Art de la guerre monétaire et économique

Douce France – Présidentielle, Affaire Fillon : la gauche mondialiste discréditée a repris la main !

Le phénix renaissant de ses cendresPhoto prise par: gravure du XVIIIe siècle

Il y a quelques mois la gauche mondialiste se trouvait discréditée et laminée en la personne de François Hollande. Aujourd’hui, elle a repris la main dans la présidentielle grâce à une opération politico-médiatique de grand style dont l’affaire Fillon est le dernier mouvement en date. Même Daech n’y pouvait rien. Malgré massacres et décapitations, la cote de Hollande retombait plus bas après chaque attentat, au point qu’on prévoyait pour lui une popularité à un chiffre. Le président avait beau recevoir des distinctions internationales et jouir de l’estime de la communauté mondialiste, il sombrait. Et il entraînait dans son naufrage une gauche aussi divisée que discréditée. Tout le monde s’accordait à dire qu’elle n’atteindrait pas le second tour de la présidentielle. Aujourd’hui, les sondages sortent par rafales, et nous prédisent que tant Hamon que Macron peuvent être finalistes de la présidentielle : la gauche mondialiste a repris la main, soit sous sa forme classique et bancaire, soit sous sa forme prolétarienne et altermondialiste. Comment en est-on arrivé là ?

c3xosctwmaebzlz

Juppé, première étape du retour de la gauche

L’opération a commencé en pleine débine de la gauche, quand François Hollande préparait sa candidature. C’est alors que fut lancée par les médias l’image d’un Juppé vainqueur. Sous couleur de la lassitude présumée des Français devant les figures trop connues, pour ne pas jouer le match retour de 2012, on fit passer l’idée, grâce à des sondages répétés et une campagne de tous les instants, que Juppé était le candidat approprié pour battre la gauche. Le faire passer pour un homme neuf relevait de la gageure, il était déjà premier ministre voilà plus de vingt ans, mais on y arriva. Les Français, on le sait bien, ont la mémoire courte. Pourquoi cette Juppémania ? Parce que l’homme est islam et immigration friendly, et que l’on voulait éliminer la parole de Nicolas Sarkozy au profit de « l’identité heureuse ». Président aussi lamentable qu’un autre, Sarkozy est en effet un excellent candidat à la présidentielle, il excelle à prendre le vent de l’opinion, et commençait une campagne très à droite, axée sur le refus de l’invasion et la défense de l’identité française, ce dont le lobby mondialiste ne veut à aucun prix. Il se rappelle que 2007 a donné un coup d’accélérateur au mouvement populiste.

Fillon, deuxième étage de la manip présidentielle

Utile contre Sarkozy, Juppé ne pouvait pas tenir la route longtemps. Trop vieux, trop ennuyeux, et surtout trop à gauche pour les électeurs de la primaire de la droite. On a senti dans les derniers jours de la campagne précédant le scrutin que l’électorat exaspéré par Hollande et la gauche, qui se sent parfois tenté par Villiers ou Le Pen, s’est reporté sur Fillon, Sarkozy étant démonétisé, parce que celui-là reprenait en quelque sorte le rôle que celui-ci avait tenu en 2007, mais en plus propre, en plus catholique aussi. Fillon sut en effet, lui qui ne veut revenir ni sur la loi Veil, ni sur la loi Taubira, recueillir le soutien de Sens Commun (ces gens qui prétendent défendre la vie, la famille et le christianisme). Et il sut aussi, sans se laisser aller aux gros mots d’un Sarkozy, qui choquent dans les garden-parties sarthoises, se poser en transgresseur du système, refusant par exemple toute repentance de la France pour son histoire coloniale. Cela a marché comme sur des roulettes. Hélas pour lui, il en a fait un peu trop. Il s’est présenté en « chrétien » et en « gaulliste », ce que la mouvance mondialiste, de gauche ou non, ne lui a pas pardonné. Il a en outre continué à se faire des ennemis à droite en jouant cavalier seul. Tout était donc prêt pour l’affaire d’aujourd’hui.

