1984

Grèce : Marchés financiers, poisson rouge et mule du pape

Marchés financiers, poisson rouge et mule du pape

La “mule du pape” n’oublie pas et se venge sept ans après. La mémoire du poisson rouge serait quant à elle de trois secondes.

Quel rapport avec les marchés financiers ?

Très simple : la Grèce qui vient à nouveau emprunter de l’argent. Son premier emprunt depuis 2014.

La Parasitocratie se réjouit.C’est un retour à la “normalité”, selon les commentateurs.

La Parasitocratie se réjouit.

La “normalité” est qu’un Etat doit emprunter. Se contenter de vivre sur ses recettes fiscales après plusieurs restructurations de dettes est anormal. Il est “normal” que la Grèce emprunte.

La mule du pape braennit (oui : la mule émet un son entre le hennissement et le braiement) à plein poumon.

  • Mais enfin, la Grèce est toujours endettée à titre public à hauteur de 179% de son PIB et à titre privé à hauteur de 137% !
  • Sa balance commerciale est dans le rouge !
  • Malgré toutes ses restructurations de dettes, prêts etc. son déficit persiste et sa croissance est quasi nulle (0,4%) !
  • Le 19 juillet, FMI lui-même était négatif sur cette émission de dette, estimant que le fardeau obligataire est déjà trop élevé !
  • Les privatisations traînent…
  • L’économie grecque pèse moins de 200 Mds€ et les différents sauvetages ont déjà coûté 365 Mds€ !
  • Les banques grecques possèdent 115 Mds€ de “prêts non performants”, selon ce document du Parlement européen !

Mais personne n’écoute la vilaine mule du pape confite dans sa rancoeur.

Macintosh HD:Users:waplers:Desktop:mule6.jpg

Les poissons rouges vont gober cette dette.

Lutz Roehmeyer de la Landesbank Berlin Investment trouve le timing parfait :

C’est après avoir obtenu l’argent du sauvetage, après avoir obtenu un feu vert pour la réduction de la dette l’année prochaine, après que le FMI a indiqué que finalement il se joindrait au dernier sauvetage, après que l’agence S&P a revu sa note et avant que la Banque centrale européenne ne mette fin à ses rachats et ne commence à augmenter ses taux”.

Et le Crédit Agricole va en prendre aussi ! Après tout, le Crédit Agricole, c’est le “bon sens près de chez vous”.

Tout va bien.

Savez-vous combien les banques allemandes ont de prêts non performants ? 68 Mds€. Et la France ? 148 Mds€. Que pèsent donc quelques titres grecs – qui sont des obligations d’Etat – au milieu de cet océan de crédits privés qui ne seront jamais honorées ?

Simone Wapler CHRONIQUE AGORA 25 Juillet 2017

https://cdn.publications-agora.com/elements/lca/newsletter/html/170725_LCA.html

EN BANDE SON : 

Laisser un commentaire