Art de la guerre monétaire et économique

Prise de position Par James Howard Kunstler

Prise de position


Par James Howard Kunstler − Le 13 juillet 2020 − Source kunstler.com

Jean Giono : « Et le désir est un feu; et tout brûlait dans ce feu. Les hommes, au fond, ça n’a pas été fait pour s’engraisser à l’auge, mais pour maigrir dans les chemins, traverser des arbres et des arbres, sans jamais revoir les mêmes, connaître. C’est ça, connaître. »

Rien ne bouge et rien ne veut bouger, ni même penser à bouger, sous ce dôme de chaleur punitif. Pour l’instant, la nation endolorie est plongée dans un silence effroyable. Le mystérieux consensus de la foule des BLM a appuyé sur le bouton « pause » lors de crises de colère dans les rues, bien que de nombreux dommages aient été causés aux entreprises, aux vies personnelles, aux monuments non défendus et à l’intérêt public. Chaque jour est un nouveau pas effrayant vers le défaut de paiement massif, car les loyers, les hypothèques, les prêts automobiles, les primes d’assurance, les factures d’électricité, les dettes des entreprises et d’autres obligations courantes restent impayés. C’est comme un de ces intermèdes inquiétants sur un champ de bataille où les forces s’arrêtent pour rassembler leurs blessés et réévaluer leurs positions.

Peut-être êtes-vous, comme moi, sceptique face aux informations sur la recrudescence des cas de Covid-19 – ou, plus exactement, sur ce que cela signifie réellement. Les cas peuvent augmenter, mais les décès sont en baisse. Les mégaphones des médias tels que CNN et le New York Times vendent avec empressement un maximum d’hystérie pour provoquer un nouveau blocage des affaires, assurant une nouvelle destruction de l’ancienne économie de service et, plus important encore, pour dénigrer Trump. Je me demande si le virus est, en fait, près de s’éteindre et si la recrudescence des cas signifie qu’il n’y aura bientôt plus de nouvelles victimes. Combien de porteurs asymptomatiques existe-t-il ? Nous ne le savons pas, mais d’ici le mois d’août, nous aurons une idée.

Il est certainement dans l’intérêt de la Résistance du Woke et de ses inquisiteurs dans les médias du Woke de maintenir le volume sur l’hystérie de Covid-19. C’est crucial pour leur stratégie de forcer à un système de vote par correspondance qui inviterait facilement à la fraude électorale. C’est aussi une couverture pour garder leur candidat principal momifié, Joe Biden, pourrissant silencieusement dans son sous-sol comme le fantôme d’Hubert Humphrey, ainsi qu’une excuse pour éviter une véritable convention à Milwaukee, qui obligerait Biden à s’exprimer devant un énorme public en direct. Imaginez la mortification.

Tout comme je ne suis pas convaincu de la signification de la montée en puissance de la Covid-19, je n’achète pas les sondages qui montrent que Biden a dix points d’avance sur Trump. Je soupçonne que de nombreux électeurs n’ont pas été satisfaits du règne de terreur déclenché en juin par les maires et les gouverneurs Démocrates, et n’ont pas manqué de remarquer exactement comment tout cela s’est passé. Et il est bien connu maintenant, quatre ans après la dernière élection et son scrutin de si mauvais goût, que de nombreux électeurs ne révèlent pas leurs véritables intentions aux enquêteurs – par crainte de la diffamation qu’ils susciteraient.

J’ai reçu beaucoup de lettres et de commentaires ces derniers temps, condamnant mon incapacité à faire tout ce qui est en mon pouvoir contre Trump. Je vais donc exposer clairement ma position actuelle : Je n’ai pas voté pour lui la dernière fois, mais je voterais pour lui cette fois-ci afin de maintenir le Parti Démocrate hors du pouvoir. Il y a beaucoup de choses à ne pas aimer chez Trump, dans sa personnalité et ses manières. Mais il y a beaucoup plus à craindre de la perspective d’un contrôle du gouvernement par le parti Démocrate. Leur inimitié à l’égard de la liberté d’expression ne peut être mise en doute après une décennie de promotion de la culture de l’annulation. Leur appétit pour la coercition est en contradiction avec la Déclaration des droits. Leur mauvaise foi et leur malhonnêteté ont été mises en évidence par tous les mélodrames concoctés autour du RussiaGate et de ses ramifications. Leur programme économique est un mélange de tous les régimes de planification centrale défaillants du XXe siècle et il est totalement incompatible avec les nouveaux impératifs de réduction d’échelle et de relocalisation des véritables activités productives de la vie quotidienne dans ce pays.

