Art de la guerre monétaire et économique

Mister Market du Dimanche 19 Avril 2015 : Horrible risk versus reward. Un grand coup de stress sur les marchés Par Bruno Bertez

Mister Market du Dimanche 19 Avril 2015 : Horrible risk versus reward. Un grand coup de stress sur les marchés Par Bruno Bertez

Un jour, à force de faire et de dire n’importe quoi, ils vont crever la bulle, il suffit d’une tête d’épingle.

Dans son Post du 7 Avril, Bernanke s’interroge : « La politique monétaire doit-elle prendre en compte les risques à la Stabilité Financière ? ». Et bien sûr, fidèle non à sa ligne réelle, mais à ses propos théoriques, il répond : « non ». Pour lutter contre les risques d’instabilité financière, les mesures réglementaires, macro-prudentielles suffisent. C’est la thèse officielle. Si ce n’était pas le cas, alors les Banques centrales devraient resserrer quand la spéculation s’emballe et que les bulles menacent, or , elles régulent … par les bulles. Si elles admettaient la thèse selon laquelle on doit empêcher la formation des bulles, alors elles n’auraient plus d’outils pour gérer. !

La ligne réelle de ces gens, les Maîtres du monde, est totalement différente, ils sont totalement obsédés par la stabilité financière, ils ont le nez collé sur le pare-brise quand ils gèrent et épient les moindres signe d’instabilité. Ne confondez pas instabilité et fragilité. Ils savent que tout est instable, et que c’est dE leur faute, mais ils pensent, avec leurs armes, toujours pouvoir venir à bout des fragilités qui se manifestent. C’est une sorte de confiance absolue dans les pouvoirs dont disposent les autorités monétaires.

Si on n’a pas monté les taux en Avril 2013, c’est parce que les marchés ont tangué dangereusement, parce qu’il y a eu risque pour la stabilité financière. Ce risque a d’ailleurs été le sujet essentiel de la rencontre mondiale de l’été à Jackson Hole. Si on a retardé ces derniers mois, c’est encore pour la même raison, la hausse du dollar a manqué de faire chavirer le paquebot global, il a fallu laisser le temps aux marchés de se préparer. Et ce sera toujours ainsi, le pilotage est fondé sur l’appréciation du risque pour la stabilité financière globale. Mais chut, il ne faut pas le dire. C’est le Grand Secret.

DAVOS 2015 (NWO CANCELED)

La régulation mondiale n’a plus d’outils, la panoplie est vide, les munitions épuisées. Le cycle du Crédit joue les prolongations et les amortisseurs fiscaux sont à plat. Tout ce que l’on peut faire, c’est tenter de maintenir une croissance du crédit par le gonflement de la valeur des assets- inflation des collatéraux et effets de richesse- et les taux zéro. Bref, tout ce que l’on peut faire, c’est de prolonger le joujou avec les bulles. Vous comprenez qu’ils, le grand « ILS » ne peuvent pas se priver de leur hochet !

Si on nous suit dans cette hypothèse/interprétation cynique, on admet donc que les régulateurs connaissent aussi bien que nous les risques de bulles et que ce qu’ils disent n’est que simple dénégation afin de préserver leur latitude d’action. Les avertissements des grands gourous ne les étonnent pas, ils les considèrent comme des signaux, comme des symptômes à surveiller. Conformément aux découvertes personnelles de Greenspan qui, vers la fin de sa carrière, a enfin découvert que, puisque l’on joue avec le feu des bulles, il faut les surveiller attentivement, comme le  lait sur le feu. Il faut « modéliser les animals spirits ». Ainsi le géant de la Finance Druckenmiller est sorti cette semaine pour lancer un avertissement qui, n’en doutons pas,  a été entendu : « La présente politique monétaire ultra-accomodante produit un horrible risque en regard de la récompense attendue ». Gageons que c’est le fond du débat entre les Maîtres, quel est le rapport Risk-Reward en maintenant les orientations actuelles, en tentant de faire encore un bout de chemin avec les bulles en cours. 

Le problème avec les bulles et avec la gestion par les bulles, c’est que ce n’est jamais le bon moment de les crever. Nous l’avons diagnostiqué dès 2009 : on entre dans cette voie et ce n’est jamais le moment d’en sortir. Et plus le temps passe, moins c’est facile car les risques ne se réduisent jamais, ils se stockent, ils s’empilent. Un jour c’est la géopolitique qui interdit de perturber le jeu, un autre, c’est la crise européenne de 2012, un autre encore, c’est la déstabilisation des Emergents, un autre encore c’est l’Ukraine, un autre encore, c’est le tangage de la Chine, un autre encore c’est la menace de la faillite Grecque etc etc. Les bulles sont en plus de plus en plus exigeantes. Au fur et à mesure qu’elles vieillissent, leur entretien ou maintien coûte de plus en plus cher.

