Cela se passe près de chez vous

Mais qu’est-ce qu’ils foutent chez nous, bordel ?

Mais qu’est-ce qu’ils foutent chez nous, bordel ?

La démocratie a parlé! Comme d’habitude elle a proféré pas mal de conneries mais, que voulez vous, elle est ainsi faite, la démocratie, on ne peut pas lui en demander plus.
Cela dit, moi j’ai quand même bien rigolé, c’est toujours ça de gagné. Oh, bien sûr, il ne faut pas se montrer exigeant, les clowneries auxquelles nous avons assisté à la suite des européennes de Dimanche dernier apparaissent bien loin de valoir celles des regrettés Grock et Zavatta, mais tout de même…
Par exemple, un qui m’a bien amusé c’est Barbapoux, notre bien aimé Premier Ministre. Il a sorti comme ça: « quand on arrive deuxième, on ne peut pas prétendre avoir gagné »! Poulidor n’aurait pas dit mieux! Sauf que la déclaration en question, faisant suite aux rodomontades de Présipède, lequel s’était mouillé à bloc pour soutenir la liste Loiseau (de mauvais augure, pourtant), s’efforçait de démontrer qu’une défaite honorable valait bien une victoire étriquée telle que le jeune Bardella, l’homme de paille de la mère Le Pen, venait d’en déguster une. Bon, l’exercice apparaît bien difficile qui tend à nier mordicus une évidence arithmétique tellement incontestable qu’elle crèverait les yeux chassieux du plus abruti des citoyens obtus mais il s’y est collé, Barbapoux, sans crainte de passer pour un con sa réputation étant dores et déjà bien établie sur ce point. Quant à l’autre gourde, la tête de liste LREM -celle qui ressemble à feu Benny Hill- vous savez? Hé bien complètement zappée, disparue, déjà oubliée, enterrée, en somme. Une sorte d’étoile filante, enfin pas vraiment une étoile, plutôt un astérisque, un slash, un point final… Ils vont lui trouver une bonne sinécure à quinze-mille balles par mois et personne n’en parlera plus. De profundis
Après, j’ai bien aimé aussi les Ripoublicons, avec leur philosophe de choc au charisme ostréicole qui parvint à effacer le score pourtant calamiteux de Sarko en 99, 12,8% pour cent il avait fait le nabot! Un triomphe au regard des 8,4% de Bellamy, lequel en est réduit à prendre ses cliques et ses claques (surtout les claques) et à s’en retourner à ses chères études. Pauvre con! Il le savait Wauquier, que l’affaire tournerait  genre Bérézina, mais Sarkozy, lui au moins avait eu les couilles d’y aller en personne au lieu d’envoyer le premier pignouf venu récupérer la veste en ses lieu et place. Résultat des courses, même pas la Bérézina, Waterloo, carrément! Tant qu’à perdre la face, il aurait pu au moins risquer un coup d’éclat, le diseur de bullshit je ne sais pas moi, à défaut de sortir lui même de la tranchée, tout le monde n’ayant pas la fibre héroïque, il aurait pu envoyer Morano elle au moins eût évité de se noyer dans l’eau de rose pour grenouilles de bénitier! Et puis, on aurait entendu piailler dans les volières bien-pensantes, les media se seraient livrés à un déchaînement de mépris contre la plouquesse à Q.I. négatif, l’insulte gratuite étant l’arme favorite des folliculaires dans leur rapport aux mal-pensants.

