Crony Capitalism

Politique Friction du Dimanche 5 Janvier 2014: Les projets fiscaux de Hollande, un pacte scélérat entre scélérats! Par Bruno Bertez

Politique Friction du Dimanche 5 Janvier 2014: Les projets fiscaux de Hollande, un pacte scélérat entre scélérats! Par Bruno Bertez

C’est certainement l’échec en matière d’emploi et de réduction du chômage qui a incité Hollande à aller dans la voie spectaculaire du transfert des charges des entreprises sur les ménages. La promesse d’un pacte avec le MEDEF  qui consisterait à échanger un transfert des charges que paient les entreprises vers les ménages contre des embauches est une sorte de variante, mouton à cinq pattes enanosocialisant, d’une idée simple.

EN LIEN: Politique Friction du Mercredi 1er Janvier 2014: Le pacte de Hollande avec le Medef Par Bruno Bertez

Permalien de l'image intégrée

 L’idée simple serait la suivante:

-Le seul lien  prouvé sur le long terme entre les créations d’emplois et l’économie se situe au niveau de l’investissement productif net. Pas au niveau de la demande.  Le capitalisme est le système de la production de profit et de capital, non pas le système de la production de marchandises. Voir les travaux de Taylor à Stanford.

-Le seul lien logique, organique entre l’investissement et l’économie en général est le taux de profit   qui revient au détenteur des capitaux. Ceci est encore plus vrai dans un monde de libre circulation des capitaux,  des gros capitaux. En effet en système capitaliste ouvert sur l’extérieur, si les profits sont attrayants, il n’y a aucune raison pour que les capitalistes se privent d’en empocher plus, donc ils investissent et comme ils investissent, ils embauchent.

D’où le bons sens qui consiste à se dire, pour obtenir des créations d’emplois, il faut que les investissements progressent, pour que les investissements progressent, il faut que les bénéfices augmentent, pour que les bénéfices augmentent, en période de croissance faible, il faut réduire les charges des entreprises. 

Comme on est cependant en déficit et que l’on doit respecter les ordres des Allemands, de Ollie Roehn et des banques/usuriers réunis, il faut prendre d’un côté, ce que l’on abandonne de l’autre.

C’est l’idée du basculement, du transfert. Chère aux enanistes, bureaucrates, inspecteurs de finances et  technocrates. Cette idée plait aux socialistes de préaux de cours d’école dans la mesure où ils y voient un avantage annexe qui rentre dans leur idéologie. L’impôt est progressif, donc on peut taxer plus en fonction des revenus, tandis que les charges payées par les entreprises ne le sont pas.

Le rêve est donc de faire d’une pierre deux coups, c’est un rêve socialiste constant:

  • -Alléger les charges des entreprises
  • -Augmenter la progressivité des prélèvements.

Il faut  remarquer que le mouton à cinq pattes du transfert dénature l’idée économique de départ.

  • -On introduit la notion de volontarisme de l’emploi,  l’emploi décrété, lié. Ceci pour faire plaisir à Mélenchon et à la gauche du PS. Vous connaissez le thème, pas de cadeaux aux entreprises sans contreparties.
  • -On prétend favoriser l’entité  « entreprise », abstraction, mais on tente de faire en sorte que le « cadeau »  ainsi fait ne profite pas aux personnes, le cadeau doit être affecté, utilisé pour ce que les socialistes et enanistes appellent l’intérêt général.
  • -C’est le fameux socialisme de l’offre sorti du chapeau de Hollande il y a quelques mois.

On retrouve la démarche constante qui guide ces gens au pouvoir. On veut bien sacrifier aux lois du capital, au capitalisme, mais à condition qu’elles ne profitent pas de façon visible aux personnes, aux individus. Surtout pas aux nationaux. Chez les socialistes on n’aime pas l’exploitation de l’homme par l’homme, mais quand elle est faite par des entités et par des étrangers, on adore. Quand c’est par les banques, alors là, on raffole.