La grande question s’agissant des bulles, c’est la liquidité mondiale. Les bulles se soufflent avec du fluide, du liquide. La fluidité, la liquidité est presque plus importante que le prix du crédit et le niveau des taux ou des changes. Elle conditionne tout, et surtout la possibilité de maintenir le système en lévitation. Or la liquidité, on ne sait pas très bien ce que c’est, c’est alchimique. Ainsi il y a eu deux éclatements majeurs de bulles en 15 ans et on n’est toujours pas d’accord sur les causes de ces épisodes effrayants. Il y a eu deux éclatements mineurs, celui d’octobre 2014 sur le marché obligataire US et celui de Janvier sur le Franc Suisse et dans les deux cas, la liquidité a disparu instantanément. La liquidité, c’est du mercure, cela file, cela glisse, cela échappe. Jamie Dimon vient d’ailleurs de lancer un avertissement remarqué sur cette question.

Squeeze Globe - Public Domain

Il n’y pas que Dimon qui se préoccupe de la liquidité, le FMI également. Les incendiaires sont toujours les premiers à crier au feu, et à appeler les pompiers. Le FMI a joué les pousse au crime de la création monétaire, des QE et des taux zéro qui ont enflé les bulles, mais maintenant il s’étonne des résultats de ses pressions en ce sens. Nos sinistres irresponsables viennent en effet de conseiller aux régulateurs du monde entier de se préparer à un choc … de liquidité. Ah les braves gens. On se demande bien ce qui leur passe par la tête. Ils ont fait la même chose avec la fameuse austérité : après l’avoir réclamée, ils ont découvert qu’elle était contre-productive, qu’ils s’étaient trompés dans leurs calculs, que les coefficients fiscaux n’étaient pas ce qu’ils croyaient.

La liquidité, cela n’existe pas, c’est, non pas une réalité, mais un comportement, un sentiment, un espoir, un mouvement, un flux. C’est le flux qui permet de croire que l’on réussir à vendre plus cher que l’on a acheté ou que l’on va réussir à refinancer. La liquidité a à voir avec l’esprit de jeu, l’appétit pour le risque, la peur, la crainte de tout perdre etc etc. La liquidité est liée aux mouvements de l’âme humaine, à ses flux et à ses reflux.

Tout ce que l’on sait, c’est que le besoin de liquidité, pour que le système tienne est colossal pour les raisons suivantes :

  • -Les dettes ont considérablement progressé depuis 2008, on a jouté 35 Trillions au stock existant.
  • -La transformation de durée, de risque et de change est poussée à l’extrême.
  • -La qualité sous-jacente des produits financiers est déplorable, donc la conviction faible.
  • -La dette sur marge sur les Bourses dépasse tous les records des ratios historiques.
  • -La contagion et amplification par les dérivés est exponentielle.
  • -Les ETF, Fonds de Hedge Funds et autres poupées gigognes sont des armes de destruction massive.
  • -Le réservoir de liquidité des producteurs de pétrole est percé, or leur rôle est central. 

Et pour beaucoup d’autres raisons encore, mais celles-là, en particulier la dernière, suffisent. Les réserves financières des producteurs de pétrole sont la base sur laquelle s’empile la pyramide du crédit mondial.

Tout cela est bien résumé par le peine à jouir Schauble qui ne rate jamais une occasion de gâcher l’ambiance et d’augmenter les risques dans le système : « Le niveau des dettes dans l’économie globale constitue une source d’inquiétude ». Schauble, poussant l’inconséquence jusqu’ à ses limites, essaie de faire chuter la Grèce, de précipiter sa faillite et son Exit, ce qui, n’en doutons pas ne manquera pas d’augmenter le stress et l’inquiétude dont il se plaint par ailleurs. Pour ne pas parler de Sapin qui, n’écoutant que la voix de son maître, pousse lui aussi la Grèce vers la sortie en articulant : « We are not sympathetic to Greece ». Tous ces gens n’ont rien compris, ni au système de la dette, ni à la question de la liquidité. Ils n’ont rien compris à la grande découverte de Rocard, « Le système est une bicyclette, pour tenir il faut qu’elle roule ».