Comment Hollande a sauvé la gauche en disparaissant

De l’autre côté, Hollande, ayant multiplié les fautes, incapable de faire quoi que ce soit d’efficace pour l’économie française, même dans le domaine des apparences, dut enfin renoncer. Il le fit avec habileté et un grand sens de la mise en scène, alternant demi soutiens et absences calculées, de sorte que la gauche, tout en restant divisée, se requinqua. Sans doute sa partie hollandienne, qu’elle prît le visage de Valls ou de Peillon, demeurait discréditée, mais Hamon sortit de ce coup de bonneteau. C’était du pain bénit pour Macron, pour lui-même, et pas très bon pour Mélenchon : celui-ci a prospéré parce que le parti socialiste, profitant du pouvoir et s’y accrochant, a renié certaines de ses promesses et déçu ses électeurs, qui se sont reportés sur les débris du PC agrégés dans le parti de gauche. Dès que, sous les traits de Hamon, le PS retrouve sa verve démagogue, avec par exemple le revenu pour tous, Mélenchon se dégonfle naturellement. On peut donc prévoir qu’une partie de la gauche de la gauche va rejoindre Hamon pendant qu’une partie de la droite du PS va rejoindre Macron.

La grande affaire aujourd’hui, c’est la « nouveauté »

Ce que sera le match entre les deux est difficile à prévoir, cela dépend d’eux-mêmes et des médias. Pour l’instant, les deux ont bénéficié d’une extrême complaisance, Hamon pour tuer Valls et faciliter ainsi la croissance de Macron, Macron parce que c’est le candidat parfait du système, pour reprendre la terminologie pour une fois pertinente de Christiane Taubira. Il est à la fois proche des Rothschild, européiste, mondialiste, extrêmement fragile et manipulable. On le présente en effet en homme neuf, c’est le terme qui le caractérise et attire vers lui la bienveillance de nombreux Français auxquels on explique depuis des mois que si la démocratie où ils vivent ne fonctionne pas c’est qu’on y rencontre toujours les mêmes têtes – c’est faux bien sûr, mais cela évite de poser les vraies questions, et cela permet en outre de mettre en selle de « nouvelles » figures. C’est-à-dire des créations nouvelles, des créatures du système, ce qui est le cas de Macron.

Une main mondialiste sur Macron, gentil Frankenstein fragile

Que peut signifier neuf en politique ? Vierge ? Inexpérimenté ? Vierge, Macron ne l’est pas. C’est un homme qui vient de la banque Rothschild et qui a passé cinq ans dans les pas de François Hollande, son mentor et son bienfaiteur. D’abord comme secrétaire général adjoint de l’Elysée, où il a pris part au plus haut niveau aux pires décisions du règne, ensuite comme ministre de l’Economie, ordinairement désastreux. Inexpérimenté, il l’est, dans une certaine mesure. Il n’a jamais été élu, ni n’a rien gouverné, agissant plus en conseil qu’en décideur final. Je ne vois pas en quoi cela peut être un bien pour les Français, si je vois en revanche comment cela peut aider ses commanditaires à le manipuler. Et puis il est sorti du chapeau de Hollande, via sondages et médias, il n’a d’autre consistance que son personnage médiatique : il est donc fragile et de ce fait soumis à ceux qui l’ont construit. Ce gentil Frankenstein ne risque pas d’échapper à ses créateurs, d’autant qu’ils le tiennent par sa vie privée. Il peut être descendu en flammes demain par n’importe quelle affaire.

Gauche droite mondialiste ou gauche gauche altermondialiste ?

