REBLOG

Economie Mondiale : Il n’y a aucun signe de reprise – La France de nouveau contrainte de prendre des mesures de relance est une mauvaise nouvelle – Les Européens découvrent le mythe des « filets de sécurité » à la dure

Nous avons observé, avec incrédulité et stupéfaction, comment le « récit de la reprise » a été vanté dans les médias financiers et par certains économistes et analystes.

Catégoriquement, une reprise économique est une période d’expansion, où nous finissons par dépasser le précédent pic d’emploi et de production. Il n’y a rien de tel à venir (pas de sitôt).

Il est très humain d’éviter de reconnaître des possibilités inquiétantes, comme le gouffre économique dans lequel l’économie mondiale est sur le point de s’enfoncer, mais maintenant nous devons absolument percevoir froidement les réalités économiques telles qu’elles sont. Sinon, les effets de la tourmente qui approche seront insupportables.

Afin d’aider les personnes et les entreprises à se frayer un chemin à travers la crise, nous résumons ici les contre-arguments convaincants contre ce discours trop optimiste – et même, dans certains cas, trompeur – sur la reprise.

Le sophisme de l’indice de diffusion
Le plus grand malentendu dans le récit de la reprise est probablement l’interprétation erronée concernant les indices de diffusion comme les indices des directeurs d’achat, ou PMI.

IHS Markit décrit les PMI comme suit,

Pour chaque variable, l’indice est la somme du pourcentage de réponses « plus élevées » et de la moitié du pourcentage de réponses « pas de changement ». Le PMI est une moyenne pondérée des cinq indices suivants : Nouvelles commandes (30%), Production (25%), Emploi (20%), Délais de livraison des fournisseurs (15%) et Stocks d’achats (10%) ».

Tous les chiffres supérieurs à 50 indiquent une augmentation globale par rapport au mois précédent, tandis que les chiffres inférieurs à 50 indiquent une diminution.

Aujourd’hui, pendant les fermetures, les PMI se sont effondrés dans une fourchette de 20 à 40, ce qui indique une baisse massive des attentes et de la production. Aujourd’hui, les PMI se situent principalement dans une fourchette de 50 à 60. Qu’est-ce que tout cela implique ?

Le plus simple est de considérer les PMI en termes de pourcentage de variation. Ainsi, lorsque l’indice plonge à 30, il signale une baisse de (environ) 40 %. Combien de temps faut-il à la série sous-jacente (production, ventes, nouvelles commandes, etc.) pour retrouver le niveau qu’elle avait avant la baisse ?

Toutes les variations en pourcentage sont relatives. Supposons qu’il y ait une baisse de 40 % d’un indice mensuel quelconque par rapport à un niveau de 100 (à 60). Avec un taux de croissance mensuel de 10 %, il faut 6 mois pour que l’indice retrouve le niveau de 100. Avec un taux de croissance de 5 %, il faut 11 mois. Avec un taux de croissance de 3 %, il faut 18 mois. Avec un taux de croissance de 2 %, il faut 26 mois.

Le blocage des données à haute fréquence
De plus, dans le cas des PMI (industrie manufacturière et/ou services) qui augmentent, cela implique des taux de croissance de 3 à 10 %. Ainsi, même dans le meilleur des cas, nous serions à environ six mois d’une reprise réelle, et de sérieux doutes peuvent être émis sur l’hypothèse que ce taux de croissance puisse être maintenu.

Les indicateurs dits de haute fréquence, qui mesurent l’activité économique sur une base hebdomadaire, indiquent que nous n’avons atteint qu’environ 60 à 80 % de l’activité économique pré-Covid. De plus, ils se sont stabilisés, voire ont reculé récemment. Cela indique que les PMI sont susceptibles de se stabiliser d’abord autour de 50, puis de retomber en dessous de 50 dans les mois à venir.

Si nous examinons les principaux indicateurs économiques dans les principales régions du monde, ils signalent également l’absence de reprise dans les grandes économies.

La non-reprise des États-Unis

Le consommateur est le moteur le plus important de l’économie américaine (la consommation privée représente près de 70 % du PIB américain), et l’emploi en est le principal contributeur. L’emploi privé s’est effondré au printemps et ne s’est que très peu redressé depuis. Son taux de croissance est au point mort (voir le graphique n°1).