Au-delà des difformités de la présentation personnelle de Trump, je suis plus favorable aux grandes lignes de sa politique. Je suis pour un contrôle strict des frontières de la nation et franchement pour une réduction de l’immigration. Il est clair que le mondialisme est en train de s’essouffler et la volonté de Trump de produire davantage de ce dont nous avons besoin ici en Amérique est en phase avec cette réalité. Trump a pris soin d’éviter de nouvelles mésaventures à l’étranger – bien que l’establishment militaire et ses copains dans les industries de guerre aient fait obstacle à la volonté du président d’abandonner les anciennes aventures encore poursuivies dans des endroits du Moyen-Orient et de l’Asie occidentale. Je soupçonne que Trump aurait pu accomplir davantage dans l’intérêt de la nation s’il n’avait pas été traqué, harcelé et saboté par les hostilités incessantes de mauvaise foi de ses opposants depuis le 8 novembre 2016.

Je ne suis pas sûr de la façon dont Trump a géré les difficultés financières du pays, et en particulier l’accumulation d’une nouvelle dette épique, mais il y a de nombreuses preuves que le Parti Démocrate ferait bien pire en dépensant de l’argent qui n’existe pas et en détruisant ce qui reste de la capacité de production du pays, ainsi que ce qui reste de la classe moyenne. Je crois que quiconque a réussi à rester sain d’esprit au cours des quatre dernières années ne peut manquer de voir que Joe Biden, cliniquement incompétent, est manifestement un cheval de bataille pour quelque chose de plus sinistre. Je pense que nous apprendrons ce que c’est avant longtemps.

James Howard Kunstler

https://lesakerfrancophone.fr/prise-de-position

Penser, est-ce annulé ?


Par James Howard Kunstler – Le 20 juillet 2020 – Source kunstler.com

Lori Lightfoot – Maire de Chicago

 

Tout est en jeu maintenant. La réalité consensuelle est en fuite – les vieilles certitudes de l’histoire américaine et les promesses d’avenir qui s’éloignent s’enfoncent dans la boue ardente du virus corona. Les choses se passent sans conséquence apparente. L’autorité est en déroute. La coercition traque dans tout le pays en déracinant le crime-pensée. Les fantasmes et les illusions se précipitent dans l’espace que la raison a quitté par peur pour sa vie. Il vaut peut-être mieux ne pas penser du tout. Mais vous ne pouvez pas vous en empêcher, n’est-ce pas ? Être humain, c’est être obnubilé par sa propre pensée.

Je ne peux m’empêcher de penser que l’incapacité à résoudre les opérations malhonnêtes du RussiaGate est en grande partie responsable de l’absence d’autorité et de responsabilité, ces deux sentinelles de la raison. Les crimes des agents du FBI, du DOJ, de la CIA et d’autres agences ne sont pas jugés alors que des preuves claires de leurs méfaits séditieux ont été publiquement documentées et largement publiées. Il semble que cette grande affaire de tentative de renversement du président se résume à la seule volonté de William Barr et de John Durham qui ont osé mettre le feu aux poudres, et on se demande s’ils ont la moindre idée des dommages que leur retard cause à la psyché nationale.

Le général Flynn, le Dreyfus Américain, continue de se tordre lentement dans le vent malgré l’abandon des charges retenues contre lui par le DOJ. Le juge Emmet Sullivan est occupé à détruire la crédibilité et l’autorité fédérale avec des manigances procédurales de mauvaise foi, soutenues par la claque des escrocs de Washington comme Ben Wittes qui manœuvrent en arrière-plan pour protéger Barack Obama et Hillary Clinton. N’est-il pas temps que la Cour d’appel de Washington oblige le juge Sullivan à mettre fin à l’affaire, ou qu’elle le réprimande et le démette de ses fonctions ?

Au-delà de toutes les conneries juridiques, la vie d’un homme innocent est injustement bloquée dans les limbes après trois ans de poursuites malveillantes. Pourquoi le procureur général n’a-t-il pas préféré porter des accusations contre le procureur en chef du général Flynn, Brandon Van Crack – ou, d’ailleurs, contre Robert Mueller, Andrew Weissmann et tout le personnel du conseil spécial – pour dissimulation de preuves et bien d’autres méfaits évidents liés aux poursuites ? Barr a clairement déclaré plus d’une fois que l’agence dont il a pris la charge en 2019 « a utilisé le processus de justice pénale comme une arme politique ». Est-ce illégal ou non ? Est-ce que cela porte préjudice à la société de laisser cette question sans réponse, mois après mois ?

