Biopouvoir

Article du Jour : Une synthèse pour les médias sur les virus, les vaccins et le COVID-19

Une synthèse pour les médias sur les virus, les vaccins et le COVID-19

2020 est une année où beaucoup de choses, outre les personnes, sont mortes, ou du moins placées sous assistance respiratoire. La musique et la plupart des arts et de la culture (au moins en termes d’audience), l’éducation, les moyens de subsistance d’une personne, la confiance et l’interaction sociales, le bon sens et la décence, le débat, et nous pouvons inclure le journalisme responsable à la liste.

En fait, le journalisme responsable a été l’une des premières victimes de l’année 2020 et porte la responsabilité d’une grande partie du reste.

Mon parcours vers 2020 a été pour le moins inhabituel, mais il m’a préparé à faire face aux événements qui se sont produits.

À chaque étape de ma carrière de scientifique, j’ai choisi un chemin qui m’a conduit à 2020.

En voici quelques exemples :

  • Mes deux principaux choix pour le programme de doctorat en chimie étaient à l’Université de Californie du Sud (USC), où j’avais eu un entretien avec le professeur George A. Olah (prix Nobel de chimie, 1992), et à l’Université de Californie, Riverside (UCR). J’ai choisi l’UCR et le professeur M. Mark Midland, qui avait obtenu son diplôme avec le professeur Herbert C. Brown (prix Nobel de chimie, 1979) et qui était jeune, enthousiaste et avait des intérêts très variés. Si j’avais choisi et pu étudier avec le Dr. Olah, ma carrière aurait été bien définie mais beaucoup plus ciblée. J’ai choisi le Dr Midland et je n’ai jamais regretté ce choix.
  • Avec le doctorat en main, j’avais le choix entre l’université (la voie prévue) ou l’industrie. J’ai choisi l’industrie, plus précisément l’industrie pharmaceutique, car je me suis toujours intéressé aux applications médicales et à la médecine en général.
  • Dans l’industrie, j’ai choisi le développement plutôt que la recherche en raison des défis uniques qu’elle présente.
  • Plus tard, j’ai choisi de passer du travail scientifique direct à l’assurance qualité. Une partie de ce choix a été l’occasion d’apprendre de nouvelles choses.
  • Plus tard encore, j’ai choisi de m’orienter vers la biopharmacie et les vaccins en particulier. Cela m’a donné une nouvelle occasion d’apprendre.
  • Enfin, je me suis orienté vers le conseil pour essayer d’utiliser mon expérience pour aider d’autres personnes dans l’industrie.

La dernière entreprise pour laquelle j’ai travaillé était une entreprise de vaccins, en tant que directeur de l’assurance qualité. Pour ceux qui ne comprennent pas, être responsable de l’assurance qualité est une tâche immense. Vous devez être à la fois un expert et un juge.

La société a été fondée pour tenter de développer un vaccin contre le VIH. Après le 11 septembre, la société s’est étendue à la biodéfense et a poursuivi le développement de vaccins contre l’anthrax et la variole pour le stock national américain dans le cadre du nouveau département de la sécurité intérieure. J’ai rejoint la société à cette époque et je suis devenu le chef de projet d’un nouveau vaccin antivariolique développé en collaboration avec une société japonaise.

J’avais étudié la virologie et les maladies infectieuses à l’université, mais j’avais besoin d’élargir mes connaissances. C’était donc un temps d’immersion. Cela a également coïncidé avec la première épidémie de SRAS à Hong Kong. En fait, j’ai visité Hong Kong en 2003 pendant l’épidémie de SRAS (pas de confinement, d’éloignement, etc. ; certaines personnes portaient des masques mais c’était surtout à cause de la très mauvaise qualité de l’air à Hong Kong, et non à cause du SRAS). Je m’étais intéressé aux infections des voies respiratoires supérieures (IVRS) bien avant, principalement en raison de mes combats personnels occasionnels contre le rhume, la grippe, la sinusite, la bronchite, etc. mais le SRAS a été une nouvelle opportunité.

En tant que chef de projet pour la variole, j’ai eu l’occasion de rencontrer et de parler avec le Dr D.A. Henderson, une personne qui a joué un rôle de premier plan dans l’effort d’éradication de la variole de l’OMS dans les années 1960 et 1970 et qui a participé avec le ministère de la sécurité intérieure à l’initiative de biodéfense sous l’administration G.W. Bush.

Une heure ou deux avec le Dr Henderson valaient bien un semestre entier d’apprentissage en classe. J’ai beaucoup appris sur le contrôle des maladies infectieuses, la stratégie, la gestion, etc. Bien entendu, le Dr Henderson serait opposé, pour ne pas dire plus, à l’utilisation des « politiques » actuelles, telles que les confinements, les fermetures, les masques, etc.

