1984

Les progrès de la robotisation et ses conséquences sur le monde du travail (Gerald Celente)

Les progrès de la robotisation et ses conséquences sur le monde du travail

 or-argent.eu /Article de Gerald Celente, publié le 17 août 2016 surDailyReckoning.com,

Article qui montre que nous sommes à l’aube d’une 3e révolution, robotique cette fois, après la révolution industrielle et la révolution numérique :

« Lundi, nous avons exploré le futur du secteur de la restauration rapide lorsque la robotisation et l’automatisation seront exploités à leur potentiel maximal. Mais ce secteur n’est qu’une facette d’un monde de la vente qui va être métamorphosé par une nouvelle génération d’intelligence automatisée. Des robots intelligents qui sont capables de travailler de la plateforme de chargement jusqu’au magasin.

Midea, une société d’appareillage chinoise, prédit un avenir radieux pour les robots sur les lignes de production. En juillet, il est devenu le plus gros actionnaire de Kuka, société allemande spécialisée dans la robotique qui produit des systèmes variés pour les lignes de production. 

Perry Kramer, vice-président de la société de conseil Boston Retail Partners, voit de lourds investissements être réalisés dans l’automatisation des entrepôts.

Une technologie adaptée au show-room suivra, alors que les clients commencent à s’habituer à des robots qui connaissent leur nom, leurs habitudes d’achat et qui les mènent vers les produits qu’ils achètent habituellement. Le nombre de vendeurs va baisser, d’après Kramer, mais les survivants seront mieux payés car ils devront posséder une expertise technique supérieure afin de permettre la bonne poursuite des opérations.

Conscient de ce futur, Google a acheté durant ces dernières années 7 sociétés de robotique spécialisées dans des domaines comme le levage, la prise d’objets ou encore leur déplacement. Staples, The Gap et d’autres chaînes de magasins s’appuient déjà sur l’intégration de robots sophistiqués dans leurs entrepôts.

Prenons par exemple les centres de distribution d’Amazon. Au lieu d’avoir des humains qui se baladent dans les allées de l’entrepôt pour ajouter aux commandes un livre par ici ou une brosse à dents électrique par là, des robots se chargent du travail de levage et de triage. Ils présentent aux personnes qui se chargent de l’emballage les casiers qui contiennent les produits commandés, d’où ils sont choisis et ajoutés à la commande. Des tâches qui prenaient à une personne des heures sont réalisées désormais en quelques minutes.

Pas encore repu avec son armée de plus de 30.000 robots, Amazon a lancé en 2015 son concours Amazon Picking Challenge. 25.000 $ ont été offerts pour la société qui produirait le robot le plus à même de saisir directement des objets, l’une des dernières tâches effectuées par des humains dans les entrepôts.

Même si les participants ont lamentablement échoué dans leur tentative d’être plus efficace que les humains, les progrès récents de la robotisation ont engendré l’émergence de robots aux doigts agiles de plus en plus proches de la rapidité et de la dextérité humaine.

Les robots vendeurs débarquent

Les robots intelligents font également leur apparition dans les magasins. Les Lowe’s Home Improvement Centers sont passés à la vitesse supérieure en introduisant leur « OSHbot » dans certains de leurs points de vente.

En utilisant un programme de reconnaissance faciale, les OSHbots identifient  les clients, se dirigent vers eux, se présentent et offrent leur aide. Le client pourrait dire : « j’ai besoin d’une ampoule ». L’écran du robot affiche alors toute une série d’options. Il suffit alors au client d’appuyer sur le produit désiré et le robot l’emmène jusqu’à son emplacement. Si vous avez besoin de davantage de clous, il suffit de scanner le produit pour que le robot l’identifie et vous y emmène (photo). Mais ce n’est que le début…

Hointer, magasin de prêt-à-porter de Seattle créé par un ancien d’Amazon, pense bien plus loin. Se basant sur la théorie affirmant que les hommes n’aiment pas faire du shopping, ce magasin utilise l’intelligence artificielle pour accélérer le processus.

Le client télécharge l’application Hointer sur son smartphone. Il lui suffit de choisir les produits qui l’intéressent, en indiquant la taille et le coloris, et le robot lui amène dans sa cabine d’essayage sa sélection en 30 secondes. Tout devient plus simple. Dans un futur proche, vous ne devrez même plus porter vos propres sachets ! Vos achats pourront être acheminés jusqu’à votre coffre grâce au chariot intelligent de Starship Technologies, une société estonienne. Ce chariot de livraison utilise des caméras et un GPS pour vous trouver. Vos achats : vos courses du supermarché, des médicaments, du lait infantile, se trouvent dans un compartiment qui peut être ouvert grâce à un code envoyé sur votre smartphone.

