1984

Les liens de Bill Gates avec Jeffrey Epstein se sont renforcés après la sortie de prison du pédophile en 2011

Les liens de Bill Gates avec Jeffrey Epstein se sont renforcés après la sortie de prison du pédophile en 2011

Les liens de Bill Gates avec Jeffrey Epstein « se sont renforcés après la libération du pédophile en 2011 » – et il a déclaré aux employés de la Fondation Gates que ses crimes n’étaient « pas pires que le vol d’un bagel ».

  • Selon le New York Times, le co-fondateur de Microsoft a entamé une relation avec le pédophile condamné en 2011
  • Gates a été présenté à Epstein par le conseiller scientifique de sa fondation, Boris Nikolic
  • Nikolic s’est lié d’amitié avec Epstein, qu’il avait rencontré par l’intermédiaire de Melanie Walker
  • Walker a rencontré Epstein après avoir obtenu son diplôme universitaire en 1992 et a été engagée comme son conseiller scientifique avant de rejoindre la Fondation Gates des années plus tard
  • Selon le Times, M. Gates a rencontré Epstein pour la première fois en face à face dans la maison de ville du pédophile à New York
  • Les deux hommes ont discuté d’une entreprise caritative commune à laquelle participerait JPMorgan, mais elle n’a jamais vu le jour
  • Gates et Epstein se sont rencontrés à plusieurs reprises, dont une fois à bord du jet privé d’Epstein, le « Lolita Express ».

Bill Gates s’est lié d’amitié avec Jeffrey Epstein après que le pédophile – qui s’est pendu dans une cellule de la prison de Manhattan en août – ait été reconnu coupable de crimes sexuels, selon un rapport.

Gates, le deuxième homme le plus riche du monde, s’est donné beaucoup de mal pour se distancer d’Epstein depuis que des révélations sur le comportement du financier avec des mineures ont fait surface ces derniers mois.

Le co-fondateur de Microsoft a déclaré à Axios le mois dernier qu’il « souhaite qu’ils ne se soient jamais rencontrés » et a insisté sur le fait qu’il n’avait « aucune relation professionnelle ou personnelle » avec Epstein.

Mais le New York Times rapporte que Gates et Epstein se sont rencontrés à plusieurs reprises à partir de 2011. En fait, Gates a rendu visite à Epstein au moins trois fois dans la maison de ville d’Epstein à New York, selon le Times.

Le Times affirme avoir interviewé plus d’une douzaine de personnes connaissant la relation Gates-Epstein. Il dit également avoir examiné des documents confirmant les affirmations.

Les personnes employées par la fondation Gates auraient également fait de multiples visites à la maison de ville d’Epstein, rapporte le Times.

Les visites de Gates et des travailleurs de la fondation ont eu lieu malgré le fait qu’Epstein ait plaidé coupable de crimes sexuels.

Epstein a été accusé pour la première fois par le gouvernement fédéral de préparer des jeunes filles mineures à avoir des relations sexuelles avec lui en 2007.

Mais un accord controversé a permis à Epstein de purger 13 mois d’une peine de 18 mois de prison – dont la plupart dans sa résidence de Palm Beach, en Floride.

L’accord exigeait qu’Epstein se fasse enregistrer comme délinquant sexuel.

Epstein a été arrêté par les autorités fédérales en juillet et détenu dans une prison de Manhattan, où il s’est suicidé avant d’être jugé pour avoir dirigé un réseau de prostitution enfantine.

Après le suicide surprise d’Epstein le 10 août, le nom de Gates est apparu comme l’un des hommes puissants qui avaient potentiellement une sorte de relation de travail avec l’homme d’affaires disgracié.

epstein-manoir

Au manoir de Manhattan de Jeffrey Epstein en 2011, de gauche à droite : James E. Staley, alors cadre supérieur de JPMorgan ; l’ancien secrétaire au Trésor Lawrence Summers ; M. Epstein ; Bill Gates, co-fondateur de Microsoft ; et Boris Nikolic, qui était le conseiller scientifique de la Fondation Bill et Melinda Gates.

