1984

Politique friction du Mercredi 8 Janvier 2014: A propos de fascisme toujours et encore- L’honteuse manipulation- La grande magouille! Par Bruno Bertez

Politique friction du Mercredi 8 Janvier 2014: A propos de fascisme toujours et encore- L’honteuse manipulation- La grande magouille! Par Bruno Bertez 

EN LIEN: Politique Friction du Samedi 4 Janvier 2013: A propos de fascisme, la grande magouille! Par Bruno Bertez

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Alain Juppé vient d’interdire les spectacles de Dieudonné dans sa bonne ville de Bordeaux.

Juppé aime montrer l’exemple, sur de nombreux points, il a, dans le passé, ouvert la voie aux socialistes. Des voies dans lesquelles ils n’ont eu qu’à s’engouffrer, préparées et défrichées qu’elles étaient par « leurs adversaires ».

Il faudrait un livre pour analyser et  tenter de percer à jour le comportement de ceux qui servent de tenant lieu d’opposants de droite. Hélas, la vie est courte et il y a tellement à faire et à dire que l’on ne sait où donner de la plume. Juppé n’est pas plus mauvais qu’un autre, il est même  « le meilleur d’entre eux », vous  vous souvenez ? Si on veut bien se souvenir de sa proximité avec Chirac, on comprend mieux, à la fois ses  initiatives  radical-socialistes et son positionnement actuel. 

Permalien de l'image intégrée

Le fait de se positionner comme homme de dossiers, comme « belle mécanique intellectuelle »,  comme sujet supposé savoir par ses études et ses diplômes,  tient lieu, remplace les convictions,  d’une part, et le penser -juste-, d’autre part. On fait de la politique comme on résout un problème, avec sa tête, jamais avec ses tripes, jamais avec son cœur. L’empathie, connait pas.  Le réel, mis à part les fiches bristol rédigées par les conseillers, connait pas.

Le problème, c’est que dans les écoles et surtout pas à l’ENA,  on apprend à penser, on apprend à gloser sur les travaux des autres, on apprend à articuler, on apprend à optimiser. Ah, l’optimisation, comme elle est tenante et comme elle évite de choisir, de prendre des risques. La démarche par recherche d’optimum préserve une carrière.  Hélas, l’optimisation, optimise, certes, un dossier, une solution, mais jamais elle n’emporte l’adhésion car son grand secret, c’est de ne satisfaire vraiment personne, de mécontenter tout le monde.

Le précurseur en la matière a été Giscard, il a tenté cette voie de l’optimisation au cas par cas. Esprit unique, flamboyant d’intelligence, de savoir et de méthode énanique de pensée -non pensée.  Il avait la réputation d’avoir lu tous les « Que sais-je » et nous pouvons attester personnellement que nous n’avons jamais rencontré quelqu’un aussi impressionnant sous cet aspect « je-sais-tout -sur-tout ». Il savait même mieux que moi ce qui était bon pour le journal que je dirigeais. On a vu le résultat, il a tellement optimisé qu’il a réussi à ne pas être réélu.

Il n’y a pas de parti politique de droite, conservateur des  acquis de la société civile, respectueux de l’idée de Nation, amoureux du progrès économique, chantre de l’innovation technologique, anti malthusien, défenseur  des libertés et promoteur de la prospérité en France. C’est clair, c’est net et imparable. Ceux qui se font passer pour tels sont des imposteurs, énanistes ou avocaillons qui ne connaissent de la vie que… des dossiers.  Pour eux, la pensée est relative,  l’absolu n’existe pas. Une chose est, certes, mais elle pourrait aussi être autre. Ils n’ont pas de conviction.

Bébéar, parrain de la droite, proche de Giscard,   nous disait un jour, nous autres, intellectuels, nous ne pouvons pas réussir en politique car nous savons qu’une chose qui est, peut aussi être autrement, et même son contraire. Il y a toujours des arguments « pour » et des arguments « contre ». En étant honnête, il n’est guère possible de trancher.

La pensée de ces gens  manque d’ancrage. Elle flotte, déconnectée qu’elle est de la réalité sociale, du sang, des larmes,  ancrée qu’elle est dans l’Idée. Ils ne se rendent pas compte qu’ils servent de paravent à d’autres  qui, eux, sont ancrés dans le Réel par le biais de leurs intérêts de très grande entreprise ou par le biais de leur fortune de type klepto.  La droite est un paravent, derrière lequel se cachent des intérêts économiques et financiers particuliers. Maladroit car mal dans sa peau et dans son être, Sarkozy l’a laissé transparaître trop rapidement. Des intérêts qui ne sont pas ceux du peuple, du vrai peuple de droite, des classes moyennes,  des classes productives qui se coltinent, elles, le poids du réel.