EUROPOCALYPSE GOTHIC

Depuis 2012, depuis les erreurs de Sarkozy et Merkel, c’est la question Grecque qui gouverne l’Europe sinon le monde : nos incapables ont réussi à transformer un problème de 30 milliards d’euros en une catastrophe de 320 milliards. La question Grecque et son mauvais traitement sont responsables: de la crise des périphériques en Europe, de la crise des banques, du coûte que coûte de Draghi, du pas de clerc de la BNS, et finalement, en attendant la prochaine catastrophe, du lancement des QE par la BCE. Le dossier Grec a été une erreur, une faute historique et ils veulent continuer sous la conduite des Allemands. Le refus de restructurer la dette grecque a été et est criminel.

MR BEAN'S GREEK TAX COLLECTION HOLIDAY

Donc nous disons en titre : un gros coup de stress sur les marchés.

La finance Grecque s’est disloquée avec une hausse de 325 pbs sur les taux à 5 ans, les CDS sont en hausse de 770 pbs. La contagion a gagné le Portugal, l’Italie, l’Espagne, les dettes subordonnées des banques, les junks corporate, les cours boursiers des banques. Au moins il y a une justice, l’Allemagne a subi un flash crash, le DAX a chuté comme une pierre de 4,4% en deux séances et 5,5% en une semaine. En cas de sinistre Grec, nous vous rappelons l’interconnexion des banques du pays avec : l’Albanie, Chypre, la Roumanie, la Bulgarie, la Serbie, la Turquie, la Macédoine pour ne citer que ce qui est le plus évident.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Heureusement Poutine, notre ennemi barbare, envisage de prêter 5 Milliards à Tsipras.

SEDUCTION

 « Sortie de Crise « :Prochaine étape, la hausse des bas salaires 

Les remèdes actuels n’en sont pas. Et dans la voie choisie, on vous cache l’essentiel: la sortie de crise! Des  sorties de crise, il n’y en a pas trente-six, il y en a trois!

  1. -Moratoires, restructurations des dettes pour les dévaloriser et faire en sorte qu’elles pèsent moins sur l’activité vivante.
  2. -Destruction de la valeur réelle des dettes par l’hyperinflation et la destruction des monnaies.
  3. -Répression financière, pilotage de la résorption de l’excès de dettes sur longue période.

C’est la répression financière qui a été choisie, on a jugé qu’elle était la seule adaptée à l’état de nos sociétés, la seule applicable sans chaos. N’oubliez jamais la self-congratulation de Bernanke et de son homologue britannique: «  We saved the World! » et plus tard « We saved our political order »!

La répression est un processus complexe qui ne doit pas se donner à voir en tant que tel, il doit se faire passer pour ce qu’il n’est pas sinon, il ne serait pas efficace à cause des anticipations. Il ne faut jamais que le gigantesque transfert de richesses qui est projet central soit mis à jour.

La répression s’articule autour de :

  • -La création de liquidités pour faire passer la crise de surendettement pour une simple crise de liquidité.
  • -La manipulation des normes comptables pour préserver le secteur bancaire.
  • -Les taux zéro afin de solvabiliser les banques et les Etats, de rendre le poids des dettes supportables.
  • -Une politique Keynésienne pour éviter la chute de l’activité économique.
  • -La recherche d’un effet de richesse pour revaloriser les gages et collatéraux dans les bilans.
  • -La hausse des impôts et baisse des dépenses publiques pour rééquilibrer les budgets publics.
  • -Une première vague de hausse des prix qui est celle des prix administrés, des services dits publics.
  • -La baisse relative de la valeur des monnaies dans un processus non synchronisé, décalé, séquentiel.
  • -La recherche  de l’accélération des prix domestiques sous prétexte de lutter contre les risques de déflation.
  • -La recherche de l’augmentation des bas salaires pour enclencher le fameux effet de l’échelle de perroquet qui est le mécanisme de base de la dérive des prix et coûts dans tout système.

C’est le plan de marche que nous avons imaginé dès 2010 puis à nouveau en 2012  et il est organiquement suivi à la lettre; l’articulation des différentes étapes est parfaite.

https://i2.wp.com/www.zerohedge.com/sites/default/files/images/user5/imageroot/2015/04/pmr%200.0.jpg

Commentaire du graphique ci-dessus: ce graphique montre l’écart qui devra être résorbé entre la masse des traites sur le futur, le crédit au sens large large  et le GDP, c’est à dire ce qui sert à les honorer; le GDP est à peu près équivalent à la somme des revenus.