C’est le grand mythe, qui, bien sûr ne s’applique qu’aux classes moyennes françaises, d’un capitalisme et d’une accumulation des capitaux sans capitalistes. Sans capitalistes petits et nationaux, car bien sûr, ceux-là sont trop visibles, ils excitent la fameuse Envie des partageux. Or c’est sur cette convoitise que nos pseudos démocrates trouvent leur point d’appui pour leurs élans tyranniques.

On admet et on aime être soumis au joug du capital international, multinational, pétrolier, bancaire etc. Ce capital on le cajole, on le pelote. On lui baise les pieds. On lui demande même ses conseils. On ferme les yeux sur tous ses abus. On ne supporte pas, ce que l’on appelle en France, le Patron. C’est l’ennemi parce qu’on le voit, on le connait, il personnifie.

Donc on détaxe  les entreprises  et on taxe les citoyens, les gens; Forcément ceux que l’on taxe ce sont ceux qui sont là, ceux que l’on voit, pas ceux dont les patrimoines  sont structurés par les cabinets de conseils internationaux, pas ceux qui sont délocalisés juridiquement et fiscalement. Ainsi on répète l’opération des 20 premiers mois du quinquennat de Hollande,  on dit que l’on va faire payer les riches, mais on fait payer ceux qui ont la masse contributive la plus importante et la plus évidente, les classes moyennes. Les classes moyennes incluent jusqu’aux retraités qui ont 1500 euros brut  par mois  comme cela a été vu récemment.

En raison de cet accroissement des prélèvements sur le pouvoir d’achat net, il est évident qu’il y aura un effet déflationniste immédiat sur la consommation .  Les ponctions ont un effet immédiat, tandis que même si il y a un petit regain d’investissement, les revenus correspondants ne rentreront que progressivement dans le circuit économique. Donc  baisse de la demande intérieure quasi mathématique. Attention au fameux multiplicateur fiscal, il peut être très supérieur à 1 Messieurs les technocrates.  Mais c’est ce que vous souhaitez bien sûr, qu’il soit supérieur à 1 afin que la demande interne baisse et que l’on dégage, par l’appauvrissement des Français, le fameux surplus exportable qu’aiment tant les Allemands. Ah ce surplus exportable, comme ils l’aiment et nos Très Grands Patrons du MEDEF du capitalisme managérial,  comme ils l’applaudissent eux  aussi!  Rendez-vous compte il réalise la prouesse de faire travailler les Français plus pour moins cher, pour les autres, pour que ces autres  jouissent plus, et en même temps il permet de payer les intérêts et de rembourser les dettes que l’on doit aux kleptos bancaires!

Permalien de l'image intégrée

Il n’y a pas  que le pouvoir d’achat ou la consommation qui vont être affectés, il aura aussi l’épargne des Français. En raison de la progressivité de l’impôt qui sera prélevé, le taux d’épargne des catégories moyennes et moyennes supérieures va chuter. Elles vont se trouver fragilisées, vulnérables alors que simultanément  on lamine leurs retraites.  Baisse de leur épargne, amputation de leurs retraites voilà ce qui les attend. C’est une loi économique constante. Plus le revenu est élevé, plus la propension à épargner est haute. Attention, ceci ne concerne que les gens normaux, pas les ultra riches car il est prouvé que depuis 30 ans, comme  les ultra riches sont de plus en plus riches grâce aux politiques monétaires menées, ces ultra riches peuvent désépargner. En effet ils regagnent chaque année en capital plus qu’ils ne dépensent, même si ils dépensent plus que leurs revenus. On se reportera aux travaux de Emmanuel Saez et également de Piketty sur ces questions si l’on veut approfondir. La publication de la Fed Survey of Consumer Finance, SCF est également intéressante sous ces aspects.

