Allemagne

Récidive de Merkel : sans consulter ses partenaires de l’UE, elle dit à l’ONU que l’Union européenne acceptera 40.000 réfugiés supplémentaires tous les ans !

Récidive de Merkel : sans consulter ses partenaires de l’UE, elle dit à l’ONU que l’Union européenne acceptera 40.000 réfugiés supplémentaires


Angela Merkel veut que l’UE accueille 40.000 réfugiés supplémentaires en provenance du Moyen-Orient tous les ans. Pourtant, si l’on en croit la conversation du président américain Donald Trump avec le Premier ministre australien Malcolm Turnbull, qui a filtré dans la presse début août, Angela Merkel reconnaîtrait elle-même que sa décision prise en solitaire en 2015 de passer outre aux accords de Dublin en ouvrant les frontières de l’Allemagne aux « réfugiés » avait été une grave erreur. Pourtant encore, selon les aveux de l’allié du chancelier en Bavière, le ministre-président du land et chef de la CSU Horst Seehofer, il est impossible de rapatrier les 250.000 immigrants illégaux auxquels l’asile a déjà été refusé en Allemagne. « La question du rapatriement est une grande illusion en Allemagne », a expliqué le leader bavarois au journal Die Welt, « il est quasiment impossible de renvoyer les migrants une fois qu’ils sont dans le pays ».
 

L’ONU veut passer de 22.000 réfugiés de Syrie à 40.000 réfugiés du Moyen-Orient par an à relocaliser dans l’UE

 
Malgré cela, quand l’ONU souhaite amplifier son plan de relocalisation des réfugiés en Europe, Angela Merkel dit oui, assurant que l’Allemagne en prendra sa part, alors qu’elle exerce déjà des pressions, via Bruxelles, sur les pays d’Europe centrale et orientale pour qu’ils partagent le poids de sa désastreuse décision unilatérale de 2015. Jusqu’ici, 22.000 Syriens étaient concernés, mais, à partir de 2018, l’ONU voudrait répartir sur notre continent 40.000 réfugiés par an provenant d’un plus grand nombre de pays. Pour Merkel, ces 40.000 réfugiés supplémentaires ne représenteront pas un fardeau excessif pour « un continent comptant plus de 500 millions d’habitants ».
 
Ce plan de l’ONU est séparé de l’accord de redistribution UE-Turquie et aussi du plan de l’Union européenne, voté en septembre 2015, pour la relocalisation de 160.000 immigrants arrivés illégalement en Grèce et en Italie. C’est à ce plan européen que les pays du Groupe de Visegrád ont opposé, avec le soutien de plusieurs pays d’Europe centrale et orientale, un refus clair et net. Mais ils ne sont pas les seuls récalcitrants puisque sur ce total de 160.000 relocalisations, moins de 25.000 avaient été réalisées au mois de juillet 2017 alors que le plan de relocalisation arrive à expiration en septembre prochain.
 

L’accueil massif d’immigrants musulmans dans l’Union européenne alimente le terrorisme islamique, n’en déplaise à Mme Merkel

 
La déclaration d’Angela Merkel sur le soutien de son pays au nouveau plan de relocalisation de réfugiés du Moyen-Orient voulu par l’ONU intervient moins de deux semaines après la publication d’un rapport du groupe de réflexion conservateur américain Heritage Foundation qui montre que des réfugiés ou des demandeurs d’asile ont participé à 15 % des complots terroristes réalisés en Europe depuis 2014 (dont les très meurtriers attentats de Paris, de Bruxelles et de Berlin) et que plus de la moitié de ces complots terroristes impliquant des réfugiés ou des demandeurs d’asile ont eu lieu sur le sol allemand ! Quand on regarde les statistiques, la corrélation est d’ailleurs claire entre l’accueil massif d’immigrants clandestins à l’automne 2015 et la prolifération des projets terroristes : 11 attentats déjoués de 2000 à 2013, aucun en 2014, deux tentatives d’attentat en 2015 et 16 tentatives, pas toutes déjouées, en 2016. Si l’Allemagne représentait 5 % des projets d’attentats déjoués ou menés à bien en Europe en 2015, sa part est montée à 27 % en 2016 !
 