Selon le Times, Gates et Epstein étaient en pourparlers au sujet d’une entreprise caritative commune.

En 2011, Gates a écrit dans un courriel à ses collègues : Le style de vie d’Epstein est très différent et assez intriguant, même si cela ne me convient pas.

Bridgitt Arnold, porte-parole de M. Gates, a déclaré au Times que M. Gates « ne faisait référence qu’au décor unique de la résidence Epstein – et à l’habitude d’Epstein de faire venir spontanément des connaissances pour rencontrer M. Gates ».

« Il ne s’agissait en aucun cas de transmettre un sentiment d’intérêt ou d’approbation », a-t-elle déclaré.

Epstein était connu pour rechercher la compagnie d’hommes riches et puissants comme Bill Clinton, le Prince Andrew, et d’autres.

Arnold a déclaré au Times que Gates avait été présenté à Epstein par des « personnes de haut niveau ».

« Bill Gates regrette d’avoir rencontré Epstein et reconnaît que c’était une erreur de jugement de le faire », a déclaré Arnold.

Gates reconnaît que le fait de divertir les idées d’Epstein liées à la philanthropie a donné à Epstein une plateforme imméritée qui était en contradiction avec les valeurs personnelles de Gates et les valeurs de sa fondation.

Avant de rencontrer Gates, Epstein connaissait deux personnes qui faisaient partie de son cercle restreint – Melanie Walker et Boris Nikolic.

Walker a rencontré Epstein juste après avoir obtenu son diplôme universitaire en 1992.

Elle a déménagé à New York et est restée dans un appartement de Manhattan que possédait Epstein après que celui-ci lui ait dit qu’il pouvait lui obtenir une audition pour un poste de mannequin chez Victoria’s Secret.

Epstein était conseiller de Leslie Wexner, le milliardaire propriétaire du fabricant de lingerie.

Après que Walker ait terminé ses études de médecine, Epstein l’a engagée comme conseillère scientifique en 1998.

Walker a ensuite rencontré Steven Sinofsky, un cadre supérieur de Microsoft qui dirigeait la division Windows de l’entreprise.

Elle a déménagé à Seattle pour être avec Sinofsky. Finalement, Walker a rejoint la Fondation Gates en tant que responsable de programme senior.

gates-nikolic

M. Gates a été présenté à Epstein par Boris Nikolic (à droite), qui est conseiller scientifique de la fondation de M. Gates. Les deux hommes sont vus à Washington, DC en juillet 2012

À la fondation, Walker s’est lié d’amitié avec Nikolic, qui était le conseiller scientifique de l’organisation.

Nikolic était connu comme un homme qui voyageait et socialisait fréquemment avec Gates.

Walker, qui est resté en contact avec Epstein, l’a présenté à Nikolic, et les deux sont devenus amis.

Cela a finalement conduit à la première rencontre en face à face entre Gates et Epstein, qui a eu lieu dans la maison de ville d’Epstein à New York en janvier 2011, selon le Times.

La réunion aurait inclus d’autres associés d’Epstein, dont Eva Andersson-Dubin, l’ancienne Miss Suède qui est mariée au milliardaire de fonds spéculatifs Glenn Dubin.

Après cette réunion d’une heure, Epstein a écrit un e-mail à ses amis en disant : « Bill est génial. »

Gates aurait également eu des choses positives à dire sur Epstein.

Dans un courrier électronique adressé à des collègues, obtenu par le Times, il a écrit : « Une très jolie Suédoise et sa fille sont passées et j’ai fini par y rester assez tard. »

Quelques mois plus tard, Gates et Epstein auraient été aperçus en train de converser lors d’une conférence TED à Long Beach, en Californie.

Peu après, en mai 2011, Gates a rendu une nouvelle visite à la maison de ville d’Epstein à Manhattan, selon le Times.

Le Times a publié une photo montrant Epstein, Gates, Nikolic, l’ancien secrétaire au Trésor Larry Summers, et James Staley, qui était à l’époque cadre chez JPMorgan.