Les ultra- riches et les capitalistes étrangers, du Qatar et autres vont se frotter les mains. La manœuvre de basculement s’analyse comme une augmentation de la part des profits des entreprises dans le revenu national. Sans préjuger de l’utilisation qui sera faite des fonds ainsi tombés du ciel, cette hausse de la part des profits dans le revenu national va provoquer comme cela se fait toujours, une hausse de la valeur du capital risque.

Permalien de l'image intégrée

On retrouvera en France, pays égalitariste, le même phénomène qu’ont connu les pays structurellement ploutocrates comme les Etats-Unis, la Grande Bretagne, le Canada, c’est à dire que grâce à l’appétit accru pour le risque, les bourses vont monter, les patrimoines des ultra riches-investis à 80% en Bourse- vont prendre l’ascenseur.

Les patrimoines de la masse vont relativement chuter car ils sont pour l’essentiel en immobilier d’usage et la valeur de l’immobilier est liée aux revenus de ces couches sociales, lesquels vont être amputés ou au moins érodés. Ah les braves gens que ces énanosocialistes! Ils vont créer un effet de richesse pour les ultra riches et un contre effet de richesse pour les pauvres.

Un esprit cynique dont, bien sûr nous ne sommes pas, irait jusqu’à prétendre que les enanosocialistes épris d’égalité ont constaté, sinon compris les avantages du modèle ploutocratique en vigueur dans les pays anglo-saxons et qu’ils tentent d’en transposer une partie en France.

Les Arnault, Pinault ,  Christies, les artistes bidons  et autres industriels du luxe,  peuvent se frotter les mains :

  • -Leur patrimoine va enfler par la hausse de la part des profits dans le chiffre d’affaire.
  • -Leur poids boursier va grossir grâce à l’appétit pour le risque conjugué aux taux bas.
  • -La clientèle pour  leurs marchandises de luxe va redoubler d’achats somptuaires.
  • Le Bling,  bruit imaginaire du diamant frappé par un rayon de lumière, le Bling va tinter!

Bravo! Nos zozos qui proclamaient qu’on allait voir ce que l’on allait voir,  ils aller lutter contre l’élargissement des inégalités, nos zozos vont enrichir les ploutocrates.

Ce n’est pas un hasard, tout était écrit, tout est écrit.

D’abord, la classe politique française  est stupide, elle ne comprend rien à l’économie actuelle, réelle;  normal ils ne sont pas pratiquants. Ils vivent au niveau des poncifs et des apparences. Ils n’ont rien compris au nouveau système né de la suprématie de la finance. Ils en sont restés aux notions de l’entre-deux guerres.

Ensuite les politiciens et leur fonctionnaires  sont soumis à la logique de ce qu’ils ne comprennent pas,  la logique klepto: Si on veut rembourser la dette due aux usuriers, alors il faut inventer toutes sortes de subterfuges pour faire payer le peuple, car il n’y a que lui qui puisse payer. Donc il faut augmenter  le taux d’exploitation qui pèse sur les producteurs du  pays. Il faut paupériser.

Permalien de l'image intégrée

Enfin ils sont incapables de comprendre et même d’imaginer que l’Europe n’est pas une mise en commun solidaire, charitable,  une équipe de boy scouts  mais une lutte pour le rang et la domination. Chaque pays veut l’optimisation pour lui. Et que dans ce cadre les Allemands et leurs amis du Nord font payer par l’abaissement réel, concret  ceux qui veulent prétendre aux avantages fictifs d’une monnaie qu’ils n’ont pas les moyens de se payer.