Toutefois, au moment où je l’ai rencontré, une grande partie des préoccupations portait sur le vieillissement du stock de vaccins américains, en particulier pour les maladies infectieuses qui étaient considérées comme de possibles armes de bioterrorisme (par exemple, l’anthrax et la variole).

Après avoir pris ma « retraite », j’espérais « partir en douce au crépuscule » sur une Harley (au sens figuré, puisque je n’en possède pas encore) en ce qui concerne ma carrière. Mais, en tant que scientifique, avec une expertise dans les maladies infectieuses, les équipements de protection individuelle, les médicaments antiviraux, les vaccins, etc., cette année m’a remis en mode réflexion, instinctivement au début. Mais, j’ai vite découvert que nous étions en difficulté, non pas à cause du virus, mais à cause de nous-mêmes.

Comme si un interrupteur avait été actionné, la lumière s’est éteinte sur le journalisme responsable PARTOUT ! Le courant n’a pas encore été rétabli.

Je suis tombé récemment sur un article de Zacks sur Yahoo qui a attiré mon attention . La phrase d’ouverture m’a vraiment fait réagir et je la cite maintenant (c’est moi qui souligne) :

Les entreprises de biotechnologie et les fabricants de médicaments du monde entier injectent des millions de dollars dans le développement d’un vaccin destiné à éradiquer le coronavirus mortel, et beaucoup d’entre eux ont déjà commencé à produire leurs vaccins candidats si l’un d’entre eux est approuvé.

Avec cette seule phrase et une phrase simple, le marteau a été frappé en plein sur la tête d’un journalisme irresponsable et mal informé. Le journalisme normal aurait écrit simplement « …un vaccin contre le coronavirus… » ; mais l’hyperbole l’a emporté.

Cette phrase comporte deux aspects qui méritent d’être examinés, à savoir l’idée d’un vaccin éliminant un virus et le concept de virus mortel. J’ai déjà entendu le terme « anéantissement » (Nancy Pelosi ?). Mais, je veux d’abord traiter de l’hyperbole du virus mortel et aborder plus tard la partie sur le vaccin.

À quel point le coronavirus est-il « mortel » ? PAS TANT et cela est basé sur des données, des rapports médicaux et des connaissances générales sur les IVRS.

Il est intéressant de passer en revue le premier cas confirmé aux États-Unis. Heureusement, l’historique de ce cas a été publié. Cette personne, un homme d’une trentaine d’années, était revenue de Wuhan à la mi-janvier après avoir rendu visite à sa famille et avait développé une toux et des nausées. Il se trouvait dans une banlieue au nord de Seattle, dans l’État de Washington.

Il se trouve que je visitais cette région au même moment. Il a vu une alerte des CDC au sujet de Wuhan et s’est rendu dans une clinique. À l’époque, ses principaux symptômes étaient la toux et les nausées et seulement une faible fièvre intermittente. Son examen initial n’a révélé aucune fièvre et sa radiographie pulmonaire ainsi que ses analyses de laboratoire étaient toutes normales. Même les cliniciens ont reconnu les implications, comme le montre la déclaration suivante tirée de l’étude de cas :

Ces signes et symptômes non spécifiques d’une maladie légère au début de l’évolution clinique de l’infection au 2019-nCoV peuvent être cliniquement indiscernables de nombreuses autres maladies infectieuses courantes, en particulier pendant la saison hivernale des virus respiratoires.

Il a été admis en isolement alors qu’il était testé pour la nouvelle souche de coronavirus (il y a eu 4 souches connues avant cela : HKU1, NL63, 229E, et OC43). Une fois la présence de la nouvelle souche confirmée, il n’a reçu que des soins de soutien. Il convient de noter qu’en plus des écouvillons nasaux contenant le virus, ses selles ont également été testées positives (ce qui a été le cas puisqu’il présentait certains symptômes gastro-intestinaux).

Après plusieurs jours, il a développé une pneumonie, que le personnel craignait être une pneumonie acquise à l’hôpital. Cette pneumonie est un problème grave car il s’agit généralement de souches résistantes aux antibiotiques. En conséquence, il a commencé à prendre de la vancomycine (le seul antibiotique efficace contre les souches résistantes) et a également reçu du remdesivir. Il s’est vite rétabli et a finalement été autorisé à sortir.

La source de son infection n’a jamais pu être retracée puisqu’il n’a pas déclaré avoir été en contact avec des personnes malades pendant son séjour à Wuhan. On ne sait pas s’il a contracté le virus pendant son séjour à Wuhan, ou en transit, ou même après son retour aux États-Unis. À la fin du rapport sur l’étude de cas, le 30 janvier, aucune transmission secondaire n’avait été identifiée car les contacts connus n’étaient pas encore malades. Ce cas ne reflète pas la panique qui s’est imposée concernant cette maladie.