Graphique n°1. Salaires mensuels des salariés privés non agricoles aux États-Unis de janvier 2010 à août 2020. Source : GnS Economics, ADP

Si le rythme des faillites d’entreprises a quelque peu ralenti, les faillites de grandes entreprises ont tout de même connu leur plus forte augmentation en août. Cela rend improbable toute nouvelle amélioration notable de l’emploi.

La non-reprise de la Chine et de la zone euro

La production industrielle constitue toujours l’épine dorsale de l’économie chinoise, même si le rôle du consommateur s’est accru.

La production industrielle en Chine s’est effondrée, comme on pouvait s’y attendre, en janvier et février de cette année, et nous n’avons observé aucun rebondissement assez puissant pour la ramener rapidement à ses niveaux d’avant la crise du Corona (voir le graphique n°2). Avec le taux de croissance actuel de 4 à 5 %, il faudrait attendre jusqu’aux environs de Noël pour que la production industrielle atteigne le niveau où elle se trouvait avant la pandémie (en décembre 2019). Et il y a également de sérieux doutes quant à la capacité de la Chine à maintenir un rythme de croissance aussi rapide.

Les ventes au détail ne se sont pas redressées comme prévu, et ont en fait diminué (YoY – année après année) en juillet. On peut également se poser de sérieuses questions sur la poursuite de la reprise chinoise en raison de l’escalade des problèmes dans son secteur bancaire surendetté.

Graphique n°2. Variation mensuelle en pourcentage de la production industrielle de la Chine. Source : GnS Economics, Trading Economics

La zone euro est le véritable « enfant à problèmes » dans le récit de la reprise mondiale. Elle a déjà succombé à la récession au quatrième trimestre 2019 (voir notre avertissement de mars). Il y a également très peu de signes d’une véritable reprise dans le bloc monétaire, ce qui se traduit, par exemple, par un effondrement du sentiment industriel, qui ne s’est pas redressé (voir figure 3). Cela n’augure rien de bon pour le fragile secteur bancaire européen.

Graphique n°3. Évolution de la production industrielle de la zone euro (en pourcentage) de janvier 2010 à août 2020. Source : GnS Economics, Trading Economics

L’échec du (toujours et encore plus de) plan de relance

La troisième question négligée dans le récit de la reprise est que, quelle que soit la faiblesse de la reprise, elle n’a été obtenue que par des niveaux vraiment colossaux de stimulation fiscale et monétaire.

Le gouvernement américain a injecté plus de 2 000 milliards de dollars dans l’économie et le déficit budgétaire devrait atteindre 3 300 milliards de dollars en 2020, soit le plus important déficit en pourcentage du PIB depuis 1945. Le bilan de la Réserve fédérale a également explosé, passant d’un peu plus de 4 000 milliards de dollars à plus de 7 000 milliards de dollars en quelques mois seulement (voir le graphique n°4). Il n’y a qu’un mot pour décrire ces actions sans précédent : le désespoir.

Graphique n°4. Total des actifs (moins les éliminations) du système de la Réserve fédérale. Source : GnS Economics, Fed de St. Louis

Les mesures de relance en Chine ont également battu des records. Fin juillet, « le financement global de l’économie réelle » avait atteint le chiffre étonnant de 3 300 milliards de dollars, dépassant facilement le précédent record de 2 000 milliards de dollars établi en 2019. Dans une économie déjà extrêmement endettée, cette situation est, bien entendu, totalement insoutenable.

Il n’y a tout simplement pas de véritable reprise économique à venir. Au contraire, nous nous dirigeons vers une crise plus profonde.

Nous sommes condamnés à subir un krach

La faible reprise après l’impact économique massif de la pandémie de coronavirus a été obtenue grâce à une stimulation fiscale et monétaire excessive dans le cycle économique le plus manipulé de l’histoire moderne.

En outre, le cycle économique mondial était déjà très étendu (record battu aux États-Unis) et était en train de se retourner. Les banquiers centraux et les dirigeants politiques comblent effectivement les brèches dans un navire dont les pontons sont inondés.

Les cycles économiques sont évidemment appelés cycles parce que toute économie traverse des périodes d’expansion et de contraction. Nous le savons depuis la Rome antique. Les expansions économiques ont toujours, toujours une fin.

Cependant, l’histoire des crises économiques nous a également appris que si un cycle économique est artificiellement prolongé par une stimulation monétaire conduisant à une spéculation financière excessive, exactement comme nous le vivons actuellement, le risque d’un effondrement économique catastrophique est fortement accru. Hélas, en raison des politiques peu judicieuses des banques centrales et des dirigeants politiques, nous sommes aujourd’hui obligés d’assister à un tel événement.

