REBLOG

Un envoyé spécial de l’OMS du COVID réitère la mise en garde contre le confinement comme principal plan de lutte contre le virus/Des scientifiques britanniques de renom avertissent que “beaucoup, voire tous” les projets de vaccin contre le COVID-19 pourraient échouer, la première génération “risque d’être imparfaite”/De nouvelles recherches indiquent que l’hôpital de l’Armée de libération du peuple à Wuhan est à l’origine de la pandémie mondiale de coronavirus

Un envoyé spécial de l’OMS du COVID réitère la mise en garde contre le confinement comme principal plan de lutte contre le virus

PAR JADE · PUBLIÉ 30 OCTOBRE 2020 · MIS À JOUR 30 OCTOBRE 2020

Alors que l’Allemagne et la France se replient sur elles-mêmes dans le cadre de nouvelles mesures de confinement pour lutter contre la propagation du COVID-19, un envoyé spécial de l’Organisation mondiale de la santé a réitéré la prudence dont elles ont fait preuve jusqu’ici en utilisant le confinement comme principale méthode de lutte contre le virus.

L’envoyé spécial de l’OMS sur le COVID-19, le Dr David Nabarro, a mis en garde, dans une interview accordée jeudi à l’émission Today de la BBC Radio 4, contre le fait que les mesures de confinement national ne devraient être utilisées que comme une mesure “de réserve” pour contrôler le coronavirus, qualifiant ces actions de très extrêmes.

Nabarro, qui a été nommé en février comme l’un des six envoyés spéciaux chargés de s’occuper de la réponse au coronavirus, a averti que les confinements nationaux sont “une restriction très extrême de la vie économique et sociale” qui “gèle temporairement le virus en place”.

“Vous ne voulez pas l’utiliser comme mesure principale, et j’insiste sur ce point, c’est à dire le confinement. Parce qu’en fin de compte, vivre avec le virus comme une menace constante signifie maintenir la capacité de trouver des personnes atteintes de la maladie et les isoler”, a déclaré M. Nabarro.

Le médecin britannique a poursuivi en recommandant un système de test, de traçage et d’isolation robuste comme priorité de la réponse du gouvernement, le confinement étant “la réserve que vous utilisez pour évacuer la pression sur le système lorsque les choses vont vraiment mal”.

Début octobre, Nabarro a également mis en garde contre le confinement lors d’une interview au Spectator, déclarant que “l’Organisation mondiale de la santé ne préconise pas le confinement comme principal moyen de lutte contre ce virus”.

“La seule fois où nous pensons qu’un confinement est justifié, c’est pour vous permettre de gagner du temps pour vous réorganiser, vous regrouper, rééquilibrer vos ressources, protéger vos agents de santé qui sont épuisés, mais dans l’ensemble, nous préférons ne pas le faire”.

La partie la plus discordante de son avertissement a peut-être été lorsqu’il a décrit l’impact économique de la mise en place d’une quarantaine stricte.

“Les mesures de confinement ont une seule conséquence, qu’il ne faut jamais rabaisser, et qui est de rendre les pauvres beaucoup plus pauvres”, a-t-il déclaré.

L’avertissement de l’envoyé spécial est intervenu alors que la Banque mondiale expliquait en détail comment les perturbations causées par le COVID-19 pourraient entraîner 88 millions de personnes supplémentaires dans l’extrême pauvreté.

Il semble que les paroles de Nabarro soient tombées dans l’oreille d’un sourd, certains dirigeants mondiaux ayant annoncé mercredi de nouvelles mesures de confinement à l’encontre de leurs citoyens, à savoir le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel.

Vendredi, la France a mis en place un confinement national en vertu duquel les citoyens ne pourront quitter leur domicile que pour aller travailler, aller à l’école, prendre un rendez-vous médical, aider leurs proches, faire des courses essentielles ou faire de l’exercice physique.

En Allemagne, la chancelière Merkel a annoncé une fermeture de quatre semaines des bars, des restaurants et des salles de théâtre.

“Nous devons agir, et maintenant, pour éviter une urgence sanitaire nationale majeure”, a-t-elle déclaré.

Traduction de PlanetFreeWill.com par Aube Digitale

Des scientifiques britanniques de renom avertissent que “beaucoup, voire tous” les projets de vaccin contre le COVID-19 pourraient échouer, la première génération “risque d’être imparfaite”

Les grands médias se sont emparés des résultats d’une recherche révolutionnaire produite par l’Imperial College de Londres hier, affirmant que les conclusions de l’étude selon lesquelles les anticorps du COVID-19 se dégradent au cours des mois suivant l’infection ont fait voler en éclats la Déclaration de Great Barrington, arguant que l’immunité des troupeaux serait pratiquement impossible à établir sans l’aide d’un vaccin pouvant provoquer une réponse plus forte du système immunitaire.