Dans une société meilleure, les journaux se seraient précipités à la défense du Général Flynn. Sauf que nos principaux journaux sont tellement investis par des années de leur propre contrevérité qu’ils n’osent pas couvrir l’histoire. Quelles sont les conséquences pour Dean Baquet, rédacteur en chef du New York Times, depuis que Bari Weiss, membre du personnel du Times, a révélé son incapacité à contrôler les brimades idéologiques, la coercition et l’hostilité au fair-play dans sa salle de rédaction ? Baquet n’a pas seulement détruit une institution ; il a fait passer toute cette affaire de la couverture de la réalité pour une simple arnaque. Le conseil d’administration du New York Times ne se préoccupe-t-il pas de sa réputation ? Le message est peut-être le suivant : pourquoi devrait-on se soucier de sa réputation ? Et quel genre de culture se développe à partir de ce code ?

Les maires de New York, Chicago, Seattle, Los Angeles, New York, Minneapolis, Portland, Atlanta et Washington DC ont tous autorisé des émeutes, des pillages, des destructions de biens et des incendies criminels dans leurs rues, et ont pris des mesures pour sous-financer et retenir la police, voire l’abolir complètement. Ce sont toutes des villes contrôlées par le Parti Démocrate et dotées de maires Démocrates.

Pensez-vous que les électeurs ont bien regardé ces scènes et en ont conclu que le Parti Démocrate n’est peut-être pas intéressé par l’ordre civil ? Et dans quel but, exactement ? Le fait que le taux d’homicides sous les mandats de Bill de Blasio et de Lori Lightfoot soit soudainement hors normes alors qu’ils sont occupés à saper l’autorité de la police et sa capacité à protéger le public va-t-il dégrader l’image du président Trump ? Que pensez-vous du fait que le procureur en chef de St Louis (en fait le procureur général) Kim Gardner ait décidé de poursuivre Mark et Patricia McCloskey pour avoir défendu leur maison contre une foule qui menaçait de la brûler ? Le gouverneur du Missouri, Mike Parson, a déclaré ce week-end qu’il gracierait rapidement le couple s’il était inculpé – enfin, une action sans équivoque et décisive en faveur de la santé mentale.

Dans les mois à venir, il y aura beaucoup plus de problèmes réels pour rendre fou le peuple américain. Nous n’avons même pas effacé les affronts à la décence et à la raison qui se sont produits avant que le virus corona ne débarque et commence à détruire des millions de vies et de moyens de subsistance. Le cri de sirène de l’anarchie retentit déjà. Y a-t-il quelque chose à propos de cette république qui mérite d’être défendue ? Est-ce que penser est annulé ?

https://lesakerfrancophone.fr/penser-est-ce-annule

Élargissement du panorama


Par James Howard Kunstler − Le 17 juillet 2020 − Source kunstler.com

James Howard KunstlerLe virus Covid-19 lui-même n’a pas envoyé les États-Unis dans le fossé, mais il a révélé la faiblesse et la pourriture de la locomotive du pays, et maintenant nous, tous les passagers de ce train déglingué, devons décider de rester impuissants à l’intérieur de l’épave fumante, nous disputant pour savoir qui blâmer, ou commencer une longue et incertaine marche à pieds vers un lieu d’arrangements nouveaux.

Le Baluchitherium. Disparu mais pas oublié.

 

En 1918, le pays a été frappé par une pandémie bien plus meurtrière en même temps qu’il combattait une guerre mondiale, et la vie quotidienne avait à peine marqué le coup. L’économie était alors fondamentalement celle de la production, pas de la simple consommation d’objets fabriqués ailleurs dans le monde – ou échangés contre des papiers de « reconnaissances de dettes » [I owe you – IOU] libellées en dollars américains, ni de salons de bronzage, de manucure, ni de services de streaming et de salles de Pilate ou de musculation. L’économie était un mélange de grandes, moyennes et petites entreprises, et pas seulement de géants en difficulté, en particulier dans le commerce de détail. Nous vivions répartis dans des villes, des villes pas encore envahies par la végétation, et un paysage nettement bucolique consacré aux activités rurales – pas à la vaste frénésie de démolition de banlieues entropiques sans aucun avenir en tant qu’habitat humain. Le secteur bancaire ne représentait que 5% de l’économie, et non le ballon [même pas] dirigeable gonflé aux rackets et escroqueries diverses représentant maintenant plus de 40% du soi-disant PIB. Le gouvernement, aux niveaux fédéral et étatique, était minuscule par rapport au parasite étouffant du Léviathan qu’il est devenu.