Après avoir lu ceci, j’ai réfléchi à ce qui se serait passé si cette personne n’avait pas été signalée à une clinique. C’est difficile à dire. Finalement, il y aurait eu un premier cas confirmé, mais quand et où ? Combien de cas seraient passés inaperçus entre-temps ? La maladie de cette personne se serait-elle atténuée sans qu’elle ne souffre de pneumonie ? Il a réagi rapidement à l’intervention médicale, qui consistait principalement à lutter contre une infection bactérienne (pneumonie) qui avait peut-être été contractée en milieu hospitalier. Il s’est bien comporté contre le virus.

Le battage médiatique autour de cette affaire à l’époque s’est concentré sur son voyage à Wuhan. Combien de personnes ont éprouvé les mêmes symptômes et les ont rejetés parce qu’ils n’avaient aucun lien avec Wuhan ?

Mais, rapidement, les médias se sont focalisés sur les symptômes les plus graves, une forte fièvre, une fatigue importante, des difficultés à respirer. Si l’on allait sur les sites médicaux, comme je l’ai fait, on y trouverait les mêmes conseils généraux, c’est-à-dire traiter la maladie comme la grippe, mais si elle commence à s’aggraver, il faut appeler ou aller voir un médecin.

Ainsi, la plupart des gens étaient probablement attentifs aux rapports des médias et ne reconnaissaient pas les rapports médicaux réels. Combien de personnes étaient atteintes de la forme légère et l’ont rejetée parce qu’elle ne correspondait pas aux symptômes graves rapportés par les médias ?

À ce jour, peu de choses ont changé. La grande majorité des gens présentent des symptômes bénins. Les personnes à haut risque ont parfois éprouvé les symptômes les plus graves. Les symptômes varient en fonction de l’individu, de son système immunitaire, de sa charge virale, etc.

Entre-temps, dans le monde entier, de plus en plus de cas sont signalés, ainsi que la nature relativement bénigne du virus chez la plupart des personnes qui en sont atteintes. On a su très tôt en Chine que le groupe à haut risque pour les maladies graves était le même que celui de la grippe, c’est-à-dire les personnes âgées ayant de graves problèmes de santé, mais cela n’a pas été communiqué. Malgré cela, nous disposions de nombreuses autres données.

En février, le virus a été découvert sur un bateau de croisière au Japon. Un navire qui transportait principalement des personnes âgées et retraitées. C’était une situation opportune pour observer ce virus. Environ la moitié des personnes présentes sur le navire ont été testées positives (672 personnes) et ont été placées en quarantaine sur le navire. Il y a eu quelques décès (13 au total), mais la plupart des personnes ont souffert d’une maladie bénigne et ont finalement pu quitter le navire ou l’hôpital. Certains Américains ont été renvoyés aux États-Unis malgré les interdictions de voyager. Néanmoins, il était clair que le virus n’était pas mortel et que les personnes à risque étaient clairement identifiées.

Nous savons tous ce qui s’est passé en mars. Le virus n’a pas changé, ni les données, la mauvaise modélisation a été poussée et les gouvernements ont paniqué. Il n’est pas nécessaire d’entrer dans les détails de la période qui s’est écoulée depuis le mois de mars.

Alors, maintenant que plusieurs mois se sont écoulés, que savons-nous de la mortalité ? Tout d’abord, il devient plus clair que le taux de mortalité du Covid est conforme à celui de la grippe. Il n’y a rien de si différent. Il est basé sur des études sérologiques pour essayer de définir un nombre de base de personnes ayant été infectées par le virus, et non sur des tests puisque les chiffres des tests n’ont que peu de valeur. Beaucoup plus de personnes ont été atteintes par la maladie que ne l’indiquent les chiffres. Mais la mortalité n’est pas tant due au virus, mais plutôt à la population sensible.

La moyenne nationale du taux de mortalité, toutes causes confondues, se situe entre 110 et 111 % de la mortalité attendue. Ce chiffre a en fait augmenté au cours des deux derniers mois, même si le taux de mortalité dû à la maladie du Covid a diminué. Les cinq valeurs les plus élevées sont celles de la ville de New York (176 %, remarque : les CDC rapportent l’État de New York séparément), du New Jersey (134 %), de l’Arizona (124 %), de l’État de New York (121 %) et de la ville de Washington (129 %). Sept États ou territoires se situent en dessous du niveau de 100 % (Porto Rico, Virginie occidentale, Dakota du Nord, Caroline du Nord, Montana, Hawaï et Alaska). Les États qui ne sont pas en situation de blocage sont l’Arkansas (108%), l’Iowa (105%), le Nebraska (102%), le Dakota du Nord (99%), le Dakota du Sud (100%), l’Utah (108%) et le Wyoming (107%). Quelques autres États méritent d’être mentionnés : la Californie (110%), le Michigan (113%), le Massachusetts (117%), la Floride (114%) et le Texas (115%).