Eh bien, mercredi matin, alors que le gouvernement américain a conclu un accord pour acheter pour 375 millions de dollars un médicament expérimental à base d’anticorps du COVID-19 d’Eli Lilly, suite à des résultats d’essais douteux, une équipe de scientifiques de premier plan au Royaume-Uni a averti que la recherche d’un vaccin pourrait être compliquée par une première série d’essais “imparfaits”.

En fait, les membres du groupe de travail britannique sur les vaccins ont averti dans un article publié dans le Lancet qu’un vaccin pleinement efficace pourrait ne jamais être développé, et que les premières versions des vaccins approuvés pourraient ne pas fonctionner pour tout le monde.

Cette lettre est clairement un effort pour tempérer les attentes de la population, car un nombre croissant de recherches montrent que l’immunité au COVID-19 est plus compliquée que beaucoup ne le soupçonnent, alors que le président Trump continue d’insister sur le fait qu’un vaccin sera disponible dans les semaines à venir, alors qu’il se bat pour sa réélection. Récemment, Pfizer, l’actuel leader américain, a vu son PDG retarder la publication des données des essais qui étaient attendues pour la fin de la semaine.

Il est important de noter que l’équipe a averti qu’il pourrait ne jamais y avoir de vaccin fonctionnel : “Cependant, nous ne savons pas si nous aurons un jour un vaccin. Il est important de se garder de toute complaisance et de tout optimisme excessif”, a déclaré Kate Bingham, la présidente de la UK Vaccines Taskforce.

“La première génération de vaccins sera probablement imparfaite, et nous devons nous préparer à ce qu’ils ne préviennent pas l’infection mais réduisent plutôt les symptômes et, même alors, pourraient ne pas fonctionner pour tout le monde ou pour longtemps”. Le groupe de travail a ajouté que “beaucoup, et peut-être même tous” les projets de vaccins actuellement en cours pourraient échouer.

Les lecteurs peuvent trouver la lettre ci-dessous dans son intégralité (texte reproduit et traduit avec l’aimable autorisation du Lancet).

* * *

Dans l’histoire de la médecine, aucun vaccin n’a été aussi attendu que celui qui protège contre le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2). La vaccination est largement considérée comme la seule véritable stratégie de sortie de la pandémie qui se propage actuellement dans le monde entier.

Le Royaume-Uni est à la pointe d’un effort international considérable pour développer des vaccins cliniquement sûrs et efficaces. Le groupe de travail sur les vaccins a été créé par Sir Patrick Vallance, conseiller scientifique en chef du gouvernement britannique, qui a constaté la nécessité de disposer d’une équipe d’experts du secteur privé, dévouée et agile, intégrée au gouvernement, pour faire avancer le développement de vaccins au Royaume-Uni et dans le monde. Le groupe de travail sur les vaccins a été créé en mai 2020 sous l’égide du ministère des affaires, de l’énergie et de la stratégie industrielle, et on m’a demandé de présider ce groupe de travail, qui relève directement du Premier ministre et travaille aux côtés du vice-président Clive Dix. Le groupe de travail sur les vaccins vise à garantir que la population britannique ait accès aux vaccins le plus rapidement possible, tout en travaillant avec des partenaires pour soutenir un accès équitable aux populations du monde entier, qu’elles soient riches ou pauvres.

Toutefois, nous ne savons pas si nous aurons un jour un vaccin. Il est important de se prémunir contre la complaisance et l’optimisme excessif. La première génération de vaccins sera probablement imparfaite et nous devons nous préparer à ce qu’ils ne préviennent pas l’infection mais réduisent plutôt les symptômes et, même dans ce cas, pourraient ne pas fonctionner pour tout le monde ou pour longtemps.

Notre stratégie a consisté à constituer un portefeuille diversifié sous différents formats pour donner au Royaume-Uni la plus grande chance de fournir un vaccin sûr et efficace, en reconnaissant que beaucoup de ces vaccins, et peut-être tous, pourraient échouer. Nous avons mis l’accent sur les vaccins censés provoquer des réponses immunitaires dans la population de plus de 65 ans : plus des trois quarts des décès causés par l’infection par le SARS-CoV-2 se produisent dans cette population âgée1, 2 ; il est donc essentiel que tout vaccin soit capable de protéger ce groupe. L’extensibilité de la fabrication du vaccin était également un critère clé, l’objectif étant de le fabriquer au Royaume-Uni, si possible, pour garantir l’approvisionnement et créer une résilience à long terme. Nous n’avons pris en considération que les vaccins susceptibles d’être approuvés par l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé et par l’Agence européenne des médicaments, et de pouvoir être livrés dès la fin de 2020 ou, au plus tard, au cours du second semestre de 2021.