Et il pourrait s’avérer que ce soit la pire crise économique que personne n’ait jamais connue.

Source : Il n’y a aucun signe de reprise

La France de nouveau contrainte de prendre des mesures de relance est une mauvaise nouvelle

Jeudi, le gouvernement français a mis en place un nouveau plan de relance.

Le fait que la France soit à nouveau contrainte de stimuler son économie doit être considéré comme une mauvaise nouvelle. Cette décision reflète la réalité, à savoir que tout ne va pas bien et que les choses empirent. La France est confrontée à l’une des pires récessions en Europe et la plus profonde depuis la Seconde Guerre mondiale. La France prévoit d’afficher une baisse de 11 % de son PIB en 2020. Cette baisse fait suite à une contraction de 13,8 % au deuxième trimestre, qui a coïncidé avec le confinement de la politique de lutte contre le Covid-19. Cette baisse est considérée comme une tentative de renforcer les perspectives de réélection du président français Emmanuel Macron. Macron n’est pas aimé par beaucoup de Français et les manifestants « gilets jaunes » qui ont défilé contre sa politique en sont la preuve. Si la France revient à la droite, le soutien à un organe gouvernemental plus fort de la zone euro en prendra un coup.

Le plan de relance destiné à sortir le pays du récent marasme aggravé par le covid-19 coûtera 100 milliards d’euros, soit environ 120 milliards de dollars. Comme la plupart des plans de relance du gouvernement, il vise à réduire le chômage qui, selon les responsables français, devrait atteindre 10 % l’année prochaine. Le montant de ce plan équivaut à environ 4,5 % du PIB et porte le total des mesures de relance de cette année à environ 10 % du PIB de la France. Le gouvernement français parie qu’en soutenant les emplois, il donnera aux consommateurs la confiance nécessaire pour commencer à dépenser les 100 milliards d’euros qu’ils ont cachés pendant le confinement.

Stash Learn montre que la France est la deuxième économie d’Europe et la sixième au monde. La France étant la nation la plus visitée au monde, l’industrie du tourisme est une composante majeure de l’économie du pays. Cela signifie que le fait que l’économie française soit dans la mouise est un fait important. Quant au plan de relance de Macron,

Le plan français prévoit des réductions d’impôts et des incitations pour les entreprises (30 milliards d’euros), de lourds investissements dans la transition écologique et dans des domaines tels que les transports, une meilleure isolation des bâtiments publics et des habitations, voire la filière hydrogène qui est considérée comme un moyen de stocker et de transporter l’énergie créée par les éoliennes et les panneaux solaires (35 milliards d’euros), et des mesures de « cohésion sociale » (35 milliards d’euros) telles que des programmes de travail à temps partiel, la formation des jeunes travailleurs et les soins de santé.

Le financement de ces mesures est tout aussi problématique que le fait que ces mesures de relance sont indispensables. Près de la moitié de l’argent devrait provenir d’un nouveau « fonds commun de relance de l’Union européenne » qui est considéré comme ouvrant la voie à d’importants transferts fiscaux à l’avenir. Ce nouveau plan fait passer le sujet jadis tabou de la mutualisation de la dette à un autre niveau. Il ouvre largement la possibilité aux gouvernements européens de s’engager pour la première fois dans des emprunts communs massifs et sanctionnerait des transferts fiscaux importants entre ses États membres. Il reste à déterminer si ce plan sera adopté ou même s’il sera légal. Ce n’est que récemment que la chancelière allemande Angela Merkel et M. Macron ont proposé, lors d’une conférence de presse commune, la création du fonds de relance de l’UE. Il convient de noter que dix jours seulement après que Macron et Merkel ont sorti le chat du sac, la Commission européenne a annoncé son propre plan. Il était encore plus généreux,

Le plan Merkel-Macron offrirait 500 milliards d’euros, soit environ 569 milliards de dollars de subventions, comme bouée de sauvetage économique aux membres de l’Union frappés par la pandémie. Le financement du fonds par des obligations communes de l’UE constitue un grand pas vers la mutualisation de la dette des États membres. Il s’agit d’un changement de cap qui va bouleverser le marché obligataire de l’UE. Avec seulement 54 milliards d’euros de dette en circulation, l’UE n’a pas encore fait un grand bond dans la mêlée obligataire, mais cela va bientôt changer. L’UE n’a rien emprunté en 2018 et n’a emprunté que 5 milliards d’euros en 2018, mais la situation est sur le point de changer. Si les 750 milliards d’euros nécessaires au financement de ce programme sont levés sur le marché obligataire, ils atteindront 262,5 milliards d’euros en 2021 et 2022, les 225 restants en 2023.