La droite politique n’a aucune réflexion sociologique. Elle ne se demande pas quelles sont les valeurs unifiantes de mon camp, avec qui puis-je faire alliance, constituer un bloc électoral pour arrêter cette dérive fatale, quel est l’état de la société en cette période crise? Non car le problème de cette pseudo opposition de droite, c’est l’argent, la désignation, la nomination. Et tout cela vient d’en haut, pas d’en bas, pas  du peuple que l’on veut représenter. La collecte et la reconnaissance d’en haut remplacent la sélection des plus aptes. Le brio, le brillant intellectuel, le savoir-plaire aux bailleurs de fonds et aux parrains remplacent la vraie compétence.  Pour monter, il faut savoir parler, plaire, magouiller, surfer, tuer. La droite est l’expression de la ploutocratie, des  intérêts, des illusions de la ploutocratie. Et le peuple de droite, les classes moyennes productives, les défenseurs de la famille, le socle de la Nation, tous ceux-là sont orphelins.

Personne ne s’interroge, personne ne relève, comment un parti politique peut-il être assez  nul pour choisir comme leader à Paris, ville phare, ville symbole  de la normale défaite socialiste, NKM, une personne qui, avant même le début du combat, alors même que le rejet des socialistes  est à son maximum, est donnée battue au second tour. Comment est-ce possible, alors que Hidalgo elle-même est un repoussoir sans consistance !

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Il n’y a pas de mode de sélection des élites politiques, il y a un processus  d’élevage de poulains qui, selon qu’ils appartiennent à une écurie ou à une autre, ont une chance ou n’en ont pas. Personne ne s’autorise authentiquement des couches et classes sociales qu’il, ou elle, prétend représenter. En France politique, tout est parachuté.

Et quand les intérêts des plouto et kleptos réunis changent, alors on fait tourner les girouettes.

Personne n’ose dire que le grand virage de la droite, son virage social-démo coïncide avec l’internationalisation, puis la globalisation des grandes firmes bailleurs de fonds ; d’abord les firmes du capitalisme actionnarial public, puis ensuite, plus tardivement, celles du capitalisme familial dont Peugeot a été le dernier et défunt exemple.  Quand le capitalisme familial a cessé  de financer la droite dure et les syndicats anti-communistes  et qu’ils ont reconnu la CFDT, tout a suivi.

C’est Edgar qui disait, « mais non je ne suis pas une girouette, c’est le vent qui tourne », Edgar ne disait pas la vérité ; ce n’était pas le vent qui tournait, mais l’argent, le « pognon » qui changeait de sens, cet argent qu’il recevait  de ses très gros maîtres,  bailleurs de fonds,  par sacs de billets entiers. Quand l’intérêt des bailleurs de fonds changeait, Edgar changeait. Et c’est exactement ce qui se passe maintenant,  les bailleurs de fonds jouent la carte socialiste molle, tyrannique mais molle. Les bailleurs de fonds ont misé sur le global, l’international, l’euro, l’alignement, et donc la destruction des formes capitalistes, pré capitalistes, nationales françaises, Les couches moyennes  sont, dans le cadre de ce choix des archaïsmes qu’il faut neutraliser. Et liquider.

D’où la stratégie, cynique, honteuse, qui consiste,  non pas à vouloir faire progresser les couches sociales moyennes, non pas à leur ouvrir les yeux, à élever leur niveau de conscience politique, mais à les  égarer, les fourvoyer. En les fourvoyant, on les neutralise. On les rend bêtes, primaires, on les envoie paître dans les herbages empoisonnés, pestiférés,  afin ensuite de pouvoir dire : « ce sont des fachos ».

