Aristote contre Platon

La victoire de Trump, c’est celle de la connaissance contre l’ignorance des élites….une anthologie de la réaction nobiliaire en France !

Surprenant titre ? Oui. Car on imagine la connaissance du côté des élites, pas du petit peuple. A la fin de cet article, vous serez moins surpris…

Les élites n’ont pas les moyens de comprendre la victoire de Donald Trump.

Non seulement ils ne comprenaient rien lorsqu’ils ont prédit avec l’aplomb de celui qui sait, que Trump n’avait aucune chance de gagner, mais ils n’ont toujours pas compris quand il a gagné, et donnent de sa victoire les explications de ceux qui ne comprennent pas.

Et les médias qui ne comprennent guère mieux, invitent pour commenter la victoire, ceux qui hier prédisaient son échec ! Ils se trompaient hier, et c’est eux qu’on nous propose d’écouter aujourd’hui dire qu’ils savent ! Il est interdit de ne pas sourire.

Savez-vous pourquoi ils se sont trompés sur toute la ligne ? Parce qu’ils n’ont pas de connaissances.

Etait invitée hier sur BFMTB une experte, Marie-Cécile Naves, auteure d’un livre sur Donald Trump (L’onde de choc populiste). Durant l’interview elle dit : «on ne sait pas grand-chose du programme de Trump».

Le programme de Donald Trump se trouve sur son site depuis des mois : donaldjtrump.com/policies, mais elle, l’experte, auteure d’un livre sur Trump, elle ne le sait pas. De quoi a-t-elle pu remplir les pages de son livre, l’inculte ? Les électeurs de Trump, eux, connaissent le programme de Trump. Il l’a exposé dans chacun de ses meetings politiques devant plusieurs dizaines de milliers de personnes, chaque jour.

Cyril Hanouna, à la fin de Touche pas à mon poste, a voulu imaginer ce que serait son émission sous Donald Trump : Il a demandé à tous ceux d’origine mexicaine de sortir de la salle, puis aux femmes, puis aux homosexuelles. Enfin, Cyril Hanouna a demandé aux étrangers de quitter le plateau.

Hanouna n’a pas de connaissance. Il ne sait pas ce qu’est «l’idéologie de Trump» comme il dit.

Trump n’a jamais dit qu’il expulserait les Latinos. Il n’a jamais rejeté les femmes, et encore moins les homosexuels. Hanouna ne le sait pas, les Latinos, les femmes et les homosexuels qui ont voté pour lui le savent.

  • La réalité qu’Hanouna ne connaît pas, c’est que les Latinos ont voté en plus grand nombre pour Trump que pour Mitt Romney en 2012.
  • Ils n’ont pas non plus fait un vote de protestation contre Trump : ils ont représenté 11 % du vote total selon le New York Times, comme en 2012.
  • 65 % des Latinos ont voté pour Clinton, contre 29 % pour Trump (1). C’est presque autant qu’en 2008 (67% Obama contre 31% Mc Cain), et mieux qu’en 2012 : Barack Obama avait obtenu 71% du vote Latino, et 27% pour Mitt Romney.

Sur les Mexicains donc, Hanouna ne sait rien.

  • Trump est un des rares constructeurs immobiliers qui emploie des dirigeants femmes, dans un métier très largement masculin. Hanouna ne le sait pas.
  • Trump paye ses cadres hommes et femmes au même salaire à postes équivalents. Par contre c’est du côté d’Hillary Clinton que se trouvent les inégalités : à la fondation, les femmes sont payées 40% de moins que les hommes aux postes équivalents. Hanouna ne le sait pas.
  • La directrice de campagne de Trump est une femme, Kellyanne Conway. Hanouna ne sait pas cela. Le peuple oui.
  • L’empire Trump, c’est à sa fille et ses fils qu’il en a confié la direction, à égalité, et non pas à ses fils. Hanouna ne sait pas cela. Le peuple le sait.

