Art de la guerre monétaire et économique

Déflation et marchés financiers Par Pierre Leconte

Déflation et marchés financiers Par Pierre Leconte

FORUM MONETAIRE DE GENEVE  20/9/15

Permalien de l'image intégrée

La grande crise financière et économique globale, qui a commencé en 2007-2008 et qui entre actuellement dans une phase incontrôlable, a provoqué des bouleversements profonds que l’on a toujours pas vraiment compris:

1/ parce que ne pouvant plus être analysés au moyen des théories classiques, comme la théorie quantitative de la monnaie (contrairement à ce que nous avions nous-mêmes initialement pensé l’avalanche monétaire n’a pas provoqué de retour de l’inflation), mais surtout

   2/ parce que conduisant à une évidente cassure entre les politiques monétaires ultra laxistes des banques centrales et l’économie réelle en contraction, étant donné que les instruments et les canaux de transmission desdites politiques ne parviennent plus à s’exercer effectivement.

Probablement parce que le monde globalisé, sujet à une totale anarchie monétaire, dans lequel nous vivons, rend obsolètes tout à la fois les théories monétaires classiques et l’effectivité des politiques monétaires des banques centrales.

La création massive de monnaie ex nihilo par les banques centrales (prenant le relai des banques privées ralentissant le crédit) a bien initialement provoqué des bulles inflationnistes d’actifs (or, actions, immobilier, etc.) mais, ayant finalement été absorbée dans la « trappe à liquidité » par suite de ladite diminution précitée du crédit bancaire (en raison de taux d’intérêt trop bas insuffisamment rémunérateurs pour payer aux banques privées leur risque de prêt), de l’endettement croissant des Etats (en raison de leur fuite en avant dans les déficits) et du désendettement massif des agents économiques (en raison de la baisse des salaires, du chômage -Europe- ou du sous emploi -USA,UK- et de la chute de rentabilité des investissements), l’inflation a disparu au profit de la déflation, dont les deux manifestations principales sont la chute de la vitesse de la circulation de la monnaie et celle du multiplicateur de crédit.

D’où la croissance économique actuelle plus ou moins zéro. Et l’écart massif (jamais aussi béant) très dangereux qui ne pourra pas évidemment pas durer entre la valeur des actifs boursiers très surévalués et la réalité économique anémiée.

La déflation mondiale actuelle a trois causes principales:

1/la mondialisation sauvage dans l’anarchie monétaire (taux de change flottants entre monnaies de papier sans valeur tangible gagées sur le néant) qui pousse mécaniquement à la baisse permanente la plupart des prix et des salaires comme au chômage de masse ou au sous emploi, donc à la faiblesse structurelle de la consommation (représentant les 3/4 du PIB des pays développés);

2/ la politique keynésienne de centralisme monétaire des banques centrales qui, orientant l’essentiel de la création monétaire vers les actifs boursiers spéculatifs pour entretenir l’ « effet richesse » au profit des institutions financières et du 1% des plus riches, conduit à la chute structurelle de l’investissement productif suite à la mauvaise allocation du capital;

3/ la dette massive des Etats (et accessoirement des particuliers et des entreprises) qui continue de s’accroitre au fur et à mesure que diminuent leurs recettes fiscales mais qu’augmentent le périmètre et le coût de leurs interventions (« déflation par la dette » ayant déjà conduit au krach boursier et à l’effondrement économique des années 1930).

Le libre-échange anarchique mondialisé et la disparition progressive de la liquidité disponible dans l’économie réelle, nourrissant en effet la stagnation de la plupart des économies, ne sont pas seulement déflationnistes mais vont vraisemblablement aussi conduire à « la fin de l’argent », c’est-à-dire à une crise d’asséchement radical du crédit et de la liquidité (70% de la création monétaire totale dans le Système monétaire actuel provenant des banques privées via leur octroi de crédit, ce qui explique que l’arrêt du crédit en faveur des particuliers et des entreprises serait mortel pour l’économie !) surtout si des taux négatifs venaient à être pratiqués un peu partout (parce que les banques privés cesseraient alors de prêter). Donc à la disparition durable de l’inflation et à l’installation permanente de la déflation. Lesquelles sont toujours de nature monétaire et non pas causées par la hausse ou par la baisse des prix de tel ou tel bien ou service (comme les matières premières ou le pétrole qui ne sont que effets secondaires, certes importants, mais eux-aussi consécutifs au grand désordre mondial et aux rapports de force exacerbés entre les principaux acteurs). Des sociétés sans monnaie, dans lesquelles les paiements et l’épargne se feront par signes monétaires électroniques, vont vraisemblablement se généraliser à l’instar de la Suède qui vient d’entrer presque complètement dans ce processus. Tout cela obligeant les détenteurs d’actifs à repenser le processus de placement de leur patrimoine encore disponible mais qui va s’évanouir progressivement s’ils restent inactifs.

