Arabie Saoudite

Le FMI : ‘L’Arabie Saoudite pourrait faire faillite dans moins de 5 ans’ (Zerohedge)

Le FMI : ‘L’Arabie Saoudite pourrait faire faillite dans moins de 5 ans’

22151101566_3ebea2b062_c

Permalien de l'image intégrée

21/10/15  Zero Hedge – resistanceauthentique – Express BE

SAMA (les réserves de change)

Aussi fou que cela puisse paraître, les Saoudiens font faillite.

Bien sûr, vous ne le sauriez pas si vous voyez le compte de la dernière visite du roi Salman à Washington qui comprenait la réservation de la totalité de la DC Four Seasons et une véritable flotte de berlines Mercedes Classe S.

Vous devez aussi avoir tendance à penser que tout va bien si vous avez simplement regardé le SAMA (les réserves de change) qui totalisent encore près de 700 milliards $.

Les Guerres et le combat coûtent de l’argent , ainsi Que de corrompre les citoyens pour s’assurer que vous ne’allez pas subir pas une sorte de soulèvement de type printemps arabe . Lorsque vous vous efforcez de supprimer artificiellement le prix de l’exportation qui est la source de votre richesse et de votre prestige international (le tout dans une tentative épique de banquerouter la compétition et de sécuriser vos  «prestations accessoires» géopolitiques), vous ne vous faites aucunes faveurs d’un point de vue financier et maintenant, les Saoudiens croulent sous un déficit budgétaire massif et un compte courant qui est dans le rouge pour la première fois depuis longtemps.

Permalien de l'image intégrée

Ainsi, alors que les choses peuvent sembler ok dans une perspective de réserve de change ( même si le coussin est à son plus bas niveau depuis 2013) et alors que le royaume a beaucoup de capacité d’emprunt avec un ratio dette-PIB de juste un peu plus de 2%, les choses sont sur le point de tourner mal très rapidement, et si Riyad décide de plonger tête baissée dans la guerre civile en Syrie, ça ne fera qu’empirer. Notez que bien que les niveaux d’endettement sont susceptibles de rester faible par rapport à un monde où des pays comme le Japon empruntent autant que le nombre de décimales n’entre même pas dans un titre, passant de pratiquement 0% à ~ 16% du PIB en l’espace de seulement 24 mois, ce n’est pas exactement un bon signe:

La situation est en fait si désastreuse que les Saoudiens ont commencé à retarder les paiements aux entrepreneurs dans un effort pour préserver les liquidités.

Permalien de l'image intégrée

Le mercredi, le FMI est arrivé avec un nouveau rapport sur ​​les perspectives économiques pour le Moyen-Orient et l’image pour les Saoudiens n’est pas jolie. En bref, Riyad va brûler (faire faillite ndlr) à travers son coussin (ses réserves de liquidité ndlr) en moins de 5 ans dans les conditions actuelles. Voici plus: 

 Les prix du pétrole qui ont chutés ont considérablement affecté les perspectives budgétaires des pays exportateurs de pétrole de la région MENA et de l’CCA.1 Le prix du pétrole Brent se situe en moyenne 0 53 $ le baril en 2015, contre près de 110 $ le baril au premier semestre de l’année dernière. lES Soldes budgétaires des exportateurs ont transformé des excédents considérables en d’importants déficits, avec des revenus d’exportation de la région MENA et CCA chutant de 360 ​​milliards $ et 45 milliards $, respectivement, pour cette seule année.

Pour les exportateurs de pétrole, la principale question politique est l’ajustement fiscal et de reconstruction de ses réserves sur le moyen terme. Le prix du pétrole Brent devrait se redresser modestement à environ 66 $ US le baril à la fin de la décennie, avec les recettes d’exportation de la région MENA et de l’ACC  étant à 345 milliards $ et 30 milliards $, respectivement, en dessous du niveau de 2014, même en 2020. En l’absence d’ajustement, les soldes budgétaires resteront en déficit profond dans la plupart des pays, avec des ratios de dette publique qui augmentent rapidement (lignes rouges dans la figure 4.2). 

Même dans le scénario de référence du FMI, cependant, les ratios de dette publique va continuer à augmenter dans de nombreux exportateurs du GCC et du CCA (lignes bleues dans la figure 4.2). Dans un certain nombre de pays, les soldes budgétaire à moyen terme seront bien en deçà des niveaux nécessaires pour veiller à ce que une partie suffisante du revenu des réserves épuisables de pétrole et de gaz est sauvegardé pour les générations futures (Figure 4.3).Bahreïn, Oman et l’Arabie Saoudite ont des lacunes budgétaires à moyen terme de quelques 15-25 points de pourcentage du PIB non pétrolier, alors que le conflit en Libye provoque un écart de plus de 50 pour cent du PIB non pétrolier. 