Sur les femmes et Trump, Hanouna ne sait rien. Il ne sait pas que 52% des femmes américaines ont voté pour lui, et même 26% des femmes latinos. (2)

  • Chris Barron, le fondateur du mouvement gay conservateur GOProud est le leader de «Gays for Trump». Il a rappelé (3) que :« Hillary Clinton peut accepter 50 millions de dollars de l’Arabie saoudite ou la punition pour les gays va de la castration chimique à la peine de mort … et elle est supposée être la championne de la communauté LGBT ?
  • «La réalité, dit Barron, c’est que Trump en tant qu’homme d’affaires a un historique exceptionnel concernant les droits LGBT, et venir raconter ici que Donald Trump n’a jamais été un ami de la communauté LGBT, c’est de la désinformation.»
  • Un couple gay qui a déclaré «avoir beaucoup d’amis gay qui soutiennent Trump,» ont témoigné s’être rendu à un meeting de Trump et s’être «senti parfaitement confortable tout en se montrant des signes d’affection au milieu du public». (4)
  • Selon le site Salon.com (5) 20% «être gay et voter pour Trump n’est pas si fou que ça paraît» (5), mais ça, Hanouna ne le sait pas non plus.

Car sur les gays, Hanouna ne sait rien. Le peuple qui a voté pour Trump, lui savait.

Beaucoup accusent Trump d’être fasciste, raciste. Que savent-ils ? Rien. Voici son programme en faveur des noirs défavorisés :

  • Dans son programme, Trump s’est fixé comme «programme national d’apporter le choix des écoles aux 11 millions d’enfants qui vivent sous le seuil de pauvreté» – essentiellement des noirs (6)
  • Il a déclaré à Charlotte DC, une ville pauvre majoritairement noire, qu’il trouve injuste que les enfants de classe moyenne ou aisée aient le choix entre plusieurs écoles, et pas les enfants des communautés défavorisées. En disant cela, il s’est positionné frontalement contre les puissants syndicats d’enseignement qui défendent leurs privilèges au détriment de l’éducation.
  • Dans son «New Deal pour l’Amérique noire» il a promis : «des communautés sûres – 3000 personnes ont été blessées par balles dans les quartiers pauvres de Chicago cette année et 600 ont perdu la vie (7) – une excellente éducation, et des emplois bien payés.»Il a déclaré que «trop d’Afro-Américains ont été abandonnés,» parce que l’Amérique est prise dans un espace temps figé où «elle fait l’erreur d’élire les mêmes personnes encore et encore. »…/… »ma vision pour les quartiers défavorisés des grandes villes repose sur les principes qui ont défini ma campagne : l’Amérique d’abord. Tous les Américains de ce pays ont droit à un gouvernement qui place leur emploi, leurs salaires et leur sécurité avant tout.
  • Pourtant, trop d’Afro-Américains ont été abandonnés.
  • 45% des enfants afro-américains de moins de 6 ans vivent dans la pauvreté.
  • 58% des jeunes Afro-Américains sont sans emploi.
  • Les Afro-Américains représentent 13% de la population, pourtant ils représentent 60% des victimes de meurtre de moins de 22 ans.
  • En 2015, le taux de criminalité de Charlotte a progressé de 18% – et il va encore monter de 24% en 2016.

Les conditions de vie de ces quartiers sont inacceptables.

L’immigration illégale viole les droits civiques des Afro-Américains. Aucun groupe n’a été autant touché par l’immigration illégale qui a fait baisser les salaires que les travailleurs afro-américains à faible revenu.

  • Je vais proposer des réductions d’impôts et des incitations fiscales aux sociétés étrangères pour qu’elles s’installent dans les quartiers défavorisés. Je vais mettre en marche la reconstruction des infrastructures en mauvais état, la démolition des propriétés abandonnées, et augmenter la présence policière.
  • Je vais également mettre en place des réformes financières pour faciliter l’accès au crédit des jeunes Afro-Américains qui veulent poursuivre leurs rêves dans les affaires et créer des emplois dans leurs communautés.
  • J’ai écouté et entendu les préoccupations des citoyens afro-américains concernant notre système de justice, et je promets que sous l’administration Trump, la loi sera appliquée équitablement, avec égalité et sans préjugé. Il n’y aura qu’une seule loi – et pas une justice différente selon les races.
  • Je veux que chaque enfant afro-américain pauvre puisse marcher dans la rue en paix. La sécurité est un droit civique. Le problème n’est pas la présence de la police, mais son absence.
  • Je vais intervenir dans la formation et le financement des policiers locaux et fédéraux afin de débarrasser nos quartiers des gangs, des dealers de drogue, et des cartels du crime. La réduction de la criminalité n’est pas un objectif – c’est une nécessité.