Non seulement la Federal Reserve s’est révélée incapable d’augmenter, de façon même cosmétique, son taux directeur (ce qui en dit long sur l’état calamiteux des économies US et autres) mais elle a émis l’idée de la fixation de taux négatifs, proposée par l’un des membres du FOMC, appel relayé immédiatement par plusieurs autres banquiers centraux qui s’enferrent dans leur folie collective. Erreur manifeste qui se traduira par « l’euthanasie (renouvelée) du rentier » selon le conseil du calamiteux Keynes.

http://www.zerohedge.com/news/2015-09-18/martin-armstrong-warns-fed-just-made-same-mistake-it-did-1927

http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-09-17/one-monetary-policymaker-wants-negative-rates-in-the-u-s-

https://confoundedinterest.wordpress.com/2015/09/18/china-syndrome-are-negative-interest-rates-coming-to-the-usa/

http://www.telegraph.co.uk/finance/bank-of-england/11874061/Negative-interest-rates-could-be-necessary-to-protect-UK-economy-says-Bank-of-England-chief-economist.html

http://www.bbc.com/news/business-34291815

http://www.zerohedge.com/news/2015-09-18/bank-england-economist-calls-cash-ban-urges-negative-rates

A noter que le Ted Spread explose, ce qui est un signal avant-coureur de la déstabilisation monétaire et boursière avancée…

ted

http://www.zerohedge.com/news/2015-09-18/interbank-credit-risk-soars-3-year-highs-why-janet-folded

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/zone-euro-le-spectre-de-la-deflation-se-materialise-505706.html

http://fortune.com/2015/09/17/china-recession/

Nous recommandons la lecture du livre de Yannis Varoufakis: « Le Minotaure planétaire »

Les Etats-Unis, écrasés sous le poids des dettes générées par la crise de 1929 et la seconde guerre mondiale, mais surtout par un effort d’armement et d’interventions armées ininterrompus, avaient trouvé la bonne solution, faire porter à tous ceux qui avaient par le fruit de leur travail acquis quelques économies, la charge de rembourser – sans intérêt – les dettes américaines.

La date de 1971 est désormais bien connue, Il s’agit de l’année où les Etats-Unis ont décidé de suspendre la convertibilité du dollar en or afin d’assurer leur hégémonie par l’émission de bons du Trésor en dollars dont ils ont pratiquement imposé, au sein de la zone dollar mondiale ainsi créée, tous les épargnants du monde à en acquérir. C’est à ce système que Yanis Varoufakis donne le nom de Minotaure planétaire : un ogre à la fois tuteur et cannibale de l’économie mondiale.

En 2008, date à laquelle ce livre fut écrit, le Minotaure planétaire avait paru tomber sous les coups portés par les abus de la dérégulation bancaire aux Etats-Unis et la spéculation des banques d’affaires mondiales. Aujourd’hui, nous savons ce qu’il en est, le Minotaure est ressuscité, plus fort et plus agressif que jamais. Certes des parties entières du monde, au sein du BRICS, semblent décidés à y échapper, mais rien n’est encore joué.

Permalien de l'image intégrée

http://www.forum-monetaire.com/deflation-et-marches-financiers/

3 réponses »

  1. en fait ce n’est pas vraiment 1971 la fin total du peg à l’or. Rickards l’explique et dit aussi que cela ne devait être temporaire(!!!!*)
    (*lorsqu’on lit andre meyer un financier de genie: lequel brosse un costard à buffet-Buffet qui aura eu raison finalementj jusqu’à aujourd’hui – ce soir sa boite de merde KO préférée & gérée par son fils, se prenant enfin une amende de 3bn)
    à la lecture on est persuadé que PERSONNE n’a envisagé à l’époque un système aussi débile non backé par l’or, en réalité le système a été finalement backé par le plomb-marines-)

    sur les taux fed à 0: les taux réels à l’economie sont peut etre plus fort qu’en 1980. surtout avec des chiffres officieux de déflation (#OIL #ARCELOR #hangseng…)

    J'aime

  2. « Tout cela obligeant les détenteurs d’actifs à repenser le processus de placement de leur patrimoine encore disponible mais qui va s’évanouir progressivement s’ils restent inactifs. »

    Il y a quelque chose que je ne comprends pas ? de quel type de patrimoine vous parlez. Si vous parlez des actifs boursier, immobilier ou du patrimoine monétaire ?
    Puisque comme vous le dites nous sommes en déflation, se que je confirme, C’est donc le patrimoine monétaire qu’il faut privilégier quite a le laisser inactif pour le moment.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s