Voici des précisions :

La guerre des cours sur le marché du pétrole, et la chute de moitié des revenus qu’elle a provoquée, ont des conséquences très importantes. Pratiquement tous les pays producteurs de pétrole ont vu leurs excédents budgétaires confortables fondre en une année, et désormais, ils ont des déficits budgétaires significatifs. Bloomberg rapporte même que les Saoudiens ont décalé de 6 mois les paiements des prestataires qui travaillent sur des projets d’infrastructure du Royaume.

Mais ce n’est pas tout: un rapport du Fonds monétaire international  (FMI) publié mercredi sur les perspectives économiques pour le Moyen-Orient affirme que si les conditions actuelles se maintiennent, Riyad aura épuisé ses réserves de trésorerie (actuellement, le pays dispose de 700 milliards de dollars de trésorerie en devises) dans les 5 prochaines années.

Le FMI a calculé que les pays comme le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis, qui disposent d’importants “tampons fiscaux”, pourront mieux supporter les déficits liés à la baisse des cours du pétrole, et que leurs réserves de trésorerie pourront durer jusqu’à 20 ans, tandis que le maintien des conditions actuelles sera bien plus préjudiciable pour le Bahreïn, Oman et l’Arabie Saoudite, dont les réserves s’épuiseront en moins de 5 ans.

La raison principale? Le maintien des niveaux de production de pétrole décidés par l’OPEP (l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, qui représente environ 40% de la production mondiale de pétrole, et dont l’Arabie Saoudite est le leader historique) décidée en décembre 2014, a provoqué un effondrement des cours.Les faibles cours du pétrole ont fait sortir du marché des producteurs américains de pétrole de schiste, et nuit à des ennemis politiques de l’Arabie saoudite, mais ils ont aussi nuit à l’Arabie saoudite elle-même. Les dépenses liées à la participation du Royaume à la guerre en Syrie, et les dépenses publiques colossales qu’il engage pour contenter sa population, achèveront l’érosion de ses réserves, surtout si les cours du pétrole ne remontent pas de manière significative.

Permalien de l'image intégrée

http://www.zerohedge.com/news/2015-10-21/saudi-arabia-will-be-broke-5-years-imf-predicts

https://resistanceauthentique.wordpress.com/2015/10/22/le-fmi-larabie-saoudite-pourrait-faire-faillite-dans-moins-de-5-ans/

http://www.express.be/business/fr/economy/le-fmi-larabie-saoudite-pourrait-faire-faillite-dans-moins-de-5-ans/216445.htm

EN BANDE SON:

5 réponses »

  1. Quelle bonheur!
    Et si en plus la tenaille constituée par la Syrie les Kurdes et les Iraniens pouvaient repousser Daesh vers le sud cad vers les canailles saoudiennes mon bonheur serait complet!

    Wahhabites et néocons US verront-ils en même temps la faillite de leur idéologie délétère? Croisons les doigts!

    J'aime

    • daech c’est les saoudiens

      il faut au contraire les prendre en tenaille et en supprimer un max (ils sont irrécupérables) pour la stabilité régionale
      a contrario l’europe de bruxelles elle les veut aboslument : c’est la raison pour laquelle elle va les chercher en lybie en bateau ou en train + car pour l’allemagne

      J'aime

  2. Ce qui m’interpelle vraiment, ce sont ces retards de paiement, c’est souvent le signe d’une situation financière désastreuse, et dans le cas saoudien, cela semble indiquer que leur situation financière réelle est bien pire que celle qui transparaît au vu des réserves officielles de change – 650 milliards de dollars, en recul de 80 milliards par rapport aux 730 milliards d’il y a un an, qui étaient à un niveau record – comme de l’endettement du pays – 2 petits % seulement. Mais peut-être que ces réserves ne sont pas « mobilisables » comme les Saoudiens le souhaiteraient, et peut-être aussi que le royaume peine à lever des fonds pour combler son déficit budgétaire ? Bref, sans aller jusqu’à dire que la faillite des Saoudiens, c’est pour « maintenant », peut-être bien qu’il y a déjà le feu au lac…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s