Concernant l’immigration, mon programme est simple. Je vais restaurer les droits des Afro-Américains, des Hispano-Américains, et de tous les Américains, en mettant fin à l’immigration illégale.

  • Je vais réformer la loi sur les visas d’immigration afin de donner la priorité de l’emploi aux travailleurs américains, et je vais suspendre les imprudents programmes de réfugiés depuis les régions terroristes qui coûtent aux contribuables des centaines de milliards de dollars.
  • Je vais également annuler le gaspillage des dépenses contre le réchauffement climatique, y compris les paiements contre le réchauffement global à l’ONU.
  • Je vais modifier les dépenses d’éducation pour permettre aux enfants des quartiers défavorisés de pouvoir choisir entre les écoles publiques, privées, religieuses, ou l’école à la maison. Car le choix de son école est un droit civique important.

Finalement, mon programme inclut la protection de la liberté religieuse, la promotion de la famille, et le soutien de l’Église afro-américaine.

Vision de Trump pour l’Amérique

«Ma mission va être de démontrer au pays que demain n’est pas obligé d’être comme hier. Le cycle de la pauvreté peut être brisé, et des choses formidables peuvent se passer pour notre peuple.

Ceux qui s’opposent

à moi sont ceux qui ont gaspillé 6 000 milliards de dollars dans les conflits du Moyen-Orient – imaginez si cet argent avait été dépensé chez nous.

J’ai été très chanceux dans la vie, et j’ai eu une vie fantastique. C’est le moment pour moi de rendre au pays qui a été si généreux pour moi.

Je viens de terminer la construction d’un hôtel dans Pennsylvania Avenue [NDT: la rue où se trouve la Maison-Blanche] à Washington D.C. Je l’ai livré en dessous du budget, en avance sur la date de livraison, et j’ai créé des milliers d’emplois au passage, y compris dans la construction. C’est ce que je veux accomplir pour notre pays.

Je veux aller dans nos quartiers défavorisés, les pauvres communautés rurales, les écoles en échec, et je veux mettre sur pied un plan pour les revitaliser. J’en ai marre d’entendre les excuses de nos politiciens. J’en ai marre d’entendre qu’on ne peut rien faire. J’en ai marre de ces gens qui disent aux Américains de faire de se serrer la ceinture et de remettre leurs projets et leurs rêves à plus tard.

On a assez attendu. Le moment est venu. Il n’y a rien qui ne puisse être accompli. Aucun projet n’est trop grand. Aucun rêve n’est hors d’atteinte.

Partout où je vais, je vois des potentialités qui n’attendent qu’à être libérées. Mais nous ne libérerons jamais ces potentialités si nous continuons à remettre notre destin entre les mains d’un système politique déglingué qui ne fonctionne jamais. Nous devons choisir une voie plus optimiste – nous devons choisir de ne plus croire en nos politiciens, mais de croire en nous et en notre pays. Si nous faisons ça, tout est possible.

Ne refermons pas les livres d’histoire sur les échecs de Washington, et ouvrons un nouveau chapitre de prospérité pour chacun.

Ensemble, nous aurons un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple

Et nous allons rendre l’Amérique formidable pour tous les Américains.»

Marie-Cécile Naves, Cyril Hanouna, vous n’appelez pas ça un programme ? Je sais : vous n’avez jamais entendu ce programme, vous ne savez rien.

L’ensemble des journalistes non plus.

Jean-Marc Ayrault, curieux ministre puisqu’aux Affaires étrangères, a eu l’honnêteté, sur France 2 d’avouer qu’il ne sait rien et ne comprend rien :

«Il va falloir essayer de savoir ce que veut faire ce nouveau président» a déclaré monsieur Ayrault.

Mon titre surprend moins n’est-ce pas ? Ayrault qui ne sait pas ce que veut faire Trump !

Les Américains, eux, savent.

Ils ont entendu, ils ont écouté, ils ont analysé, réfléchi, appris, et ont acquis la connaissance.