Toutefois, les tronches de gauche à l’heure des résultats, constituèrent sans aucun doute le plus joli moment de la soirée électorale. Je passe sur les Socialos dont on voyait bien l’absence d’illusions, sur les Bolchos, qui, en dépit d’une publicité démesurée offerte par les media tout au long de la campagne, enregistrèrent un score de l’ordre de 2%…il y a donc encore des hurluberlus qui votent communiste pur, comme au temps de Joseph Staline, leur nombre a bien diminué, évidemment, mais comme le patron n’est plus là depuis fort longtemps… Cependant, à propos de communistes, c’est le camarade Méluche qui nous a offert le point d’orgue. Fallait voir la tronche, vain dieu, on lui sentait la grogne obsidionale sortir par tous les trous! Rarement le Bolivarien de ces dames n’avait autant détesté la soi-disant démocratie, cette pétasse qui change d’avis comme de culotte et qui vous balance dans la cuvette après vous avoir porté au pinacle! C’est pas à Cuba qu’on verrait des horreurs pareilles, dites-donc, et au Venezuela, au moins, le camarade Maduro reste sur son trône, n’en déplaise aux Amerloques Trumpesques et à leurs magouilles de fond de chiottes. Oui, il marronnait sec, Dimanche soir dernier, le brave Jean-Luc, en dépit de la petite Aubry, sa tête de liste, laquelle, éperdue d’admiration, le dévorait des yeux, tant et si bien qu’arrivé à la maison il a dû avoir de sacrées emmerdes, le vieux sinoque.
Comme ils disent, les commentateurs professionnels, il n’y a plus désormais ni droite ni gauche, il n’en reste quasiment « plus qu’un horrible mélange d’os et de chairs meurtries »! Rien, quasiment! L’ordre nouveau (oh putain, si ça devait finir comme ça…) règne désormais dans la France de Présipède. Les Progressistes contre les Populistes, voilà! Ca oui, ça nous parle, c’est moderne, le vingt-et-unième siècle politique enfin installé! Et nous voyons clairement, désormais, où résident le Bien et le Mal!
La Raie Publique en marche vers le Progrès qu’est-ce que c’est beau! Ça nous évoque plein de merveilles fabuleuses, la tableau de Delacroix, surtout, vous voyez? La Liberté, autant dire la Répupu, ça ira plus vite, avec ses nichons à l’air et un immense drapeau tricolore à la pogne, qui, piétinant un monceau de cadavres déculottés, guide le populo vers les lendemains qui chantent. Oh, bien sûr, les lendemains en question s’incarnèrent pour le coup en Louis-Philippe mais ça n’enlève rien à l’émouvante splendeur de l’allégorie! Et si vous regardez attentivement, en arrière-plan, dans un bel uniforme bleu et coiffé d’un déliciaux bicorne à cocarde…mais oui parbleu, c’est bien lui, si, si, je vous assure, oh miracle républicouille! Macrounette soi-même, absolument, pas le moindre doute! Incroyable! Et après un prodige de ce calibre, vous prétendriez encore lui dénier sa légitimité thaumaturgique, à Présipède? Alors vous comprenez j’espère, qu’avec tout ça, nous allons nous le fumer encore jusqu’en 2027, cela ne fait pas le moindre doute, désormais tout est en place. D’ici moins de trois ans un bon petit duel avec la Marine, vu qu’à l’horizon personne d’autre ne se pointe pour contester la suprématie providentielle du petit génie à sa Bribri et hop, c’est plié! Le grand vainqueur, dans tout ça, c’est lui, prenez votre mal en patience!

Surnaturel ou pas, il bénéficie d’une conjonction des planètes totalement favorable, le petit mignon. Pour le flinguer en 2022 il faudrait à l’évidence une alliance entre les Ripoublicons et les nauséabonds de Marine. Pas question, bien entendu, puisque les rigolos de la Droite Républicouille (l’autre façon d’être de gauche) s’obstinent comme des cons à rechercher l’alliance au centre! Pauvres bêtes! Le Centre désormais, le ventre-mou attrape-tout, c’est Macrounette!
La seule contre-offensive envisageable consisterait à se battre pour sauver ce qui peut encore l’être. Par exemple s’occuper un peu du problème de l’invasion muz. Là on trouverait forcément un terrain d’entente entre les vrais conservateurs, il en reste, et les soi-disant populistes du Rassemblement bidule. Il me semble qu’il se trouve des tas de gens, une belle majorité même, pour regarder comme assez déplaisant cette sorte d’olibrius venu de l’autre côté de la mer dans le but de poser des bombes au milieu des badauds. Le « présumé », Mohamed Hicham M. sans papiers mais accueilli dans sa famille confortablement installée au sein de la Primatie des Gaules! Et vlan que je te pose un sac d’explosifs plein de clous au beau milieu du trottoir! Pas grave, on a l’habitude, en plus y a juste des blessés, pas de morts, alors on se plaint de quoi, je vous le demande?

C’est comme le chauffeur du bus à touristes, vous savez, celui qui a écrabouillé volontairement l’automobiliste à qui il venait de défoncer le derrière, enfin le cul de sa bagnole, veux-je dire? Alors, vous apprenez par Le Parisien que le meurtrier « présumé » n’est autre qu’ « un Parisien âgé de quarante-six ans résidant dans le XVème.arrondissement« . Si vous fouillez un petit peu dans la presse moins convenable, Valeurs Actuelles en l’occurrence, vous constatez que le parigot en question s’appelle Omar M. né en Algérie en 1973, ce qui confirme au moins l’âge, c’est toujours ça…
Mais qu’est-ce qu’ils foutent donc chez nous tous ces sales gens, bordel?

Moi, je ne sais pas vous, mais ça m’énerve! Chaque fois qu’il y a une merde dans ce pays, on lui découvre la même origine, systématiquement, même si les officiels et les media s’obstinent à tenter de nous le cacher! Vous ne croyez pas qu’il y aurait de quoi fédérer une majorité, pendant le peu de temps qui nous reste avant que celle-ci ne bascule irrémédiablement du côté des envahisseurs?
Eh bien n’y comptez pas, vous pouvez toujours vous brosser! La dictature de la bien-pensance fait toujours régner la terreur. On neutralise un bon tiers de l’électorat pour cause de nauséabonderie infréquentable, après quoi on joue entre personnes de bonne compagnie…and the winner is…Présipède!

Depuis le temps que je vous le serine qu’on est foutu!

Amitiés à tout le monde.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

https://nouratinbis.wordpress.com/2019/06/02/mais-quest-ce-quils-foutent-chez-nous-bordel/

EN BANDE SON :

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s