Permalien de l'image intégrée

Nous osons le dire tout haut, tout clair, les ploutocrates français, les kleptocrates français et leurs prolongements politiques produisent le fascisme afin de se protéger de  toute attaque,  afin d’interdire les analyses.  Il faut qu’il soit interdit de les critiquer, de les montrer du doigt, il faut jouer sur les amalgames. Il faut jouer sur cette équivalence que l’on retrouve dans les parties sombres de l’inconscient collectif. Argent, richesses, usure, égale juif.  Les ploutocrates  se  réfugient derrière la Shoah. On n’a plus le droit de dénoncer un système criminel producteur d’inégalités et de misère par la prédominance du financier, car, si on le fait, on se retrouve accusé d’être antisémite, On se retrouve aux bans de la société.  Les ploutocrates, kleptos du monde entier, ont compris le parti qu’ils pouvaient tirer de l’Histoire.

Dans les années 30, pour lutter contre la déstabilisation sociale et la tentation bolchévique,  ils ont utilisé le fascisme, financé Hitler et le réarmement de l’Allemagne. Voir les comportements de gens comme Ford. Ils ont fourvoyé les luttes sociales dans la recherche de boucs émissaires.  Quand la guerre s’est terminée,  pour les plus intelligents, dès Barbarossa, ils ont compris le parti qu’il pouvait tirer de la défaite, ils ont désigné la Bête, le fascisme comme repoussoir ultime et utile.  Comme cul de sac. D’où le sens profond de la remarque prêtée à Churchill que vous trouverez ici.

L’évangile a une dimension philosophique. A condition d’être analysé, dévoilé.  Il dit aux chrétiens, si on vous frappe la joue gauche, alors tendez la joue droite. Le sens commun, toujours favorable  à la résignation, prend ce conseil comme un conseil  de soumission.  C’est une erreur, une erreur de superficialité. Car  tendre la joue gauche n’équivaut pas à recevoir la claque sur la joue droite. Celui qui tend la joue gauche commet un acte volontaire, il réagit, il n’est pas passif,  il reprend en fait l’initiative face à son agresseur qui est  ainsi décontenancé. Il redevient le maître du jeu. Et ce faisant, il se met en position de se faire comprendre par son adversaire, de se faire entendre.  Et même peut-être de l’amener à s’excuser et regretter son geste. Si on vous frappe de la claque de l’antisémitisme,  ne vous sentez pas coupable, ne baissez pas la tête, tendez la joue gauche, dignement, fièrement et regardez votre agresseur  dans les yeux. Puis expliquez-lui en quoi, lui, est complice de manœuvres infâmes et dégradantes.

BRUNO BERTEZ Le Mercredi 8 Janvier 2014

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

19 réponses »

  1. Merci… ça fait du bien de lire ça alors que les journaux sont dans l’unanimisme pour dénoncer le dangereux Dieudonné soudainement devenu le problème numéro un en France.

    Le paradoxe c’est que cette affaire fait non seulement de la pub à Dieudonné mais lui donne raison sur le fond dans sa critique du système. Car on a vu l’action de concert entre Valls et BHL par exemple, les mots utilisés étant strictement les mêmes. On a vu les politiques de tout bord et les médias se coucher sans le moindre esprit critique et affirmer des contre-vérités sur la réelle nature des spectacles de Dieudonné qui est moins obsessionnel avec les juifs que ne pouvait l’être un Michel Leeb avec les noirs par exemple.

    Dieudonné a parfois commis des outrances abjectes (avec la venue de Faurisson sur scène) mais je suis convaincu que c’était de la pure provocation… Il dit en revanche avec talents beaucoup de vérités et c’est ça qui fait peur à certains.

    Cette affaire est selon moi à rapprocher avec le vote pour la constitution de 2005. A l’époque , les français avaient mal voté et le texte est repassé en douce au parlement. On reproche maintenant aux français de mal rire. Valls accuse d’ailleurs explicitement le public de Dieudonné de le trouver drôle.

    La police de la pensée a donc franchit un nouveau cap.

    • seb,c’est exactement ce que l’état veut que vous pensiez!le débat autour de dieudonné a été imposé par le gouvernement en temps importun.deux avantages:détourner l’attention du reste plus important,et cliver plus les opinions politiques en vue des municipales.vous croyez vraiment que l’oeuvre et le nom de dieudonné resteront dans les mémoires?je miserais plus sur les monty python ou desproges,plus de talent et plus de férocité!