L’ambitieuse proposition franco-allemande n’aurait pas pu arriver à un moment plus crucial pour l’unité européenne, qui est mise à l’épreuve par deux crises parallèles : la pandémie et le débat passionné sur la manière de répondre au tsunami économique provoqué par un confinement strict. La BCE et Christine Lagarde sont également au centre de ce débat et se sont efforcés d’empêcher une « boucle de la mort » du risque de crédit souverain croissant. Pour soutenir les membres les plus faibles de la zone euro, la BCE a considérablement élargi son bilan en soutenant le système financier du continent par le biais de programmes d’assouplissement quantitatif et d’achat d’obligations.

En mars, la BCE a lancé un nouveau programme d’achat d’urgence en cas de pandémie (PEPP) de 750 milliards d’euros (853,6 milliards de dollars) pour soutenir les pays et les entreprises touchés par la pandémie. Ce programme vient s’ajouter à son programme d’achat du secteur public (PSPP) qui a continué à servir de filet de sécurité pour la dette souveraine. Quant à ce nouveau fonds, d’après ce que j’ai compris, ce dernier effort « d’assainissement » de l’économie européenne « n’est pas une affaire réglée ». Le remboursement de la dette émise pour créer ce fonds constituerait une lourde charge pour le budget de l’UE à partir de 2028. Les taxes européennes proposées par la Commission pour financer le fonds ne trouveront probablement pas beaucoup de soutien parmi les États membres. Pour aller de l’avant, la Commission devra convaincre « tous les États membres » du bien-fondé de ce projet.

Persuader l’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède ne sera pas chose aisée et pourrait comporter un certain nombre de concessions. En outre, tous les pays de la zone euro n’utilisent pas l’euro comme monnaie principale, ce qui en diminue l’importance pour eux. Tout cela arrive à un moment crucial pour l’unité européenne qui est attaquée par la pandémie et le stress économique supplémentaire causé par un confinement strict. Bien entendu, cette poussée en faveur de la mutualisation de la dette a été menée par l’Espagne et l’Italie, qui ont été les plus touchées au cours des premières phases de la pandémie, et a été soutenue par le Portugal, la France, l’Irlande et la Grèce. Cela soulève à nouveau la question suivante : si l’Europe se porte aussi bien que le prétendent de nombreuses personnes, pourquoi davantage de mesures de relance ? Comme par le passé, je continue de soutenir que la zone euro n’est tout simplement pas compétitive et qu’elle le restera.

Traduction de Advancing Time par Aube Digitale

Les Européens découvrent le mythe des « filets de sécurité » à la dure

Les discussions économiques seraient bien meilleures s’il était entendu que personne ne reçoit d’ »aide » en dollars, euros, yens, livres ou yuans. Ils reçoivent les biens contre lesquels ces devises peuvent être échangées. L’argent seul ne nourrit pas, ne loge pas et ne couvre pas. Il n’est utile que dans la mesure où il est accepté par les producteurs de biens et de services réels.

Cette simple vérité devrait servir de toile de fond à ce qui se passe actuellement en Europe.

Comme l’a rapporté mardi Liz Alderman du New York Times, les Européens subissent actuellement des suppressions d’emplois plutôt douloureuses. Pour reprendre les termes de Mme Alderman, « chez BP, 10 000 emplois. Chez Lufthansa, 22 000. Chez Renault, 14 600. »

Pour la personne à demi réveillée parmi nous, ce qui se passe est une évidence. Certaines des mesures de confinement les plus strictes liées au coronavirus ont été prises en Europe. Les fermetures en France ont été les plus strictes, y compris les limites sur le simple fait de quitter sa maison. Le virus s’est répandu malgré eux, mais la contraction économique a fait de même.

Cette contraction s’est propagée en aveuglant l’évidence. Les confinements, de par leur nom même, limitent l’activité, y compris celle liée au travail. La mobilité personnelle et économique des Européens étant soudainement réduite, la production allait naturellement diminuer.

