REBLOG

Voici 15 signaux qui prouvent que la dépression économique américaine s’accélère ! Flambée des faillites et des licenciements ! Par Michael Snyder

Voici 15 signaux qui prouvent que la dépression économique américaine s’accélère ! Tout le cœur de l’Amérique va s’effondrer !!

Le 04 Oct 2020  Economic Collapse

Personne ne pouvait s’imaginer que la situation économique soit aussi catastrophique en 2020. Une fois que la pandémie est arrivée et que tous les états ont été confinés, l’activité économique s’est effondrée de façon spectaculaire. Le PIB américain a baissé de 31,4% au deuxième semestre de 2020, ce qui correspond à une chute jamais égalée dans toute l’histoire des Etats-Unis. En fait, cette baisse a été pratiquement trois fois plus importante que le record précédent. Mais finalement, les états ont recommencé à ouvrir leurs économies, et le PIB américain devrait afficher un rebond significatif au troisième trimestre, mais attendons que les chiffres soient publiés pour en avoir le cœur net. Bien sûr, nous sommes de toute façon très loin de la situation d’avant pandémie, mais au moins, les résultats n’étaient pas aussi mauvais qu’au deuxième trimestre. Mais maintenant que le quatrième trimestre commence, il semble que les conditions économiques repartent une fois de plus dans la mauvaise direction.

Voici 15 signaux qui prouvent que la dépression économique américaine s’accélère tout particulièrement en ce moment…

  1. Les 546 cinémas « Regal Cinema » aux Etats-Unis sont en train de faire faillite et il n’y a pas de calendrier prévu pour leur réouverture.
  2. On nous rapporte qu’AMC Entertainment (la plus grande chaîne de cinéma aux Etats-Unis) sera à court de liquidité dans six mois.
  3. Ce week-end, quelqu’un qui travaille dans l’industrie m’a dit qu’il s’attend à ce que la plupart des cinémas du pays finissent par fermer définitivement à cause de la pandémie.
  4. Le loyer moyen d’un appartement d’une chambre à San Francisco est 20,3% inférieur à ce qu’il était il y a un an.
  5. Au cours du troisième trimestre, le nombre de véhicules livrés par General Motors a chuté d’environ 10% par rapport à il y a un an.
  6. On rapporte qu’Anheuser-Busch licenciera 400 employés à Loveland, Denver, Littleton et Colorado Springs.
  7. « Allstate » vient d’annoncer le licenciement de 3 800 salariés.
  8. JCPenney annonce qu’ils licencieront environ 15 000 emplois à l’approche de la saison des fêtes de fin d’année.
  9. Au moins un quart des 28 000 licenciements que Disney mènera se produira en Floride.
  10. Collectivement, American Airlines et United Airlines ont supprimé 32 000 emplois la semaine dernière.
  11. Jeudi, nous avons appris que 787 000 américains supplémentaires avaient déposé de nouvelles demandes d’allocation chômage au cours de la semaine dernière.
  12. Dans l’ensemble, plus de 60 millions d’américains ont déposé de nouvelles demandes d’allocation chômage jusqu’à présent en 2020. Ce nombre est bien plus élevé que tout ce que nous vu dans toute l’histoire des Etats-Unis.
  13. Les fermetures des commerces de détail aux Etats-Unis continuent de progresser à un rythme absolument sans précédent.
  14. Les dépôts de bilan à New York ont augmenté de 40% jusqu’à présent en 2020.
  15. Ce nombre est difficile à croire, mais il est rapporté que près de 90% des propriétaires de bars et de restaurants de New York n’ont pas pu payer l’intégralité de leur loyer en août.

Rien de tout cela n’était censé arriver.

A l’heure actuelle, nous étions censés être bien engagés dans une fameuse reprise économique en forme de « V » qui aurait dû nous faire oublier cette phase sombre en plein milieu de l’année 2020.

Mais au lieu de cela, des millions et des millions d’américains ont perdu leur emploi et font face à un avenir profondément incertain. Un de ces américains est un cuisinier au chômage, du nom de Jose Martinez Camacho…

Juan Jose Martinez Camacho, 59 ans, est cuisinier depuis 30 ans, depuis qu’on lui a demandé de travailler à la plonge pendant toute une journée dans un restaurant.