Tout cela est au fond secondaire. Si Macron est opposé au second tour à Marine Le Pen, l’opération mondialiste aura pleinement réussi : la gauche droite moderne éliminera l’hydre populiste. Si c’est Hamon, ce sera la gauche gauche, et cela sera aussi bien pour le sérail mondialiste, avec un peu plus de socialisme encore, du sociétalement correct et l’invasion à fond les manettes. L’essentiel est que Fillon n’y soit pas. Non pas qu’il aurait fait un président meilleur que les autres, mais en tant que candidat dit de « droite », il se trouvait obligé à faire entendre une petite musique nationale et conservatrice forcément absente sans lui : car aucun des remplaçants éventuels n’y penserait. Wauquiez serait victime de croche pieds avant d’être candidat, quant aux quinquas Baroin et Bertrand, ils sont ostensiblement francs-maçons.

Quelle que soit l’issue de l’affaire Fillon, la droite est discréditée

Il n’est pas encore dit au moment où j’écris, malgré les cris de la meute qui presse Fillon, que l’affaire le mène à démissionner. Mais il aura suffisamment perdu de plumes, et les médias et les sondeurs s’emploient à amplifier le phénomène, pour que la gauche soit complètement requinquée, comme si elle n’avait pas fait pendant cinq ans la preuve de sa nocivité aggravée. Reste l’hypothèse où Marine Le Pen ne serait pas présente au second tour. Elle n’est nullement à écarter. Les sondages qui la font reine aujourd’hui peuvent la dégonfler demain. Mais gauche et droite me semblent avoir trop intérêt à ce qu’elle soit finaliste pour qu’elle ne le soit pas. En effet, elle se trouvera obligatoirement battue à plate couture par l’effet de l’interdit jeté sur le Front national. Il suffit de lui être opposée pour gagner. Voilà pourquoi les médias l’épargnent relativement en ce moment. Et pourquoi les coups de poignard tombent dans le dos de François Fillon.

Marine Le Pen a repris une thématique de gauche

Avec ou sans Marine Le Pen, le débat de la présidentielle, qui devait porter pour satisfaire les Français sur l’invasion et la faillite du socialisme mondialiste, s’est déporté d’abord sur des magouilles, ensuite sur des thèmes de gauche. Et Marine Le Pen ne fait rien contre : elle propose un socialisme vaguement national, maçonniquement très convenable sur les questions de société (avortement, peine de mort), et bien mièvre quant à l’identité. Le grand remplacement est nié et la pâle priorité nationale remplace la préférence nationale. Au moment même où Trump triomphe en Amérique, il n’y a plus d’offre populiste de droite en France. C’est pourquoi la gauche mondialiste, complètement discréditée pourtant, a repris la main.

c3u2zriwmaa9w5ccy447ktxaaeuse0

http://reinformation.tv/presidentielle-affaire-fillon-gauche-mondialiste-discreditee-mille-65676-2/

6 réponses »

  1. Vous avez quand meme « oublié » Jacques Attali, « le parain » de Macron,
    son 1er conseiller et collaborateur, qui l’a extrait de chez Rothschild pour en faire son poulain et l’amener jusqu’à Hollande…
    Jacques Attali a écrit dans ses « oeuvres diabolqiues » qu’il souhaite TUER les citoyens à l’age de 60 ans, ceci sous prétexte que ces derniers deviendraient selon lui, improductifs, malades et trop couteux pour l’Etat.
    Jacques Attali a aussi écrit dans les années 90 qu’il souhaite
    « Droguer les pauvres, afin d’éviter que ces pauvres en question ne se rebellent contre les riches », je rapelle au passage que Macron (son poulain), lui souhaite libéraliser la drogue…
    Jacques Attali enfin, s’est réjouit de l’invasion de l’Europe occidentale par les musulmans, et il souhaite voir l’occident disparaitre sous un tsunami de 200 milloins de musulmans… il a meme dit en 2015, je cite :
     » ce qui qui arrive en Allemagne, ce n’est rien du tout à coté de la vague d’immigration colossalle qui vous attend, et qui va vous submerger »

    « LE DIABLE « , ne serait ce pas plutot « Jacques ATTALI » lui-meme…???
    il faut conseiller spécial de Mitterrand, puis de Sarkosy, puis de Hollande,
    et demain 1er conseiller direct de Macron,
    Jacques Attali est le bras du Nouvel Ordre Mondial, aucun doute là dessus…

