Art de la guerre monétaire et économique

Marchés : « Bon Appétit! » . C’est le titre de la dernière lettre de Bill Gross. Extraits. (Avec Note du Lupus)

« Bon Appétit! » . C’est le titre de la dernière lettre de Bill Gross. Extraits.

Avec les taux nuls ou négatifs, des performances à deux chiffres sur les actions et de 7% sur l’obligataire comme on a connu pendant 40 ans tiennent de l’impossible.

Nous sommes dans la phase finale d’un jeu économique de chaises musicales. Nous tournons autour des chaises et quand la musique cesse, nous courons pour trouver une place libre. A la fin du jeu il y a peu de gagnants mais nous avons la faiblesse de croire que nous pouvons jouer et être le plus rapide quand la musique stoppe. C’est la Fed qui a le contrôle de la musique.

Beaucoup vont perdre, mais le jeu va continuer, les taux vont monter, les cours des actions vont chuter mais nous allons nous laisser entrainer à jouer encore. Ne vous faites pas avoir. Soyez smart, jouez la défensive, soyez patient. Sachez qu’il y a d’autres moyens de faire de l’argent.

Quel que soit l’actif et quel que soit les choix de stratégie, la rémunération du « carry » est très faible en regard des risques encourus. C’est vrai pour les actions, l’immobilier et de tout asset qui a un PE, un taux de capitalisation ou qui est lié à la valeur présente d’un flux de cash-flow actualisé. Pour surnager, il faut regarder dans une autre direction, ailleurs. Les rendements vont être faibles, les risques élevés et donc à un certain point l’investisseur doit s’interroger. Il doit comprendre que nous sommes définitivement dans une ère différente.

Récit de chez Zero Hedge

Nous avons été surpris d’entendre que personne d’ autre que le légendaire investisseur obligataire Bill Gross, qui a fait des milliards sur les obligations à long terme, admette chez Erik Schatzker de Bloomberg hier soir qu’il commence à shorter le crédit » , une position qui dit-il va à l’encontre de ses instincts et de sa formation en tant qu’investisseur.  » 

La raison pour laquelle Gross, qui avait appelé à l’explosion du Bund  l’année dernière avec une précision étonnante, devient baissier sur une des classes d’actifs que Mario Draghi soutient directement – et en agissant ainsi Gross se bat au moins contre une Banque centrale : il pense que le temps de la domination des banques centrales est presque terminé.

Gross, qui gère le fond obligataire Janus de 1,3 milliard $, a dit qu’il va désormais vendre le risque de crédit et d’ assurance sur la volatilité du marché plutôt que d’acheter de la dette à long terme, parce qu’il croit que le jour va bientot arrivé où les banques centrales ne seront plus capable de soutenir les prix des actifs et où par conséquence les investisseurs se retireront des marchés.  

« Il est vraiment difficile de changer votre vision psychologique et d’être un gestionnaire à l’aise en shortant le crédit » a t -il dit dans une interview avec Erik Schatzker de Bloomberg. «Je travaille là – dessus, parce que je suis un investisseur qui en fin de compte croit dans le système, mais j’estime que le système lui – même est en danger « .

La thèse sous-jacente de la prise baissière de Gross est simple: la relance des banques centrales dans le monde entier a artificiellement poussé à la hausse les valeurs des actions et du crédit,

L’ élimination du crédit comme investissement signifie « ne pas acheter d’actions, ne pas acheter d’obligations à haut rendement. » a déclaré Gross. « Cela signifie aller dans l’autre sens, ce qui a un prix. »

C’est énorme chers lecteurs le signal qu’envoie Bill Gross sur les marchés, et au monde ! 

Zero Hedge poursuit :

Gross a également eu quelques commentaires sur le Japon , et sur l’ensemble de la fin du jeu pour les banques centrales : 

Il a dit que la seule façon pour que le Japon finalement réussisse à réduire son fardeau sur la dette est pour la banque centrale de renoncer à la rembourser, un scénario qui peut se jouer de manière similaire dans d’autres pays.

« Je pense qu’ils savent où ils vont. Je n’ approuve pas leur politique. Je pense qu’à un moment donné, le Japon va essentiellement racheter toute sa dette et la banque centrale exonèrera le trésor japonais de sa dette et l’attelage gouvernement/banque centrale  essaieront d’avancer avec cela tant bien que mal. Je ne vois pas d’ autre issue pour le Japon.  » 

  » En fin de compte, ils pourraient posséder tout le marché» ,  – il ajouté lors de son entretien Bloomberg. «À ce moment – là , ils pourraient dire gouvernement,« Olly olly bœufs gratuit. Vous ne devez pas nous rembourser. Ou nous allons étendre votre dette à 50 ans avec un coupon zéro pour cent ce qui revient essentiellement à éliminer l’intégralité des obligations dues par le Trésor  »

Gross a déclaré aussi qu’ un tel mouvement aurait des conséquences dramatiques et dommageables pour la monnaie, le taux d’épargne et le secteur privé du Japon. Le Japon a des facteurs démographiques uniques qui aggravent son dilemme économique, mais d’autres nations seront face à des choix semblables, dit-il.

