Agefi Suisse

Affaire HSBC/ Falciani: La réouverture de l’enquête pour faux

Affaire HSBC/ Falciani: La réouverture de l’enquête pour faux

LISTES HSBC-FALCIANI. Le dossier est entré le 16 janvier dans le périmètre du Pôle financier du Tribunal de grande instance de Paris

EN LIEN:  L’Edito Spécial du Samedi 1er Février 2014: Lisez avec attention les articles publiés par l’AGEFI Suisse sur cette affaire dite des listes HSBC. Ce sont les seuls qui soient désintéressés et objectifs! Par Bruno Bertez

Dans son édition du 28 janvier, le quotidien Le Monde publiait une double page mentionnant les noms de certains contribuables français figurant sur les fichiers CRM de HSBC Private Bank à Genève, piratés en 2008 par l’informaticien Hervé Falciani. Parmi eux, Gilles Kaehlin, ancien des Renseignements généraux à Paris. Contre toute attente, Kaehlin se plaignait d’avoir été rajouté sur ces listes de toute évidence falsifiées. Il indiquait même avoir déposé plainte pour faux et usage de faux.

Renseignements pris, cette plainte a bel et bien été déposée le 25 avril 2012 à Beauvais, dans l’Oise (Picardie). Gilles Kaehlin ne sera toutefois entendu par la gendarmerie que le 9 juillet. La plainte est finalement classée le 10 octobre,  sans suite. Et sans que l’intéressé, ni son avocat n’en soient informés pendant plus de six mois.

L’année suivante, le 10 juillet 2013 précisément, Gilles Kaehlin dépose une nouvelle plainte, avec constitution de partie civile cette fois. Il faudra attendre encore six mois, le 16 janvier de cette année, pour qu’une juge d’instruction soit désignée pour instruire l’affaire. Il ne serait donc pas correct de penser que la question de la falsification des listes HSBC-Falciani a été définitivement réglée, comme le suggérait récemment le ministre du Budget Bernard Cazeneuve.
Elle pourrait même aller jusqu’au bout sachant que la juge n’a pas été désignée quelque part en province, mais au plus haut niveau de la hiérarchie judiciaire française. Il s’agit de Claire Thepaut, juge d’instruction au Pôle financier du Tribunal de grande instance de Paris, qui regroupe l’élite des magistrats français actifs dans la criminalité économique. Le Premier juge d’instruction de cette instance n’est autre que Renaud van Ruymbeke, qui conduit depuis avril 2013 l’enquête sur les fichiers volés de HSBC.

Claire Thepaut aura probablement la tâche de clarifier les déclarations d’Eric de Montgolfier, alors procureur à Nice, qui s’était étonné le premier que «certains noms, dont on connaissait l’existence – ils n’étaient pas neutres – avaient disparu, puis étaient revenus» (faisant allusion au cas de l’ancien préfet Jean-Charles Marchiani, ancien proche de Charles Pasqua). Ou celles de l’avocat de Hervé Falciani lui-même, William Bourdon, qui déclarait le 12 décembre 2012 dans l’hebdomadaireL’Express: «Les listes transmises ont été volontairement caviardées, des noms ont été enlevés, dans un processus de confiscation de la vérité». Claire Thepaut devrait également avoir en mains le rapport de l’Office fédéral de la Police à Berne (Fedpol) sur la falsification des fichiers, envoyé à Paris en 2010 et qui n’a jamais reçu de réponse (L’Agefi du 22 janvier 2014). Il s’agira aussi de comprendre pourquoi la Commission d’enquête du Sénat, dont le rapporteur fut Christian Eckert, et sur laquelle s’appuie le gouvernement français pour affirmer que les listes n’ont pas été falsifiées, ignorait jusqu’à l’existence de ce rapport. 

 Ian Hamel/ Agefi Suisse Mercredi, 05.02.2014

http://agefi.com/une/detail/archive/2014/february/artikel/la-reouverture-de-l-enquete-pour-faux.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s