Allemagne

Pour Michael Snyder, Deutsche Bank La plus importante banque d’Europe fait face à un problème majeur de liquidités

La plus grande et la plus importante banque du pays le plus puissant d’Europe continue d’imploser et ce juste sous nos yeux.La Deutsche Bank, c’est la 11ème plus importante banque au monde, et en raison de son énorme exposition sur les produits dérivés, elle a été surnommée « la banque la plus risquée au monde ». Au cours de l’année écoulée, j’ai averti à plusieurs reprises que la Deutsche Bank se dirigeait vers une catastrophe et qu’elle était susceptible de devenir la prochaine « Lehman Brothers ». Si vous souhaitez relire ce que j’ai expliqué tout au long de l’année, vous pouvez le faire ici, ou ici et encore ici. Le Vendredi 16 Septembre 2016, le Wall Street Journal rapportait que le département américain de la Justice (DoJ) réclamait 14 milliards de dollars (12,5 milliards d’euros) à la Deutsche Bank pour mettre fin à une enquête sur la vente de titres adossés à des créances hypothécaires (MBS) lors de la dernière crise financière. A la suite de cette annonce, la confiance envers la banque s’est fortement ébranlée, le cours de l’action s’est alors mis à chuter à des plus bas historiques, et les analystes mettaient en garde sur le fait que la Deutsche Bank pouvait faire face à un problème majeur de liquidités comme nous n’en avons jamais vu depuis l’effondrement de Lehman Brothers en 2008.

Il faut savoir qu’à un moment donné, ce vendredi 30 Septembre 2016, l’action de la Deutsche Bank a plongé sous la barre symbolique des 10 euros pour la première fois de son histoire avant de rebondir légèrement. La raison du rebond venait d’une rumeur complètement non vérifiées qui se propageait sur Twitter selon laquelle la Deutsche Bank était proche d’un accord avec les Etats-Unis sur le paiement d’une amende de 5,4 milliards de dollars.

Mais franchement, peu importe la taille de l’amende, ce n’est plus une question importante maintenant. L’action de la Deutsche Bank a plongé de plus de 50% depuis le début de l’année 2016 et cette dernière péripétie pourrait sonner le glas de cette institution financière en pleine tempête. Les anciennes sources de liquidités ont été réduites, et au stade actuel, personne ne veut être l’idiot qui offre ou offrira à la Deutsche Bank une nouvelle source de liquidités.

Par conséquent, la Deutsche Bank est potentiellement confrontée à un problème majeur de liquidités d’une ampleur que nous n’avons pas vu depuis la crise financière de 2008. Ce qui suit provient du site zerohedge

Ce n’est pas la solvabilité ou le manque de capital – un concept en général souvent arbitraire, déterminé par des organismes qui gèrent la réglementation – qui tue une banque;  c’est – comme le dira Dick Fuld à toute personne qui se donnera la peine de l’écouter – perdre l’accès à la liquidité: à l’argent frais, à l’argent liquide, (situation que Jon Corzine, ancien président de MF Global, avait très bien connu où, , c’est ce qui fera tomber une banque, généralement assez rapidement. Rappelons qu’il n’avait fallu que quelques jours seulement pour voir l’action de Lehman Brothers passer d’un cours d’environ 10 euros à zéro.

Et c’est également les préoccupations autour de ces problèmes de liquidités, qui ont fait plonger l’action de la Deutsche Bank à de nouveaux plus bas historiques un peu plus tôt aujourd’hui. De plus, le monde de la finance savait déjà depuis près de deux semaines, que sa capitalisation boursière est insuffisante. Comme nous l’avions signalé un peu plus tôt cette semaine, selon un rapport publié par Citigroup , on s’aperçoit à quel point le prêteur allemand est sous – capitalisé, en ayant souligné que “leverage ratio, at 3.4%, looks even worse relative to the 4.5% company target by 2018″ and calculated that while he only models €2.9bn in litigation charges over 2H16-2017 – far less than the $14 billion settlement figure proposed by the DOJ – and includes a successful disposal of a 70% stake in Postbank at end-2017 for 0.4x book he still only reaches a CET 1 ratio of 11.6% by end-2018, meaning the bank would have a Tier 1 capital €3bn shortfall to the company target of 12.5%, and a leverage ratio of 3.9%, resulting in an €8bn shortfall to the target of 4.5%.

Plus le cours de l’action de la Deutsche Bank baisse, et plus les institutions financières, les investisseurs et autres clients bancaires réguliers vont vouloir retirer leur argent de la Deutsche Bank. Et chaque fois que l’on apprend que des investisseurs retirent leur argent de la banque, cela aura pour conséquence de faire baisser encore plus bas la valeur de l’action.

En d’autres termes, la Deutsche Bank pourrait tomber dans une spirale infernale qui pourrait devenir impossible à stopper sans un plan de sauvetage du gouvernement, or le gouvernement allemand a déjà déclaré qu’il n’y aura pas de plan de sauvetage pour la Deutsche Bank.

Les clients de la Deutsche Bank ont en dépôt auprès de la banque à peu près 566 milliards d’euros, et si une petite fraction de ces clients commençaient à retirer leur argent, cela provoquerait une crise majeure.

