A Chaud!!!!!

Qui a voté pour qui et pour combien ? : Comment Trump a gagné la Maison-Blanche…le vote noir a scellé sa victoire !

Comment Trump a gagné la Maison-Blanche

e8d79d733f5f1a9cf0912982e7cd99eaf8a9c744b34e4fdcb1ce043c75385a4a_1cw9y_bzxuaafs09

Le Nouveau Journal de Jackturf Le 10 Novembre 2016 

(CNN) Hillary Clinton ne pouvait pas tenir sur la coalition Obama. Et cela s’est avéré être une grande partie de sa défaite.
 
Les électeurs afro-américains, Latino et jeunes n’ont pas réussi à se présenter aux urnes en nombre suffisant mardi pour propulser Clinton à la Maison Blanche.
 
Clinton a concédé la course après 2 h du matin. À la fin, elle a même perdu certains états sensés être acquis, comme le Wisconsin. Elle a perdu dans d’autres aussi, comme la Pennsylvanie et le Michigan.
 
Même si elle a remporté les principaux groupes démographiques visés dans  sa campagne, elle a sous-performépar rapport au président Obama d’un bout à l’autre du tableau, même parmi les femmes, selon les données des sondages de sortie.
 
Une part légèrement plus importante que Mitt Romney en 2012, des électeurs noirs et latinos ont voté pour Trump  malgré les remarques désobligeantes de Trump à leur égard.
 
 

Pas assez d’Afro-Américains, et de Latinos, ont tenu compte de l’appel.

 
Environ 88% des électeurs afro-américains ont soutenu Clinton, contre 8% pour Donald Trump, dès mercredi matin, alors que Obama avait bloqué 93% du vote noir à Mitt Romney en 2012 contre 7% pour ce dernier.
 

Les Afro-Américains se sont moins déplacés.

 
Environ 12% de l’électorat était afro-américain cette année, contre 13% il y a quatre ans. C’est une chute clé, surtout quand il est jumelé à un vote plus faible que prévu des latinos. 
 
Les déclarations de Trump disant que les Noirs vivent dans la pauvreté, qu’ils n’ont pas d’emploi et qu’ils se font tirer dans la rue et le fameux slogan «  Qu’avez-vous à perdre » ? ne sont certainement pas étranger à cet état de fait. 
 
Le soutien des Latinos à Clinton était encore plus ténu, malgré le fait que Trump s’était engagé à construire un mur à la frontière mexicaine, accusant les immigrants sans papiers d’être des étrangers criminels et promettant de les expulser.
 

Les Latinos ont boudé Clinton.

 
Seulement 65% des Latinos ont soutenue Hillary, tandis que 29% ont voté pour Trump. En 2012, Obama avait remporté 71% du vote hispanique tandis que Romney obtenait 27%.
 
http://i.cdn.turner.com/cnn/.e/interactive/html5-video-media/2016/11/09/ExitPoll_LightTemplate_1600_JT_110816_11c.jpg
 
 

Les Blancs se sont moins déplacés.

 
Au-delà de la coalition Obama, Clinton n’était pas aussi populaire auprès des électeurs blancs qu’Obama. Elle a remporté seulement 37% du vote blanc, comparativement à 39% pour Obama. 
 
Étonnamment, Trump a également recueilli une part légèrement plus petite du vote « Blanc » que Romney,capturant 58% des voix, contre 59% pour Romney. 
 
Les électeurs blancs représentaient 70% de l’électorat cette année, contre 72% il y a quatre ans.
 
Les électeurs asiatiques, qui représentaient seulement 4% de l’électorat, soutenaient moins Clinton que Obama.Quelque 65% des électeurs asiatiques ont voté pour elle, contre 73% pour Obama en 2012.
 
Clinton a également échoué à capturer le vote des jeunes électeurs de Bernie Sanderss.
 
Hillary  a remporté 55% des électeurs de 18 à 29 ans, contre 37% qui ont voté pour Trump, alors que Obama obtenait en 2012, 60% de ces jeunes électeurs et Romney 37%.
 
En ce qui concerne le vote des femmes, Clinton a remporté 54% de leurs votes, contre 42% pour Trump, mais Obama avait fait mieux en 2012 avec 55% du vote féminin.
 
Et voilà comment on perd une élection en laissant s’échapper un point par ci, un point par la, le tout au bout du compte, transformant la fuite, de simple ruisseau en torrent.
 
Eux aussi ne sont pas étrangers à la défaite d’Hillary 
et il faudra bien qu’ils le reconnaissent un jour ! Trump, ayant su de son côté s’entourer de « meilleurs qu’eux » et il n’a pas eu besoin de Béyoncé et autres stars pour gagner, remplissant à lui seul des stades entiers et rien que cela aurait-du alerter les « merdias » de la déferlante « Trump ».