Il a travaillé comme cuisinier au « Crowne Plaza » à Redondo Beach, en Californie, pendant 22 ans. Lorsqu’il a été mis à pied le 23 mars, il pensait qu’il ne faudrait que deux ou trois mois avant de pouvoir retourner travailler comme avant. Mais à la fin se septembre, il a été informé qu’il avait définitivement perdu son emploi, à 22$ l’heure. Depuis, il a cherché d’autres emplois en tant que cuisinier, mais sans succès.

Pouvez-vous imaginer faire la même chose depuis plus de 30 ans et se retrouver soudainement sans emploi ?

Comme la plupart des américains, il pensait que la pandémie passerait rapidement et qu’il retournerait à son ancienne activité.

Mais cela ne s’est pas produit et il fait donc partie des millions de restaurateurs qui ne rapportent aucun revenu pour le moment.

Avec autant d’américains au chômage, les banques alimentaires du pays ont été confrontées à un tsunami de demandes. Dans des articles précédents, j’ai écrit au sujet des queues interminables que nous avons vues dans certaines parties du pays. Dans certains cas, les gens ont commencé à faire la queue à deux heures du matin, sachant qu’il s’agissait souvent de files d’attente d’au moins trois kilomètres de long.

Et chaque semaine, nous voyons davantage de files d’attentes gigantesques devant les banques alimentaires un peu partout en Amérique. Voici comment une source d’information locale a décrit ces files d’attente interminables dans l’état du Texas….

Des milliers de voitures forment désormais des files d’attente serrées dans tout l’état du Texas et ce, chaque semaine dans le seul but d’obtenir de la nourriture gratuitement. Des villes frontalières du désert de Chihuahuan aux plaines jalonnées de la côte, à travers les pinèdes du Texas oriental profond, jusqu’au Rio Grande, et de loin, tous ces véhicules qui brillent au soleil, avancent lentement comme des chenilles en acier et en fibre de verre, qui sont affamées.

Lors de ces journées spéciales de ravitaillement, des dizaines de milliers de kilos de nourriture ont été distribuées au cours de ces six derniers mois.

Si vous avez toujours un emploi et que vous n’avez pas été obligé de vous rendre à une banque alimentaire pendant cette crise, vous devriez être conscients de la chance que vous avez.

Tout comme dans les années 1930, nous assistons à des queues interminables pour obtenir de la nourriture dans tout le pays, et je peux vous dire que ce n’est que le début !

Si vous vous attendiez à une reprise économique en forme de « V », franchement, arrêtez de rêver, parce que ce dont nous avons été témoins au cours du troisième trimestre concernait justement tout ce que cette fameuse reprise devait être capable de nous offrir.

Nous sommes maintenant à moins d’un mois d’une élection présidentielle qui promet d’être incroyablement chaotique, et les divisions extrêmement profondes qui existent déjà aux Etats-Unis risquent de s’aggraver. Beaucoup de gens croient que cette élection entraînera encore plus de troubles civils, ce qui nuira encore davantage au moindre sursaut d’activité économique.

Je souhaite vraiment que les conditions économiques reviennent à la normale et que nous puissions tous revenir à nos anciennes occupations.

Mais je dois vous dire qu’il n’y aura pas de retour à la normale de sitôt.

Au lieu de cela, des jours extrêmement sombres se profilent, et c’est tout le cœur de l’Amérique qui va s’effondrer.

