Asset Manager

Albert Edwards : Une vue contrariante sur les actions

Albert Edwards : Une vue contrariante sur les actions

Pour Albert Edwards de la Société Générale(Londres), les marges des entreprises sont sous pression, une situation annonciatrice d’un retournement du cycle.

Albert Edwards, stratégiste à la Société Générale, est connu sur les marchés pour ses vues très prudentes, certains diraient pessimistes en matière de stratégie d’investissement et d’allocation d’actifs. Sa dernière livraison aux investisseurs est toutefois intéressante à lire, ne serait-ce que parce qu’elle tranche avec le sentiment ambiant.

De plus en plus d’investisseurs voient les actions comme LA classe d’actifs à détenir, et que quoi qu’il arrive à l’économie, les banques centrales, Fed en tête, seront là pour inonder les marchés de liquidités et tout faire pour soutenir l’activité économique.

Dans sa note, Edwards recommande aux investisseurs de regarder quelques indicateurs qu’il considère comme troublant, et qui vont, bien sûr, dans le sens de sa thèse sur « l’ère glaciaire » des marchés financiers.

Parmi ces indicateurs, il pointe l’évolution contradictoire entre les prix de vente à la production et les coûts salariaux unitaires aux Etats-Unis, bref une pression à la baisse sur la profitabilité des entreprises non financières, laquelle est historiquement annonciatrice de phases de retournement du cycle économique (graphique).

                      

Source: SG Cross Asset Research

« L’effet de ciseau sur les marges qui est en train de se produire du fait de l’augmentation des coûts salariaux unitaires à un rythme plus rapide que la hausse des prix de vente rend les entreprises vulnérables à un retournement du cycle de l’investissement », note Edwards.

A cela s’ajoute un biais psychologique très répandu chez les investisseurs, le biais d’ancrage. De nombreux intervenants du marché ont le sentiment que malgré la hausse, les actions sont raisonnablement valorisées.

« Si les investisseurs pensent qu’une récession est à un horizon lointain, il n’y a aucune raison d’être prudent lorsqu’il s’agit de surpayer pour certains actifs. Cette confiance dans un cycle long vient pour partie d’un degré élevé de certitude dans la capacité des banques centrales à maîtriser le cycle économique », ajoute le stratégiste.

Edwards reste fermement convaincu que malgré la hausse des indices, les marchés sont enfermés dans un long cycle de baisse des valorisations – l’histoire récente des Etats-Unis ou les décennies perdues au Japon peuvent recouvrir plusieurs cycles économiques. Une vue pour le moins contrariante dans l’environnement actuel des marchés.

Jocelyn Jovène/ Morningstar.fr 27.11.2013

http://www.morningstar.fr/fr/news/114261/une-vue-contrariante-sur-les-actions.aspx#sthash.GygnosZU.dpuf

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s