Que signifient ces chiffres ? Les CDC calculent la mortalité attendue. Pour ce faire, ils se basent sur les populations, l’âge de la population, les caractéristiques sanitaires, les tendances historiques récentes, les moyennes des différentes maladies et affections, etc. Oui, il s’agit d’une modélisation informatique. Les gens peuvent s’attendre à ce que les taux de mortalité soient élevés étant donné le battage médiatique autour du Covid. Eh bien, voyons voir.

Le nombre actuel de décès déclarés liés au Covid est d’environ 180 000, bien que ce chiffre soit peut-être insignifiant car il n’y a pas de cohérence dans les déclarations et nous ne savons pas comment les décès sont enregistrés. Ce n’est pas parce qu’une personne meurt et qu’elle est peut-être porteuse du virus que le virus ou même une complication a été la cause du décès. Au niveau national, nous savons que les décès liés au Covid représentent environ 5 à 6 % de la mortalité globale et si ce chiffre était légèrement plus élevé auparavant lors des confinements, il est en baisse depuis un certain temps. Mais ces décès ne contribuent probablement pas de manière significative à la surmortalité.

Pourquoi ? Parce que la grande majorité des décès concerne des personnes âgées de plus de 70 ans, qui ont de graves problèmes de santé. La plupart de ces personnes ont déjà été calculées en fonction de la mortalité de 2020. En d’autres termes, elles sont exposées à un risque élevé de décès dû à de nombreux facteurs, et pas seulement aux coronavirus. Elles subiraient le même sort si c’était la grippe, peut-être même un rhinovirus. Il est certain que les infections bactériennes seraient à l’origine de ce résultat (et dans la majorité des cas, c’est la pneumonie qui a causé la mort, et non le Covid). Leur espérance de vie avant l’apparition du coronavirus était déjà courte – ils ne devraient probablement pas vivre jusqu’en 2021. Cela a été calculé dans la mortalité attendue. N’oubliez pas que l’espérance de vie aux États-Unis est d’environ 78 ans.

Je sais que certaines personnes se plaignent lorsque ce genre d’analyse est faite. Mais, comme un médecin légiste qui fait une autopsie, pour bien comprendre ce que vous faites, vous devez mettre de côté les aspects émotionnels et vous concentrer sur ce que vous pouvez apprendre. Je compatis particulièrement avec les personnes âgées dans les établissements de soins et les pauvres des centres-villes qui ont été victimes de ce virus à cause de politiques horribles. Ils n’avaient pas le choix. J’espère qu’en étant honnête avec l’analyse, nous pourrons éviter les mêmes erreurs à l’avenir.

En fait, c’est ce dernier segment de la société qui peut avoir un impact sur le taux de mortalité, puisque ce sont les communautés les plus pauvres qui ont été les plus durement touchées par les mesures de confinement et le virus. Les minorités âgées de 50 à 65 ans ont tendance à avoir un taux de mortalité plus élevé que la normale. Il est certainement plus élevé que leurs homologues, disons, des banlieues.

D’où vient donc l’augmentation du taux de mortalité ? Les médias ne prêtent guère attention à cette question. Une source est les dommages collatéraux d’une autre guerre déclenchée par notre gouvernement il y a des décennies. La « guerre contre la drogue » a commencé dans les années 1980. Le graphique suivant montre les décès par overdose (OD) aux États-Unis depuis cette époque. En 2019, 71 000 personnes sont mortes d’overdose aux États-Unis.

Récemment, l’Association médicale américaine (AMA) a émis une alerte d’urgence pour une augmentation alarmante observée des décès dus aux overdoses dans plus de 40 états en 2020. Ils ont prédit que 2020 allait être pire que 2019 ! Ils considèrent qu’il s’agit d’un état d’urgence national.

Bien que les données soient difficiles à trouver à ce stade, certains rapports indiquent que les suicides augmentent également en 2020. Cela ne devrait pas être surprenant étant donné les énormes tensions émotionnelles et mentales imposées aux gens en 2020 par leurs gouvernements.

Les décès par overdose et par suicide ont tendance à se produire surtout chez les personnes de moins de 50 ans, plus jeunes et en meilleure santé, qui ne sont PAS prises en compte de manière significative dans le taux de mortalité. Les décès par overdose et les suicides sont calculés en fonction de la mortalité attendue, mais aussi en fonction des antécédents, de sorte que s’il y a des hausses soudaines, cela se reflétera dans la mortalité globale.

D’autres maladies contribuent également à la pandémie, simplement en raison des restrictions imposées aux soins médicaux pendant la pandémie, ce qui est contraire au serment d’Hippocrate. Les décès par pneumonie sans lien avec la grippe ou le coronavirus sont plus fréquents que les décès par pneumonie liés à une infection virale.