John Cryan, le PDG de la Deutsche Bank a tenté de rassurer vendredi en envoyant un message interne destiné à ses salariés qui pointaient du doigt les «spéculateurs» à propos de la chute du cours de l’action

Au lieu de suivre les conseils de ce que beaucoup lui avaient suggéré de faire, à savoir se concentrer sur les moyens pour lever davantage de capitaux puisque la Deutsche Bank est sous capitalisée – et afin d’endiguer la lente (voire le début) fuite de liquidités, la première chose que John Cryan a fait le matin, a été de publier une note interne aux salariés de la Deutsche Bank qui observaient le cours de leur action plonger à des plus bas historiques, chutant même sous les 10 euros en début de séance et ce pour la première fois. En rédigeant cette note plutôt inquiétante, le PDG de la Deutsche Bank a fait ce que Dick Fuld et d’autres dirigeants avaient fait avant lui lorsqu’ils sentaient la situation devenir totalement incontrôlable, à savoir pointer du doigt les méchants spéculateurs qui vendent à découvert (short), en expliquant « notre banque est devenue l’objet de spéculations. Les rumeurs actuelles sont à l’origine d’importantes fluctuations du cours de notre action. … La confiance est le fondement même de la banque. Des forces sont actuellement à l’oeuvre sur le marché, et veulent affaiblir la confiance à notre égard »

Tout aussi important, John Cryan confirme le rapport de Bloomberg selon lequel « dix hedge funds ont réduit leur exposition à l’établissement. Et c’est ce qui à l’origine de préoccupations injustifiées ». Comme nous l’avions expliqué hier soir, les préoccupations seraient particulièrement justifiées si le facteur de risque devenait plus important pour la banque allemande: ses déposants détiennent collectivement plus de 550 milliards d’euros dans des instruments financiers.

Si vous souhaitez lire la note complète du Pdg John Cryan, vous pouvez le faire ici.

L’une des raisons pour lesquelles la Deutsche Bank est considérée comme étant la banque systèmique la plus risquée au monde, c’est parce que son exposition sur les produits dérivés est de 42.000 milliards d’euros. Ce montant astronomique est 14 fois plus important que le Pib allemand.

Selon l’agence Bloomberg, plusieurs «hedge funds», qui passent habituellement par la banque allemande pour réaliser certaines de leurs opérations, auraient commencé à transférer leurs positions et à retirer les liquidités qu’ils lui avaient confiées. Et c’est vraiment cette publication de bloomberg qui a aidé à faire chuter le cours de l’action de la Deutsche Bank un peu plus tôt cette semaine…

Deutsche Bank: des fonds spéculatifs commencent à réduire leur exposition 

Certains fonds spéculatifs ont réagi pour réduire leur exposition financière. Ces fonds, qui représentent un petit ensemble parmi les plus de 800 clients du secteur des fonds de couverture de la banque, ont déplacé une partie de leurs produits dérivés détenus dans d’autres sociétés cette semaine, selon un document interne de la banque vu par Bloomberg News. Parmi ces fonds, figurent Millennium Partners d’Izzy Englander (34 milliards de dollars), Rokos Capital Management de Chris Rokos (4 milliards de dollars) et Capula Investment Management (14 milliards de dollars), selon une personne bien informée de la situation qui n’a pas voulu être identifiée alors qu’elle évoquait des questions confidentielles concernant des clients.

« Maintenant, ce n’est plus qu’une question de confiance. « , a déclaré Chris Wheeler, analyste sur le secteur bancaire chez Atlantic Equities LLP à Londres.

Et maintenant, que va t-il se passer ensuite ?

Le lundi, c’est la fête nationale en Allemagne et les banques seront donc fermées, de sorte que nous ne verrons rien d’important se produire jusqu’à mardi.

L’annonce d’une réduction importante de l’amende de la part du département américain de la Justice (DoJ) peut permettre à la Deutsche Bank de gagner un peu de temps, mais ce sursis ne sera probablement que temporaire.

Ce qui semble être le plus probable, c’est le scénario que Jeffrey Gundlach laisse sous-entendre

Mais selon Jeffrey Gundlach, PDG de Double Line Capital, les investisseurs parient que si Berlin ne venait pas au secours de la Deutsche Bank, alors les deux pourraient subir des pertes colossales.

« Le marché va faire chuter l’action jusqu’à ce que la Deutsche Bank commence à admettre qu’elle a besoin d’aide. Et elle recevra de l’aide si le besoin s’en fait sentir », a déclaré Gundlach, qui gère plus de 100 milliards de dollars avec son fonds Double Line Capital basé à Los Angeles.

Il sera très intéressant de voir jusqu’où les choses vont se détériorer avant que le gouvernement allemand cède enfin sous la pression.

L’effondrement total de la Deutsche Bank serait un événement beaucoup plus grave pour le système financier mondial que ne fut la faillite de Lehman Brothers en 2008. Les dirigeants mondiaux ne peuvent tout simplement pas se permettre de voir un tel événement se produire, mais sans une intervention sérieuse, il semble bien que nous en prenions la direction.

Personnellement, je ne sais pas exactement ce qui va arriver, mais ce sera intéressant à suivre.

Source: theeconomiccollapseblog

http://www.businessbourse.com/2016/10/01/michael-snyder-deutsche-bank-la-plus-importante-banque-deurope-fait-face-a-un-probleme-majeur-de-liquidites/

4 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s