Aristote contre Platon

Michael Snyder : Débat Trump/Clinton: les 26 questions que chaque américain se pose ! La prochaine crise économique, privera instantanément de cash les 2/3 de la population américaine

Les médias voudraient nous faire croire que l’économie américaine se porte bien, et si c’était vrai, cela avantagerait Hillary Clinton. Mais honnêtement, pensez-vous sincèrement que cela soit la réalité ?

Débat Trump/Clinton: Voici maintenant les 26 questions que chaque américain se pose sur l’économie américaine…

# 1 Lorsque Barack Obama était arrivé à la Maison Blanche en janvier 2009, la dette publique américaine était de 10.600 milliards de dollars. Aujourd’hui, cette dette publique américaine est supérieur à 19.500 milliards de dollars, et il reste encore plusieurs mois avant qu’Obama ne mette fin à son second et dernier mandat. Cela signifie que la dette aura augmenté de 1100 milliards de dollars durant les 8 années qu’il aura passé à la tête du pays. Aux Etats-Unis aujourd’hui, notre train de vie dépasse l’entendement. Pour consommer, nous volons des milliers de milliards de dollars aux générations futures en les déplaçant dans l’instant présent par le biais de l’endettement. Les politiciens aiment le faire, car ça les rend convaincants et leur donne du crédit pour parler de «reprise économique», mais ce que nous faisons à nos enfants et nos petits-enfants est plus que criminel.

# 2 Alors que Barack Obama se prépare à quitter le bureau de la Maison Blanche, le rythme auquel nous nous endettons ne cesse de s’accélérer. Durant l’exercice fiscal annuel qui va bientôt s’achever, la dette publique américaine aura augmenté de 1360 milliards de dollars

# 3 Il n’y a pas que la dette publique américaine qui n’arrête pas d’augmenter de façon massive. La dette totale des entreprises américaines a presque doublé depuis la fin de l’année 2007.

# 4 Les défauts sur les dettes d’entreprises n’ont jamais été aussi élevésdepuis la faillite de Lehman Brothers en 2008.

# 5 Depuis 5 trimestres d’affilée, nous assistons à la chute des bénéfices des sociétés américaines, et on anticipe déjà qu’il y en aura un 6ème consécutif lorsque les chiffres définitifs pour le troisième trimestre seront publiés.

# 6 Sur le mois d’Août, le nombre de faillites d’entreprises a bondi de 29 % par rapport à la même période il y a un an.

# 7 Le taux de création d’entreprises aux Etats-Unis avait chuté de façon spectaculaire durant la dernière récession, et il n’a fait que stagner depuis.

# 8 Le Wall Street Journal vient d’expliquer que nous assistons à la plus faible reprise économique américaine depuis 1949 !

# 9 et ce durant ces deux mandats soit 8 ans. Tous les autres présidents dans l’histoire des Etats-Unis, et même les plus mauvais, avait au moins réussi à faire progresser le Pib d’au moins 3% ne serait-ce qu’une année.

# 10 En Août 2016, l’indice de fret Cass a chuté à son plus faible niveaudepuis l’année 2010 . Cela signifie que le montant total des marchandises expédiées à travers les Etats-Unis que ce soit par voie aérienne, ferroviaire et par camion est véritablement en train de baisser, ce qui démontre clairement que l’activité économique réelle aux Etats-Unis subit un net ralentissement.

# 11 La croissance des dépenses en immobilisation est devenue négative, et l’histoire a montré qu’on a quasiment toujours eu le droit à une nouvelle récession ensuite.

# 12 Le pourcentage d’Américains ayant un emploi à temps plein se situe à 48% environ depuis 2010. Et il faut remonter jusqu’en 1983 pour retrouver une autre période où l’emploi à temps plein était aussi faible aux Etats-Unis.

# 13 Le taux de participation à la population active avait atteint un sommet en 1997 et n’a jamais cessé de baisser depuis.

# 14 Le taux d’inactivité chez les hommes âgés de 25 à 54 ans est plus important aujourd’hui qu’il ne l’était durant la dernière récession. Nous avons des millions et des millions de jeunes hommes dans la force de l’âge qui sont sans emploi et qui restent à ne rien faire. La situation est pire que ce qu’elle était lors de la grande dépression en 1940.

# 15 Les États-Unis ont perdu plus de cinq millions d’emplois manufacturiers depuis l’an 2000, alors que notre population n’a fait que croître durant cette période. Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, il y a de plus en plus de serveurs et de barmans et de moins en moins d’emplois dans l’industrie.

# 16 Croyez le ou pas, mais aujourd’hui, le nombre total de fonctionnaires aux Etats-Unis dépasse le nombre d’employés du secteur manufacturier de près de 10 millions.