Source: theeconomiccollapseblog –

Flambée des faillites et des licenciements ! Du jamais vu aux Etats-Unis…

 

L’économie américaine était censée avoir franchie un nouveau cap, mais au lieu de cela, il semblerait que nous nous dirigions plutôt vers un hiver glacial qui laissera des traces. Partout dans le pays, les grandes entreprises licencient des milliers de salariés et, dans bien des cas, les chiffres sont bien plus élevés que ça. Comme vous le verrez dans cet article, le groupe Disney vient d’annoncer qu’ils licencieront des dizaines de milliers de salariés et l’industrie du transport aérien avertit que plus de 100 000 autres salariés pourraient bientôt perdre définitivement leurs postes si le gouvernement fédéral ne les renfloue pas. Pendant ce temps, nous avons vu des entreprises faire faillite à un rythme absolument stupéfiant. Selon Le Wall Street journal, cette année, nous sommes sur le point d’établir de nouveaux records de fermetures de commerces de détail, de faillites et de liquidations de détaillants…

Les fermetures de commerces de détail aux Etats-Unis ont atteint un record au premier semestre 2020 et l’année est sur un rythme de faillites et de liquidations records alors que la pandémie de Covid-19 accélère certaines mutations dans les rouages économiques, en particulier le passage aux achats en ligne, selon un rapport qui analyse l’ampleur de la récession.

Les détaillants de vêtements ont été particulièrement impactés pendant cette pandémie, et il a été extrêmement navrant de voir certaines des marques les plus emblématiques de toute l’histoire arriver en bout de course…

Parmi les entreprises notables qui ont fait faillite au cours de l’été figurent, Lord & Taylor et sa filiale, Le Tote ; Tailored Brands, qui est la société mère de Men’s Wearhouse et Jos A. Bank ; et Ascena Retail Group, société mère d’Ann Taylor.

Mais ce n’est pas seulement le secteur de la vente au détail qui est complètement dévasté.

 

Selon Zerohedge, il y a eu une envolée de 40% de dépôts de bilan à New York jusqu’à présent en 2020, et un avocat spécialisé en matières de faillites avertit qu’il y aura une avalanche de faillites plus on se rapprochera de la fin de l’année…

Alors que la panique prend de l’ampleur et que Wall Street se remet à acheter des actions, dans l’espoir que Washington puisse faire valider la prochaine série de mesures de relance économique indispensables, le marché de l’immobilier commercial dans son ensemble continue d’imploser, sachant que l’épicentre se trouve à New York, où près de 6 000 fermetures d’entreprises, a entraîné une envolée de 40% des dépôts de bilan dans les quartiers d’affaires des cinq districts cette année, a rapporté Bloomberg.

Al Togut, un avocat spécialisé dans les faillites, qui a aussi bien traité des insolvabilités pour de petites entreprises que pour des grands groupes, a déclaré : « A la fin de l’automne, il y aura une avalanche de faillites à New York ».

Alors, est-ce que tout ça nous laisse présager un avenir rayonnant et prospère ou au contraire un futur sombre et catastrophique ?

Je sais bien que la réponse est évidente. J’essaie simplement de clarifier les choses pour ceux qui croient encore les médias mainstream, qui n’ont jamais cessé de crier haut et fort que nous nous dirigions vers une certaine reprise économique.

A mesure que de plus en plus d’entreprises s’effondrent, davantage d’employés perdent leur travail. Ainsi, même si nous avons déjà vu plus de 60 millions de salariés américains déposer des demandes d’allocation chômage en 2020, d’autres vagues de licenciements sont toujours en cours.

Par exemple, nous venons d’apprendre que KPMG supprimera 1 400 emplois. Ce sont des emplois bien rémunérés et ils ne seront pas faciles à remplacer.

Pour mettre cela en perspectives, Disney a annoncé qu’ils licencieront 20 fois plus de salariés…

Disney est sur le point de licencier environ 28 000 employés aux Etats-Unis, les fermetures prolongées et la fréquentation limitée ayant décimé son activité dans les parcs à thèmes.

L’annonce a été faite dans une lettre adressée aux employés mardi de la part de Josh D’Amaro, responsable des parcs de Disney, qui a détaillé et expliqué plusieurs décisions difficiles que l’entreprise a été obligée de prendre au milieu de la pandémie actuelle.

Personnellement, je pense que c’est un coup dur pour les salariés de Disney, et honnêtement, je n’aurais jamais imaginé une telle issue.

Ils ont gagné des milliards de dollars au cours des dernières décennies, et ils détiennent largement suffisamment de réserves pour éviter de faire faillite.