  2. Il faut sauver le soldat Hollande!

    A côté de l aspect diversion de l affaire, à côté de l aspect division , il y a une épine inattendue qui s est logée dans la chaussure du PS et qui le fait enrager : Dieudonné est en train de lui subtiliser une partie de sa clientèle électorale d’origine immigrée pour la promotion de laquelle il a été jusqu’à abandonner la classe ouvrière française, trop expérimentée et active politiquement, toujours soupçonnée d être attirée par le « communisme ». Il découvre avec horreur que toutes ses concessions, flatteries, subventions, discriminations « positives » risquent de n avoir eu pour effet que de mécontenter une partie de la population sans que l autre ne lui en soit reconnaissante!
    D’où la déferlante : la mobilisation de la justice , de la répression policière , ( lycéens en garde à vue pour cause de quenelle!)des media , des amuseurs publics, et naturellement de la caste politique dans sa quasi totalité exception faite du clan Le Pen qui voit bien l intérêt qu il peut espérer de l abstention de cette jeunesse détournée du vote Hollande en 17 !

  3. Nous avons à faire à une sorte de « lobotomisation » générale des gens via les médias, l’éducation etc…. je ne prétend pas savoir quelle est la solution ni de détenir la science infuse, néanmoins j’essaye de rester objectif et critique vis à vis de tout ce que je vois. Mais j’ai toutefois un conseil , lisez des livres, cherchez à comprendre ce qui vous entoure même si c’est difficile, et surtout ne perdez pas courage, si vous le faites c’est pour vous même, pour vos enfants aussi, et ainsi pour transmettre ce que vous savez .

  4. C’est tout de même surprenant de constater que les socialistes finissent toujours par virer au totalitarisme.
    Je me demande d’ailleurs s’ils ne sont pas tous communistes derrière leur socialisme :).
    M’enfin il me semble maintenant évident que Soral et Dieudonné ont mis un coup de pied dans un nid de serpent. Et que leurs thèses soient fondées. C’est surtout cela qui est inquiétant.

  5. Bonjour,

    La déclaration d’Aldous Huxley décrit parfaitement ce qu’est devenu notre système dit « éducatif » et le monde médiatique. Surtout ne pas penser. Sur les méthodes employées, je vous recommande le livre
    « Neuro-esclaves – Techniques et psychopathologies de la manipulation politique » de Marco Della Luna et Paolo Cioni (http://www.amazon.fr/Neuro-esclaves-Techniques-psychopathologies-manipulation-politique/dp/8862292082). C’est très dense mais tout ce que Huxley décrivait avec talent y est expliqué. Il nous faut donc supposer que des personnes ont très bien lu et compris « Propaganda » de Bernays (celui qui a tout théorisé entre les deux guerres) et « l’actualité », du moins celle que nos chers médias nationaux nous dispensent (et il convient sur ce point de prendre à sa juste mesure ce qui s’est passé hier autour du Nouvel Obs), est à prendre avec une méfiance absolue.
    Je discutais hier soir avec un ami sur la situation économique et politique de notre pays. Tout au long d’une discussion passionnante, il convenait avec moi que jamais depuis l’occupation, nous n’avions été si assujettis aux diktats des « nouveaux collabos » et que la faute en incombait moins à l’arrogance allemande qu’à une classe poltico-économique plus soucieuse d’assurer sa pérennité et de conserver ses prébendes que d’agir au profit de notre collectivité nationale. En fait, ces « nouveaux collabos » ne sont que la résurgence de ce que je crois être la nature profonde de la mentalité radical-socialiste, mentalité qui s’est trouvé à la tête de ce pays sans interruption depuis 1981 et qui a conduit ce pays au naufrage de 1940-1944 (que je sache, Pierre Laval n’était pas d’extrême-droite et il n’aurait pas fait tâche dans le gouvernement actuel vu son parcours avant la période considérée. Je rappellerai simplement que le Fascisme et son avatar le Nazisme ne sont que les enfants naturels du Socialisme.). La récente décision ce ne pas lever l’immunité d’un sénateur, porteur d’un nom illustre, en est le dernier exemple. Il est plus simple d’agiter l’épouvantail Dieudonné même si cela conduit à tous les excès possibles (http://www.terrafemina.com/societe/buzz/articles/35783-une-quenelle-en-vitrine-de-diesel-opera-.html). 2014 va être une année charnière. Que les élections européennes voient s’installer à Strasbourg un fort groupe, voire une majorité, eurosceptique et il y a une importante probabilité que les marchés financiers (vous savez, ceux qui financent notre train de vie et soutiennent nos kleptocrates) se retirent, avec toutes les conséquences que cela implique, de ce marché de dupe qu’est devenu la zone euro.

    Bonne journée

    • Merci de m’avoir fait découvrir Marco Della Luna que je vais lire dès que je pourrai.