Alors, le coronavirus est-il mortel ? Pas vraiment ; en fait, la plupart des virus ne sont pas vraiment mortels. L’issue peut être la mort, mais c’est différent d’être réellement mortel. La morsure d’un serpent noir de type mamba est mortelle en raison de son puissant venin. Les virus sont des parasites, contrairement aux bactéries. Les virus dépendent du soutien de leur hôte. Pour qu’un virus survive, il a besoin de l’hôte pour survivre. Ce qui tue la plupart des personnes atteintes de virus est la faiblesse de leur propre système immunitaire, mais parfois la réaction immunitaire excessive peut tuer. Cette faiblesse est mise à profit par les infections bactériennes. En outre, de mauvaises conditions de santé peuvent généralement entraîner une défaillance des organes.

Au cours de cette pandémie, la grande majorité des décès sont survenus chez des personnes âgées souffrant de graves problèmes de santé. Ces personnes subiraient le même résultat si elles avaient contracté la grippe. En fait, il est très probable qu’elles auraient le même résultat si le virus était un rhinovirus. Elles auraient probablement le même résultat si elles avaient une bronchite, une sinusite, une pancréatite, une gastrite, une infection de la vessie, etc. Leur système n’était tout simplement pas capable de combattre la maladie. Leur système n’était tout simplement pas capable de combattre la maladie.

Pour la grande majorité des personnes qui ont connu cette maladie, elle n’est même pas proche de la « mort ».

« Un vaccin pour éradiquer le coronavirus mortel »

Eh bien, le coronavirus n’est pas mortel. Mais, qu’en est-il de la partie « vaccin » du communiqué ?

Aucun vaccin « n’élimine » un virus. Les vaccins ne sont pas des remèdes. Les vaccins ne sont pas préventifs. Les vaccins ne recherchent pas et ne détruisent pas. Par exemple, nous disposons de vaccins contre la grippe depuis des décennies (depuis les années 1940) et chaque année, la grippe fait des ravages chez les humains, y compris parfois chez ceux qui ont été vaccinés. La grippe n’est même pas près d’être « éradiquée ». Nous la gérons de la meilleure façon possible.

Voici une courte liste de maladies infectieuses qui font partie de notre existence naturelle et qui peuvent toutes causer la mort d’un individu…

1. Infections bactériennes. (Cocci) Pneumonie, staphylocoque, streptocoque, entérocoque, choc toxique ; (Bacilles à Gram positif) Diphtérie, anthrax, listériose ; (Bacilles à Gram négatif) Choléra, fièvre des tranchées, E. Coli, peste, salmonelle

2. Spirochetes Infections. Maladie de Lyme, lacets, leptospirose

3. Infections bactériennes anaérobies. Botulisme, Tétanos, Clostridium

4. Infections à rickettsies. Typhus murin, fièvre pourprée des montagnes Rocheuses

5. Mycobactéries. Tuberculose, Lèpre

6. Maladies fongiques. Aspergillose, candidose, histoplasmose

7. Infections parasitaires. Nématodes (vers ronds), Trématodes (douve), Cestodes (ténia)

8. Maladies à protozoaires. Amibiase, giardiase, paludisme, encéphalite, toxoplasmose

9. Virus respiratoires. Influenza/parinfluenza, Adénovirus, Rhinovirus, Coronavirus

10. Virus de l’herpès. Varicelle, mononucléose, cytomégalovirus, herpès zoster

11. Entérovirus. Polio, maladie mains-pieds-bouche (pas la même que la « fièvre aphteuse » du politicien)

12. Divers virus Viradae. Dengue, Hanta, Lassa, Ebola, Marburg, Fièvre jaune

13. Virus de l’immunodéficience. VIH

14. Divers Virus. Rougeole, oreillons, rubéole, variole

15. Maladies sexuellement transmissibles. Syphilis, Gonorrhée

16. Mycoplasma

Beaucoup de ces maladies ont des vaccins disponibles, beaucoup n’en ont pas. Certains vaccins sont plus efficaces que d’autres. Mais il n’y en a qu’une que nous avons éradiquée naturellement, c’est-à-dire « éradiquée », et c’est la variole.

La variole est connue depuis que l’homme existe. Des études archéologiques ont montré que les Égyptiens de l’Antiquité souffraient de la variole, d’après des descriptions et des œuvres d’art. De nombreuses personnes historiquement célèbres ont connu la variole et ont survécu (Mozart et Lincoln en sont deux exemples notables). Enfin, au milieu du XXe siècle, il a fallu un effort mondial de plus d’une décennie pour y parvenir. Voici quelques-unes des principales raisons pour lesquelles cela a été possible :

1. La variole était une maladie entièrement humaine. Elle n’a pas « basculé » d’une espèce de mammifère à l’autre.

2. Les symptômes de la variole étaient uniques et tout à fait reconnaissables. Cela signifie qu’il était facile d’identifier une personne atteinte de variole et de la mettre en quarantaine. Il était tout aussi facile d’identifier les contacts et de les observer.