Cette présence de terroristes islamistes parmi les immigrants musulmans est une des raisons invoquées par les pays du Groupe de Visegrád quand ils refusent la relocalisation des « réfugiés », mais Mme Merkel semble quant à elle toujours dopée au célèbre médicament anti-stigmatisant Padamalgam, si prisé par les élites politico-médiatiques d’Europe occidentale.
 

Olivier Bault

http://reinformation.tv/refugies-onu-ue-union-europeenne-merkel-bault-73427-2/

Les bien-pensants éludent la question plutôt que photographier le moment historique avec honnêteté intellectuelle et dénoncer les dégâts de la politique scélérate de l’immigration.

En Allemagne la peur est revenue au sujet de toutes ces maladies qui étaient éradiquées ou rarissimes en Occident. Depuis le cas du demandeur d’asile yéménite logé dans une église à BUNSDORF pour lui éviter l’expulsion et qui aurait contaminé  cinquante bambins avec la tuberculose, cette maladie est remontée dans la classification des maladies les plus contagieuses. Mais elle n’est certes pas la seule à remonter.

Dans l’Allemagne de Merkel la situation est visiblement critique et dangereuse. Nonobstant ce que les journaleux donnent en pâture aux lecteurs ignares, le Robert Koch Institute  ( R.K.I. ) responsable pour le contrôle et la prévention des maladies infectieuses qui fait partie du Ministère Fédéral de la Santé Allemand, publie des rapports toujours plus pessimistes d’année en année et confirme l’augmentation globale, surtout depuis 2015 – l’année où Merkel a « ouvert les portes  » à un nombre sans précédent de migrants.

La dernière publication datée du 12 juillet 2017 fournit les données sur l’état de plus de 50 – cinquante – maladies infectieuses en Allemagne en 2016.

Du botulisme à l’échinococcose, de la syphilis  à la tuberculose, le tableau est clair et pourtant sombre:

  • Hépatite B : + 300 % les trois dernières années.
  • Rougeole : 2014 et 2015 : + 450 %

En 2015, les migrants ont contribué à 40 % de nouveaux cas de sida.

  • Tuberculose : 2014 : 4.488 cas 
    2015 : 5.915 cas.

Un médecin interrogé par FOCUS a mis en évidence le fait que les autorités allemandes ont perdu la trace de CENTAINES DE MILLIERS de migrants qui peuvent être infectés. Et surtout il a voulu souligner les 40 % des agents pathogènes de la tuberculose qui se répand et qui résistent aux thérapies. Chose commune à toute l’Europe, Italie comprise, la bactérie s’est transformée et ne réagit plus aux antibiotiques qui l’avaient vaincue depuis 50 ans.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Entre 2013 et 2016, la gale a augmenté de près de 3.000 %.  ( trois mille pour cent ) rien qu’en Rhénanie Septentrionale – Vestfalie . Sans parler de la rougeole diffuse dans tous les 16 Etats Fédéraux Allemands, sauf un : Mecklenburg Vorpommen,l’état avec le pourcentage d’immigrés le plus bas.

Les données fournies par le RKI représentent seulement la pointe de l’iceberg et pour certains ne couvrent qu’une partie des dangers diffus.

Beaucoup de médecins disent que les cas de tuberculose, par exemple, sont beaucoup plus élevés et accusent le RKI de minimiser la menace pour contrôler les sentiments anti immigration.

Si les choses sont ainsi en Allemagne, en Italie la symphonie est pareille.

La différence c’est qu’une petite partie des immigrés reste, la péninsule est une zone de transit et la comparaison n’est pas possible, le politiquement correct frappe aussi le Bel Paese.

Les réunions et autres cocktail parties organisés par les fondations philanthropiques se tiennent à bonne distance pour ne pas dénoncer le danger. Pas de données, pas de statistiques, en somme le binôme immigrés- maladies n’existe pas et ne doit pas exister. Surtout qu’en un moment historique où le coup de fouet du susdit binôme n’est pas vraiment prévu.