Les médias sont désespérés. Ils ont fait une fantastique campagne électorale pour faire gagner leur candidate, ils dominaient l’info parce qu’ils en ont le monopole, et Clinton a pourtant perdu.

L’un des premiers chiffres de la structure de l’élection corrige un gros mensonge des journalistes, qui décrivent l’électeur de Trump avec dédain comme étant un « mâle blanc sans éducation ».

Les médias aiment ajouter « raciste, sexiste, xénophobe, homophobe, islamophobe et irrécupérable ».

Qu’ils se souviennent cependant qu’Hillary Clinton les a devancés en décrivant les électeurs de Trump comme « un panier de gens déplorables », et cela ne lui a pas porté chance : des centaines de milliers de démocrates ont tourné le dos à Clinton et voté pour Trump.

Mais ce sont surtout les noirs qui ont scellé la victoire de Donald Trump, apprend-on maintenant — et l’on voit ici pourquoi les socialistes ne veulent pas de statistiques ethniques qui révéleraient des vérités qui les dérangent :

Les Afro-Américains se sont détournés d’Hillary Clinton

  • Plus d’un million d’Afro-Américains ont tourné le dos à Hillary Clinton, comparé à l’élection de 2012, et les sondages révèlent que la raison majeure est qu’ils n’ont pas confiance en elle.
  • 15,6 millions d’Afro-Américains ont voté démocrates, contre 16,7 millions en 2012.
  • L’effet a été dévastateur :
    • Trump a gagné le Wisconsin avec seulement 27 000 voix de plus qu’Hillary,
    • Le Michigan avec seulement 12 000 voix,
    • La Pennsylvanie avec 68 000 voix de plus que sa concurrente.

Le vote noir pour le candidat républicain a progressé

  • 13 % des hommes afro-américains ont voté pour Trump, contre 11 % pour Mitt Romney en 2012.
  • Le vote féminin noir a été de 4 %, contre 3 % en 2012.

Conclusion

La conclusion va certainement déplaire aux journalistes et experts qui noircissent constamment l’image de Trump — et vont la noircir pendant les 8 ans de sa présidence (S’il réalise ce qu’il a promis, il sera certainement réélu) pour que vous le détestiez parce qu’eux le détestent. Et hélas, pour beaucoup qui prétendent ne pas être influencés par les médias, cela fonctionne très bien.

La conclusion est que si les Afro-Américains avaient voté démocrates comme en 2012, c’est Hillary Clinton qui aujourd’hui serait présidente.

Ah j’oubliais presque de dénoncer cet autre mensonge : Trump a battu Clinton sur le vote féminin blanc par 53 % contre 43 %.

Et vous avez sans doute compris que les médias sont si corrompus et malhonnêtes, que rien de ce qu’il accomplira de positif pour le peuple américain pendant son premier mandat ne sera rapporté par les journalistes.

Mais comptez sur Dreuz pour ne pas les laisser vous intoxiquer. Nous serons là pour vous rapporter les faits.

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Hillary a dépensé près de deux fois plus par Vote que Trump … Pour Rien

proxy

2016-11-09-spending-per-vote

Via Zero Hedge – Donald Trump a arraché une des plus grandes surprises de l’ histoire politique américaine hier soir et il a été en mesure de le faire après avoir dépensé près de la moitié de ce que la campagne de Clinton a dépensé . Selon Reuters , Hillary Clinton a recueilli plus de 520 millions $ pour sa campagne contre seulement 270 millions $ pour Trump, dont une grande partie est sortie de sa poche. Ces chiffres de dépenses équivalent à environ 8,80 $ par vote Hillary contre 4,57 $ pour Trump.

De plus, ces chiffres ne rendent même pas compte de l’argent dépensé par les différents super PACs (comités d’action politique – des organismes privés qui collectent des fonds dans le but d’influencer une élection fédérale et dont les dons ne sont plus plafonnés depuis 2010, NDLR) où Hillary a probablement surpassé Trump avec une lourde marge aussi.

 En se fondant largement sur un mélange peu orthodoxe des médias sociaux, de rhétorique non filtrée, et d’un talent pour gagner du temps de la télévision gratuite, le magnat de l’immobilier New Yorkais a probablement payé moins de 5 $ par vote, environ la moitié ce que Clinton a payé , selon une analyse de Reuters sur les dossiers de financement des campagnes électorales et les données du vote. Ces chiffres supposent que les candidats ont dépensé tous les fonds qu’ils ont soulevés.