3. Le vaccin était assez efficace. En ce qui concerne les vaccins, il était très efficace, probablement en raison du point 1 ci-dessus. Cependant, le vaccin a également eu de graves effets secondaires. Un petit pourcentage de personnes a subi ces très mauvais effets, parfois mortels. En fait, l’une des raisons de la nouvelle initiative après le 11 septembre était l’inquiétude concernant la sécurité de l’ancien vaccin. Pendant l’effort d’éradication, le profil de sécurité a été accepté par rapport à l’objectif d’éradication. Mais, dans le monde d’aujourd’hui, le potentiel d’effets secondaires graves était considéré comme trop important. Nous pouvons maintenant faire mieux.

4. Un effort massif a été entrepris pour aller partout sur la Terre afin d’essayer d’éliminer la maladie. Cet effort a été lancé plusieurs années avant l’effort d’éradication de l’OMS. Le vaccin avait été utilisé dans la plupart des pays n’appartenant pas au tiers monde et l’incidence de la maladie était faible. Habituellement, la maladie était ramenée par un travailleur humanitaire qui se rendait dans une partie d’un pays du tiers monde où le virus était encore répandu.

Que fait exactement un vaccin ?

Dans le meilleur des cas, un vaccin agit comme une amorce pour le système immunitaire. C’est-à-dire qu’il « inspire » le système immunitaire à réagir comme si une véritable infection s’était produite, bien qu’à une échelle réduite. C’est-à-dire qu’il produit des anticorps spécifiques au virus ou au substitut utilisé dans le vaccin (antigène). L’idée est que si une personne est exposée au vrai virus (véritable antigène) à un moment ultérieur, le système immunitaire le reconnaîtra et réagira plus rapidement et plus efficacement que la normale. Cela peut permettre au système immunitaire de contrôler la charge virale avant qu’elle n’atteigne un seuil où les symptômes de la maladie se manifestent.

Le vaccin est généralement une forme affaiblie du virus original, voire inactivé, ou un substitut chimique ou structurel, c’est-à-dire de composition similaire mais non actif.

Il ne s’agit pas d’un vaccin préventif ! Le vaccin ne bloque pas d’une manière ou d’une autre l’entrée du virus dans votre corps. Le vaccin agit uniquement pour déclencher une réponse immunitaire peut-être plus rapide et plus efficace une fois que l’infection s’est produite.

Il n’élimine pas le virus ! En fait, il ne fait rien pour interagir directement avec un virus à l’intérieur ou à l’extérieur du corps.

Le vaccin ne fait en fait aucun dommage au virus dans votre corps ; ce n’est pas une thérapie ou un médicament « antiviral ». Si votre corps a produit des anticorps qui sont efficaces, il va rechercher le virus. Les anticorps sont votre arme. Le vaccin ne joue aucun rôle direct contre le virus.

Le vaccin ne fait rien à la molécule du virus qui existe en dehors de votre corps. Vous pourriez pulvériser le vaccin partout dans l’environnement et il aurait ZÉRO effet. Les agents désinfectants tels que l’eau de Javel, les rayons UV, les solutions à pH faible ou élevé, etc. décomposent la molécule du virus mais pas le vaccin.

Après des décennies de vaccins contre la grippe, nous n’avons pas été en mesure d’éradiquer la grippe, pourquoi ? Il s’agit des raisons pour lesquelles nous avons pu éradiquer la variole. Premièrement, les IVRS tels que la grippe et les coronavirus sont transportés par d’autres espèces de mammifères que l’homme. Les oiseaux, les porcs et même les chats domestiques peuvent être porteurs du virus. Donc, pour éradiquer le virus, il faudrait commencer par éradiquer tous les oiseaux, les porcs et les chats du monde, peut-être tous les mammifères, car nous ne connaissons peut-être pas encore toutes les espèces qui peuvent être porteuses du virus. Peut-être pourrions-nous alors commencer à épuiser la molécule et finalement l’éradiquer.

C’est précisément pour cette raison que nous avons tendance à avoir une faible efficacité des vaccins contre les IVRS. Pour cette raison, nous devons clarifier certaines définitions. Prenons l’exemple de la grippe (la même chose s’applique au coronavirus). Lorsqu’une personne reçoit un vaccin antigrippal, administré dans le muscle du triceps ou de l’arrière du bras, elle présente généralement, au bout d’un certain temps, un gonflement, une sensibilité, une douleur, voire une rougeur, etc. Cela indique généralement que le vaccin a déclenché une forme de réponse immunitaire, ou une « prise ». Dans le cas des vaccins antigrippaux, cette réaction se situe généralement autour de 90 %. Parfois, une deuxième injection provoque une prise, et parfois cela ne se produit tout simplement pas.

