Art de la guerre monétaire et économique

Don’t fight the FED ! Accumuler du Dollar US en temps de relative stabilité et en vendre en temps de turbulences….Voilà un sage conseil !

Don’t fight the FED ! Accumuler du Dollar US en temps de relative stabilité et en vendre en temps de turbulences….Voilà un sage conseil ! 

Pour Rappel la place de Hong Kong est la troisième place financière au monde juste derrière la City de Londres et Wall Street à New York c’est dire son importance stratégique, en particulier au regard de l’entité ChinAmerica puisqu’il s’agit du bras capitaliste de la Chine communiste, celui qui organise la fuite des capitaux des riches chinois vers des territoires plus cléments et surtout plus profitables en termes de rentabilité…et celui qui permet les investissements en Chine continentale usine du monde et moteur de la globalisation….

Plus stratégique en tous les cas la place financière de Hong Kong que les gesticulations du Ronald Trump concernant d’éventuelles taxations et sanctions envers les importations chinoises à destination des Etats-Unis, agitations et politique spectacle américaine destinée à rassurer la base électorale nationaliste du sieur Trump à quelques encablures d’élections jugées comme potentiellement plébiscitaires….

Dans l’article qui suit si l’on passe outre les avertissements de rigueur quant à une éventuelle déflagration boursière à l’image de la crise asiatique de 1997 ce qu’il est important de retenir et de noter ce sont les interconnections financières existantes entre la Chine et les Etats Unis : le dollar HK est arrimé au Dollar US tout comme le Yuan l’est en Chine continentale, c’est donc la politique de la Fed qui pilote les liquidités innervant la région asiatique d’où, comme pour la Russie, une politique de réserve de change monstrueuse sur la place financière de Hong Kong visant à défendre la monnaie locale et ainsi éviter les dévaluations en cascade, limiter la fuite de capitaux, maintenir l’inflation à un taux acceptable et puis surtout pouvoir renégocier sa dette sur les marchés à un taux raisonnable…La leçon de la crise asiatique de 1997 a été pleinement retenue par la Banque Centrale de Hong Kong : Don’t fight the FED ! Accumuler du Dollar US en temps de relative stabilité et en vendre en temps de turbulence quand ce dernier se fait plus rare avec un taux du LIBOR qui crève le plafond !

N’écouter pas non plus les idioties véhiculées par quelques propagandistes patentés sur le pétro-yuan challenger du pétrodollar, quand on sait que le yuan est arrimé au dollar dans une marge de fluctuation extrêmement étroite, cela prête à sourire…. Et de plus quand on sait comment est structuré le marché des contrats à terme sur le pétrole cela pousse à l’hilarité…à défaut de rire jaune…Bon je connais la réponse : rira bien qui rira le dernier ! comme Maduro au Vénézuela ?

LE LUPUS

La sortie des politiques d’assouplissement quantitatif – cette gigantesque création monétaire destinée à masquer l’effondrement financier de 2008 – promet d’être ravageuse.

Hong Kong vient d’être contrainte d’intervenir pour défendre sa monnaie, le dollar de Hong Kong maintenu après l’annexion de la colonie britannique par le Chine communiste, et pour endiguer la fuite de ses capitaux.

La « région administrative spéciale » devient la première victime de la hausse du dollar américain sur le marché des taux interbancaires pratiqués à Londres, le Libor, référence du marché des devises, suite au resserrement monétaire américain que la Fed devrait accentuer dans les mois à venir.

Hong Kong se prépare à vendre des obligations d’Etat pour évacuer des liquidités, augmentant la peur d’un resserrement du crédit et d’une correction des marchés « qui pourrait engendrer un effet dominos », avertit Ambrose Evans-Pritchard, analyste écouté du Daily Telegraph. Une véritable bombe financière et immobilière à l’échelle mondiale.

Hong Kong, bombe financière allumée suite au resserrement monétaire de la Fed par la hausse des taux

Pour Francis Chan, analyste chez Bloomberg, « le dollar de Hong Kong est à son niveau le plus bas depuis 33 ans, ce qui présente un risque élevé de fuite des capitaux ». La métropole asiatique est une bombe financière allumée par le resserrement monétaire qui se profile, car elle est surendettée et très liée aux décisions de la Fed américaine. Une hausse rapide des coûts d’emprunt pourrait assécher le boom immobilier spectaculaire de Hong Kong et révéler la fragilité de ses engagements auprès des compagnies chinoises surendettées. Le ratio cours-bénéfices du marché hongkongais immobilier affiche un record historique de 19. Le précédent plus-haut, à la veille de la crise asiatique de 1998, était de 14. La crise de 1998 avait vu un effondrement de 60 % des prix de l’immobilier à Hong Kong. L’acmé de la bulle hongkongaise actuelle pourrait être le mystérieux achat en décembre de deux appartements sur le Mont Nicholson, très prisé des milliardaires de Shanghaï, pour 200 millions de dollars US.

La Banque des règlements internationaux estime que le système financier de Hong Kong est le plus tendu au monde. Le différentiel entre le taux d’endettement actuel rapporté au PIB et sa moyenne de long terme, le « credit gap », est de 45 points. Cet indicateur avancé diagnostique les surchauffes et prochaines crises bancaires. La BRI estime que tout différentiel persistant supérieur à 10 points est un signal d’alarme. La banque japonaise Nomura estime que le risque financier à Hong Kong est signalé par 54 indicateurs, soit plus qu’en 1998. « L’économie est très vulnérable à une fuite de capitaux ou à une baisse de la valeur des actifs », a-t-elle prévenu.

