Europe

L’Europe, le retour de la Turquie ottomane et le cauchemar de la libre-circulation des Turcs en Union européenne.

Cauchemar : la libre-circulation des Turcs en Union européenne

IMG Auteur

Mish

Global Economic Analysis 24h gold.com

De tous les accords absurdes et égocentriques passés par Angela Merkel avec la Turquie, le déplacement sans visa de 80 millions de Turcs islamistes en Union européenne arrive en haut de la liste.

« C’est un véritable cauchemar, » a décrété un diplomate chargé de s’occuper de l’accord.

Bruxelles prépare les bases juridiques du déplacement libre des citoyens turcs en Union européenne.

Bruxelles proposera cette semaine aux citoyens turcs de se déplacer librement au sein de l’Union européenne, mais a ajouté qu’Ankara devra pour cela mettre en place des réformes politiquement explosives sous quelques semaines, dont la révision complète de ses lois relatives au terrorisme et ses règles de financement de parti.

L’amélioration des droits de déplacement des Turcs représente le plus gros bénéfice accordé à la Turquie dans le cadre des accords signés avec l’Union européenne au mois de mars, suite auxquels Ankara a accepté de réduire le flux de réfugiés vers l’Europe en acceptant de récupérer les migrants arrivés sur les îles grecques.

Mercredi prochain, la Commission européenne accordera légalement aux Turcs le droit de se déplacer sans visa, pour une durée limitée, dans la zone Schengen. Elle devrait cependant préciser que neuf des 72 conditions à remplir par Ankara n’ont pas encore été satisfaites, selon des sources proches de l’affaire.

La scène est dressée pour une confrontation politique avant l’échéance du mois de juin, qui aura de lourdes conséquences sur la crise des réfugiés, les politiques domestiques européennes et les relations de long terme de la Turquie avec le bloc. La question des visas accordés à l’Ukraine, à la Géorgie et au Kosovo devrait également être discutée.

« C’est un véritable cauchemar, » a décrété un diplomate chargé de s’occuper de l’accord. Comme l’a expliqué un autre diplomate européen, l’accord de l’Union européenne avec la Turquie représente « la graine de sa propre destruction ».

C’est un pari que certains représentants de l’Union européenne ont qualifié de « grossière erreur » qui aura de lourdes retombées. « Ce sera une occasion en or pour les Hollandais, les Français et las Allemands, qui ne rêvent plus que de sortir en raison des problèmes domestiques qu’ils traversent aujourd’hui, et qui souffrent de remords depuis l’accord initial avec la Turquie, a-t-il expliqué. Et le Parlement européen n’acceptera aucune erreur politique. Les Turcs ne pourront pas se contenter d’adopter des réformes à toute allure. »

Termes à relever (dans leur ordre d’apparition)

  • Bénéfice accordé à la Turquie
  • Durée limitée
  • La scène est dressée pour une confrontation
  • Cauchemar
  • Graine de sa propre destruction
  • Grossière erreur
  • Lourdes retombées
  • Erreur politique

Erreur politique, graine de sa propre destruction et cauchemar sont mes trois préférés.

Nous pourrions évoquer l’argument fort représenté par le terme « courte durée », compte tenu des problèmes de long terme que représentera cet accord.

L’Europe et le retour de la Turquie ottomane

Par Eric Verhaeghe Jusqu’ici tout va bien

La Commission Européenne cède à Erdogan

Hier, la Commission a proposé ce qu’elle appelle pudiquement une « réforme du système de Dublin« , qui n’est rien d’autre qu’un triomphe politique majeur pour Erdogan.

En voici le résumé, qui est sans ambiguïté ou presque:

The Commission makes legislative proposals to reform the Common European Asylum System. It also opens the way for a decision on visa-free travel for citizens of Turkey by June and takes next steps towards lifting temporary internal border controls.

(La Commission fait une proposition législative pour réformer le système commun européen d’asile. Elle ouvre également la voie à une décision sur la suppression des visas pour les citoyens turcs à compter de juin et elle décide de nouvelles étapes dans l’aménagement temporaire des contrôles aux frontières internes de l’Union).

La proposition de la Commission repose donc sur trois piliers.