# 17 Une étude a révélé que les revenus médians avaient baissé dans plus de 80 % des grandes régions métropolitaines américaines depuis l’an 2000.

# 18 Selon les derniers chiffres de l’administration américaine en charge de la sécurité sociale (The Social Security Administration), 51 % de l’ensemble des travailleurs américains gagnent moins de 30.000 dollars par an.

# 19 Tout au long des 2 mandats d’Obama à la maison blanche, le pourcentage d’Américains propriétaires d’une maison est devenu de plus en plus faible.

# 20 .Croulant sous les dettes, près de 20% des jeunes adultes américains vivent chez leurs parents ou grands-parents.

# 21 La bulle de plus de 1000 milliards de dollars sur les prêts automobiles commence à éclater.

# 22 Les défaillances de paiement sur les prêts automobiles n’ont jamais été aussi importants depuis la dernière récession.

# 23 Nous venons d’apprendre pour la première fois que la classe moyenne américaine constitue une minorité de la population. Alors qu’en 1971, 61 % de l’ensemble des ménages américains faisaient partie de la classe moyenne.

# 24 Une enquête récente a découvert que  62 % des Américains ont moins de 1 000 dollars d’économies.

# 25 Selon la Réserve fédérale, 47% des américains ne peuvent même plus sortir 400 dollars pour couvrir un imprévu sans devoir emprunter ou vendre quelque chose à quelqu’un.

# 26 Le nombre de sans-abri New-Yorkais vient d’atteindre « un niveau record » le week-end dernier, et le nombre de familles vivant en permanence dans des refuges pour sans-abri a bondi de 60 % au cours des cinq dernières années.

En dépit de tous ces points que vous venez de lire, la vérité est qu’il y a un groupe de personnes qui eux, en ont bien profité pendant les années Obama. J’aime vraiment la manière dont Charles Hugh Smith a expliqué ce point dans l’un de ses récents articles

Le gouvernement, les entreprises américaines, la finance, ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre et les médias ont bien profité de cette bulle sur les marchés financiers durant ces 8 dernières années et de cette  pseudo «reprise» , et évidemment, ils trouvaient que l’économie se portait bien, puisque cela fonctionnait à merveille pour eux.

En faisant tourner la planche à billets et en se servant de cet argent pour faire monter les marchés financiers, la Réserve fédérale a considérablement enrichi l’élite, mais elle a également augmenté de façon spectaculaire l’écart entre les très riches et le reste de la population. Depuis qu’il est à la Maison Blanche, le mérite de cette bulle sur les marchés boursiers revient à Obama, et de toute façon, la grand majorité de l’élite adore Obama.

Mais dans le même temps, nous nous profilons vers la plus grande implosion économique et financière de toute l’histoire de Etats-Unis, et les problèmes que cela engendrera toucheront chaque homme, femme et enfant de ce pays.

Au cours ce débat, Trump et Clinton parleront beaucoup des taux et des règlements fiscaux, mais tout ceci n’est rien face au tsunami économique qui se profile à l’horizon. Le prochain président des Etats-Unis héritera des plus grands problèmes économiques que cette nation n’a jamais rencontré, et il faudra plus qu’un miracle pour que l’économie américaine s’en sorte et prenne la bonne direction.

Source: theeconomiccollapseblog 

http://www.businessbourse.com/2016/09/26/michael-snyder-debat-trumpclinton-les-26-questions-que-chaque-americain-se-pose/

Saviez-vous qu’environ 70% de la population américaine vit d’un chèque de paie à l’autre ? Comme vous le constaterez ci-dessous, une nouvelle enquête vient de montrer que 69% des américains ont moins de 1000 dollars d’économies.Bien sûr, l’une des principales raisons qui expliquent cette triste réalité, c’est que la plupart des américains croulent littéralement sous les dettes. En fait, le montant total de la dette des ménages américains dépasse maintenant les 12.000 milliards de dollars. Du coup, beaucoup d’Américains sont tellement occupés à essayer de rembourser leurs dettes existantes qu’ils n’ont pas le temps de penser à épargner pour leur avenir. Si les conditions économiques continuent de rester relativement stables et ce même si beaucoup d’américains vivent au bord de la pauvreté, cela ne les tuera probablement pas. Mais le jour où l’économie américaine plongera dans une nouvelle crise du type de 2008 voire pire, les deux tiers des Etats-Unis pourraient se retrouver quasi instantanément dans une grave pénurie de liquidités.