Le différentiel de taux entre dollar de Hong Kong et dollar US est insoutenable

L’élément qui a sonné l’alarme est la toute récente augmentation des taux à trois mois du Libor sur le dollar US. Ils ont atteint un plus haut de dix ans à 2,29 %, en hausse de 50 points de base par rapport à février. De quoi rendre intenable, pour l’Autorité monétaire de Hong Kong (HKMA), le taux local (Hibor) à 1 %. La HKMA ne parvient plus à alimenter le système de crédit avec de l’argent bradé. De plus, les spéculateurs profitent du différentiel de taux pour réaliser des arbitrages à la marge, menaçant le dollar Hong Kong.

Francis Chan met donc les investisseurs en garde contre un atterrissage brutal, quand les taux hongkongais devront rejoindre les taux américains. « Seules les entreprises dotées d’une très bonne note de crédit pourront alors continuer de bénéficier de taux réduits », explique-t-il. Pour Norman Chan Tak-lam, directeur général de la HKMA, « On va mettre un terme à l’ère des taux d’intérêts très bas à Hong Kong, et pour longtemps ». Si Hong Kong est financièrement bien dotée avec des réserves de change estimées à 441 milliards de dollars US – elle a résisté à une attaque de George Soros en 1998 –, elle n’en est pas moins une victime désignée de la « Trinité impossible », explique Ambrose Evans-Pritchard : « Vous ne pouvez pas à la fois contrôler la monnaie, la politique monétaire et conserver une liberté totale pour les mouvements de capitaux. En cas de choc, l’un de ces éléments doit céder. »

90 % des emprunts pour le logement corrélés aux taux à trois mois : Hong Kong, bombe immobilière

La bombe immobilière est la plus menaçante à Hong Kong. Près de 90 % des emprunts immobiliers sont corrélés au Hibor à trois mois. Les experts de Capital Economics anticipent une chute d’un tiers des prix dans les années à venir. « Le marché immobilier vit sur l’emprunt », confie Mark Williams, chef de la stratégie du groupe. Or le système bancaire de Hong Kong pèse 8,3 fois le PIB local et sa masse brute est suffisamment importante pour entraîner des conséquences systémiques mondiales : la Bank of China et la HSBC détiennent à elles seules pour 700 milliards de dollars issus de Hong Kong. Le territoire est un centre bancaire spécialisé dans le crédit à la Chine continentale, largement sollicité par des sociétés désireuses de masquer leurs taux d’endettement dans la mère patrie. En quelque sorte, explique Evans-Pritchard, « Hong Kong est devenu un acteur du vaste système chinois de banque de l’ombre ».

Pour couronner le tout, le pourcentage du revenu affecté au service de la dette privée a bondi à 28 %, le plus élevé au monde. Un niveau dramatique quand on sait que les taux d’emprunts sont à ce jour à un minimum. Si la Fed augmente ses taux sept fois jusqu’à fin 2019 comme prévu et que le différentiel de taux Hong Kong-Etats-Unis se réduit, le résultat mathématique fait froid dans le dos. Avec ou sans accord de commerce trans-pacifique, l’orage risque d’être dévastateur.

Matthieu Lenoir

http://reinformation.tv/hong-kong-hausse-taux-fed-bombe-financiere-immobiliere-lenoir-82417-2/

OK++++++++++++++++++++++++++++++++++

EN BANDE SON :

3 réponses »

  1. « N’écouter pas non plus les idioties véhiculées par quelques propagandistes patentés sur le pétro-yuan challenger du pétrodollar, quand on sait que le yuan est arrimé au dollar dans une marge de fluctuation extrêmement étroite, cela prête à sourire…. Et de plus quand on sait comment est structuré le marché des contrats à terme sur le pétrole cela pousse à l’hilarité…à défaut de rire jaune… »

    SI vous aviez le temps de nous donner quelques explications complémentaires …
    Deux fois que vous en parlez mais j’ai toujours pas compris.
    Merci pour votre travail.
    TV

    J'aime

    • Les Chinois et les Américains ne sont pas concurrents mais partenaires stratégiques et cela depuis la fameuse rencontre Mao, Nixon et Kissinger de 1972 qui a vu la Chine basculer dans le capitalisme d’Etat et les Etats Unis dans le Communisme de marché…C’est la fameuse création de la ChinAmerica et ce qui allait devenir le véritable moteur de la globalisation des échanges et donner naissance à une nouvelle idéologie : le Mondialisme…Partenariat stratégique car Etats Unis comme Chine ont buté avec la fin de leur révolution culturelle respective sur la limite de leur système économique respectif : capitalisme et communisme…Le deal de l’époque fut clair : à la Chine la fabrication et la production, aux Etats-Unis la financiarisation…et le deal n’a pas changé même si il a beaucoup évolué…Intéressez-vous à ce qui se passe au niveau du secteur de l’intelligence artificielle et vous comprendrez aisément ce que ChinAmerica veux dire…

      Dans ce contexte pourquoi voulez qu’un système qui favorise outrageusement Américains et Chinois soit mis en cause par l’un des partenaires au travers d’un pétro yuan qui correspond à un effet d’annonce visant à exacerber la fibre nationaliste chinoise mais qui servira surtout de mouture à la future monnaie mondialiste qui associera yuan dollar et or…. Je rajouterais qu’il ne peut avoir aujourd’hui encore aucune initiative sur le plan monétaire et financier sans que les Etats Unis aient donné préalablement leur accord…Même l’Euro est une création américaine !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s