La victoire rentable de Trump a bouleversé les concepts dominants sur l’influence de l’ argent dans la politique américaine et a soulevé la question de savoir si une campagne avec peu de moyens, et presque aucun média , peut devenir le nouveau modèle pour gagner des élections aux États-Unis.

Les stratèges politiques et universitaires ont tendance à se mettre d’ accord, cependant, que la performance de Trump serait difficile à répéter.

« Je pense que c’est un cas où Trump avait des caractéristiques uniques comme candidat, ce qui lui a permis de poursuivre un type de stratégie différente», a déclaré Tony Corrado, professeur de gouvernement au Colby College, dans le Maine.

Alors que Trump a poursuivi une stratégie financière avec peu de moyens, Hillary a suivi le modèle de campagne traditionnel qui comprenait $ 100s de millions dépensés à la télévision et à la radio à travers le pays et plus de 40 millions $ pour des stratèges payés au prix fort. Il doit y avoir énormément de «millionnaires, milliardaires, propriétaires de jets privés » ce matin qui pensent à la façon dont ils aimeraient un retour sur certaines de leurs contributions de l’année écoulée. 

L’ancien secrétaire d’Etat est restée collée au modèle de campagne traditionnel de lancer des publicités télévisées coûteuses et de financer des centaines de membres du personnel qui ont participé à travers le pays à accroître la participation des électeurs le jour du scrutin.

Elle a dépensé plus de 237 millions $ pour les annonces de télévision et plus de 42 millions $ pour des centaines de membres du personnel.

Elle a également bénéficié de dépenses par ce que l’on nomme « les Super PACs » soutenant sa candidature, qui sont autorisés à collecter et dépenser des quantités illimitées d’argent, mais qui ne peuvent pas être  liés directement avec la campagne. Plus d’une douzaine de personnes, y compris le magnat Donald Sussman et le financier mondial George Soros, ont donné plusieurs millions en chèques à « priority usa », le principal PAC soutenant sa campagne, selon des documents. 

En plus de ses énormes dépenses publicitaires, Hillary aussi massivement dépassé Trump sur les dépenses concernant les « opérations sur le terrain. » Trump a souvent été critiqué tout au long du cycle électoral pour ne pas avoir un «jeu au sol » bien développé mais ses électeurs se sont déplacés en nombre record en dépit de son manque relatif de dépenses.

Campagne dépenses

 En attendant, voici un regard sur où les candidats ont dépensé leurs budgets « d’opérations sur le terrain » , par Etat.

Dépenses

En plus de choquer le monde avec sa victoire, nous soupçonnons que Trump a changé pour toujours la façon dont l’argent est dépensé pour les futures campagnes politiques.

Par resistanceauthentique

2 réponses »

  1. TRUMP a gagné et avec lui grandit l’espoir de ne pas se laisser happer par cette oligarchie qui veut remplacer les peuples cultivés et homogènes par les barbares promptes à se laisser réduire à l’esclavage. Soutenez TRUMP ! Soutenez les partis démocratiques défendant le peuple, partis honteusement qualifiés de  »populistes » tant ça gêne les manipulateurs mondialistes. Signé Greater Kailash – India

    J'aime

  2. On voit que l’analyse prévisionnelle du vote Trump présenté avant l’élection ne correspond pas à la réalité de l’élection elle-même. Trump a eu beaucoup plus de votants dans chaque catégorie que ce qui avait été annoncé. Ils disaient qu’ils ne pourraient pas gagner des états comme la Floride, hors ce n’a pas été le cas, ils se sont trompé sur le vote des femmes, des latinos et même des noirs.
    Plus Trump résistait et les plus les médias ont forcé le trait de la diabolisation, de la caricature qu’ils ont fait de Trump. A l’arrivée, c’était tellement exagéré que les gens n’ont en pas tenu compte des propos des médias qui ressortent complétement discrédités de cette élection.
    D’ailleurs, les médias officiels ont perdu tout sens de la réalité a force de patauger dans le mensonge en permanence, écoutez une chaine d’infos en continu, c’est effrayant le décalage qu’ils ont avec le monde réel, ils sont déphasés, complétement à l’ouest. Qui peut croire des gens comme ça ?
    On oublie aussi une chose que l’on a exagéré de façon caricaturale, c’est le bilan d’Obama.
    S’il avait été aussi bon que cela, Trump n’aurait pas gagné. Il n’a pas fait que taper sur Clinton durant la campagne il a aussi beaucoup mis en avant l’échec d’Obama, phénomène complétement occulté par la presse française qui l’idolâtre. Echec sur le chômage, sur l’Obamacare, sur la situation internationale, explosion de la pauvreté.
    L’accélération de la dislocation de l’union européenne va maintenant s’accélérer, les gouvernements anti-mondialisation vont prendre le pouvoir partout

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s