REBLOG

Les faillites mondiales se multiplient malgré des milliers de milliards de dollars de liquidités (Daniel Lacalle)

Des confinements malavisés ont détruit l’économie mondiale et l’impact risque de durer des années.

Le sophisme de l’argument « la bourse ou la vie » est évident maintenant que nous voyons que des pays comme Taiwan, la Corée du Sud, l’Autriche, la Suède ou les Pays-Bas ont pu préserver le tissu des entreprises et l’économie tout en gérant bien mieux la pandémie que des pays où le confinement est sévère.

L’un des faits les plus alarmants de cette crise est le rythme auquel les faillites augmentent. Malgré une injection de liquidités de 11 000 milliards de dollars et l’aide des gouvernements en 2020, des actions et des obligations à des niveaux record et des rendements souverains et d’entreprises à des niveaux historiquement bas, les entreprises font faillite à un rythme plus rapide que jamais depuis la Grande Dépression. Pourquoi ? Parce qu’une crise de solvabilité ne peut être déguisée par des liquidités.

Des billions de liquidités donnent aux investisseurs et aux gouvernements un faux sentiment de sécurité parce que les rendements sont bas et les évaluations élevées, mais c’est un mirage alimenté par les achats des banques centrales qui ne peut pas masquer la rapidité avec laquelle les entreprises s’engagent dans des problèmes de solvabilité à long terme. C’est important car la montée en flèche des faillites et l’augmentation des entreprises zombies signifient moins d’emplois, moins d’investissements et une croissance plus faible à l’avenir.

Les liquidité ne font que dissimuler le risque, elles ne révolvent pas les problèmes de solvabilité dus à l’effondrement des flux de trésorerie alors que les coûts restent élevés.

Selon le Financial Times, les dépôts de bilan des grandes entreprises américaines se font à un rythme record et devraient dépasser les niveaux atteints pendant la crise financière en 2009. Au 17 août, 45 entreprises ayant chacune des actifs de plus d’un milliard de dollars ont déposé leur bilan au titre du chapitre 11. En Allemagne, environ 500 000 entreprises sont considérées comme insolvables et ont été zombifiées par une « loi sur l’insolvabilité » inutile qui ne fait que prolonger la souffrance des entreprises techniquement en faillite. En Espagne, la Banque d’Espagne a alerté que 25 % des entreprises sont sur le point de fermer pour cause d’insolvabilité. Selon les estimations de Moody’s, plus de 10 % des entreprises des principales économies sont en proie à de graves difficultés financières, dont beaucoup sont en faillite technique.

Comment cela peut-il se produire ? Depuis la crise de 2008, toutes les mesures politiques ont visé à maintenir les rendements des obligations souveraines à un faible niveau, à renflouer les dépenses et les déficits publics gonflés et les injections massives de liquidités ont profité aux grandes entreprises cotées en bourse qui ont utilisé l’argent pour protéger leurs valorisations par des rachats et des dettes bon marché. Cependant, l’argent bon marché a également déclenché des malinvestissements, une mauvaise allocation du capital et des niveaux d’endettement plus élevés que la normale. Les petites entreprises n’ont pas vu les prétendus avantages des programmes massifs de liquidité et de déficit, tandis que les grandes entreprises sont devenues trop à l’aise avec des niveaux élevés de bosses, un faible rendement du capital utilisé et des ratios de solvabilité tout simplement trop bas dans une économie en croissance.

Les fonds bon marché et les renflouements massifs ont semé les germes d’une crise de solvabilité qui a été déclenchée par la décision irresponsable de certains gouvernements de fermer des économies entières. Si vous avez une économie à fort effet de levier et avec des ratios de productivité et de solvabilité faibles, fermer l’économie pendant deux mois est le dernier clou du cercueil. Et les ramifications dureront des années.

Le renflouement d’entreprises zombies ne fera qu’empirer les choses, et de nouvelles fermetures pourraient être mortelles. La solution est ce qu’aucun gouvernement ne veut faire parce qu’il ne fait pas les gros titres ou ne donne pas l’impression que les politiciens sauvent le monde : Des mesures du côté de l’offre qui activent les mécanismes de refinancement, de restructuration et d’amélioration de l’efficacité.

Davantage de politiques axées sur la demande, des plans de relance inutiles visant à construire n’importe quoi à n’importe quel prix et davantage d’injections de liquidités ne feront qu’empirer les choses et conduiront l’économie vers une crise de stagflation où le prochain problème sera d’entrer dans une crise financière alors que les faillites s’envolent et que la valeur des actifs des banques chute alors que les prêts non performants gonflent en dépit de l’action massive des banques centrales.

Les gouvernements préféreront suivre la voie du Japon : Plus de dettes, plus de renflouements et des dépenses publiques massives. Toutefois, cela ne fera qu’entraîner une stagnation et perpétuer des déséquilibres qui ne pourront être cachés lorsque les erreurs du Japon seront mises en œuvre par la zone euro, la Chine et les États-Unis. Il n’y a pas d’autre solution que d’augmenter la dette, de freiner la croissance et de faire baisser les salaires réels pour que les dépenses et les liquidités soient plus importantes.

Pour mettre un terme au problème des entreprises zombies et au risque d’un nombre encore plus grand de sauvetages, nous avons besoin d’un marché plus ouvert, de moins de bureaucratie et de mécanismes de restructuration plus souples. Toute autre solution ne ferait que provoquer la stagnation.

Source : Les faillites mondiales se multiplient malgré des milliers de milliards de dollars de liquidités

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s