1984

Accord nucléaire iranien : Guerre de clan virale entre la peste néocon et le choléra mondialiste

La Guerre c’est la Paix

Trump l’autocrate sait aujourd’hui que son maintien aux affaires dépend avant tout de sa capacité à gérer « paradoxalement » ces dernières ! Il est donc Néocon à l’extérieur, Mondialiste à l’intérieur…La 3ème voie nationaliste, ce vieux cheval populiste de retour, étant à enfourcher uniquement au moment des élections histoire de faire semblant de faire du clientélisme à destination des classes moyennes déclassées et « opiumisés »…

Reste donc alors pour Nixon Trump à jongler entre deux formes de socialisme aujourd’hui en vogue : « Neocon trotskiste – la guerre c’est la paix » ou le Mondialisme versus Marxisme culturel-Marx c’est Jésus… »

En matière de politique étrangère on a donc droit actuellement avec l’Iran à un ultime numéro de cabotinage militaro industriel du sieur Trump : je fais pression sur l’Iran mais c’est les Européens qui vont payer, on avait déjà connu cela avec KGB Poutine ou là encore ce sont les Européens qui payent : et l’extension de l’Otan sensée les protéger, et le retrait économique des entreprises européennes au profit des intérêts américains et chinois… Sans oublier, joli numéro d’équilibriste Trumpien,  bien sûr l’épisode Corée du Nord sensé remettre un peu de chaos dans l’ordre asiatique et marquer ainsi des points contre les Mondialistes, dont bon nombre d’Européens…Car c’est de cela dont il s’agit, créer les tensions qui remettrons à jour la vieille cartographie du Monde : Juifs avec Juifs, Chrétiens avec Chrétiens, Sunnites avec Sunnites, Chiites avec Chiites, Marxistes avec Marxistes et les Etats -Unis pour veiller sur tout ce beau monde au mieux de leurs intérêts du moment …Et si tout cela tourne mal ce n’est pas grave, ce sont les Européens qui paieront, monstre économique mais nain politique, ils en ont l’habitude…Dommage pour le pangermanisme allemand qui croyait en avoir fini avec sa dette de guerre, quant à la France sorti des « défilés militaires Potemkine » elle fait désormais figure de troupes supplétives destinées à faire la Police militaire en Afrique…au profit des Chinois…Qui vivra, verra ou pas !

LE LUPUS

Accord nucléaire iranien : entre la peste Trump et le choléra mondialiste

9 mai 2018 Reinfo TV

Donald Trump ayant dénoncé l’accord nucléaire signé voilà trois ans avec le gouvernement iranien, Israël et les Saoudiens saluent une décision « courageuse », le reste du monde déplore une « grave erreur ». La peste des faucons US affronte le choléra mondialiste.

Le temps est maussade, cela va bientôt être les Saints de glace, on s’attendait à ce coup de froid diplomatique. Trump avait annoncé qu’il romprait l’accord nucléaire iranien, il l’a fait, pas de quoi casser trois pattes à un canard, c’est dans le menu à prix fixe de l’actualité, comme les marronniers à la rentrée ou les ponts de mai. Car avec Trump comme avec Macron, il faudra s’y faire, les présidents tiennent les promesses des candidats.

Se méfier comme la peste des informations de Trump et d’Israël

Maintenant je n’y vois ni décision courageuse ni grave erreur, mais deux maladies qui s’affrontent. Trump en a marre de la décadence socialiste et des ukases mondialistes qui triomphaient avec Obama, on ne peut que l’en féliciter, mais il n’a trouvé comme remède (est-ce un manque d’imagination ou une juste appréciation du rapport des forces ?) que le vieil hégémonisme US appuyé sur le plus classique et le plus aveugle soutien à Israël.

Trump dit en effet fonder sa décision sur les révélations récemment données par le premier ministre israélien Netanyahou, selon lesquelles les Iraniens continueraient à construire leur armement nucléaire malgré l’accord signé. Or, comme dans le célèbre sketch de Francis Blanche, Trump et Netanyahou peuvent donner les preuves, mais ils ne les donnent pas. Cela rappelle les couveuses du Koweit et la petite fiole agitée par Colin Powell devant l’assemblée de l’ONU lorsqu’il s’agissait de trouver un prétexte pour vitrifier l’Irak.

L’Europe était d’accord avec les USA sur le nucléaire en Irak

Du point de vue technique, Trump se ridiculise, comme les Etats-Unis le font régulièrement, sans se discréditer apparemment. On sait qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive en Irak, mais on répète l’opération en Syrie et en Iran. L’agence de l’ONU pour la sécurité nucléaire, qui a ses inspecteurs sur place, dément, mais le Mossad, et Trump après lui, réaffirment. Et comme le Mossad a la réputation d’être un très bon service de renseignements, un certain doute s’installe. C’est démenti, c’est rementi.

Les Européens sur cette affaire sont en porte à faux, car ils ont apporté leur soutien aux fables américaines en Irak, puis en Syrie. Il n’y a pas un mois qu’ils faisaient tout un tintouin autour des gaz de Bachar El Assad. Maintenant ils critiquent Trump. C’est délicat. La contradiction est trop récente.

Ils auraient cependant de bonnes raisons de critiquer Trump.En rompant l’accord et en se proposant d’en négocier directement un autre, il les pousse violemment de côté, ce qui est plus le geste d’un maître mal élevé que d’un allié. Il se réserve la part du lion des futurs contrats. Il montre aux nains d’Europe qu’ils comptent pour rien. Ils pourraient en prendre de la graine et tâcher de gagner leur indépendance. Mais non. Ils se contentent de gémir sur l’atteinte commise par Trump contre le consensus mondialiste.

Pour Tel Aviv, le pouvoir iranien est pire que le choléra

Trump a sa logique. Il fait ce qu’il a dit. L’Amérique d’abord, et, s’il ne rencontre pas de résistance, l’Amérique toute seule, tout pour l’Amérique. Il a aussi sa tactique. Il négocie dur. Il pense global, il n’oublie pas l’autre côté, là-bas à l’Est, la Corée du Nord : comment faire lâcher l’arme nucléaire à quelqu’un qui l’a déjà si on ne se montre pas intraitable ? Pour faire monter la pression, il s’appuie sur des alliés sûrs. L’Arabie saoudite. Et Israël surtout, à qui il donne entière satisfaction. Depuis que la guerre a ravagé la Syrie, le principal concurrent de Tel Aviv est Téhéran, avec ses milices armées au Proche-Orient. Ici, le cynisme des compères est total : ils invoquent la prolifération de l’arme nucléaire en omettant qu’Israël la possède. Un traité complet et la paix au Proche-Orient devraient inclure la dénucléarisation d’Israël.

Contre l’influence mondialiste, Trump choisit les faucons

En prime, Trump donne satisfaction à l’orgueil américain, qui en a pris un méchant coup en 1979 avec les otages de Khomeiny, et il espère bien faire lui-même les bonnes affaires qu’il interdit aux Européens de faire sous peine de sanctions. C’est la vieille politique des Anglo-Saxons en Iran, piller le pétrole et faire du commerce. On comprend que le concurrent de Moscou exprime sa « profonde déception » et son « extrême inquiétude ». Et la Turquie aussi commence à s’inquiéter, elle craint « de nouveaux conflits ».

La conséquence de tout cela ne va-t-il pas être de créer un front uni dans le monde contre l’attelage Etats-Unis Israël, et dans la région contre Israël ? Cette conséquence, est-elle l’objectif visé par le joueur de poker et de billard Trump ? Dans la valse des conseillers autour de Trump que la presse nous a habitué à juger la conséquence d’une instabilité chronique et pour ainsi dire naturelle du président US, chacun aura noté une tendance bien nette : le retour aux affaires des faucons néoconservateurs, incarné par le nouveau patron de la sécurité nationale, John Bolton, qui « croit passionnément aux guerres préventives ». Question : est-ce un atout dans le poker de Trump, un signe, peut-être fallacieux, qu’il envoie ? Ou est-ce le signe que Trump se rallie à un clan ?

Bruxelles et Pékin d’accord contre Trump le briseur d’accords ?

De l’autre côté, en dehors des différentes nations lésées par la rupture de l’accord ou concurrentes des Etats-Unis, le chœur mondialiste se fait entendre. La « doctrine du retrait » qu’applique Trump démolit la toile complexe d’accords internationaux par lesquels se dessine la gouvernance mondiale. C’est un brise-tout. Comme le dit le Chinois Ai Jun dans le Global Time : « Comment pourrons-nous sauver l’ordre mondialiste que Washington abandonne ? Cela ne regarde pas que le Proche-Orient et l’Europe, mais le monde entier. (…) Les principaux pouvoirs subcontinentaux, tels Bruxelles et Pékin, doivent renforcer leur volonté politique. Il est temps pour eux de définir comment ils peuvent affronter ensemble les Etats-Unis et défendre l’ordre mondialiste ».

Foudre nucléaire lancée contre Trump par le lobby mondialiste

Du côté de Jérusalem, on se soucie surtout, sachant que les éléments fournis par le Mossad sur le nucléaire iranien n’emportent pas la conviction, de montrer les manipulations de l’opinion par le clan mondialiste. Le chef du bureau de Breitbart en Israël, Aaron Klein, vient de publier un papier fouillé sur la fondation Ploughshares qui a joué un rôle important sous Obama pour vendre aux médias l’accord nucléaire iranien, et qui aujourd’hui menace Trump, s’il va au bout de ses décisions, d’en « supporter les conséquences ». Pour un homme qui a subi tant d’attaques depuis deux ans, ce sont carrément les termes d’un chantage. Or, cette fondation Plougshares, auquel fut très étroitement lié l’ancien secrétaire d’Etat américain John Kerry, Klein a établi en détail qu’elle a œuvré, en cheville avec le gouvernement d’Obama, pour « vendre » l’accord nucléaire iranien auprès de l’opinion américaine. Et il établit non moins clairement que Ploughshares est financée par l’Open Society Institue de George Soros, la fondation Ford, la fondation Carnegie, la fondation Rockefeller, et quelques autres fleurons de l’argent mondialiste, dont la fondation Tides, qui est l’un des gros financiers de la gauche radicale américaine, et qui est elle-même alimentée par Soros.

Mourir et de la peste Trump et du choléra mondialiste ?

En résumé la situation est inextricable. A ma gauche, la maçonnerie mondialiste qui tisse sa toile. A ma droite, Trump qui y fait des trous, mais au profit d’un chauvinisme américain borné qui ne trouve pas de contre-prédateur dans le système mondialiste. L’évolution des derniers conflits donne à penser que le mondialisme va se servir de Trump comme remède au populisme, sur le thème : « Vous voyez bien, quand on cède aux demandes populaires et qu’on reprend une politique nationale, c’est la cata. Voilà pourquoi cela demande une réponse sage de toute la communauté internationale réunie pour l’occasion. » Si bien qu’au bout du compte nous mourrons peut-être malades à la fois de la peste Trump et du choléra mondialiste.

Pauline Mille

https://reinformation.tv/accord-nucleaire-iranien-peste-trump-cholera-mondialiste-mille-84166-2/

OK++++++++++++++++++

EN BANDE SON : 

4 réponses »

    • Une belle brochette de pseudos journalistes et philosophes mais vrais marxistes vivant grassement aux frais de l’Etat et de ses subventions…Ce qui en dit long sur leur dépendance et sur leur indépendance…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s