jeudi 10 novembre 2011 :

    Italie : bond des taux à un niveau record lors d’une émission à un an.

    Les taux d’intérêt à un an payés par le Trésor italien ont atteint jeudi le niveau record de 6,087 % lors d’une émission obligataire test, alors que l’Italie est menacée à son tour d’être emportée par la crise de la dette, a annoncé la Banque d’Italie.

    Ils ont donc presque doublé par rapport à la dernière opération similaire datant du 11 octobre, où ils s’étaient inscrits à 3,57 %.

    Ce niveau de taux est insoutenable sur la durée, étant donné la taille colossale de la dette italienne (1.900 milliards d’euros, environ 120 % du PIB).

    Le Trésor a en revanche atteint son objectif en réussissant à lever 5 milliards d’euros lors de cette émission, qui était le premier test sur les marchés pour le pays après l’annonce mardi soir du départ prochain du chef du gouvernement Silvio Berlusconi.

    La demande a été très soutenue, atteignant 9,95 milliards d’euros.

    Les craintes de voir l’Italie emportée à son tour par la crise de la dette avaient propulsé mercredi les taux à dix ans, qui servent de référence, largement au-dessus de la barre des 7 %.

    http://www.romandie.com/news/n/_Italie_bond_des_taux_a_un_niveau_record_lors_d_une_emission_test101120111111.asp

    J'aime

  4. Et oui, c’est ça le parallèle entre le sympho nique et l’opéra dégout.
    De l’Opéra de Wagner « le Crépuscule de l’odieux » à Berlioz
    et le cavaliere de l’Apocalypse quel raccourci ? Pfiouuuu ! A.C

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s