À l’époque, la Fondation Gates et JPMorgan ont entamé des discussions sur la création d’une organisation caritative mondiale qui financerait des projets de soins de santé dans les pays pauvres.

Staley aurait dit à des collègues de JPMorgan qu’Epstein voulait participer à cette entreprise.

Selon le Times, Epstein avait une influence sur JPMorgan puisqu’il avait des millions de dollars sur des comptes de la banque d’investissement.

Il a également fait référence à un certain nombre de personnes fortunées qui deviendraient des clients de JPMorgan, selon le Times.

Epstein voulait se rallier à cette idée. Il aurait proposé de solliciter des dons auprès de ses amis fortunés, mais qu’il recevrait une commission de 0,3 % sur les sommes collectées.

Arnold a déclaré au Times que Gates ne savait pas qu’Epstein cherchait à tirer profit de cette entreprise caritative.

Elle a déclaré qu’Epstein « avait proposé à Bill Gates et aux responsables de la fondation des idées qui, selon lui, allaient permettre de dégager des centaines de milliards pour des actions de santé mondiale ».

Fin 2011, Bill Gates a envoyé une équipe de sa fondation chez Epstein à New York pour discuter de la philanthropie, rapporte le Times.

Lors de la réunion, Epstein a déclaré à ses invités que le crime pour lequel il a plaidé coupable n’était pas pire que de « voler un bagel ».

Enregistrements de vol : Epstein, qui a été retrouvé mort dans sa cellule de prison, avait dit à des gens dans le passé qu’il était conseiller financier de Gates (données de vol ci-dessus)

Le Times a rapporté que les employés de la Fondation Gates ont été choqués de découvrir que l’organisation caritative travaillait avec un homme qui était un délinquant sexuel enregistré.

Quelques mois plus tard, une autre équipe de la Fondation Gates a rendu visite à Epstein.

Au cours de cette rencontre, Epstein a déclaré qu’il pouvait avoir accès à des billions de dollars de l’argent de ses clients qui bénéficieraient à l’organisation caritative.

Mais l’équipe de la fondation a trouvé ces affirmations irréalistes et a commencé à douter de la crédibilité d’Epstein, rapporte le Times.

Gates et Epstein se sont rencontrés plusieurs fois par la suite, bien qu’Arnold ait refusé de préciser combien de fois ils se sont vus.

En mars 2013, Gates a pris l’avion privé d’Epstein – l’avion qui a été surnommé le « Lolita Express » parce qu’il aurait été utilisé pour le trafic de jeunes filles.

Arnold a déclaré au Times que Gates ne savait pas que l’avion appartenait à Epstein.

En septembre de cette année-là, Gates et Epstein se sont rencontrés pour un dîner à New York pour discuter de philanthropie, selon Arnold.

En octobre 2014, Gates a fait un don de 2 millions de dollars au Media Lab du Massachusetts Institute of Technology.

Les responsables du MIT pensent que le don a été « dirigé » par Epstein.

Mais la porte-parole de M. Gates nie qu’on ait demandé à Epstein de contrôler l’argent.

« Il n’y avait aucune intention, ni demande explicite, que le financement soit contrôlé de quelque manière que ce soit par Epstein », a déclaré Arnold au Times.

Fin 2014, Gates et Epstein n’étaient plus en contact, ce qui a poussé Epstein à se plaindre à une connaissance que Gates le fuyait, rapporte le Times.

Le fonds caritatif commun dont il a été question n’a jamais vu le jour.

Arnold a déclaré : « Avec le temps, Gates et son équipe ont réalisé que les capacités et les idées d’Epstein n’étaient pas légitimes et tout contact avec Epstein a été interrompu. »

D’anciens employés de la Fondation Gates ont déclaré qu’au moins deux hauts fonctionnaires de l’organisation caritative sont restés en contact avec Epstein jusqu’à la fin de 2017, mais Arnold a déclaré que la fondation n’était pas au courant de ces contacts.

Nikolic a déclaré au Times qu’il était « choqué » d’apprendre qu’avant qu’Epstein ne se suicide en prison, il avait modifié son testament et nommé le conseiller scientifique de Gates comme exécuteur de secours au cas où les exécuteurs principaux ne seraient pas en mesure de servir.