Yellen, dans sa dernière intervention a montré le bout de l’oreille. Elle nous a dit que les créations d’emplois allaient devenir quantitativement moins fortes, mais que, heureusement, les salaires commençaient à  se raffermir et que ceci allait produire des revenus qui vont entretenir la reprise. Tout est dit, en peu de mots et avec la dissimulation et l’hypocrisie qui s’imposent.

Le système Américain est en avance, les autres, le japonais et l’Européen, puis le Chinois sont à la traîne, mais on y viendra, ils ne savent rien faire d’autre qu’imiter!

La hausse des salaires pour enclencher la spirale sera bienvenue à tous points de vue, elle sera applaudie! :

  • -Elle re-soudera le corps social.
  • -Colmatera le bipartisme malmené ces dernières années.
  • -Fera croire que l’on s’attaque à la question de la réduction des inégalités.
  • -Dévalorisera la monnaie en regard des prix des biens et services.
  • -Permettra enfin la remontée des taux d’intérêt grâce à l’argument des taux réels.
  • -Autorisera la baisse des Bourses et l’éclatement des bulles généralisées.

Lisez ce texte du plus grand Think tank Américain, Le Peterson Institute for International Economics.

Raising Lower-Level Wages: When and Why It Makes Economic Sense [pdf]

Tomas Hellebrandt, Michael Jarand, Jacob Funk Kirkegaard, Tyler Moran, Adam S. Posen, Justin Wolfers, and Jan Zilinsky

As the United States emerges from the Great Recession, concern is rising over the issues of income inequality, stagnation of wages, and especially the struggles of lower-skilled workers at the bottom end of the wage scale. A number of major American employers—for example, Aetna and Walmart—have begun to voluntarily raise the pay of their own lowest-paid employees.In this collection of essays, economists from the Peterson Institute for International Economics analyze the potential benefits and costs of widespread wage increases for lower-skilled workers, if adopted by a relevant share of US private employers. The PIIE fellows conclude that raising the pay of many of the lowest-paid US private-sector workers would not only reduce income inequality but also boost overall productivity growth, with likely minimal effect on employment in the current financial context.

BRUNO BERTEZ Le Dimanche 19 Avril 2015 

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON : 

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

10 réponses »

  1. Bonjour,

    Billet très technique mais passionnant. Juste trois remarques:
    – sur l’image de la bicyclette: très claire, pour qu’elle tienne, il faut qu’elle roule. Pour l’actuelle tienne, il faut qu’elle roule de plus en plus vite. Attention donc à la côte scélérate impossible à monter rapidement ou à la descente trop forte, incontrôlable!!!
    – le choix de la répression financière: je souscris. Une question: et si on lisait le loi sur « le renseignement » actuellement en « discussion » au « parlement » (je sais, il y a beaucoup de guillemets) à l’aune de de ce constat. Elle prend alors une toute autre dimension.
    – enfin réflexion plus politique. J’ai évoqué par le passé le mythe de la caverne pour dépeindre la situation actuelle sauf que là, on peut inverser la chose: nos dirigeants et les maîtres du monde sont dans la caverne et c’est ce qu’ils voient sur le mur du fond de cette caverne qu’ils prennent pour la réalité d’où les « choix », très discutables, faits. Qu’ils prennent donc garde à ce que le monde extérieure ne bouche pas cette caverne d’où il ne sort rien de bon.

    Bonne soirée

    J'aime

  2. Excellent billet, une fois de plus !
    Il y a juste un truc qui m’embête particulièrement : la remarque sur Schauble.

    > Schauble, poussant l’inconséquence jusqu’ à ses limites, essaie de faire chuter la Grèce, de précipiter sa faillite et son Exit, ce qui, n’en doutons pas ne manquera pas d’augmenter le stress et l’inquiétude dont il se plaint par ailleurs

    Schauble est, pour moi, le seul politique cohérent en Europe.
    Il veut pousser la Grèce dehors et il a bien raison ! C’est mieux pour l’Europe et c’est mieux pour la Grèce…

    Bien sûr, il est obligé de se plaindre du stress ambiant : à ce niveau de responsabilité, c’est obligatoire.

    Franchement, je ne comprends pas que ce billet ne soit pas plus clément envers Schauble.