Le groupe de travail sur les vaccins a maintenant obtenu l’accès à six vaccins (parmi plus de 240 vaccins en cours de développement) sous quatre formats différents : vecteurs adénoviraux, ARNm, protéines adjuvantées et vaccins viraux entiers inactivés, qui sont prometteurs de différentes manières. Les vaccins les plus avancés, tels que ceux développés par AstraZeneca et l’Université d’Oxford, BioNTech et Pfizer, et Janssen, sont basés sur de nouveaux formats pour lesquels nous n’avons que peu d’expérience de leur utilisation comme vaccins, bien que les premières données d’immunogénicité et de sécurité soient encourageantes.3, 4, 5 Les vaccins basés sur des formats de vaccins fréquemment utilisés, tels que les vaccins à protéines adjuvantes développés par Novavax, et par GSK et Sanofi, et les virus entiers inactivés développés par Valneva, ne seront pas disponibles avant la fin de 2021.

Nous avons également un accord avec AstraZeneca pour fournir un cocktail d’anticorps neutralisants comme traitement prophylactique une fois que les essais cliniques seront terminés et qu’il aura été approuvé par les autorités réglementaires. Ce traitement sera fourni à court terme pour les personnes qui ne peuvent pas recevoir de vaccin, comme les personnes fortement immunodéprimées et qui ne peuvent pas développer de réponse immunitaire, ou les personnes qui ont besoin d’une protection immédiate, comme les professionnels de santé.

Le groupe de travail sur les vaccins a la possibilité d’acheter des doses suffisantes de chaque type de vaccin pour vacciner la population britannique concernée. Conformément à l’avis provisoire du Joint Committee of Vaccination and Immunisations du Royaume-Uni6, la vaccination serait recommandée pour les adultes de plus de 50 ans, les travailleurs sanitaires et sociaux de première ligne et les adultes présentant des comorbidités sous-jacentes. La dose précise requise sera déterminée dans le cadre des essais cliniques et par les décisions prises par le gouvernement britannique sur la base de l’avis du Comité mixte sur la vaccination et l’immunisation. Nous prévoyons que la plupart des vaccins nécessiteront deux doses, et nous étudions également si des rappels annuels ou semestriels de revaccination pourraient être nécessaires pour maintenir une protection durable.

Les concepteurs des vaccins contre le COVID-19 vont des petites sociétés de biotechnologie aux grandes sociétés pharmaceutiques, chacune ayant des objectifs commerciaux différents et disposant de montants de financement différents pour soutenir l’extension de la fabrication et les essais cliniques. Dans certains cas, le groupe de travail sur les vaccins investit à risque pour soutenir ces activités avant que nous sachions si le vaccin est sûr et efficace et, dans d’autres cas, nous avons négocié un accord d’achat anticipé. Dans les deux cas, le financement public est généralement lié à la réalisation d’étapes cliniques, réglementaires et autres. Si un vaccin n’est pas efficace, nous cesserons de le financer.

Certains des développeurs, comme AstraZeneca, GSK et Sanofi, et Janssen, poursuivent le développement d’un vaccin sur une base non lucrative, au moins pour la période pandémique ; tandis que d’autres considèrent les ressources et le risque qu’ils assument comme une justification pour la recherche d’un profit.

Les premières données d’efficacité de la phase 3 des principaux candidats vaccins sont attendues pour la fin 2020, sous réserve de l’obtention de taux d’infection suffisants au sein des cohortes d’essais cliniques pour démontrer l’efficacité des vaccins. Le principal objectif est de montrer que le vaccin peut protéger contre l’infection par le CoV-2 du SRAS et réduire la charge des symptômes. Deux essais cliniques de phase 3 sur l’efficacité sont actuellement en cours au Royaume-Uni : le vaccin d’Oxford AstraZeneca à vecteur adénoviral (NCT04400838) et la première étude de phase 3 au monde pour le vaccin protéine-adjuvant de Novavax (NCT04368988), tous deux réalisés sur différents sites au Royaume-Uni. De nombreuses études de phase 3 sont en cours de préparation au Royaume-Uni pour 2020 et 2021 avec des développeurs de vaccins américains, européens, australiens et peut-être chinois, ce qui reflète la solide réputation du Royaume-Uni pour la réalisation d’essais cliniques et une pharmacovigilance post-autorisation de grande qualité.