    J'aime

  2. Vous oubliez un peu vite le contenu des programmes.Premières mesures soit disant libérales de Fillon:hausse de la tva dans un pays hyper ponctionné,attaques contre la sécu au lieu d’en corriger les dérives.Du coté de Macron:suppression du rsi,baisse des charges sociales sur le travail.Les deux ne jouent pas dans la meme catégorie,d’un coté la continuité du système Hollandais de suicide assisté,de l’autre des mesures radicales pour oxygéner l’économie.Mais Macron sera sans doute plombé(a juste titre) par ses soutiens et ralliements de gauche.Et Fillon est le symptome d’une droite corrompue et socialiste dans l’ame.Le parti populiste se voit offrir une voie royale et semble épargné par les boules puantes….

    J'aime

  3. 4 février 2008 : le coup d’Etat Sarkozy – Fillon.

    C’était il y a neuf ans, le 4 février 2008 : Sarkozy était président de la République, et Fillon était son Premier ministre. Ces deux traîtres ont commis un coup d’Etat anti-populaire. Ces deux traîtres ont demandé aux parlementaires d’adopter le scandaleux traité de Lisbonne, sans le soumettre au référendum.

    Le plus insupportable, c’est que le traité de Lisbonne reprenait 98 % du Traité établissant une constitution pour l’Europe, qui lui-même avait été soumis à référendum en 2005. Ce jour-là, le 29 mai 2005, le peuple français avait voté « non » par référendum.

    C’était il y a neuf ans, le 4 février 2008, à Versailles. Les députés et les sénateurs étaient réunis en Congrès pour voter le projet de loi constitutionnelle modifiant le titre XV de la Constitution.
    En clair :
    Si les députés et les sénateurs avaient voté “contre”, un référendum sur le traité de Lisbonne aurait été organisé.
    Si les députés et les sénateurs votaient “pour”, il n’y aurait pas de référendum sur le traité de Lisbonne.

    Résultat :
    Les députés et les sénateurs se sont rendus complices d’un coup d’État : ils ont voté “pour” (560 voix).
    560 traîtres ont trahi le peuple français.
    560 traîtres ont refusé de soumettre le traité de Lisbonne à référendum, alors que ce traité de Lisbonne reprend 98 % du Traité établissant une constitution pour l’Europe, refusée par 54,7% des Français lors du référendum du 29 mai 2005.

    Seuls 181 députés et sénateurs ont sauvé l’honneur. Seuls 181 députés et sénateurs ont résisté au coup d’État : ils ont voté “contre”.

    Et ne parlons pas de tous ceux qui se sont abstenus (152) ou ont préféré ne pas prendre part au vote (14), laissant ainsi sciemment le champ libre aux 560 traîtres.

    Conséquence : il n’y a pas eu de référendum sur le traité de Lisbonne. Le traité de Lisbonne a été adopté trois jours plus tard par le Parlement français, le 7 février 2008.

    Conclusion :

    La construction européenne est anti-sociale, anti-populaire, anti-démocratique. Elle doit être détruite.

    Pour savoir qui sont les 560 traîtres qui ont voté “pour”, c’est ici :

    http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo9000.asp

    J'aime

  4. Mercredi 8 février 2017 :

    L’ex-assistante parlementaire de Marc Joulaud redit n’avoir pas travaillé avec Penelope Fillon.

    Jeanne Robinson-Behre, ancienne assistante parlementaire de Marc Joulaud, qui fut employeur de Penelope Fillon et suppléant de François Fillon, assure n’avoir pas travaillé avec elle. Ce qui « ne veut pas dire qu’elle ne travaillait pas », affirme mercredi 8 février Mme Robinson-Behre dans une interview au quotidien Le Courrier de l’Ouest.

    Le fait d’employer un membre de sa famille n’est pas interdit au Parlement, le problème est de savoir si la femme de François Fillon occupait réellement sa fonction d’assistante parlementaire. L’hebdomadaire doute fortement que c’était bien le cas. Penelope Fillon aurait été très bien rémunérée – 831 440 euros brut au total – alors que la réalité de son travail est mise en doute.