Pour les personnes qui se souviennent du vaccin contre la variole, le vaccin a été administré par une série de petites piqûres sur la peau du bras. Après un certain temps, une sorte de vésicule est apparue, suivie d’une croûte. Il s’agissait d’une prise du vaccin antivariolique. Après la chute de la croûte, vous aviez une cicatrice à fossettes. J’ai toujours une cicatrice, mais elle s’est presque effacée. Dans certaines conditions, je peux encore la voir.

Lorsqu’un vaccin est testé pour approbation, il ne peut pas être réellement testé contre le virus. Autrement dit, l’éthique médicale ne permet pas d’exposer une personne en bonne santé à un virus vivant. Ainsi, l’expérience logique consistant à administrer un vaccin à des personnes et à les exposer ensuite au virus n’est pas réalisée. Autrefois, c’était ainsi que l’on procédait. Le premier vaccin contre la variole, dérivé du sérum de variole de William Jenner, a été utilisé pour la première fois sur un petit garçon qui avait été exposé intentionnellement à la variole. Heureusement pour Jenner, le garçon a vécu et n’a pas développé la maladie, mais c’était il y a plus de 200 ans et l’éthique médicale était alors inexistante.

À l’époque moderne, on évalue les signes cliniques, comme la prise, et les signes sérologiques, comme les anticorps (qui sont testés). La présence de tous ces éléments suffit pour accepter le vaccin comme « efficace ». Toutefois, cela ne signifie PAS qu’il sera réellement efficace dans des conditions normales d’utilisation.

L’autre considération est la sécurité. Si le vaccin ne provoque pas de maladie et n’entraîne pas d’effets secondaires graves, il est considéré comme sûr. Il peut être testé sur des volontaires sains.

Si ces deux critères sont remplis, son utilisation sera approuvée.

L’efficacité du vaccin ne peut en fait être déduite qu’après une saison épidémique/pandémique infectieuse. Elle est déterminée en fonction du nombre de personnes vaccinées, de la prévalence de la maladie, etc. Il s’agit d’une évaluation compliquée, mais qui est effectuée chaque année par des organismes de lutte contre les maladies infectieuses tels que les CDC et l’OMS.

Pour prendre l’exemple de la grippe, alors que le vaccin contre la grippe a généralement un taux de prise d’environ 90 %, le taux d’efficacité peut varier considérablement en fonction de la saison grippale et de la ou des souches pour cette saison. Le tableau suivant présente des données depuis 2004 sur l’ »efficacité » calculée du vaccin antigrippal.

La plupart du temps, l’efficacité est inférieure à 50 %. De nombreux facteurs peuvent déterminer le taux d’efficacité, mais la santé de l’individu est toujours le plus important. Chez les personnes âgées, il est recommandé d’administrer une double dose. Mais il n’existe pas de données qui confirment que cela est réellement bénéfique.

Qu’est-ce qui détermine son efficacité ?

La réponse se résume à l’individualité. Les facteurs qui déterminent l’issue d’une personne atteinte d’une infection virale sont les suivants :

1. L’état de santé général. Plus la personne et son système immunitaire sont en bonne santé, mieux c’est.

2. L’âge. Les personnes âgées, même si elles sont en bonne santé, verront leur système immunitaire s’affaiblir. On peut se demander si le vaccin donne ne serait-ce qu’un coup de pouce à leur système immunitaire puisqu’il est déjà affaibli par l’âge. Donner une double dose alors que le système immunitaire n’est pas capable de répondre à une seule dose est peut-être inutile.

3. Charge virale. Elle est liée à l’exposition. Pour tout individu, plus il est exposé et infecté au départ, plus la lutte contre le virus est difficile. Une charge virale initiale importante, même chez une personne en bonne santé, peut se traduire par des symptômes plus forts. À l’inverse, les personnes âgées peuvent encore être capables de faire face à une charge virale initiale plus légère, même si elles sont âgées et même si elles ont des problèmes de santé.

4. La génétique. La génétique joue un rôle central dans la santé et la réponse immunitaire. Certaines personnes sont simplement plus disposées à souffrir d’infections que d’autres. Tout comme certaines personnes sont plus sujettes à certains types de cancers.

5. L’environnement. Les personnes qui doivent être hospitalisées, tout en recevant des soins plus constants, se trouvent également dans un environnement de plus en plus dangereux, notamment en raison des infections acquises résistantes aux antibiotiques (comme on l’a vu plus haut avec le premier cas confirmé). L’environnement peut également entrer en jeu avec la charge virale. Pour toute personne qui lutte contre une maladie infectieuse, il est très important d’essayer de minimiser les autres sources possibles d’infection. Cela semble contradictoire, mais les hôpitaux ne sont souvent pas le lieu optimal pour le traitement.