Tout cela, plus la seule économie fermée, c’est l’économie mondiale. Une part non négligeable de la vitalité économique de l’Europe est la conséquence de la production ailleurs. Traduit, le tourisme se profile sur un continent qui limite de plus en plus l’afflux de touristes. Les produits européens, tels que les voitures et les vêtements, enchantent également les citoyens du monde, mais comme la demande mondiale est la conséquence de l’approvisionnement en premier, il n’est pas évident de dire que les pays européens ont souffert économiquement des fermetures qui ont eu lieu loin de l’Europe.

Mais attendez, certains diront que l’Europe dispose d’un « filet de sécurité ». Ses pays sont dirigés par des types éclairés qui placent un coussin sous les déplacés économiques. Les lecteurs ne se souviennent-ils pas de tous les rapports flatteurs de l’Europe en avril et mai ? On disait alors que les Européens croyaient en la science (d’où le confinement), et leur foi en la science a permis aux gouvernements de fermer les portes sans protester. Cette dernière a été mise en sourdine parce que ces mêmes gouvernements éclairés ont subventionné le maintien par les entreprises d’emplois rendus plutôt redondants par un déclin majeur de l’activité économique.

L’Europe a eu raison, c’est ce que l’on pensait. Ses habitants sont restés chez eux pour maintenir le virus à distance (sauf dans les cas où cela ne fonctionnait pas très bien – pensez encore à la France…), en plus ils ont gardé leur emploi.

Sauf que ce n’est pas le cas. Qu’elles soient publiques ou privées, les entreprises ne sont pas des organisations caritatives. Elles allaient finir par manquer de fonds pour soutenir l’alarmisme des dirigeants et des citoyens européens éclairés.

Cela s’est produit précisément parce que les gouvernements européens n’avaient plus d’argent. Ou alors, il y avait des limites à leur subventionnement de l’impossible, ce qui, selon les mots de M. Alderman,

« Les pays européens ont ordonné aux entreprises de fermer et aux employés de rester chez eux », mais les gouvernements de ces pays n’ont fait que « protéger les travailleurs contre la perspective d’un chômage de masse, en accordant des milliards aux entreprises pour maintenir les gens au travail ».

Qu’est-ce que Thatcher a dit sur les socialistes, qu’ils finissent par être à court d’argent pour les autres ?

La vérité ci-dessus serait plus facile à comprendre si l’on comprenait mieux que l’argent lui-même, une fois de plus, n’est pas de la richesse. L’argent ne fait que déplacer la richesse réelle. Les gouvernements européens ne pourraient pas continuer à subventionner des travailleurs oisifs simplement parce que la capacité de ne pas travailler est – le souffle – une conséquence de la production. Vous comprenez ?

Les gouvernements ne peuvent pas ou ne peuvent pas simplement tirer l’argent du ciel, peu importe le nombre de fois que les obsédés de la banque centrale prétendent pouvoir le faire. En vérité, les gouvernements ne peuvent subventionner un manque de travail que dans la mesure où d’autres travaillent de façon prodigieuse. Traduire ce qui n’a vraiment pas besoin d’être traduit, les dépenses publiques n’existent pas. En réalité, les gouvernements ne peuvent donner accès à la nourriture, aux vêtements et au logement que dans la mesure où ils peuvent s’approprier une partie de la production réelle d’une économie.

Les gouvernements européens n’ont jamais été aussi généreux que les producteurs européens ont longtemps accepté d’être dépouillés à des degrés divers pour que les politiciens s’occupent du sale boulot de l’habillement, de l’alimentation et du logement de ceux qui n’avaient pas les moyens de se débrouiller seuls. Les grands programmes d’aide sociale ne sont jamais là où il y a peu de production, et sont omniprésents à des degrés divers là où il y en a beaucoup.

Ce qui se passe maintenant, c’est que les Européens se basent involontairement sur la vérité fondamentale que la loi de Say est réelle. La consommation est ce qui se passe après la production. Par définition. N’y a-t-il pas tant de gens qui aimeraient être libres de consommer sans le travail qui le permet ? Oui, nous sommes trop nombreux à vouloir en être les héritiers.

Bien sûr, on oublie trop facilement que les héritiers sont capables de consommer avec abandon, précisément parce que ceux qui les ont précédés ont produit avec abandon. La consommation est une conséquence, et non un moteur de la croissance économique.

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s