Le chariot de Starship est une espèce d’assistant personnel, le marché de la robotisation qui connaît probablement la plus grosse croissance. Ce système de livraison fera fureur auprès des personnes âgées, et à vrai dire dans toutes les tranches d’âge. »

http://or-argent.eu/les-progres-de-la-robotisation-et-ses-consequences-sur-le-monde-du-travail/

POUR RAPPEL : 

Robotisation : vers un monde sans travail ?

robot uncanny valley wtf headless shopping cart

 or-argent.eu novembre 9, 2015

Si la crise économique est un facteur qui alimente le foyer du chômage, un autre élément pourrait bien dans les années à venir rendre l’humain quasi obsolète en tant que force de travail : la robotisation. Cette révolution risque d’être tellement abrupte qu’elle arrivera à un moment où le socialisme, vertement critiqué (et à raison), deviendra une nécessité.

Qu’on le veuille ou non, la redistribution de la richesse sera le thème politique central des décennies à venir dans un monde où les êtres humains ne joueront plus qu’un rôle de figuration dans l’ensemble de l’activité économique, que ce soit les biens ou les services. Cette révolution est déjà en marche. Bank of America vient de publier un rapport de 300 pages sur le sujet, qui a fait l’objet d’un article D’Ambrose Evans Pritchard  duTelegraph :

« Les robots occuperont 45 % de tous les emplois industriels pour faire baisser les coûts salariaux de 9 trillions de dollars d’ici une décennie. Bank of America prédit que les robots et les formes d’intelligence artificielle transformeront le monde d’ici 2025 de façon jamais vue, balayant les anciens business models dans un tsunami d’innovations perturbatrices. (…)

Le rapport affirme que la vitesse de l’évolution de l’innovation technologique perturbatrice est devenue parabolique. Les pays qui ne prendront pas le train de la robotisation chuteront rapidement dans les classements de la compétitivité.

Le salaire des ouvriers chinois a été multiplié par 9 depuis les années 2000, le nombre de travailleurs diminue. La Chine est déjà le plus gros acheteur de robots du monde, représentant 25 % du marché mondial.

Le prix des robots que ce soit pour prendre soin des personnes âgées, pour planter des graines ou cueillir des fruits, des drones commerciaux ou des programmes d’intelligence artificielle (note : il existe déjà, par exemple, un programme qui appelle automatiquement des prospects pour leur vendre une assurance), ont baissé en moyenne de 27 % durant les 10 dernières années, et la tendance devrait se poursuivre. (…)

Le « cobot » standard Baxter, qui travaille côte à côte avec les humains sur les chaînes de montage, par exemple pour visser des boulons, ne coûte que 22.000 $. Nous approchons du moment crucial d’inflexion lorsqu’il sera 15 % moins cher d’utiliser un robot qu’un travailleur.

Ce seuil a déjà été franchi dans le secteur automobile des États-Unis, d’Europe et du Japon, où un robot soudeur coûte 8 $ de l’heure contre 25 $ pour un travailleur. (…) Bank of America estime que 50 % des emplois américains sont menacés. (…) Ceux qui détiennent le capital s’adjugeront un pan encore plus important de la richesse produite pour pousser les inégalités vers de nouveaux extrêmes. (…) »

http://or-argent.eu/robotisation-vers-un-monde-sans-travail/

Photo published for Investors ALERT! Robotics and Automation are your Next ‘Megatrends’

3 réponses »

  1. LA 3 EME REVOLUTION… (TRANS) HUMAINE, SERVITUDE OU EMANCIPATION ?

    Tout d’abord, se pose une remarque essentielle: nos 2 révolutions industrielles passées sont d’abord des ruptures technologiques qui se chevauchent et qui font concourir et c’est là qu’est l’essentiel, à mon avis, 3 types de sources d’énergie thermodynamiques majeures: charbon, petrole/gaz et nucléaire… hors, leurs points communs à tous est d’offrir de l’électricité puis des redondances technologiques pratiques (innovations) qui permettent des usages mercantilistes modifiant en profondeur, par vagues, la place de l’Humain dans la structure dissipative, collective et organisationnelle (en mode extensif puis intensif) ainsi que la perception que l’Humain se fait de ce monde autant que de lui meme… celles-ci, les innovations, se développent en arborescence fractale, s’enfantant et mourant comme les saisons s’instruisent de leur cycle génération après génération. Le pétrole constitue la substance alchimique transformatrice du monde puisqu’elle trans-figure ce qu’elle impacte. (biotope, désir, langage…)

    Au développement technologique post-moderne, on notera le role indispensable du capitalisme comme contingent au mouvement général… et instrument de l’Elite Globaliste.

    Dans la phase corrective (contraction) des investissements productifs que l’on observe actuellement, un rameau technologique est toujours abreuvé… celui de la technologie révolutionnaire du secteur NBIC (Nanoparticule, biologique, informationnel et cognitif). La raison en est que le rendement marginal croissant (profitabilité) passe par une refonte du modèle laboral (cause) et sociétal (effet induis) et qu’elle promet aux détenteurs du capital la double promesse d’une rentabilité accrue et, au bout de la quete, l’inestimable fruit du Saint Graal transhumaniste intégral… devenir dieux sur terre en singeant Dieu.