Il croit aussi que c’est la fin de partie.

« Une assez bonne image pour le reste du monde, peut – être , pour les cinq ou 10 années à venir , c’est le Japon . J’ai le sentiment que c’est la route que les banques centrales poursuivront. Ils vont continuer à acheter de la dette, maintenir les taux d’intérêt bas, puis en fin de compte s’apercevoir que le trésor ne leur doit rien.  »

Qu’est-ce que les banques centrales devraient faire ?

Les banques centrales, a t-il dit, doivent commencer à relever les taux pour rétablir les bonnes incitations pour les investisseurs .

Gross a déclaré que la Réserve fédérale a besoin d’un chef de file semblable à Paul Volcker, qui avait relevé les taux d’intérêt dans les années 1980, malgré l’opposition populaire.

«Nous avons besoin d’un autre Volcker», a déclaré Gross.

Malheureusement, cela ne se produira pas….

https://resistanceauthentique.wordpress.com/2016/05/26/le-systeme-lui-meme-est-en-peril-bill-gross-met-en-garde-le-jour-du-jugement-arrive/

NOTE DU LUPUS

a-the_soul_of_the_wolf-1578368

A la lecture de Bill Gross nous avons pensé immédiatement à l’autre analyste financier phare Albert Edwards et à sa fameuse théorie de l’Age de glace….Comprenez là une immense déflation à la Japonaise dont le monde ne se relèverait pas avant des années…Notre conviction c’est que nous y sommes è l’orée de cette nouvelle période financière et économique et que Bill Gross en ayant choisi comme nouveau fond à gérer  Janus Capital a fait preuve d’intuition du moins quant au choix du nom : Janus….L’évolution théorique de Gross n’a rien de surprenant , déjà sur la fin de Pimco (la maison de gestion d’actifs qui fit sa gloire) il était passé : New Normal (nouveau paradigme) le voilà désormais adoubé du moins sur le plan théorique par SIR Albert en personne…Qu’est-ce que tout cela signifie pour nous Lupus…Cela nous conforte dans l’idée que l’on ne se dirige pas vers un grand clash mais vers une longue dérive sans fin (il aurait pourtant mieux value une fin terrifiante qu’une terreur sans fin comme nous aimons à le dire), les Banquiers centraux cherchant à gagner du temps en permanence et à reculer au maximum les inexorables échéances…Et tout ceci avant le glas du grand Reset et l’avènement d’un gouvernement mondial chargé de remettre les compteurs à zéro….Bill Gross espère bien visiblement  encore  faire partie de ce dernier au moins à titre de conseiller et membre honoraire permanent pour service rendu……  

EN BANDE SON

     NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

6 réponses »

  1. Le Diable est froid,il est pire que cela ultra -froid.L’Enfer n’est qu’un point de condensation et de retournement dialectique,- froideur totalitaire:
    Bien vu.

    J'aime

  2. Le monde d’aujourd’hui se configure comme une écologie hyper- virale,c’est a dire une dynamique performative ou code et langage,sans cesse,permuttent leurs « sens »et leurs « actions »,au point ou nous sommes devenus les symbiotes d’un méta-organisme sans plus la moindre structure qu’informationnelle.
    Le moment ou l’action performative du discours boucle sur elle-même,ou toutes les trancendances désormais rabattues sur le corps sans organes du « monde global » se reconfigurent comme un Leviathan post-totalitaire,démiurge et fatal pour toute l’humanité,mais aussi et en premier lieu pour lui même.

    J'aime

  3. Et si
    Bill
    L’homme qui ne vit que sur les obligations
    Soit en panique
    À cause des taux 0 ou negatifs
    Et n’ait d’autre intérêt que l’explosion du système et la remontée des taux pour continuer à s’enrichir
    Et qu’il soit prêt toutes les manipulations médiatiques pour réaliser son aura ?

    J'aime

  4. ,,Quelle tristesse de voir des grandes nations mendier un supplement d’avenir.
    C’est en vain que l’Occident espere une agonie digne de son passe. »
    Emile CIORAN – Ecartellement – Paris 1972

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s