Si vous vivez d’un chèque de paie à l’autre aux Etats-Unis, vous vivez sous la menace permanente de voir votre vie basculer totalement et à tout moment si ce salaire ne vous était plus versé. Durant la dernière crise, des millions d’Américains ont perdu leur emploi très rapidement, et parce que beaucoup d’entre eux vivaient d’un chèque de paie à l’autre, tout d’un coup un grand nombre d’entre eux se sont retrouvés dans l’incapacité de rembourser leurs prêts immobiliers. En conséquence, une multitude de familles américaines ont vécu cette douloureuse vague de saisies immobilières.

Malheureusement, il semble que nous n’ayons tiré aucune leçon de nos erreurs passées. Selon la dernière enquête que j’ai mentionné précédemment, 69% des Américains ont moins de 1000 dollars d’économies

L’an dernier, le site de finance personnelle GoBankingRates avait interrogé plus de 5000 Américains et il avait découvert que 62% d’entre eux avaient moins de 1000 dollars d’économies. Le site GoBankingRates a une nouvelle fois posé cette question le mois dernier auprès de 7052 américains. Le résultat ? Près de sept Américains sur 10 (69%) ont déclaré avoir moins de 1000 dollars d’économies sur leur compte en banque. (69% = 34% qui n’ont rien + les 35% qui ont entre 0,01 et 999,99 dollars)

Si l’on rentre un peu plus dans les détails de cette enquête, nous constatons que 34% des Américains n’ont plus un seul sou sur leur compte en banque, tandis que 35% ont moins de 1000 dollars. Parmi les autres résultats de cette enquête, 11% des américains ont entre 1000 dollars et 4999 dollars, 4% ont entre 5000 dollars et 9999 dollars, et 15% ont plus de 10 000 dollars d’économies.

Probablement que le fait le plus inquiétant de cette enquête, c’est que 62% des Américains avaient moins de 1000 d’économies l’année dernière. Cela signifie donc que le chiffre de cette année est bien pire que celui de l’an passé puisqu’il a malheureusement progressé 7 % au cours des 12 derniers mois.

Comment cela a t-il pu arriver ? Je pensais que les médias nous expliquaient que l’économie se portait bien mieux…

Regardez, si vous n’avez pas eu l’idée de mettre de l’argent de côté pour parer à un imprévu ou à une situation d’urgence, vous risquez de vous retrouver dans une situation très compliquée voire de tout perdre. j’ai alerté à maintes reprises à ce sujet et ce depuis des années, et dans un article toujours en lien avec cette dernière enquête, le quotidien national américain USA Today a lui aussi très fortement souligné ce point

Ces données sont particulièrement inquiétantes car on recommande aux américains d’avoir l’équivalent de six mois de dépenses mis de côté en cas d’urgence, comme dans le cas d’importantes dépenses médicales, de frais pour la réparation d’un véhicule, ou pour un licenciement. Sans ce fonds d’urgence qui sert de coussin, des millions d’Américains pourraient se retrouver dans une situation financière désastreuse.

En tant que rédacteur en chef du site The Economic Collapse Blog, les gens me demandent constamment ce qu’ils doivent faire afin de se préparer au mieux face aux difficultés qui se profilent à l’horizon.

Le tout premier conseil que je donne, c’est de se constituer un fonds d’urgence et donc de mettre de l’argent de côté.

Dans une situation chaotique, il est toujours difficile de prévoir avec précision ce qui va se passer, mais de toute façon, nous devrons continuer à payer nos factures et acheter divers produits à nos familles au cours de la prochaine crise.

Oui, un jour, le dollar américain n’aura plus aucune valeur, mais avant que cela n’arrive, vous aurez toujours besoin d’un toit pour votre famille et à qu’il y ait de la nourriture sur la table.

Et vous aurez besoin d’argent pour cela.

Il y a quelque temps, la Réserve fédérale américaine avait également constaté qu’un grand pourcentage d’Américains vivaient au bord de la pauvreté. La Fed a découvert récemment que 47 % des Américains sont incapables de sortir 400 dollars pour couvrir un imprévu sans devoir emprunter ou vendre quelque chose qu’il possède à quelqu’un.

Si vous n’êtes même pas capable de sortir 400 dollars pour couvrir un imprévu comme une visite aux urgences, alors c’est que vous devez déjà vraiment avoir du mal à joindre les deux bouts financièrement chaque mois. Malheureusement, près de la moitié des américains se trouvent actuellement dans cette situation.

on nous répète inlassablement que l’économie se porte mieux, mais c’est totalement faux !