    Cette révolution majeure devrait défigurer le rapport Humain-machine en ce qu’il devrait logiquement le pousser lui meme à ses extremes: c.à.d à la manière du serpent Ouroboros qui se dévore par la queue.
    Ainsi, la société se découvrira, par le processus bien connu de la « grenouille dans le cristallisoire remplie d’eau qu’on chauffe doucement », métamorphosée et scindée en 2 catégories divergentes… totalement distinctes:d’un coté les tranhumanistes détenteurs du pouvoir de jouir intégralement puisque sacrifiant leur (peu d’) humanité qui leur semblera etre une relique simiesque d’un temps enfin révolus et de l’autre, la Masse visqueuse et encombrante des peuples fossiles.

    C’est donc face à ce mur technologique intrus-if et rupturiel que l’immense masse des peuples se retrouvera dans l’arrière court de l’Histoire de l’Humanité, encore accrochée à la branche qu’elle a elle meme contribuée à scier… La chute sera rude d’autant qu’elle suivra celles d’Humains devenus par leur folie/hybris des chimères/cyborgs ou encore golems en impuissance d’Humanité… heureux et aveugles d’avoir ouvert la boite de Pandore qu’ils n’ont su, ni voulu refermer.
    Entre la Masse et l’Elite la folie les tient tous dans sa toile, tel « l’attrape reve » du shaman/égregore (dreamcatcher) captivant l’esprit en sommeil en le préservant des « mauvais reves » mais surtout ici excisé du poids reel du sens de la réalité… ainsi donc, celui de leur responsabilité dans le chaos qui règne.

    La 3ème révolution, qui émerge, est un pari redoutable (pascalien) puisqu’il suppose d’éliminer ce qui est inutile. La destruction créatrice de Shumpeter appliquée à l’Humain dans un concept renouvelé d’Eugénisme. L’inutile se calcule sciemment comme un produit manufacturé dont l’obsolescence est programmée froidement, scientifiquement, à l’amont du nihilisme ambiant… par cette élite assoifée qui sent là sa gloire et sa victoire proches et qu’aucun obstacle ne devra gener à sa pleine réalisation.

    On chante les louanges de l’Anthropocène… et pourtant celui-ci vient de poser sa tete de sapiens-sapiens sur le billot des vanités barbares… la parousie en rideau final de l’age de Kali… l’Age des ténèbres des hindous, avant un supposé et pourtant logique Age d’Or.

    Le fait est que la raréfaction de l’énergie (pétrole/uranium en particulier) n’est pas vraiment un problème insurmontable puisque, en fait, on peut assécher la demande mondiale par l’augmentation du prix et la concomitance de taxes carbones au nom d’un climatisme culpabilisant, responsabilisant et contraignant… cette double action est d’autant plus efficace que la révolution robotique et cognitive éjectera dans les abimes oniriques du « techno-dream » les prétentions du « jouir-ensemble » de la masse des peuples qui sera, par étapes successives, de plus en plus exclue du marché du travail… le « salaire universel » palliera un temps, celui qu’il n’en faut pour parachever le « Grand Oeuvre » de la « race des maitres ».

    Bien trop encline à se chamailler pour les petites miettes technologiques et de richesse que lui concédera le Système, la Masse contrit et pétrie dans son insignifiance létale, courant derrière son Pokémon-graal et nourrit au « soleil vert » aura ramené son horizon du connaissable aux platitudes d’une vie zombifiée, réduite aux seuls artifices du logiciel de ses instincts dans un décorum de pacotille. .

    La frustration accompagnerait l’abrutissement général?, mais la première est possiblement controlable dans la mesure (ingénierie sociale aidant) ou on distribuera les moyens technologiques ad-hoc et les « Nov-langages » appropriés pour une « Nov-religion » homogénéisée, artificialisée et invertie. Tout comme peuvent l’etre les techniques nutritives hors-sol pour des tomates constitutives d’une meme variété (issue du métissage-générique appauvrie des distinctions culturelles qui font les saveurs du monde et qui supprime, in extenso, toute diversité… au nom, revendiquée par l’Elite et ses kapos, de la diversité génétique et culturelle… tragique subversion).
    La Masse devra en passer par le rite de passage (logiquement inversé) menant à son infantilisation… comme expression de sa régression collective nécessaire à l’aboutissement du Nouvel ogre/ordre mondial . .

    Mais gardons à l’esprit que toute cette complexification du Système/egregore ainsi que son désir ardent d’enfantement génèrent en son sein des contradictions et métastases que le Système produit autant par le fait de ses propres excès que de la faillibilité bien humaine dont il dépend, pour partie, en contrevenant à son efficacité recherchée… La maladie auto-immune du Système est aussi due à la convergence entre ses propres contradictions (décrites ci-dessus) auquel s’ajoutera une dissidence délétère et clairvoyante car encore dépositaire d’une mystique émancipatrice (verticalisée) ,enracinée dans le terreau mémoriel de ses ancetres et réfractaire aux flashs captivant et hallucinatoires du stroboscope de la Matrice.

    Les valeurs morales sont un flambeau que chaque générations de tous les peuples doivent se transmettre. La Fraternité se pérennise et se consolide dans l’adversité, elle fait de nous des sapiens-sapiens dignes et conscients, détournés des virtualités affligeantes du Système et luttant autant contre nos propres abimes que ceux qui s’étalent devant nous quotidiennement.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s