Nikolic a déclaré devant les tribunaux qu’il ne souhaitait pas servir d’exécuteur testamentaire.

Il a déclaré au Times : « Je regrette profondément d’avoir rencontré M. Epstein. »

Source : Daily Mail – Traduit par Anguille sous roche

Bill Gates avait une relation beaucoup plus étroite avec Jeffrey Epstein qu’il ne l’admettait

Alors que Gates prétendait qu’il “n’avait aucune relation d’affaires ou d’amitié” avec Epstein, le New York Times a révélé que c’était faux.

Bill-Gates-Jeffrey-Epstein-relation

On sait depuis longtemps que le délinquant sexuel Jeffrey Epstein, qui se serait suicidé en prison cet été, a circulé parmi certains des hommes les plus riches et les plus puissants du monde.

Agé de 66 ans, il a compté parmi ses amis et associés des personnalités clés de l’élite mondiale, notamment des hommes politiques comme l’ancien président Bill Clinton , le prince royal Andrew du Royaume-Uni, l’acteur Kevin Spacey, les prix Nobel Murray Gell-Mann et Frank Wilczek, Stephen Hawking, physicien théoricien, Bill Richardson, ancien gouverneur du Nouveau Mexique, Les Wexner, milliardaire, Woody Allen, humoriste et Larry Summers, ancien secrétaire américain du Trésor et un grand nombre de personnages publics.

Cependant, aucun n’avait le cachet et la richesse de Bill Gates, le célèbre cofondateur de Microsoft, qui est devenu proche d’Epstein même après que le financier disgracié eut plaidé coupable et fut condamné en 2008 pour avoir proxénétisme une jeune fille mineure.

Selon un rapport du New York Times, Gates – la deuxième personne la plus riche au monde qui a mis en lace la plus grande fondation privée au monde, la Fondation Bill & Melinda Gates – figurait parmi ceux qui ont passé un temps considérable autour d’Epstein tout en envoyant ses employés rencontrer le pédophile à plusieurs reprises dans son manoir de New York.

La révélation contredit catégoriquement les affirmations précédentes de Gates selon lesquelles il n’avait aucune “relation d’affaires ou d’amitié” avec le regretté homme d’affaires.

Le mois dernier, M. Gates a déclaré au Wall Street Journal que s’il l’avait “rencontré”, c’était toute l’étendue de leur relation. Il a expliqué :

“Je n’avais aucune relation d’affaires ou d’amitié avec lui. Je ne suis pas allé au Nouveau-Mexique, en Floride, à Palm Beach ou ailleurs. Il y avait des gens autour de lui qui disaient : ‘Si vous voulez collecter des fonds pour la santé mondiale et obtenir plus de philanthropie, il connaît beaucoup de gens riches.’”

Cependant, selon le Times, Gates avait en fait rencontré Epstein “à de nombreuses reprises”, dont trois fois à la maison de Manhattan d’Epstein, selon plus d’une douzaine de personnes familières avec leur relation et les documents que les journalistes avaient examinés.


Dans un courriel à ses collègues en 2011, Gates a écrit :

“Son style de vie est très différent et intrigant, même si ça ne marcherait pas pour moi.”

Selon sa porte-parole, le magnat de la technologie “ne faisait référence qu’au décor unique de la résidence Epstein et à l’habitude d’Epstein d’inviter spontanément des connaissances pour rencontrer M. Gates”.

“Il ne s’agissait en aucun cas de transmettre un sentiment d’intérêt ou d’approbation”, a-t-elle ajouté.

Elle a également expliqué :

“Bill Gates regrette d’avoir rencontré Epstein et reconnaît que c’était une erreur de jugement que de le faire… Gates reconnaît que le fait de divertir les idées d’Epstein en matière de philanthropie lui a donné une plateforme imméritée qui allait à l’encontre des valeurs personnelles de Gates et de celles de sa fondation.