Qu’est-il arrivé ? Comme la vieille plaisanterie d’Hemingway sur l’homme qui se brisait lentement, jusqu’à la rupture brutale, nous avons tout laissé glisser dans la vie américaine vers un gigantisme désespéré, trop encombrant pour s’adapter à de nouvelles conditions, et soudain les conditions ont changé. Et maintenant, tout est en train de s’effondrer : les chaînes de magasins à l’agonie, les sociétés zombies géantes qui ne peuvent encore tenir qu’en empruntant de l’argent pour racheter leurs propres actions, les constructeurs automobiles qui sont à court d’imagination dans leurs programmes de prêts pour les clients non solvables, le pétrole de schiste avec ses entreprises de fracturation qui n’ont jamais gagné un sou, les fermiers de l’agro-industrie devenus des obèses morbides avec les régimes de crédit et de subventions du gouvernement – tout comme leurs clients finaux devenus obèses avec la prolifération de la mal-bouffe – les Seigneurs de la financiarisation de Wall Street, hypothéquant des fortunes en tirant parti de tous les actifs qui ne sont pas cloués au sol, et qu’ils ont pu piller d’un océan à l’autre, la sous-classe pléthorique conditionnée à l’impuissance, à la dépendance et au vice, à la tyrannie ambiante inéluctable du battage médiatique, de la propagande et de la désinformation, et, bien sûr, pour couronner l’énumération, l’état catastrophique que le gouvernement affiche.

Comprenez bien ceci : aucune de ces choses vacillantes et chancelantes ne sera ressuscitée. Elles sont toutes en voie de disparition, comme le Baluchitherium de l’Oligocène. Continuer à les soutenir – alors que la Réserve fédérale alimente sournoisement les marchés financiers – ne fera que promouvoir l’illusion que nous n’avons pas à changer et à mener la vie humaine quotidienne différemment. Une contraction économique mondiale était déjà en cours avant que la Covid-19 n’entre en scène. La récession envoyait un message très fort et clair : le gigantisme est allé aussi loin qu’il le pouvait et maintenant c’est aux plus petits et aux plus agiles de continuer. Méfiez-vous des promesses des autorités sclérosées qui vous demandent de rester sous leur emprise – en dépendant d’elles.

Attendez-vous à ce que ces autorités bousillent même le prochain grand exercice de leur propre business : les élections de 2020. Ce sera le point culminant de la saison d’hystérie politique. Il complétera le chapitre de notre histoire qui nous a laissés avec cette grosse locomotive qui fume, renversée dans le fossé. La ruée pour fuir cette scène de catastrophe sera effrayante et désespérée. Peu importe qui finira par contrôler le gouvernement – ou le prétendra – les mêmes forces de récession et de simplification régneront de fait, et vous devrez agir en conséquence.

De nombreuses personnes chercheront à fuir les lieux où elles vivent actuellement pour trouver de nouvelles maisons et des moyens de subsistance ailleurs. Ces mouvements démographiques sont déjà en cours. La ville de New York voit s’évader une grande partie de son assiette fiscale alors que les riches s’enfuient, Chicago aussi et tout l’État de Californie. Ces lieux seront débordés par la faillite technique, même si la marge de manœuvre juridique leur permet d’éviter de la déclarer. D’autres États, comtés et municipalités – y compris de nombreuses agglomérations de banlieue – s’effondreront également, ce qui signifie que tous les systèmes de soutien et filets de sécurité habituels disparaîtront. De nombreuses chaînes d’approvisionnement vont se briser. L’argent pourrait devenir rare ou sans valeur, ce sont deux façons de faire faillite.

Dès maintenant, commencez à planifier où vous pourriez aller et ce que vous pouvez faire. La tourmente présentera de nombreuses occasions de trouver le moyens d’être utile à d’autres personnes, de concevoir des solutions de contournement pour les systèmes et les relations rompus, pour acheminer de la nourriture aux gens, fabriquer les choses dont ils ont besoin, les distribuer, réparer les choses qui sont cassées lorsque cela est possible, et déplacer les gens et les choses du point A au point B. Il y aura beaucoup de travail pour les gens qui sont prêts à le faire. Gardez à l’esprit que c’est à vous de faire les bons choix.

