Changes et Devises

Rappel : Les très sombres prédictions du Dr Zulauf

Rappel : Les très sombres prédictions du Dr Zulauf

Il est un des rares stratèges financiers suisses écoutés partout sur la planète finance. Felix Zulauf prédit le début de la fin de l’euro cette année encore. Et un chaos économique et financier.  «L’euro est erreur de construction. (…) Je m’attends au début de sa désintégration en deuxième partie de l’année.»

Felix Zulauf est une pointure de la finance. Sa parole est écoutée partout sur la planète gros sous, à défaut d’être entendue. Il a vu juste à plusieurs reprises. Actuellement, ses prévisions en noir foncé font le tour du web.

Le stratège, qui gère un hedge fund à Zoug, vient de les réitérer en Juin 2012 dans le cadre de la table ronde du magazine financier américain Barron’s.

D’ici la fin de l’année, l’Alémanique a une autre inquiétude: la faiblesse de la Chine. Là-bas, la bulle immobilière éclatera bientôt, selon lui.

Et les marchés du crédit lui font parler d’un «cocktail explosif». «La montagne de dettes est aggravée par le gigantesque marché ‘over-the-counter’ des produits dérivés.» Au cours des dix dernières années, la valeur nominative des dérivés est passée de 100 billions à 800 billions de dollars, note le stratège.

«Le potentiel existe d’une nationalisation à grande échelle du système de crédit, de contrôles des capitaux et de restrictions dramatiques sur les marchés financiers. Certains pourraient même fermer pour quelques temps…»

Une «manipulation»

Pour Félix Zulauf, «nous assistons à la plus grande manipulation des marchés financiers de tous les temps. Les autorités sont de plus en plus intervenues et ont créé un monstre. Elles pourraient changer les règles si le jeu va à l’encontre de leurs intérêts.»

Ironiquement, le financier fait son job jusqu’au bout. Il conseille aux investisseurs le cash, la vente à découvert d’Emerging markets engagements, et l’or s’il repasse sous les 1500 dollars l’once.

Par Pierre-François Besson /La Tribune de Genève le 11.06.2012

5 réponses »

  1. Merci.
    Qu’est ce qu’un « emerging markets engagement »? Une dette émise par un acteur résident d’un oays émergent?

    • Nombre de pays émergents ne sont pas « shortables » directement pour l’investisseur étranger faute d’instrument financier disponible ou adapté….si l’on ne croit pas aux fadaises du découplage immergés/emmergents un bon moyen de le faire est de shorter des actions d’entreprises très engagés, impliquées en termes de ca sur les pays émergents….

  2. La phrase clé quant à moi :

    Les autorités pourraient changer les règles du jeu
    SI LE JEU VA À L’ENCONTRE DE LEURS INTÉRÊTS !

    Et bien voilà, C’EST DIT. et je pense bien (enfin façon de parler bien sur)
    que c’est ce qui est en train de se passer. Entéca, l’essai est impressionnant
    et les « artistes » qui concoctent tout cela si habiles … sous des dehors de benêts,
    que j’ai comme un gros doute ?

    ET SI TOUT ÇA AVAIT ÉTÉ PROGRAMMÉ DEPUIS … LE DÉBUT ?

    N’empêche que SI PAR HASARD C’ÉTAIT ÇA ? Une suite stupéfiante et à l’encontre
    de tout ce qui se dit tout partout y compris par ici serait battu en brèche ?
    Avec des conséquences … inouïes. Pfiouuuu ! Quel vertige hein ?

    IMPOSSIBLE dites vous. OUFFFF, vous me rassurez !

  3. 2 remarques:
    – conseiller le cash et la vente à découvert OK, mais en cas de « chaos économique et financier » tel qu’annoncé, vous avez intérêt à bien choisir votre contrepartie…
    – Zulauf pointe l’intervention excessive des autorités, je dirais plutôt qu’elles sont intervenues là où il ne fallait pas (soutenir artificiellement la liquidité -en fait la solvabilité – des acteurs de la finance) et ne sont pas intervenues là où elles auraient dû (réglementer le marché des dérivés et limiter sa croissance, surveiller les normes comptables et ne pas les livrer à des régulateurs professionnels complètement à la botte des acteurs…) ; c’est ce gigantesque détournement du monopole de la contrainte légale/légitime au profit d’intérêts privés par les crony capitalists qui est la marque principale de la crise actuelle. Et du coup si cette contrainte est encore légale, elle est perçue par les 99,9 % comme de moins en moins légitime. D’où les Tea Parties et autres mouvements de contestation de l’Etat qui, ironie amère, sont eux-mêmes manipulés par les crony capitalists dans le sens de leurs intérêts.

Laisser un commentaire