En 2011, M. Gates a demandé à ses employés de rencontrer M. Epstein dans sa maison de Manhattan pour discuter de la collecte de fonds pour son organisme de bienfaisance. À l’époque, il avait confié à l’équipe de Gates que bien qu’il ait une mauvaise réputation dans les médias, son crime – solliciter la prostitution d’une mineure – n’était pas pire que “voler un bagel”, a déclaré deux personnes.

Le Times a également expliqué en détail comment deux membres du cercle restreint de Gates ont servi d’intermédiaires entre les deux milliardaires. Melanie Walker, qui s’est jointe à la Fondation Gates à titre d’agente principale de programme en 2006, a rencontré Epstein en 1992 après avoir obtenu son diplôme collégial. Elle a ensuite déménagé dans un immeuble qu’il possédait à New York avant de travailler pour lui à titre de conseillère scientifique en 1998 après avoir obtenu son diplôme de médecine.

Boris Nikolic, conseiller scientifique de la Fondation Gates – qui dirige maintenant une société de capital-risque dans laquelle Gates investit – est l’homme qui a présenté Gates à Epstein. Nikolic avait été nommé exécuteur testamentaire de remplacement du testament d’Epstein, ce qu’il a refusé de faire devant les tribunaux, et il a maintenant exprimé son profond regret de ne jamais avoir rencontré le défunt pédophile.

Gates et Epstein sont restés en contact pendant un certain temps, avec Gates volant sur le jet d’Epstein du New Jersey à Palm Beach, Floride, en 2013, selon les records de vols. La porte-parole de Gates prétend maintenant qu’il ne savait pas que le jet appartenait à Epstein.

Et même si les deux ont apparemment cessé de se rencontrer régulièrement après 2014, la Fondation Gates a continué à maintenir le contact avec Epstein jusqu’en 2017.

Dans une déclaration à CNET, la fondation a dit :

“Il est devenu clair qu’Epstein a mal représenté la nature de ses rencontres avec Gates tout en travaillant à s’insérer dans les coulisses sans que Gates le sache.

Avec le temps, Gates et son équipe ont réalisé que les capacités et les idées d’Epstein n’étaient pas légitimes et tout contact avec Epstein a été interrompu.”

Source : The Mind Unleashed – Traduit par Anguille sous roche

Bill Gates refuse d’expliquer pourquoi il a volé à bord du Lolita Express avec Jeffrey Epstein en 2013

Jeffrey Epstein a dit qu’il était conseiller financier de Bill Gates.

L’ancien président de Microsoft, Bill Gates, ne pourra peut-être pas échapper à l’Epstein-gate, après une révélation la semaine dernière où l’on apprend que le milliardaire avait voyagé avec Jeffrey Epstein sur son fameux Boeing 727 baptisé “Lolita Express” en 2013, quatre ans après qu’Epstein ait été condamné pour pédophilie.

Selon le Daily Mail : “Les dossiers de vol révèlent que Gates a volé avec Epstein de l’aéroport de Teterboro dans le New Jersey à Palm Beach le 1er mars 2013, un des rares vols cette année-là où le pilote Larry Viskoski a enregistré le nom d’un passager.”

Si vous vous êtes déjà demandé “Bill Gates a-t-il volé à bord de l’avion privé d’un pédophile condamné ?“, la réponse est un oui retentissant.

L’association est étrange étant donné le travail que Melinda Gates et la fondation du couple font pour les jeunes femmes à travers le monde.

Et on sait que les deux ont déjà passé du temps ensemble, notamment lors du dîner annuel Edge Dinner, qui accueille chaque année des milliardaires du monde entier pour discuter des progrès qu’ils réalisent dans les domaines des mathématiques, des sciences et des technologies. – Daily Mail

De plus, l’ancien conseiller scientifique de M. Gates, Boris Nikolic, un investisseur de capital-risque de 49 ans, a été nommé exécuteur testamentaire suppléant d’Epstein, ce qu’il dit avoir été “choqué” d’apprendre.

Je n’ai pas été consulté sur ces questions et je n’ai nullement l’intention de remplir ces fonctions”, a déclaré Nikolic à Bloomberg.