Les élites ont critiqué parce qu’ils ne savent rien. Les rôles ont été redistribués.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

(1) nytimes.com
(2) dailymail.co.uk
(3) newnownext.com/gays-for-trump
(4) newnownext.com
(5) salon.com
(6) realclearpolitics.com
(7) washingtonpost.com

L’élection de Donald Trump a donné lieu à un déluge de réactions négatives en France. Toutes ont exprimé la réaction nobiliaire que notre pays traverse. L’aristocratie républicaine ne digère pas le vote américain et ne s’en cache pas. Et, une fois de plus, elle stigmatise chez les autres ce qu’elle pratique allègrement elle-même.

Alain Juppé dénonce la démagogie

Dans son meeting au Palais des Congrès de Bordeaux, Alain Juppé n’a pas caché son mépris pour Trump et l’a associé au Front National (et probablement à Nicolas Sarkozy…). Ses propos n’ont pas manqué de sel:

“Non au clivage, non à la démagogie qui dresse les Français les uns contre les autres, les élites contre le peuple. Cela ne mène à rien, sinon à des blocages plus dangereux encore” (…) “Je contribuerai à mener une campagne digne. Certains se complaisent dans le caniveau” (…) “Honte aux menteurs, honte aux calomniateurs, honte aux manipulateurs d’extrême-droite et à leurs complices. Je resterai digne face aux attaques de tous bords” (…).

“Le Front national nous ment” et ses idées sont “incompatibles avec nos valeurs et notre vision de la France”

La dignité d’un côté, la calomnie et le mensonge de l’autre. Juppé donne dans la dentelle.

François Hollande parle d’incertitude

De son côté, François Hollande a prononcé un rapide discours, tout à fait lunaire, où il a expliqué avec beaucoup d’habileté que l’élection de Trump ouvrait une période d’incertitudes:

En l’écoutant, on se demande si la France n’est pas la plus grande puissance du monde, chargée de veiller au grain américain. Peut-être François Hollande devrait-il examiner son bilan avant d’écrire ses discours. En tout cas, que le bonhomme Hollande se présente comme le garant d’un ordre international paraît totalement estomaquant, et même déplacé au regard de son action.

Ayrault et ses impressionnantes gaffes diplomatiques

Le pompon français a probablement été atteint par le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, qui a tenu des propos qui laissent perplexes sur l’intelligence que le personnage peut avoir de son rôle.

Vigilance, exigence par rapport à nos intérêts mais aussi par rapport à notre conception du monde. On ne veut pas d’un monde où chaque pays se recroqueville derrière ses frontières, monte des murs et ne règle rien et c’est l’égoïsme qui triomphe. […] Il y a plus d’incertitudes mais nous travaillons justement pour les lever. […] Je peux vous dire – je reviens de Chine – que la voix de la France compte et qu’elle est attendue.

Ayrault a-t-il oublié que la France vient de refuser massivement des arrivées de migrants sur son sol? qu’elle a elle-même demandé le rétablissement des contrôles aux frontières? et elle donne aujourd’hui des leçons d’ouverture.

Bayrou dénonce les caricatures

Sur sa page Facebook, François Bayrou s’est lui aussi lancé dans une analyse tout en finesse. On retrouve là le réflexe habituel de l’élite française, qui consiste à réduire le monde à une logique manichéenne… pour dénoncer le manichéisme des autres.

Il y a d’abord une réalité : partout sur la planète les peuples refusent l’ordre établi d’où ils se sentent rejetés.

Mais le changement qu’ils cherchent, ils croient le trouver au travers des excès, des caricatures, des retours en arrière et des rejets. Et c’est là qu’est le danger.

On lit Bayrou, et à aucun moment on ne peut se dire que son analyse donne dans l’excès, la caricature ou le rejet. Fais ce que je dis, mais ne dis pas ce que je fais!

Jacques Attali veut une Europe non-populiste

Dans un tweet éloquent, Jacques Attali a efficacement concentré la pensée de la nomenklatura française, en constatant avec mépris et impuissance le triomphe du “populisme” (entendez les doctrines qui pointent les échecs patents de l’élite au pouvoir).

La révolution populiste commencée avec le Brexit continue avec Trump Pour éviter une grande crise,l Europe doit proposer un contre modèle!