Il est donc difficile d’évaluer réellement l’efficacité des vaccins contre la plupart des maladies. Cependant, si un vaccin s’avère sûr et qu’il peut faire du bien, il doit être envisagé. Le vaccin peut peut-être renforcer suffisamment le système immunitaire d’un individu pour l’empêcher d’atteindre un seuil de charge virale dangereux.

Sur un plan personnel, et cela ne veut pas dire que je cautionne les vaccins, je choisis de me faire vacciner contre la grippe chaque année. Je pense que ce n’est pas vraiment nécessaire car j’ai tendance à avoir un bon système immunitaire. Cependant, ma philosophie sur le système immunitaire est qu’il a besoin d’un exercice constant pour rester en bonne santé, tout comme le reste de votre corps et de votre esprit. Tant que le vaccin est sûr, je pense qu’il s’agit d’un exercice supplémentaire pour mon système immunitaire. Il n’aura peut-être que peu d’effet si je rencontre la grippe, mais la force générale du système immunitaire est peut-être plus renforcée, même si c’est un peu plus. Mais, c’est mon choix personnel ; je ne peux pas imposer ce choix aux autres.

Voici le revers de la médaille. Cela s’applique à toute personne qui a été confrontée à la maladie.

1. Les personnes qui ont développé une immunité n’ont pas besoin de vaccin. Ainsi, toute personne qui a contracté la maladie du Covid en 2020 n’a pas besoin d’être vaccinée si tôt (elle n’a pas non plus besoin de porter de masque).

2. Ces mêmes personnes ont démontré que leur système immunitaire est tout à fait capable de gérer la maladie. Cela signifie que pour plus de 99% de la population, ce virus n’est pas mortel.

3. Même dans la population la plus à risque, entre 75 et 90 % des personnes infectées ont survécu.

Si le coronavirus est comme la grippe, votre immunité acquise naturellement peut ne pas durer si le virus mute. Nous n’en savons pas encore assez pour savoir si et quand cela peut se produire. Le moment varie également d’un individu à l’autre. Néanmoins, il est important que les gens conservent un système immunitaire sain.

Si un vaccin est mis au point et qu’une personne a déjà eu ce virus, elle devra décider elle-même si un vaccin est approprié, peut-être avec son médecin traitant.

Il s’agit d’un choix de santé personnel. Le gouvernement ne devrait pas prendre cette décision.

Message à emporter chez soi

1. Le coronavirus, SARS-COV-2, n’est pas « mortel ». Il peut entraîner la mort dans des catégories très bien identifiées de la population, par exemple les personnes âgées infirmes ou les pauvres, mais il s’agit très rarement d’une mort par le virus. Il peut s’agir d’une mort par bactérie ou d’autres causes, oui, mais très rarement, voire jamais, d’une mort par virus. C’est exactement la même chose que pour les autres URI et de nombreuses autres maladies infectieuses.

2. La mortalité qui est associée au Covid a peu d’impact sur le taux de mortalité attendu puisque la population qui était la plus à risque avait également une espérance de vie très faible.

3. L’augmentation de la mortalité aux États-Unis est plus probablement associée à l’augmentation des overdoses et des suicides, qui sont des dommages collatéraux dus aux politiques imposées en 2020.

4. Tout vaccin qui pourrait être développé et approuvé contre les coronavirus est au mieux un coup de pouce pour le système immunitaire. Il ne préviendra pas l’infection et n’éliminera pas le virus. Le degré d’efficacité ne sera déterminé qu’au fil du temps.

5. Les personnes qui ont été atteintes par le coronavirus ou qui sont en bonne santé n’ont pas besoin de vaccin. Mais ce devrait être leur choix, comme cela devrait être le cas pour tous.

Nous avons passé la majeure partie de l’année 2020 sans journalisme responsable, sauf dans quelques endroits qui ont refusé de prendre la mauvaise voie. A-t-il été perdu à jamais ou peut-il s’en remettre ?

Traduction de The American Institute for Economic Research par Aube Digitale

« Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne. L’ignorance est la nuit qui commence l’abîme. » Victor Hugo

EN BANDE SON :

2 réponses »

  1. Rien qu’en survolant quand on vous découvre il est clair que vous maîtrisez votre sujet

    Malheureusement actifs ou retraité toujours militant il est souvent très difficile de tout lire ce qu’on reçoit d’intéressant.

    Vous ne pourriez pas , SVP, faire un résumé le plus court possible qui ne trahisse ni vos pépites, ni la synthèse de votre pensée.

    Merci

    Bonne route sur votre chemin.

    Un vieux militant de 77 ans

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s