En réalité, il se trouve que l’intervalle d’années allant de 2005 à 2015 a été la pire période de croissance du PIB par habitant de toute l’histoire moderne des Etats-Unis. Ce qui suit provient du site zerohedge

  1. La croissance était particulièrement forte dans les années 1960 et ce jusqu’au début des années 1970. Chaque année, de 1966 à 1973, le revenu par habitant augmentait entre 30 % et 40 % par rapport à la même période une décennie plus tôt. Ainsi, il n’est donc pas surprenant que de nombreux Américains se rappellent de cette période comme étant la meilleure qu’ait connu l’économie américaine.
  2. Chaque année de 1984 à 2007 – une période que les économistes appellent la Grande Modération, en raison du taux de croissance moins dynamique et de la faiblesse des taux d’intérêt -. Le revenu par habitant augmentait entre 20 % et 30 % par rapport à la même période une décennie plus tôt. Voilà la raison pour laquelle les américains se rappellent de cette période qui fut bonne pour l’économie américaine.
  3. La croissance du revenu par habitant de 2005 à 2015 a été inférieur chaque année à celle qui avait été relevée une décennie plus tôt. C’est certainement ce qui explique pourquoi beaucoup d’américains sont mécontents des récentes performances économiques de leur pays.

Et comme je l’ai répété à maintes reprises, Barack Obama est en passe de devenir le seul président de toute l’histoire des États-Unis à n’avoir jamais fait progresser le Pib américain de plus de 3% sur une année et ce durant ces deux mandats soit 8 ans. Tous les autres présidents dans l’histoire des Etats-Unis, et même les plus mauvais, avaient au moins réussi à faire progresser le Pib d’au moins 3% ne serait-ce qu’une année. Mais cela n’est pas arrivé sous Obama, et ce même si il a eu deux mandats à la Maison Blanche.

Pourquoi Donald Trump n’a pas soulevé ce point ? Je pense qu’il pourrait faire mal avec ce fait établi.

Article de Zero Hedge, publié le 17 octobre 2016 :

« Pour le 13e mois de rang, la production industrielle américaine a connu une contraction mensuelle par rapport au même mois de l’année dernière. La dernière baisse annuelle d’un pourcent prolonge la faiblesse de la production industrielle en cours pour en faire la plus longue série de contractions mensuelles de l’histoire américaine en dehors d’une récession.

Actuellement, personne ne peut nier que la classe moyenne ne cesse de rétrécir.  Nous avons appris pour la première fois que la classe moyenne américaine constituait une minorité au sein de la population. Alors qu’en 1971, 61 % de l’ensemble des ménages américains faisaient partie de la classe moyenne.

En 1970, la classe moyenne américaine ramenait au foyer environ 62 % de l’ensemble des revenus. Aujourd’hui, ce nombre a chuté et atteint dorénavant 43%.

Ceux qui rejettent encore les arguments que je viens d’exposer et qui sortiront des phrases du type: « Trouve toi un travail » ne comprennent pas qu’il devient de plus en plus difficile de trouver un bon emploi actuellement.

Les statistiques les plus récentes montrent qu’il y a 7,9 millionsd’américains déclarés comme étant officiellement au chômage. Lorsque vous ajoutez à ce nombre les  94,1 millions d’américains en âge de travailler et sans emploi, qui sont comptabilisés comme étant en dehors de la population active, vous obtenez plus de 102 millions d’américains sans emploi actuellement.

Et avoir un emploi ne signifie pas forcément que tout va bien. Selon les derniers chiffres de l’administration américaine en charge de la sécurité sociale (The Social Security Administration), 51 % de l’ensemble des travailleurs américains gagnent moins de 30.000 dollars par an.

Partout où l’on peut regarder, les choses se détériorent. Il y a quelques temps, j’avais expliqué que , et que du coup, de plus en plus d’adolescents se prostituent pour se nourrir.

Malheureusement, ce que nous venons d’évoquer se banalise un peu partout à travers les Etats-Unis. Même dans des régions où tout semble bien se passer, nous constatons que la pauvreté progresse à des niveaux records. Par exemple, il a été récemment rapporté que le nombre de sans-abri New-Yorkais vient d’atteindre « un niveau record » le week-end dernier, et le nombre de familles vivant en permanence dans des refuges pour sans-abri a bondi de 60 % au cours des cinq dernières années.

Si les choses vont aussi mal alors que nous sommes normalement en pleine période de « reprise économique », on est en droit de se demander à quoi ressembleront les choses lorsque l’économie implosera…

Et compte tenu du fait que près de 70% de la population américaine n’a pratiquement pas d’économies, comment l’Amérique fera pour gérer un ralentissement économique prolongé qui pourrait être encore pire que ce que nous avions vécu en 2008 et 2009 ?

Le décor est déjà planté pour la prochaine grande crise économique mondiale, et il n’en faudra pas beaucoup pour que les Etats-Unis basculent dans le précipice.

Source:theeconomiccollapseblog

http://www.businessbourse.com/2016/10/11/usa-la-prochaine-crise-economique-privera-instantanement-de-cash-les-23-de-la-population/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s