BRUNO BERTEZ Le Dimanche 5 Janvier 2014

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON: 

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

SUR LE FRONT: REVUE DE PRESSE (Avec le concours de Maitre Confucius)

FRANCE..chute de la marge des entreprises

http://www.express.be/business/?action=view&cat=economy&item=les-entreprises-franaises-ont-enregistre-les-marges-les-plus-faibles-depuis-28-ans&language=fr&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=

FRANCE:…hausse des tarifs taxis….

http://www.challenges.fr/entreprise/20131230.CHA8811/l-incroyable-envolee-du-prix-des-taxis-le-tarif-des-courses-en-augmentation-de-3-9-au-1er-janvier-2014.html#xtor=EPR-7-[Quot18h]-20131230

France/Conjoncture : l’activité manufacturière progresse en Europe, sauf en France

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203217991846-conjoncture-l-activite-manufacturiere-progresse-en-europe-sauf-en-france-640325.php

L’insoutenable dette publique française conduit à de nouvelles formes de répression financière

http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/monnaies-et-taux/221187709/insoutenable-dette-publique-fr

France/Impôt sur le revenu 2014 : encore de nombreuses mesures défavorables aux ménages

http://www.capital.fr/finances-perso/actualites/impot-sur-le-revenu-2014-encore-de-nombreuses-mesures-defavorables-aux-menages-899554

Dexia, le Conseil Constitutionnel a rallumé une bombe

http://www.bfmtv.com/economie/dexia-conseil-constitutionnel-a-rallume-une-bombe-676126.html

LETTONIE:…passage à l’euro en souffrance

http://www.boursorama.com/actualites/la-lettonie-passe-a-l-euro-le-1er-janvier-la-population-reticente-4a4ba205a5ea4f2b0a750adf651493a1

ITALIE:. Pauvreté record

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1765936/2013/12/30/La-pauvrete-des-familles-italiennes-atteint-un-niveau-record.dhtml

Grèce : Noël nouveau

http://www.greekcrisis.fr/2013/12/Fr0310.html#pubTop

GRECE:…rendent leur plaque d’immatriculation pour éviter de payer la taxe

http://www.boursorama.com/actualites/grece-des-plaques-d-immatriculation-dans-la-hotte-du-nouvel-an-790e49aa95eeb68e8003cbac6c50e95a

Les firmes espagnoles touchées de plein fouet par le « credit crunch »

http://www.agefi.fr/articles/les-firmes-espagnoles-touchees-de-plein-fouet-par-le-credit-crunch–1299051.html

Chypre: première déflation annuelle en 49 ans

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/01/03/97002-20140103FILWWW00472-chypre-premiere-deflation-annuelle-en-49-ans.php

Zone euro : Vous avez aimé Chypre ? Vous allez adorer la Lettonie !

http://www.challenges.fr/economie/20140103.CHA8851/zone-euro-vous-avez-aime-chypre-vous-allez-adorer-la-lettonie.html

Zone euro: hausse de 1,5% de la masse monétaire M3.

http://votreargent.lexpress.fr/indices/zone-euro-hausse-de-1-5-de-la-masse-monetaire-m3_355951.html

2014, l’hiver en Europe

http://strategies.blogs.challenges.fr/archive/2014/01/04/2014-une-annee-d-hiver-en-europe-107934.html

2 réponses »

  1. Les beaux esprits et les nomenklaturistes avec voitures et chauffeurs sont sortis de leurs beaux appartements quelques jours après l’annonce solennelle de sa main tendue aux très grands patrons du MEDEF.

    Ils ont soutenu que l’annonce d’une proposition de pacte au MEDEF n’était pas un changement de cap. La CFDT comme à l’accoutumée est venue cirer les pompes du Pouvoir auquel elle participe en annonçant qu’elle voulait participer aux travaux sur ce Pacte, ce qui équivaut à le reconnaitre et déjà en accepter le démarche. Le MEDEF bien entendu s’est empressé de dire: présent!

    Nous pensons comme eux, il n’y a pas de changement de cap, mais nous avons le courage de ne pas jouer sur les mots et d’expliciter en quoi ce n’est pas un changement de cap. Et aussi en quoi c’est un changement de cap, sous un autre aspect.

    Ce n’est pas un changement de cap.