On se marre. “Pour éviter une grande crise”… Mais, précisément, ce qu’Attali appelle le populisme n’est-il pas, très simplement, la réaction des peuples à la grande crise européenne qui dure depuis plus de 10 ans. Et dont il est un initiateur, car, sans le traité de Maastricht, qu’Attali adore, on peut imaginer qu’il y aurait un peu moins de “populisme” en Europe.

Autre réflexe de la nomenklatura: expliquer que le problème, c’est les autres, et que la solution au problème, c’est de continuer comme avant.

Cambadélis et le national-populisme

Comme Blanche-Neige qui voyait des nains partout, Cambadélis voit des nazis partout. Dans sa grande dénonciation du simplisme populiste, il a produit cette extraordinaire déclaration au Monde:

Le national-populisme plus ou moins xénophobe hante le monde occidental, avec sa peur du déclassement, du remplacement et du métissage, déclare au Monde le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. Orban, Brexit, l’AfD en Allemagne et, maintenant, Trump. La gauche française est prévenue : elle continue ses enfantillages irresponsables et c’est Le Pen. »

Ben voilà! d’un côté, il y a le camp du “national-populisme”, première étape vers le national-socialisme, on l’a bien compris, et de l’autre le camp de la démocratie incarnée par la gauche et le PS. Là encore, cette analyse complexe, élaborée, subtile, laisse augurer d’une parfaite compréhension du sujet “Trump” pour les années à venir.

La réaction nobiliaire jusqu’au bout

Malgré le Brexit, malgré l’élection de Trump, les élites françaises restent donc accrochées contre vents et marées à leur analyse binaire. D’un côté, il y a les gens qu’on peut prendre au sérieux, qu’on reconnaît comme tels et qui méritent d’être écoutés. D’un autre, il y a la passion, la colère, la déraison, qu’on doit fouler au pied.

Un ouvrier au chômage parce que son usine a fermé est sérieux lorsqu’il vote pour un parti ou un homme qui continue à défendre ce qu’on appelle faussement le libre échange. En revanche, s’il vote contre le libre-échange, il devient xénophobe, raciste, etc.

Cette analyse puissante de la réalité est confondante.

4 réponses »

  1. C’est la FRance des parasites, celle qui d’ici peu se retrouvera au fond, tout au fond des poubelles de l’Histoire !

    J'aime

  2. Il serait grand temps de substituer au « libre échange » une notion nouvelle que j’appellerai par exemple « l’équitable échange », politiquement plus correct et acceptable dans le bal des faux-culs et le « concert des Nations », que le »protectionnisme intelligent » …

    J'aime

  3. La propagande gauchiste fonctionne en accusant son adversaire de tout les maux, on le diabolise à outrance alors qu’eux s’attribuent toutes les vertus du monde.
    On s’aperçoit que les accusations sont toujours les mêmes concernant leurs ennemis, qu’ils s’appellent Trump, Poutine ou Orban. On les accuse de raciste, sexiste, homophobe.
    On s’aperçoit que c’était déjà identique à l’encontre de gens comme Michel Sardou dans les années 70, accusé des mêmes maux car ils ne supportaient pas qu’un chanteur de droite puisse exister.
    Vous pouvez prendre les discours de Trump, ceux de Poutine, vous verrez que rien de tout cela n’est vrai. La haine est enseignée dans les écoles publiques et elle est alimentée par la diabolisation de l’ennemi car le but est de persuader les zombies qu’en s’en prenant à des méchants, ils font une bonne œuvre.
    Prenez des gens comme les antifas, ils ont les mêmes méthodes que les groupes violents d’ultra-droite, la même haine, mais ils se considèrent comme les champions de la démocratie.
    Se donner bonne conscience, c’est la seule façon qui permet aux pires salauds de la terre de faire des atrocités en se persuadant qu’on a raison.
    Comme je j’ai dit dans un autre commentaire, la propagande ne fonctionne plus, c’est pour cela que Trump a gagné et que d’autres font le faire.
    En fait, certains milieux comme les journalistes ne comprennent pas ce qui se passe car ils ont fini par croire leurs propres mensonges, ils croient vraiment que Trump est un candidat épouvantable mais les électeurs voient le vrai Trump, pas celui dont on parle dans leur journaux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :