Art de la guerre monétaire et économique

Juan Branco fait bien partie de l’opposition contrôlée… et même boostée par le système

Juan Branco fait bien partie de l’opposition contrôlée… et même boostée par le système

Juan Branco jette l’éponge

« C’est le scoop du jour : Juan Branco annule toutes ses rencontres ! La raison invoquée ? Les menaces de la droite la plus extrême et de la gauche la plus violente.

Que vont devenir les fans du général Branco, général d’opérette de la gauche antilibérale-qui-ne-va-pas-trop-loin-non-plus-dans-la-dénonciation-du-Système ?

« Est-ce qu’un livre réellement dangereux pour l’oligarchie, c’est-à-dire le pouvoir profond et non la Macronie théâtrale, serait placardé dans le métro parisien sous le nez de millions d’usagers ? Est-ce que le simple fait d’aligner les billets permet d’accéder au mur publicitaire de la RATP ? La RATP n’a-t-elle pas adopté une politique de neutralité en matière d’affichage publicitaire, notamment à caractère politique ?… »

(source : Alexandre Lebreton, 8 mai 2019)

Juan Branco nous cache quelque chose (M. Luce)

Il y a 3 critères pour juger de l’authenticité d’un opposant ou d’un dissident : 1. Son exposition médiatique 2. Son parcours et ses soutiens. 3. Ce qu’il dit… et surtout ne dit pas. Juan Branco nous cache en effet quelque chose. Comme Julian Assange, dont j’ai rapporté que l’arrestation n’était que du théâtre… et qui, tiens quelle coïncidence, a pour conseiller juridique Juan Branco ! Un Juan Branco qui est au RSA (!) malgré son cabinet d’avocats et son CV déjà long comme le bras… et qui tape impunément sur Macron et sur un petit bout de l’oligarchie pour mieux préserver le reste en nous orientant dans une mauvaise direction. Autrement dit : qui a pour mission de nous manipuler. OD

Nous avons évoqué dans nos colonnes le livre de l’avocat Juan Branco « Crépuscule ». Celui‐ci bénéficie d’une promotion très appuyée dans tous les médias. On le voit et on l’entend de partout. Cette promotion « à la Macron » est suspecte. Essayons d’y voir plus clair.

Son livre flingue Macron mais préserve certains de ses anciens amis.

Comme nous le relevions dans notre recension, Juan Branco trace dans le détail les relations d’Emmanuel Macron avec les milliardaires qui l’ont lancé à l’initiative de Xavier Niel (condamné pour proxénétisme et abus de biens sociaux) avec l’entregent de Mimi Marchant (condamnée plusieurs fois pour malversations et trafic de drogue), mais…
• qui a fourni toutes ces informations au très jeune avocat ?
• pourquoi son livre épargne‐t‐il les réseaux maçonniques qui étaient également à la manœuvre ?
• pourquoi son livre, si précis par certaines assertions, n’évoque-t-il même pas le rôle de Jacques Attali alors que celui‐ci s’est targué à plusieurs reprises d’avoir lancé « son ami Emmanuel » ?
• pas un mot non plus sur l’appui de la banque Rothschild, pourquoi ?

Quel est le message du titre du livre « Crépuscule » ?

Avec l’appui d’une partie, d’une partie seulement de l’oligarchie puisque certaines de ses composantes majeures sont délibérément épargnées par l’auteur, voici notre jeune avocat sur tous les plateaux télévisés.
Les médias qui rechignent à inviter des Gilets Jaunes militants, s’empressent d’inviter leur avocat autoproclamé au point que celui‐ci apparaît comme leur porte‐parole. C’est bien que les médias ont reçu des consignes pour promouvoir le livre et son auteur.
Et pourtant ce livre est très dur à l’égard de notre président et son titre, « Crépuscule », annonce le début de la fin pour Macron.

Le livre est gratuit, l’avocat ne se fait pas payer

Le livre est proposé en téléchargement gratuit, en version PDF et même en version audio.

Pourtant il s’agit d’un excellent travail d’enquête qui a pris du temps. Puis il a fallu l’écrire, l’éditer. Si Branco est écrivain journaliste bénévole, il y a derrière lui des gens qui ne le sont pas et ont intérêt à ce que son livre soit le plus largement diffusé. Qui ? Nous pensons tout naturellement à ceux‐là mêmes qu’il épargne.

Juan Branco, avocat des Gilets Jaunes, nous dit qu’il ne se fait pas payer et qu’il vit chez sa mère en touchant le RSA. Nous sommes loin de l’image du Gilet Jaune « travailleur pauvre » qui survit à peine avec son piètre salaire et qui roule en gasoil avec la clope au bec.

La position ambiguë de l’auteur

Juan Branco est un pur produit du Système qu’il ne cesse de vilipender.

Il n’a pas 30 ans, et pourtant il a déjà été, selon sa biographie présentée par Wikipédia :
• l’une des figures de l’opposition à la loi « Hadopi 1 » sur les droits d’auteurs (il a à peine 20 ans);
• le sulfureux et pervers directeur de Sciences Po, Richard Descoings, lui propose d’intégrer son cabinet après avoir été « remarqué » par Dominique de Villepin ;
• toujours à 20 ans, il devient officier de liaison du procureur de la Cour pénale internationale ;
• deux ans plus tard, toujours étudiant, il est collaborateur extérieur du ministre français des Affaires étrangères ;
• à 24 ans, il représente alors publiquement Jullian Assange et Wikileaks et participe aux négociations avec la présidence de la République française pour obtenir l’asile d’Assange en France ;
• plus tard il sera l’avocat de Jean‐Luc Mélenchon ;
• en mai 2018, il est missionné par l’ONU en République centrafricaine en tant qu’expert indépendant, chargé de l’élaboration de la stratégie des poursuites du procureur de la Cour pénale spéciale centrafricaine.

Pendant tout ce temps,
• il intègre Normale Sup (certes par la voie universitaire et non pas par le concours, mais quand même),
• il présente un doctorat en droit international,
• il obtient une maîtrise en littérature moderne (2011)
• et des masters en philosophie politique (2011) et en géopolitique (2012).

Mais ce n’est pas tout ! Il a le temps :
• d’être chercheur invité à la Yale Law School,
• tout en étant Senior Research Fellow à l’Institut Max Planck de droit international,
• et en participant la même année à un échange avec l’université de Rome « La Sapienza » comme chercheur invité.

Mais ce n’est toujours pas tout :
• il est journaliste au Monde diplomatique, chez les Inrockuptibles et même L’Huma !
• tout en publiant dans plusieurs revues et organes de presse, dont Libération.

Et, tant qu’on y est, il se lance également en politique :
• en 2017 il se présente aux élections législatives sous l’étiquette France Insoumise et obtient 13,9 % des voix.

Pur produit du Système dont il tire très habilement profit, Juan Branco n’a de cesse de le critiquer !

Il a encore le temps de créer un cabinet d’avocats.

Que voyez‐vous sur la page d’accueil de son site branco-associes.fr ? Une biquette ? Détrompez vous : cette biquette, c’est le diable !

On appelait « sabbat » les assemblées que les sorciers et sorcières tenaient la nuit sous l’autorité du Diable, pour célébrer les rites satanistes et se livrer entre eux à tous les emportements de leurs passions obscures et déviantes. Parmi ces passions : la pédocriminalité. Le tableau de Goya représente de tout jeunes enfants offerts à Satan pour célébrer les rites criminels qu’il affectionne. Les enfants morts sont ensuite exhibés sur une perche.

À quelles fins, Juan Branco a‐t‐il retenu CE tableau pour illustrer son site internet ?

Se veut‐il l’avocat du Diable ou l’avocat des enfants sacrifiés ?

Pourquoi donc Branco recommande‐t‐il de S’ABSTENIR aux prochaines élections européennes ?

Alors que l’auteur flingue Macron et le Système qu’il représente, de manière tout à fait incohérente il recommande de s’abstenir lors des prochaines échéances électorales du 26 mai prochain ! La logique nous conduirait à une recommandation du type « Tout sauf Macron ». Pourquoi pas un vote en faveur de France Insoumise puisque Branco en a déjà porté les couleurs ?
Les Français ont ce dimanche 26 mai une opportunité historique d’envoyer un message clair au gouvernement et à son Président en allant voter massivement afin d’exprimer leur rejet de sa politique. Et notre Juan Branco, à la pointe de la critique de ce Système que les Français rejettent, recommande de laisser passer son tour !
C’est incompréhensible. À moins que…
À moins que notre sémillant avocat soit utilisé dans une manœuvre qui vise à sacrifier Macron pour épargner le Système. Tout s’explique alors.

Tentons une explication : il est un fait avéré que Jacques Attali est en contact avec Juan Branco au moins depuis 2009. Notre jeune étudiant hyperactif avait fondé et dirigé une revue universitaire intitulée « Jeune République » pilotée par qui ? Par… Attali !

Ceci explique alors :
• comment notre jeune étudiant surdoué d’ubiquité peut se retrouver sur un aussi grand nombre de chantiers simultanément,
• pourquoi il épargne Attali et ses amis dans son enquête‐réquisitoire,
• et cela explique pourquoi Attali, au même moment, adopte une attitude d’écoute attentive à l’égard de la révolte des Gilets Jaunes (lire notre édition d’hier Gilets Jaunes : Attali change de stratégie) dont il prédit des changements profonds sur la société.

Attali prépare la suite de Macron en précipitant sa chute tout en s’efforçant de placer ses pions dans le mouvement révolutionnaire qui se dessine. Le jeune Branco a le profil idéal pour remplir ce rôle qui lui est dévolu.

Les Gilets Jaunes doivent se méfier de cet avocat comme du Diable.

Massimo Luce, Nice Provence Info, le 24 avril 2019

EN BANDE SON :

6 réponses »

  1. Donc notre Lucien de Rubempré 2.0 fait parti du . cercle des loups déguisés en moutons..
    Il était parfait pour le rôle ..bon casting ..belle manœuvre je l’avais pressenti … trop joli trop chevalier blanc ..encore une fois une belle histoire une sorte de conte de fées: le jeune homme bien doté du sérail qui vole au secours des gueux ..la révolution en étendard mais au fait n’est- ce pas ce que prédis Jacques ..Attali comme il se doit……
    Ce sont les gilets jaunes qui auront perdus leurs illusions dans cette histoire.
    De nouveau dans le ruisseau les enfants de la patrie ..

    ….

    J'aime

    • Divide and conquer, diviser pour mieux régner ou la repolarisation de la vie politique française.

      C’est une technique vieille comme le machiavélisme mitterrandien que celle qui consiste à opposer sans cesse entre eux des ennemis que l’on a créé de toute pièce. A savoir aujourd’hui les anarchistes d’un coté assimilés aux casseurs black blocs et l’extrême droite de l’autre assimilée au néonazisme hitlérien. A ce jeu les fascistes mussoliniens qui nous gouvernent ont tout à gagner. Je vous invite au passage à relire ce billet prémonitoire :

      https://leblogalupus.com/2017/05/02/le-billet-soit-beni-oh-macron-ou-la-tentation-du-christ-mussolinien-par-le-lupus/

      Mission réussie donc pour Maitre Branco chanteur du Socialisme Fabien qui tout en dénonçant le corporatisme dont il est issu, n’a eu de cesse au travers de très nombreuses interviews de délimiter les champs précis de ses investigations, incluant, excluant, opposant bref divisant ! Hors il n’aura échappé à personne que sur fond de crise gilet jaune la grande crainte du pouvoir en place c’est la possibilité comme en Italie d’une union des populismes de droite comme de gauche, c’est la crainte d’une transversalité qui amène non pas à raisonner en « partisannerie » mais à faire sauter les verrous qui clivent, de ces combats qui rendent stupides à force d’être menés en pur perte d’anergie vitale. Alors bien sur me direz vous Chevalier Branco n’est pas le seul à vouloir cliver systématiquement, Mélanchon son mentor s’y emploie parfaitement et Le Pen sa pseudo adversaire, fidèle en cela à son Papa, n’est pas en reste. J’entends déjà certains crier gare au complotisme ! Fausse route et fausse morale : le seul complot qui existe c’est celui d’une représentativité dévoyée par les élites au détriment des Peuples et il est bien réel celui là.
      L’antisystème n’est que la face cachée de l’autre, la soupape de sécurité qui permet à cet autre, le système, de se reproduire et mème de se revitaliser aux yeux et à la barbe de tous !

      Et puisque l’on parle d’antisystème, n’avez-vous pas remarqué la propension de tous ces rebellocrates en chambre à vouloir distiller leur bonne parole sous forme de conférence, comme si la magie du verbe et leurs incantations pouvaient se substituer au vide rhétorique de leur propos, à moins qu’ils ne soignent leurs droits de locuteur autoproclamé : Branco et sa révolution orange, Zemmour et son souverainisme bonapartiste, Onfray et son autogestion proudhonienne, Cerise et son Eurasisme utopique et Soral et son antisionisme maladif. A part Branco qui a l’age du bac à sable mais qui la parole d’un homme de maturité ce qui le rend d’autant plus suspect à mes yeux, tous les autres ont l’age d’ètre grand père et ils suintent la nostalgie d’une époque révolue dont ils ont été les héros naguère c’est çà dire bien avant la guerre. Je m’étonne dailleurs que l’on ait pas pensé à réunir tout ce petite monde pour une croisière théologique autour de la mer morte ou chacun des intervenants irait de son chapelet idéologique sur fond de machines à sous et de repas pantagruélique. Cela donnerait au moins une certaine classe, une certaine gueule à ce Titanic de la pensée car une chose est certaine, une chose est sure : en France désormais plus besoin de narrative US pour croire en de vieilles lunes matinées de contes de fées et de contes de noël, la maturité est là pour nous en foutre plein la gueule et nous maintenir la tète, Europe oblige, dans les étoiles pendant que d’autres plus avisés achèveront de nous faire les poches.

      J'aime

  2. @The Wolf
    Commentaire lapidaire et juste et revitalisant.. a mettre sous les yeux sans modération de tous les fans des uns et des autres qui inlassablement s’agitent et se repaissent de la même histoire indéfiniment racontée depuis des décennies…
    Tous dans la « croisière s’amuse  » a rejouer la même pièce usée jusqu’à la corde
    Surtout débattre sur le vide et ne pas sortir des sentiers battus
    QUELQUES AMUSEURS de la croisière bien dans le cadre

    Comme vous dites Le Titanic de la pensée !
    Ils égrènent leur chapelets de certitudes
    rosaires mortels.

    J'aime

    • Eloge de la saine réaction

      L’idée que je veux faire avancer c’est qu’a raisonner trop linéaire l’on finit par ne plus respirer l’air du temps et à sentir le renfermé. Pour changer l’air et espérer le renouveler il faut admettre le changement d’ère, le changement de cycle, Maffesoli le fait lui avec talent et se place d’entrée dans la post modernité. Cela n’empêche pas bien sur la nostalgie que l’on peut avoir des choses mais en aucun cas ne doit servir de leitmotiv idéologique sous peine d’envoyer tout le monde droit dans le mur des lamentations. Etre réactionnaire ce n’est pas proposer de remplacer une matrice par une autre plus ancienne sur fond de glaciation épistémologique conservatrice, être réactionnaire c’est lutter contre un pseudo progressisme qui veut faire perdurer un ordre ancien dont il tire avantage ! et le remplacer par un désordre dont on ne connait pas encore ni les tenants ni les aboutissants. La vie n’est pas un long fleuve tranquille c’est un torrent bouillonnant.

      J'aime

    • Sans commentaire qui en amène un autre. On voit bien là les limites du rebellocrate, fin polémiste et analyste de la chose politique souvent pointu, le Monsieur tire sa révérence dès qu’il s’agit de mouiller sa chemise, visiblement de Nietzsche il n’aura retenu que l’hédonisme, le beau et oublier le combat, la sueur, les larmes et le sang ! Quoi de plus stupide que de ne pas voter dans une élection proportionnelle à 1 tour dans le cadre d’une Europe qui de toute façon maastrichtienne ou pas est amenée à durer ! Carton rouge pour Michel ! Votez pour qui vous voulez mais votez !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s