    Rappel :

    « Je n’ai jamais été l’assistante de mon mari », déclarait Penelope Fillon en 2007.

    VIDÉO – L’émission Envoyé Spécial annonce la diffusion jeudi soir d’extraits vidéos inédits d’une interview de l’épouse de François Fillon à un quotidien britannique en 2007, où elle confie qu’elle n’assistait pas son mari dans ses fonctions.

    Les propos remontent peu après la nomination de François Fillon à Matignon en mai 2007. Penelope Fillon accorde alors au Sunday Telegraph une interview dans laquelle, interrogée sur sa vie quotidienne, elle affirme n’avoir «jamais été l’assistante» de son mari, avant d’ajouter : « Je ne me suis pas occupée de sa communication non plus ».

    http://www.lefigaro.fr/politique/2017/02/02/01002-20170202ARTFIG00011-je-n-ai-jamais-ete-l-assistante-de-mon-mari-declarait-penelope-fillon-en-2007.php

    J'aime

  5. Dans son programme, François Fillon voulait privatiser la Sécurité sociale.

    Les grandes gagnantes de cette privatisation auraient été les assurances privées.

    Or, en France, la plus puissante assurance privée est AXA.

    L’entreprise AXA et ses dirigeants avaient tout intérêt à ce que le prochain président de la République soit François Fillon : ils auraient gagné des milliards d’euros grâce à la privatisation de la Sécurité sociale.

    Comme c’est bizarre : le meilleur ami de François Fillon est Henri de Castries.

    Henri de Castries était le président-directeur général du groupe d’assurance AXA de mai 2000 au 31 août 2016.

    Il a travaillé dès 2013 sur le programme de François Fillon et l’a aidé à lever de l’argent pour sa campagne présidentielle. Il pourrait devenir un membre important du gouvernement de Fillon si celui-ci gagne la présidentielle de 2017. Selon la presse, il pourrait être nommé conseiller économique à l’Elysée, ministre de l’Économie et des Finances, ministre des Affaires étrangères ou même Premier ministre. Le 17 janvier 2017, il annonce officiellement son soutien à François Fillon et affirme son engagement pour que ce dernier puisse accéder au pouvoir.

    Source : article Wikipedia « Henri de Castries »

    Comme c’est bizarre :

    Axa a versé 200 000 euros à la société de François Fillon.

    Ce montant correspond au double de la rémunération perçue en tant que conseiller chez Ricol Lasteyrie. Le cabinet d’expert-comptable a versé 200.000 euros à 2F Conseil mais sur quatre années – de 2012 à 2016 – contre deux ans pour Axa.
    François Fillon a ouvert des portes au plus haut niveau de la commission européenne et en Allemagne pour la compagnie d’assurance. Le PDG d’Axa de l’époque, Henri de Castries, détient pourtant un carnet d’adresse très fourni dans le monde des affaires internationales.
    D’ailleurs chez Axa, on explique que François Fillon a justement « enrôlé » le PDG d’Axa pour son entregent dans le monde des affaires à l’étranger. Henri de Castries est notamment le président du puissant comité Bilderberg qui réunit politiques, dirigeants et autres personnalités européens et américains pour tisser des liens entre les deux puissances.

    http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/francois-fillon-a-touche-200-000-euros-d-axa-1098642.html

    J'aime

    • Les « libérés » de la sécu s’assure souvent auprès d’assurances britanniques. Aviva en tête.

      Il est beaucoup plus probable que De Castries ait convaincu Fillon que la sécurité sociale communiste était une grande partie du problème du « modèle social » français qui pille les salariés de la majeur partie de leurs revenus.

      La société de conseil de Fillon a touché 200 000 € légalement d’AXA. Il y a un gros risque de conflit d’intérêt mais AXA n’est pas le seul opérateur capable de satisfaire la demande en cas de privatisation partielle de la sécu.

      On ne va pas au delà des allégations à mon avis.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s