Allemagne

Il faut cesser de se laisser intoxiquer par les illuminés et/ou par les escrocs…Par Pierre Leconte

Il faut cesser de se laisser intoxiquer par les illuminés et/ou par les  escrocs…Par Pierre Leconte

La Russie, en prenant le contrôle de facto de la Crimée avec l’appui de la majorité de la population locale et sans faire une seule victime, vient de gagner la première manche sans même que les USA et les États-membres de l’UE prennent de sanctions économiques contre elle. On verra bien ce qui se passera ensuite. A noter le “deux poids-deux mesures” pratiqué par les USA et les États-membres de l’UE qui n’hésitent pas à envahir sans mandat de l’ONU certains Etats souverains (l’Irak par exemple) en y faisant des milliers de morts, ou bien à détourner ledit mandat de l’ONU (cas de la Libye au sujet de laquelle ils avaient mandat de faire respecter une “no-fly zone” pas de détruire ce pays ni de remplacer ou de tuer ses dirigeants comme plusieurs milliers de ses habitants)… alors que la Russie n’aurait pas le droit de récupérer la Crimée, qui lui a longtemps appartenu, ni de protéger les populations russophones d’Ukraine menacées par le changement illégal de régime à Kiev (dont la première mesure “démocratique” fut récemment d’interdire l’emploi de la langue russe en Ukraine), organisé par une minorité d’extrémistes avec l’appui des USA et des États-membres de l’UE qui n’ont de cesse de déstabiliser ladite Russie… On notera d’ailleurs que si les USA et les États-membres de l’UE n’avaient pas trahi leur mandat onusien dans l’affaire libyenne, le problème syrien aurait pu être réglé. Mais le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine, l’Afrique du Sud et quelques autres, ne faisant plus confiance aux USA ni aux États-membres de l’UE, ne leur donneront plus de mandat légal pour agir au nom de la communauté internationale. Ce qui signifie que plus aucune crise grave ne pourra plus faire l’objet d’aucune ingérence américano-européenne, souhaitable ou pas…

http://www.zerohedge.com/contributed/2014-03-03/backstory-russia-ukraine-confrontation-us-and-nato-encirclement-russia

http://www.bloomberg.com/news/2014-03-03/ukraine-crisis-may-thwart-obama-plans-from-iran-to-china.html

http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304585004579417531612266214?mod=WSJEurope_hpp_LEFTTopStories&mg=reno64-wsj&url=http%3A%2F%2Fonline.wsj.com%2Farticle%2FSB10001424052702304585004579417531612266214.html%3Fmod%3DWSJEurope_hpp_LEFTTopStories

http://www.mondialisation.ca/qui-sont-les-nazis-au-sein-du-gouvernement-ukrainien/5371703

http://www.zerohedge.com/news/2014-03-05/behind-kiev-snipers-it-was-somebody-new-coaltion-stunning-new-leak-reveals-truth

http://rt.com/op-edge/ukraine-existential-threat-russia-413/

L’influence des intérêts économiques

Parfois critiquée pour son manque d’engagement sur la scène internationale, la chancelière allemande Angela Merkel s’est impliquée depuis le début de la crise ukrainienne mais doit composer avec les puissants intérêts économiques allemands qui rejettent toute idée de sanctions contre Moscou. La première économie européenne importe environ un tiers de son pétrole et de son gaz de la Russie, dont elle est le premier partenaire commercial européen.

«Comme l’Allemagne est le plus important partenaire de la Russie, c’est aussi celui qui a le plus à perdre», souligne Stefan Meister, expert à l’antenne berlinoise du Conseil européen des relations extérieures, un groupe de réflexion.

Mme Merkel, qui parle russe et a grandi en ex-Allemagne de l’Est communiste, n’a pas ménagé ses efforts, multipliant les coups de téléphone au président russe Vladimir Poutine, qui parle lui-même couramment allemand et avec qui elle entretient une relation complexe.

 «L’Allemagne est le principal frein à une ligne plus dure vis-à-vis de la Russie», estime M. Meister. Berlin plaide imperturbablement pour le dialogue et garde ses distances avec la ligne dure des Etats-Unis.

Troisième partenaire commercial mondial de la Russie, et premier en Europe, l’Allemagne compte 6000 entreprises sur le sol russe, et 300.000 emplois allemands dépendent des relations économiques entre les deux pays.

N’oublions pas que la Russie, plus gros producteur de gaz naturel de la planète après les Etats-Unis, alimente les quasi 90% des besoins des pays de l’ex-URSS, avec des approvisionnements à 100% pour des pays comme la Bulgarie, Estonie, Slovaquie et Finlande. Au sein des pays membres de l’UE, la situation est variée mais fondamentalement indifférente, puisque la première puissance économique, se trouvant être l’Allemagne, est dépendante à plus de 40% des importations de gaz russe.

Gazprom a vendu 133 milliards de m3 de gaz aux pays de l’UE en 2013, soit une hausse de 16,3% par rapport à 2012, selon les données de la Commission et du groupe russe.  Les principaux acheteurs sont l’Allemagne (40 milliards de M3, en hausse de 21% par rapport à 2012), l’Italie (25,3 milliards de m3, +67%) et le Royaume-Uni (12,4 milliards de m3, soit +53%).

SOURCE ET REMERCIEMENTS: FORUM MONETAIRE DE GENEVE

http://www.forum-monetaire.com/?p=11405

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s