Le premier est celui de la relocalisation des migrants arrivant en masse dans un pays incapable de supporter cet effort. Les migrants seront automatiquement relocalisés dans un autre pays de l’Union, sauf à ce que celui-ci assume une dépense de 250.000€ par migrant refusé.

Le second pilier consiste à supprimer l’exigence de visa pour les Turcs voyageant dans l’Union. Cette porte ouverte à l’immigration de masse des Turcs en Europe, en remplacement des migrants syriens, constitue la principale victoire d’Erdogan.

Le troisième pilier consiste à autoriser la prolongation des contrôles aux frontières en dépit de Schengen.

L’hallucinant argument sur la Turquie

Pour expliquer la levée des visas pour les Turcs, le vice-président de la Commission Frans Timmermans, dont il ne faut jamais oublier qu’il a effectué son service militaire dans les renseignements, a fourni cette déclaration hallucinante:

« Turkey has made impressive progress, particularly in recent weeks, on meeting the benchmarks of its visa liberalisation roadmap. There is still work to be done as a matter of urgency but if Turkey sustains the progress made, they can meet the remaining benchmarks. »

(La Turquie a fait d’impressionnants progrès, particulièrement ces dernières semaines, dans le respect des critères de sa feuille de route pour la libéralisation des visas. Il y a encore du travail qui doit être fait très vite mais si la Turquie confirme les progrès accomplis, elle peut répondre à sa feuille de route)

Les progrès faits ces dernières semaines par la Turquie sont bien connus: expropriation du journal d’opposition Zaman et arrestations en série de journalistes trop résistants. Il faut vraiment que Timmermans veuille beaucoup de mal au continent européen pour mentir à ce point.

Erdogan annonce l’islamo-fascisme en Turquie

Pendant que les autruches européennes se mettent la tête dans le sable pour dire tout le bien qu’elles pensent des remarquables réformes turques, Erdogan ne se cache même plus pour préparer l’avénement d’un parfait islamo-fascisme dans son pays. Un congrès extraordinaire de l’AKP devrait être organisé le 22 mai pour démettre le Premier Ministre Davutoglu de ses fonctions.

Erdogan reprocherait deux points majeurs à Davutoglu. Le premier est d’avoir critiqué la mise en détention provisoire des journalistes inquiétés pour leur délit d’opinion. Le second serait d’avoir unilatéralement accepté l’accord avec l’Europe (pourtant très favorable à la Turquie) sur la réimpatriation des migrants clandestins.

D’ici au mois de juin, Davutoglu pourrait donc être évincé au profit d’une autorité sans limite d’Erdogan. Rien n’exclut que le Président turc soit pressé d’agir pour bloquer un accord avec l’Europe.

Erdogan ou le retour du sultan ottoman

La ligne Erdogan confirme, s’il le fallait, les visées expansionnistes de la Turquie islamiste en Europe (niée avec des cris d’orfraie par les bobos bisounours français) et l’utilisation effrayante de l’arme démographique dans ce conflit qui ne dit pas son nom. La Turquie ne cherche pas à dominer l’Europe par les armes, comme elle le fit il y a quelques siècles, mais par la population.

Erdogan a utilisé les migrants pour déstabiliser l’Europe et lui arracher les décisions utiles en échange d’un contrôle des flux migratoires. Ces décisions utiles sont d’abord d’ouvrir les frontières de l’Union à l’immigration massive des Turcs.

Reste à savoir si les Etats membres de l’Union se laisseront faire… Les manoeuvres d’Erdogan finiront peut-être par provoquer un sursaut de conscience sur les véritables visées turques, qui sont tout sauf pacifiques.

http://www.eric-verhaeghe.fr/leurope-retour-de-turquie-ottomane/

EN BANDE SON

3 réponses »

    • Bui, vous êtes naïf. Merkel ne dirige pas l’Allemagne mais la Haute Finance ! Et les buts sont bien plus profonds. Ils expriment un projet séculaire et maléfique à notre encontre

  1. Autant supprimer toutes les frontières tout de suite ou bien envoyer des allocations a chaque Magrébin et chaque africain on gagnerait du temps et de la sécurité.

Laisser un commentaire