REBLOG

Le procès d’Assange a été brusquement interrompu après l’exposition d’un avocat américain au COVID-19 / Les journalistes des grands médias détestent Assange parce qu’il a rapporté plus de scoops qu’eux tous combinéssange a été brusquement interrompu apr

Moi qui pensais que les cages en verre étaient destinées aux tueurs en série ou aux terroristes ! Ah mais voyons, suis je bête, quand un journaliste fait son travail c’est du terrorisme !  Mauvaise langue que je suis, la cage de verre c’est pour protéger Assange du  Covid1984

« N’importe quoi ! » – a crié Julian Assange alors que, le deuxième jour de la reprise de son audience d’extradition, le procureur du gouvernement fédéral américain James Lewis a déclaré à un témoin que le fondateur de WikiLeaks risquait l’extradition pour publication des noms des informateurs et pas seulement pour avoir traité des documents ayant fait l’objet d’une fuite.

La juge Vanessa Baraitser a rapidement averti M. Assange, assis sur le banc des accusés, que tout nouvel accès de colère pourrait le faire sortir du tribunal et que les audiences pourraient se dérouler sans lui.

« Si vous interrompez les procédures et perturbez un témoin qui fait sa déposition en bonne et due forme, il est possible que je continue sans vous en votre absence », a déclaré Mme Baraitser. « Ce n’est évidemment pas quelque chose que je souhaite faire. Je vous donne donc un avertissement clair ».

Julian Assange détenu dans une cage en verre lors d’une procédure judiciaire au Royaume-Uni en mai dernier, via The Gray Zone.

La partie américaine fonde sa demande d’extradition sur ses affirmations antérieures selon lesquelles WikiLeaks, sous la direction de Julian Assange, a révélé les noms de ses sources. Ces individus ont ensuite « disparu » selon l’argument du gouvernement, ce qui suggère qu’Assange a en fait permis à des agents et des biens américains d’être détenus ou tués dans des pays étrangers.

Au cours de la procédure de mardi, les méfaits des États-Unis ont également été mis en évidence. Reuters a rapporté que :

Stafford Smith, un américano-britannique, a déclaré que les informations divulguées avaient contribué à la conclusion du tribunal selon laquelle des poursuites pénales devraient être engagées contre de hauts fonctionnaires américains.

« Je dis cela plus dans la tristesse que dans la colère. Je n’aurais jamais cru que mon gouvernement ferait ce qu’il a fait », a-t-il déclaré. « Nous parlons d’infractions pénales de torture, d’enlèvement, de restitution, de détention de personnes sans procès. »

Pendant ce temps, le journaliste de The Intercept, Glenn Greenwald, a rompu le silence assourdissant de la presse cette semaine, alors que l’audience se poursuivait.

Greenwald a fait remarquer qu’il y a des années, « il était assez bien accepté dans les milieux libéraux (et ceux des médias) que poursuivre Assange serait une grave menace pour la liberté de la presse ».

Mais ce qui est différent cette fois-ci, souligne Greenwald, c’est que « maintenant le Département de la Justice de Trump s’en occupe, et les libéraux se taisent parce qu’Assange blesse Hillary et les libéraux veulent qu’il soit emprisonné pour cela ».

Source : Greenwald : Les journalistes des grands médias détestent Assange parce qu’il a rapporté plus de scoops qu’eux tous combinés

Le procès d’Assange a été brusquement interrompu après l’exposition d’un avocat américain au COVID-19 : « Le tribunal est menacé »

Au cours de la quatrième journée de la reprise des audiences d’extradition de Julian Assange, la juge a inopinément interrompu la procédure en raison de l’exposition possible d’un des avocats au coronavirus.

La juge de district Vanessa Baraitser a déclaré que l’audience de Londres a été ajournée au moins jusqu’à lundi prochain, dans l’attente des résultats d’un test de COVID-19 du procureur du gouvernement américain.

Assange transporté depuis l’Old Bailey à Londres cette semaine.

Le juge et les avocats des deux parties seraient en train de délibérer sur le déroulement des audiences si l’avocat américain a effectivement contracté le COVID-19.

L’équipe de défense du fondateur de WikiLeaks est particulièrement préoccupée par la santé fragile de leur client, étant donné qu’il a été détenu dans l’enceinte de la prison de Belmarsh, où les conditions sont difficiles et où les virus sont nombreux :

L’avocat d’Assange, Edward Fitzgerald, a déclaré qu’il fallait supposer que l’avocat avait le virus et que « le COVID sera dans la salle d’audience ».

« Le personnel du tribunal lui-même serait en danger, et vous pourriez bien être vous-même en danger », a-t-il dit au juge.

« Enfin, notre client M. Assange, qui est vulnérable, vous le savez, serait en danger dans la salle d’audience. »

Le New York Times a décrit la pause de l’audience comme s’étant produite « brusquement » après que l’équipe du gouvernement fédéral américain a été mise au courant de l’exposition.

On ne sait pas encore qui, parmi l’équipe de l’accusation, subit des tests, mais à ce stade, il est probable qu’ils le feront tous.

La fuite de l’image d’une précédente comparution devant un tribunal londonien il y a quelques mois, via « Gray Zone ».

D’après les notes du journaliste Kevin Gosztola, en direct du tribunal d’Old Bailey, les résultats du test du procureur américain sont attendus vendredi.

Catégories :REBLOG

Tagué:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s