REBLOG

La France et l’Italie rejoignent la Grèce dans une importante démonstration de force contre la Turquie

Le président Recep Tayyip Erdogan a juré de ne faire « aucune concession » avec la Grèce dans le cadre de l’escalade rapide du différend sur l’exploration gazière en Méditerranée orientale, déclarant que la Turquie « fera tout ce qui est nécessaire » pour garantir ses droits territoriaux dans les remarques de mercredi commémorant une ancienne bataille qui a vu la victoire des Turcs Seldjoukides lors d’un engagement avec l’empire byzantin au 11ème siècle.

« Nous n’avons pas les yeux rivés sur le territoire, la souveraineté et les intérêts de quelqu’un d’autre, mais nous ne ferons aucune concession sur ce qui est à nous », a déclaré M. Erdogan, tout en insistant sur le fait que la Grèce doit « éviter les torts qui seront la voie de la ruine ». Il a souligné que « nous ne compromettrons pas ce qui est nôtre… Nous sommes déterminés à faire tout ce qui est nécessaire ».

Ceci alors même que la France de Macron s’est engagée à fond pour défendre la cause de la Grèce et de Chypre en empêchant la violation de leur territoire maritime et de leurs zones économiques exclusives (ZEE).

La France a depuis confirmé le déploiement de sa frégate « Lafayette » et de trois avions de chasse Rafale à Chypre, alors que ce qui est décrit comme un « exercice maritime massif » est en cours en Méditerranée orientale mercredi, impliquant la Grèce, Chypre, la France et l’Italie.

Intitulé « Eunomia », cet exercice militaire est un signal clair et ferme adressé à la Turquie, destiné – comme l’a dit le ministre grec de la défense – à renforcer « l’État de droit dans le cadre de la politique de désescalade des tensions ».

Le ministre de la défense, Nikos Panagiotopoulos, a précisé que…

« l’initiative … vise à démontrer l’engagement des quatre pays méditerranéens européens en faveur de l’État de droit dans le cadre de la politique de désamorçage des tensions ».

Les exercices doivent se dérouler du mercredi au vendredi de cette semaine.

Ironiquement, cela oppose les alliés de l’OTAN les uns aux autres, l’UE s’étant récemment fermement rangée du côté de la défense des revendications grecques et chypriotes contre une Turquie expansionniste désireuse d’obtenir des ressources en hydrocarbures dans la région, dans le but d’une plus grande indépendance énergétique.

Source : La France et l’Italie rejoignent la Grèce dans une importante démonstration de force contre la Turquie

Catégories :REBLOG

2 réponses »

    • L’Allemagne a déjà choisi:
      – Elle « souhaite » une discussion entre la Grèce et la Turquie, alors que la Turquie est seule envahissante au sens « partage équitable » des zones grecques…
      – L’Allemagne ne fait que « prendre acte » du renforcement français en Méditerranée. Sans plus…
      – Aucun des pays de l’UE « associés » à l’Allemagne (type les Pays-Bas, l’Autriche, le Danemark) ne se sont exprimés.
      Bon, 6 millions de turcs en Allemagne incitent à la « modération ». Comme nous, nos 6 millions d’algériens nous incitent à la « repentance » et à « l’accueil »…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s