    On dirait même que vous êtes pour que la Grèce reste dans l’Euro.

    Moi, je suis pour qu’elle sorte…
    Et qu’on affronte enfin les conséquences de toutes nos co…ries !

    C’est tout à fait en phase avec l’un des titres de votre blog : mieux vaut une fin terrifiante qu’une terreur sans fin !

    Gilles L.

    J'aime

    • Vous confondez votre opinion, qui est ce qu’elle est, et l’intérêt général. Les conséquences d’une défaillance Grecque ne sont pas prévisibles ou modélisables.

      C’est l’inconnu comme LEHMAN en son temps.

      Une étude de la Deutsche Bank qui date de la semaine dernière trace les risques de contagion, Cette étude crédible est effrayante. Depuis le début de la crise les Allemands se sont trompés sur tout.

      la Sphère Financière est opaque et elle peut réserver des surprises;

      J'aime

  3. l’une des clefs
    fin de la monnaie=>une nouvelle monnaie chasse alors la mauvaise

    c’est l’une des seules monnaies avec l’or pour steriliser ses avoirs en dehors du systeme bancaire
    si l’immo est redevenu le seul etalon (avec l’or etalon transnational):
    transiger maintenant avec cette monnaie (privée comme les integristes libertariens la veulent) est compliqué:
    nous sommes revenus au troc (il y a bien eu destruction du capitalisme depuis au moins 2008)
    elle est non standardisable
    non secable

    mais c’est la SEULE monnaie avec l’or (et dérivés argent petrole…)

    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/l-etalon-immobilier-470277.html

    tout ce que font les gvts actuellement c’est nous faire revenir au moyen age

    J'aime

  4. À la lecture de votre article, une immense envie de vous adresser mes plus sincères remerciements:

    Cela fait 2-3 ans que je suis votre blog, je me souviens de longs moments passés à vous lire dans le brouillard, à me décarcasser le ciboulot: je comprenais vos propos de loin, suivant globalement le fil mais dans le flou. Petit à petit l’éclaircie, et aujourd’hui, je vous lis et non seulement tout fait sens, mais en plus, j’ai anticipé plusieurs des points que vous souleviez.

    Alors merci de votre patience, merci de votre et vos réflexion(s), merci de votre approche didactique, merci.

    J'aime

  5. NextradioTV , la télé n’est pas à vendre, pas maintenant.

    L’Express « s’est fait l’écho d’une information fantaisiste selon laquelle le groupe aurait approché Lagardère en vue de lui céder son pôle télévision pour 400 millions d’euros ». NextRadioTV « dément catégoriquement cette contrevérité qui n’a aucun sens puisque le groupe vient de prouver – en entrant en négociations exclusives avec les actionnaires de Numéro 23 afin d’acquérir leur chaîne de la TNT – qu’au contraire, il souhaitait poursuivre ses investissements dans le secteur de la télévision ».

    Le groupe dirigé par Alain Weill poursuit : « Depuis plusieurs années, le groupe NextRadioTV a été approché par des groupes audiovisuels français ou étrangers. Il a toujours considéré que son intérêt, et celui de ses actionnaires, était de poursuivre son développement autonome sans s’adosser ou fusionner à un autre groupe plus important que lui. Le groupe NextRadioTV, créé il y a quinze ans, emploie aujourd’hui près de 1.000 salariés dont 500 journalistes. Il devrait réaliser plus de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015. Il est aujourd’hui le premier groupe indépendant de télévision en France et entend bien poursuivre ainsi son développement »..
    .
    Il est évident que le groupe NextRadio n’est pas mûr pour être vendu, il est en phase ascendante aussi bien en croissance organique qu’en croissance externe, il complète son portefeuille. Mais il est tout aussi évident que la vocation du groupe est d’être … vendu.

    Simplement ce n’est pas encore le moment, car il a encore un bon potentiel. Il a vocation à rejoindre un grand groupe intégré, c’est la logique du secteur. Et des acteurs gourmands qui ont besoin de racheter ou remployer des capitaux, il y en a plusieurs. Il arrivera un moment ou l’intérêt des actionnaires de NextRadio et de son personnel, sera de vendre et d’être vendu. Certains ont d’ailleurs dejà pris des positions.

    La chaîne d’information continue BFM a encore un beau potentiel, tant en audience qu’en recettes publicitaires et surtout, sa valeur stratégique, politique est en forte ascension. Il n’y a pas de place à long terme pour un groupe marginal.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s