Ne désespérez pas, et si vous allez dans cette direction, dépassez-vous. Cela fait juste partie de l’effort à faire pour devenir plus solide que vous ne l’auriez pensé, et les temps l’exigeront de toute façon. Les bureaux officiels qui vous ont distribué des images pieuses pour une victimisation avouée seront également fermés. N’est-ce pas un soulagement ? Bienvenue à la révélation joyeuse que la vie est difficile pour tout le monde. Qui est prêt pour ce voyage épique ?

https://lesakerfrancophone.fr/elargissement-du-panorama

François Mauriac : « Leur amour du pays, voyez-vous, n’était pas un amour verbal. Ils aimaient leur pays, la race de leur pays, comme un éleveur aime son troupeau dans les prairies. «Pour sauver la race» : vous comprenez ce que je veux dire. C’est ce racisme d’amour et de paternité qui fut le nôtre »

EN BANDE SON :

5 réponses »

  1. L’ Après : Le pourquoi du comment.
    Les élections US sont un point d’orgue des enjeux mondialistes en conflit avec la puissance hégémonique de l’empire américain. Quelques petits rappels semblent nécessaires.
    Les américains sont culturellement et majoritairement des nationalistes patriotes, un peu lourdingue parfois, mais terriblement attachés aux valeurs qui ont forgé leur histoire, leur réussite et donc à leur constitution. L’ « Américan First » de Trump résume à lui seul ce propos.
    Il n’y aura pas de « Grand Reset » Mondialiste sans l’accord des États-Unis. Un point c’est tout. C’est cela la Puissance et c’est ce qui fait toute la différence avec les autres Nations, Chine, Russie ou Organisations gouvernementales comme l’Europe. Donc, pour établir un rapport de force, il faut que les mondialistes se regroupent et surtout affaiblissent l’ogre US, d’où les multiples déstabilisations que nous constatons actuellement.
    Cette Puissance US, il faut déjà bien la mesurer, tant son emprise est tentaculaire et possède déjà une bonne partie des mondialistes eux-mêmes … !!! Rien ne sert d’aller lui chercher des noises avec avec un casse tête.
    Pour jouer avec les Ricains, c’est simple : 5 pour moi, 10 pour toi et 1 pour p’tit François, le fameux Gagant-Gagnant et celui qui creuse…
    Cela peu paraître tribal, voir simpliste, mais c’est impératif d’en prendre notes, sous peine de tomber au fond d’un trou…
    Hors, nous sommes dans un tournant historique, amorcé par la crise 2007-2008, et qui remet en cause nos équilibres, organisations et structures sociétales, d’où la panique dans la fourmilière humaine.
    La virtualisation monétaire face aux dettes perpétuelles n’a aucune chance d’aboutir sans le contrôle total et absolu des US. La corruption, paradis fiscaux et autres pratiques mafieuses commencent à comprendre le piège du nouveau système qui prend forme sous nos yeux ébahis. Le Covid démontre que certains préfèrent arrêter de jouer, refermant par la même occasion ce piège tendu ou nul ne pourra facilement disparaître sans l’accord US…
    Si cela vous paraît complétement farfelu et tiré par quatre épingles, c’est que vous n’avez pas suivi les évolutions et mutations réseaux ces 4 dernières années et que vous êtes toujours branchés sur RadioTV Bravo-France-Macron, qui se fera réélire avec 80% des voix, grâce à son bilan désastreux et face à une non-opposition islamiste de la « charia pour tous ».
    Pour le coup de Trafalgar, demandez Assange… C’est peut-être la seul grosse erreur de Trump !

    J'aime

  2. @Anders, pas si vite !

    Le milieu médical international s’organise , un exemple parmi tant d’autres:

    https://autonomes.blogspot.com/2020/07/medecins-complotistes.html

    Depuis le début février 2020, ce Covid semblait suspect, aussi les preuves et enquêtes indépendantes se sont multipliées. Les résultats sont édifiants et promettent des rebondissements spectaculaires. Il est temps pour la France et quelques autres de se faire toute petite sur ce mauvais coup… et vite.

    J'aime

  3. @Merci

    OUI mais en attendant les « diables » mondialistes psychiatrisent les « réfractaires » au masque et a l’arnaque… et les désignent comme dangereux a la vindicte de la populace moutonnière!!!
    et même des moutons peuvent devenir dangereux en groupe ils se sentent forts
    C’est aussi une préparation pour les faibles d’esprits selon les bonnes vielles méthode staliniennes! ..

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s