À un moment donné, Epstein a prétendu être un conseiller financier de Gates, mais un représentant du milliardaire l’a nié.

En plus de Gates – d’autres personnalités célèbres qui ont volé à bord du Lolita Express incluent le légendaire journaliste Walter Cronkite, l’architecte Peter Marino, et bien sûr Bill Clinton, Naomi Campbell, Kevin Spacey, Chris Tucker et Prince Andrew.

Sources : The Mind UnleashedZero Hedge – Traduit par Anguille sous roche

La pétition visant à enquêter sur Bill Gates pour « crimes contre l’humanité » devient virale

La pétition de la Maison Blanche recueille le nombre stupéfiant de 600 000 signatures

Une pétition demandant que le milliardaire Bill Gates fasse l’objet d’une enquête pour « crimes contre l’humanité » est devenue virale sur les médias sociaux, recueillant le nombre stupéfiant de 600 000 signatures de citoyens concernés.

La pétition « We the People », hébergée sur le site officiel de la Maison Blanche, demande « des enquêtes sur la ‘Fondation Bill & Melinda Gates’ pour faute professionnelle médicale et crimes contre l’humanité ».

Jusqu’à présent, la campagne a recueilli plus de 600 000 signatures, soit plus de six fois les 100 000 requises pour obtenir une réponse officielle du Congrès.

La pétition demande au gouvernement fédéral d’enquêter sur le co-fondateur de Microsoft et son épouse Melinda Gates, en déclarant que « le Congrès et tous les autres organes de direction sont en service jusqu’à ce qu’une enquête approfondie et publique soit terminée ».

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, M. Gates fait l’objet d’une surveillance accrue en raison de son implication dans la recherche du virus et dans la course au vaccin COVID-19.

Créée le 10 avril, la pétition a atteint le seuil des 100 000 signatures en quelques jours et est actuellement l’une des pétitions les plus populaires sur le site.

Comme l’explique le site « We the People » de la Maison Blanche, la plateforme de pétition permet à chaque citoyen américain de « devenir un agent de changement ».

Si une pétition recueille 100 000 signatures en 30 jours, la Maison Blanche « s’assurera qu’elle passe devant les experts politiques appropriés », indique le site :

« We the People » est une plateforme qui donne au public américain le pouvoir d’agir comme jamais auparavant – c’est un moyen pour n’importe qui, n’importe où, de s’adresser directement au gouvernement et de devenir un agent de changement. »

« Avec We the People, vous pouvez facilement créer une pétition en ligne, la partager et recueillir des signatures. »

« Si vous recueillez 100 000 signatures en 30 jours, nous examinerons votre pétition, nous nous assurerons qu’elle est bien présentée aux experts politiques compétents et nous publierons une réponse officielle. »

La pétition de Bill Gates a dépassé de loin son objectif de 100 000 signatures et, au moment de mettre sous presse, elle compte environ 602 000 signatures et continue de grimper, rapidement.

La pétition « We the People » peut être consultée et signée ici.

Robert F. Kennedy Jr, le neveu de l’ancien président John F. Kennedy, a également vivement critiqué Gates pour ce qu’il décrit comme une « conviction messianique qu’il est destiné à sauver le monde avec la technologie ».

« L’HOMME EST UN LOUP POUR L’HOMME »

« Lupus est homo homini, non homo, quom qualis sit non novit. »

Plautus (c. 254 av. J.-C – 184 av. J.-C.) – Asinaria

LÉONIDAS : Je suis homme aussi bien que toi.

LE MARCHAND : Je n’en disconviens pas.

LÉONIDAS : Suis-moi donc. Soit dit sans me flatter, on n’a jamais eu rien à me reprocher, et il n’y a aujourd’hui dans Athènes personne à qui l’on puisse se fier mieux qu’à moi.

LE MARCHAND : Possible ; mais vous ne m’amènerez pas à vous remettre cet argent sans vous connaître. L’homme qu’on ne connaît pas n’est pas un homme, c’est un loup.

L’Asinaire, la comédie des ânes

EN BANDE SON :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s