    Lorsque vous prenez l’autoroute pour Lyon, vous n’êtes pas étonné de vous retrouver à Lyon n’est ce pas ? Et bien s’agissant de la voie de Hollande, c’est la même chose, il a choisi dès le début ce cap et, peu à peu, il s’en rapproche et ses objectifs deviennent de plus en plus nets.

    Hollande a tenu un discours ambigu dès avant son élection. Il s’est toujours refusé à clarifier son analyse de la crise, son diagnostic et grâce à cela, il n’a pas eu besoin d’exposer ses solutions. Son discours s’est résumé à : la crise c’est Sarkozy, si il y en a une, c’est de sa faute à la fois parce qu’il l’a produite, mais aussi parce qu’il l’exagère.

    Le score de Mélenchon lui a permis de se passer de sa présence au gouvernement, les Mélenchonistes ont été piégés, ils ont été privés de tribune, réduits aux petites déclamations marginales.

    Profondément, dans tous ses non-dits, Hollande est Blairiste, socialiste fabien, C’est quelqu’un qui ne croit pas à la lutte des classes, qui ne croit pas à la nécessité de changer les Système. Non il croit à la possibilité de changer les hommes, de leur faire accepter ce dont ils ne veulent pas, il croit aux changements profonds mais subreptices à l’intérieur de la société : Au besoin par la force, la tyrannie, le dictature molle, vicieuse. Il pense aussi que ce qui domine, ce ne sont pas les rapports objectifs de production, mais la culture. On ne peut et ne veut pas changer les rapports de production, mais on peut changer les perceptions, les discours, les superstructures, et même on peut changer la vérité et prétendre que deux et deux font trois: Prétendre que un couple homo est un couple ordinaire, même si en imitant l’homme et la femme de l’autre sexe, en fait l’homo valide la distinction des genres qu’il veut nier.

    Le monde de Hollande est un monde de mensonges, d’enfumages qui utilise les ressorts de la domination du pouvoir, les médias, les réseaux, les obligés, comme déjà Mitterrand.

    Dès avant la signature du pacte scélérat entre Sarkozy et Merkel on savait que Hollande ratifierait le Traité qui en découlerait. Il n’y avait que Mélenchon et la gauche du PS qui se faisaient des illusions.

    Le cap a toujours été celui-là, dès la venue au pouvoir, la cohérence, si on peut dire, de l’action ne se trouvait que sur cette voie : Réduire le pouvoir d’achat direct et indirect des Français productifs, rechercher une amélioration de la compétitivité des grandes firmes exposées à l’international et masquer le tout par un pathos sociétal.

    La chute de popularité a été la conséquence normale de ce choix. Elle a été certainement plus forte et plus rapide qu’on ne l’avait anticipé: Mais elle est dans l’ordre des choses.

    Vu sous cet angle, c’est un bien:

    En effet, étant impopulaire sans recours, plus besoin de finasser, de faire semblant, autant dévoiler ses cartes et le Cap. Autant jouer et espérer le bénéfice d’une action franche et spectaculaire qui peut éventuellement donner des résultats plutôt que de continuer les demis et quart de mesures.

    D’autant qu’en face, les contacts pris avec le Très Grand Patronat indiquent que la manœuvre sera soutenue, voire appuyée. Elle va en effet dans le sens de ces patrons qui considèrent que les gens ne travaillent pas pour jouir, bien vivre et être prospères, mais pour se sacrifier au dieu Entreprise dont ils sont les grands prêtres bien rémunérés.

    Le Cap est donc celui qui a été retenu dès le départ, mais il ne s’est clarifié et donné à voir que progressivement, jusqu’au jour, ou, en fin d’année dernière il a été dévoilé dans sa nudité cynique.

    Le changement de cap cependant existe.

    Il se situe ailleurs, dans le rapport aux Français et surtout à ses électeurs: avant, Hollande les b..sait en douceur, en prenant ses précautions afin de ne pas leur faire mal, maintenant il les b…e à sec.

    Et l’opposition de droite… elle applaudit.

Laisser un commentaire