Alors la question que beaucoup de gens se posent, est, ne peuvent-ils pas trouver un peu d’argent pour continuer à verser des salaires au personnel pendant ces mois compliqués ?

D’un autre côté, l’industrie du transport aérien est en fait au bord d’une implosion historique, et on nous dit que 100 000 employés pourraient bientôt perdre leur emploi s’ils n’obtiennent pas un renflouement massif du gouvernement fédéral. Ce qui sui vient de Wolf Richter…

Le 1er octobre est le jour où les compagnies aériennes américaines qui ont accepté leur part du plan de sauvetage de 25 milliards de dollars en vertu de la loi CARES peuvent commencer les mises en disponibilité involontaires auprès de leurs employés. Ils ont licencié un grand nombre d’employés depuis mars, mais par le biais de départs volontaires, de retraites anticipées et d’autres programmes qui ont incité les employés à quitter temporairement ou définitivement leur emploi. Maintenant, les compagnies aériennes sont engagées dans un effort de lobbying désespéré pour faire adopter une loi qui offrirait le prochain plan de sauvetage de 25 milliards de dollars. Les menaces ont fusé d’une certaines manière, simplement pour inciter le Congrès à y parvenir.

Le PDG d’American Airlines, Dough Parker, a déclaré à CBS News que s’il n’y avait pas de nouveau programme de sauvetage, il y aura 100 000 professionnels de l’aviation sans travail, tout simplement ». Il faut ajouter à cela les 18 000 employés qu’Américan Airlines a menacé de licencier.

Avec tout ce qui se passe, je ne comprends pas comment tant d’américains peuvent encore se sentir si confiants avec l’économie en ce moment.

Cela n’a vraiment plus aucun sens.

C’est peut-être un autre signe de la façon dont nous sommes tous devenus hyper individualistes. Si vous n’avez pas perdu votre emploi et que personne autour de vous n’a perdu son travail, peut-être que finalement vous avez l’impression que tout va pour mieux dans le microcosme dans lequel vous vivez.

Mais pour de nombreux américains, ce ralentissement économique est rapidement devenu un véritable enfer. A Philadelphie, une femme de ménage, Kat Payne, a été remerciée en mars de l’hôtel où elle travaillait, et maintenant elle essaie de trouver un moyen de survivre, ce qui est devenu désormais son quotidien…

Presque tous les matins, Kat Payne convoque toute sa famille pour faire le point et discute avec ses enfants de la façon dont/ou si ils vont pouvoir payer leurs factures chaque mois. C’est comme une routine qu’elle a commencé à avoir après avoir été licenciée de son emploi de femme de ménage au Philidelphia Marriott du centre ville en mars.

Payne, avec sa fille de 27 ans Kipati et son fils de 28 ans Atrayu, se réunissent dans leur salon dans le nord de Philadelphie avec les factures sur la table. Elle examine les versements hypothécaires et ses comptes, tout comme sa situation liée à la retraite, et ses économies avec ses enfants.

A ce stade, Payne n’a pas été en mesure de payer son hypothèque quatre mois d’affilée, et elle vient de recevoir une lettre avec des nouvelles encore catastrophiques…

 

Payne, à 51 ans, parent célibataire, a récemment reçu une lettre du Marirott, qu’elle lit à haute voix à ses enfants : « Nous prolongerons votre mise à pied jusqu’au 31 décembre 2020.

Pouvez-vous vous mettre un instant à sa place ?

Que feriez-vous ?

Malheureusement, il y a des dizaines de millions d’autres américains comme elle qui souffrent profondément en ce moment, et les conditions économiques ne feront que s’aggraver en 2021 et au-delà.

Chaque mois qui passe, de plus en plus d’entreprises vont faire faillite, de plus en plus de salariés vont perdre leur emploi et le système va subir davantage de tensions financières.

Tous les dominos commencent à tomber les uns après les autres, et chaque jour, de plus en plus de gros titres nous disent que la société de désagrège complètement. J’avertis mes lecteurs depuis très longtemps que cela allait arriver, et maintenant que nous y sommes, je pense qu’il n’y a plus aucun échappatoire.

Source:theeconomiccollapseblog

Catégories :REBLOG

Tagué:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s