      Merci à l’auteur de ce blog pour tous ces papiers . Pouvez vous en passant me dire d’où est tiré l’extrait cité d’Aldous Huxley car j’aimerais le lire .

      Bien à vous

      • Je pense qu’il est tiré de l’ouvrage Le Meilleur des Mondes et mesmeilleurs à Bruno Bertez

  6. Pour completer
    http://www.claireseveracrebellion.com/info-desinfo/item/67-siecle-faf
    On trouve aussi la liste sur http://french-american.org, il faut chercher un peu dans les rapports annuels
    Ils ne s’en cache meme pas. Et si discuter avec des futurs leaders americains peut etre positif en soit, on voit bien que les connections US / France et UMP/PS se font tres tot dans les carrieres politiques et qu’Hollande n’est pas arrivé en haut par hazard, il a été poussé …

  7. « Argent, richesses, usure, égale juif. Les ploutocrates se réfugient derrière la Shoah. On n’a plus le droit de dénoncer un système criminel producteur d’inégalités et de misère par la prédominance du financier, car, si on le fait, on se retrouve accusé d’être antisémite »

    Synthétique et ça fâche’Hollande.

  8. En gros, on est dans la logique socialiste du diamat, du matérialisme dialectique, base pseudo-scientifique de la lutte des classes, qui cherche à voir dans toute chose de l’univers et le résume à un conflit d’un binôme, de 2 forces contraires, opposées — la thèse et son antithèse — destinées inéluctablement à se confronter jusqu’à l’explosion et que le gagnant impose son ordre, ses valeurs…

    Les socialistes voient un monde binaire, un monde monde de capitalistes qui regroupent tous les systèmes non socialistes et les socialistes, entre les bourgeois et les prolétaires, entre les fascistes qui regroupent tous ceux qui ne sont pas anti-fascistes (c-a-d n’appartenant pas aux mouvements socialistes et dérivés) et les anti-fascistes, entre racistes et antiracistes…

    Les socialistes sont en train d’idéoformer une société basée sur le principe du diamat, en font un terrain connu où ils auront plus de chance de gagner, tout comme une équipe de football a plus de chances de gagner à domicile…

  9. Personnellement il a fallu qu’un jour j’écoute une des vidéos d’Alain Soral pour me mettre à creuser et depuis je me suis rendu compte que des couleuvres que dis je des anacondas j’en ai avalé depuis de très longues années que ce soit en économie où en politique quoique en économie l’affaire ENRON m’avait mis la puce à l’oreille .

    Être d’accord où pas où en partie avec Monsieur Dieudonné et Monsieur Soral on peut admettre qu’ils ont bien travaillé dans le réveil des consciences.

    Le comble, ce sont deux personnages l’un humoriste l’autre sociologue donc le vivier des socialistes qui ce sont retournés contre leurs maîtres traites envers l’idéologie dominante je pense qu’ils vont leurs faire payer très cher cette trahison.

    Pour le reste nos sommes en campagne électorale, Dieudonné n’a pas organisé son périple humoristique dans les grandes villes Françaises sans le savoir, faut comprendre que les billets son vendus et une ville qui interdit son spectacle arbitrairement devra rembourser les billets et payer des dédommagements, sans compter la mauvaise publicité auprès d’une jeunesse de cité, ce sont ces jeunes qui disent aux parents et grand parents pour qui il faut voter ce sont eux qui les emmènent en véhicule à l’isoloir très mauvais calcul de Monsieur Jupé and Co …

    • Mais qui nous dis que l’UMPS ne serait pas aussi très contente d’une moins grande influence de certains lobbys que l’ont n’as pas le droit de citer. En fait ces politiciens de souche dont le traitrise n’est plus a démontrer pourrait bien se servir de soral et dieudo dans une machiavélique tentative de reprise en main de la France via le FN.

      C’est juste une possible stratégie, mais comment alors concevoir toute cette pub pour des idées soit disant nauséabondes. La logique voudrait que lorsque l’ont ne veut pas de certaines idées on évite de leur faire de la publicité nationale et gratuite ?

      Je pense que la perversité du politique n’a pas de limite 🙂 🙂

  10. Bonjour,
    cet extrait d’Aldous Huxley, est saisissant, et presque trop beau pour être vrai, c’est pourquoi j’aimerais connaître la source de ce texte qui ressemble à un fake ?

Laisser un commentaire