Ce qui rend un rien paradoxal le contexte est le fait que la multiplication des séminaires en milieux hospitaliers pour essayer de monitorer la situation car :  « les migrants posent la question de santé publique inéluctable » .  ( Francesco BLASI , président de la Société Italienne de Pneumologie )

De temps en temps, quelques chiffres sortent : comme les plus de 2.000 cas de gale et les 38 cas de tuberculose qui entrent dans la balance 2016 des Centres d’Accueil de Milan. Pour le reste, il manque une méthodologie systématique pour la récolte de données. Où elles sont disponibles, elles datent de trop longtemps.

La question de la diffusion des maladies liées à l’immigration est maintenant liquidée par la version offerte par diverses chaires ampoulées et qui consiste avec l’unique sentence  : ils partent sains et si c’est vrai qu’ils tombent malades c’est la faute du climat insalubre italien et plus généralement du climat occidental et des conditions de vie qu’ils trouvent en arrivant ici.

Le Président de l’Institut Supérieur de Santé Walter RICCIARDI a carrément déclaré que les immigrants qui arrivent dans notre pays sont en général « en bonne santé  » et sont « plus vaccinés que les italiens  » soit parce que dans beaucoup de pays,  les vaccinations sont plus généralisées,  soit parce que  « nous les vaccinons à l’arrivée ». Si c’est vrai, pourquoi partent ils ? Et pourquoi chaque migrant logé dans les camps est vacciné contre la diphtérie-tétanos-polio , vaccin pour la vie, comme ils nous racontent , ces maladies sont pratiquement éteintes depuis longtemps ?

En fait, ils ne sont pas vaccinés contre l’hépatite B. alors que la plupart des pays d’où ils viennent ces migrants, l’hépatite B est endémique.

Il y a ensuite les journaleux made in Italy qui racontent l’autre fable affirmant que les migrants ne sont pas malades, mais sont traumatisés. Et en avant toutes sur la xénophobie, le racisme et les données qui sont juste alarmistes. Et rien de plus.

C’est plus facile avec la bien-pensance d’éluder la question plutôt que photographier le moment historique avec honnêteté intellectuelle et dénoncer les dégâts d’une politique scélérate de l’immigration.

Source : imolaoggi.it traduction : Resistancerepublicaine.eu

http://www.dreuz.info/2017/08/06/migrants-et-maladies-infectieuses-le-lien-est-fait-mais-il-ne-faut-pas-le-dire/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

EN BANDE SON : 

3 réponses »

  1. Merkel Coupable !!!
    UE Coupable !!!
    Journaleux aux ordres des Lobbys et Lobbys eux-mêmes Tous Coupables !!!
    De toute façon la Réalité Délétère concrètement matérialiste va rattraper irrévocablement nos « Décideurs » Félons.
    ils n’arrêteront pas les épidémies multirésistantes comme celà,
    et encore moins la gangrène islamiste.
    Le peuple sera tôt ou tard obligé de se réveiller par la force des évènements.
    Quant aux soit disant « 40.000 » immigrés de plus par an, il faut apprendre à compter : c’est au minimum 400.000 immigrés, voir peut-être 1.500.000 immigrés de plus par an comme en 2015 …
    il faut bien comprendre que ça ne va pas s’arrêter là,
    ça fait partie du plan du « Nouvel Ordre Mondial » qui a commencé en faisant sauter le verrou Lybien.
    Aujourd’hui la Lybie est la plaque tournante de l’immigration massive Arabo-Africaine vers l’Europe.
    imaginez une augmentation de la cadence immigrationniste afin d’empêcher les peuples européens de pouvoir avoir le temps de réagir,
    et rajoutez en plus les 200 millions de Turques qui veulent entrer en UE
    On abouti à « Un Cocktail Détonnant »…
    Après ce sera une Guerre en Europe, comme ce fut le cas dans l’Ex-Bosnie,
    pour tenter de sauver nos peaux et celles de nos familles.
    Et sans doute aussi le retour du NSDAP en Allemagne.
    Le Filigrane est déjà lisible.


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s