Afin de contribuer à accélérer la mise au point de vaccins efficaces, nous avons lancé le registre des vaccins contre le COVID-19 du Service national de santé7 et avons recruté plus de 295 000 volontaires8, en mettant l’accent sur les populations qui courent un risque élevé d’infection grave et de mortalité due au COVID-19. Nous prévoyons d’accélérer le recrutement dans les points chauds de la maladie grâce à des équipes de recherche mobiles informées par des tests PCR robustes, et nous avons financé des essais cliniques d’une importance cruciale, notamment le protocole Ad26 à deux doses de Janssen (NCT04505722), l’ARN auto-amplifié de l’Imperial College de Londres (ISRCTN17072692) et le vaccin inactivé complet de Valneva. Nous explorons également le potentiel de futures études contrôlées de provocation humaine, en fonction de l’éthique et des approbations réglementaires. Ces études pourraient permettre d’évaluer l’efficacité des vaccins plus rapidement et avec beaucoup moins de participants qu’un essai de phase 3 standard. Le groupe de travail sur les vaccins soutient également le développement de protocoles cliniques de stimulation hétérologue, par l’intermédiaire du National Institute for Health Research, afin d’explorer si différentes combinaisons de vaccins peuvent accroître l’immunité ou la durabilité de la protection.

Afin d’harmoniser les résultats des différents essais cliniques et de contribuer à définir les corrélats immunitaires de protection, nous avons soutenu le développement de tests standardisés et accrédités, notamment des tests ELISA quantitatifs à haut débit sur les protéines de pointe, des tests de neutralisation virale vivante et des tests sur les lymphocytes T, qui seront accessibles à tous les développeurs de vaccins.

Un défi majeur est que la capacité mondiale de fabrication de vaccins est largement insuffisante pour les milliards de doses nécessaires, et la capacité de fabrication du Royaume-Uni a été jusqu’à présent tout aussi rare. Le groupe de travail sur les vaccins a fourni des fonds pour une production flexible et rapide dans plusieurs nouveaux sites de fabrication de vaccins au Royaume-Uni afin de fournir à la population britannique un nouveau vaccin en moins de 9 mois à partir de l’identification de l’agent pathogène. Nous prévoyons également d’apporter au Royaume-Uni de nouvelles technologies et capacités en matière de vaccins pour la préparation aux futures pandémies.

Personne n’a jamais fait de vaccination de masse des adultes dans le monde auparavant et le schéma à deux doses, plus les restrictions de la chaîne du froid pour certains vaccins, ajoute à la complexité de cette opération de déploiement. Le National Health Service England dispose de plans de déploiement souples pour commencer la vaccination des cohortes prioritaires dès que les vaccins sont approuvés par les autorités de réglementation. Actuellement, ces vaccins ne doivent pas être administrés en même temps que le vaccin antigrippal (bien que des essais cliniques explorent la possibilité d’administrer conjointement les vaccins antigrippaux et contre le COVID-19). Des plans de déploiement ont été élaborés pour toute une série d’environnements, allant des sites de vaccination de masse aux sites mobiles (pop-up) de petite et grande taille, en passant par les cabinets de médecins généralistes et les pharmacies, et même les équipes itinérantes qui visitent les personnes dans les maisons de soins et les personnes confinées chez elles ou protégées.

Nous ne pouvons cependant pas protéger le Royaume-Uni sans travailler avec nos partenaires internationaux pour protéger le monde. Le SARS-CoV-2 est une pandémie mondiale qui a fait entre 1 et 1 million de morts.9 Personne n’est en sécurité tant que nous ne le sommes pas tous. Les virus pandémiques ne respectent pas les frontières nationales. Il n’y aura pas un seul vaccin efficace, ou un seul pays, capable d’approvisionner le monde. Nous avons besoin de toute urgence d’une coopération internationale pour mettre en commun les risques et les coûts, lever les obstacles à l’accès et accroître la capacité de fabrication afin de produire des doses suffisantes pour protéger toutes les personnes exposées au risque d’infection par le SARS-CoV-2 au niveau mondial.

Le Royaume-Uni s’est engagé à faire en sorte que toute personne exposée au risque d’infection par le SARS-CoV-2, où que ce soit dans le monde, ait accès à un vaccin sûr et efficace. Le dispositif d’accès mondial aux vaccins contre le COVID-19, auquel le Royaume-Uni s’est engagé à hauteur de 548 millions de livres sterling, permettra de fournir des vaccins à la population britannique et de donner accès aux vaccins aux pays à faible revenu : initialement 2 milliards de doses pour 1 milliard de personnes dans le monde. En collaboration avec Gavi, la Vaccine Alliance, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations, l’OMS et une large alliance de 180 nations, cette mise en commun des ressources maximise les chances de garantir l’accès à un vaccin et de le mettre à la disposition de tous ceux qui en ont besoin. Mais nous devons maintenant faire de cette installation mondiale une installation permanente : prête à réagir rapidement aux futures pandémies et à maîtriser le COVID-19.

Le virus contre le SARS-CoV-2 est susceptible d’évoluer, et d’autres agents pathogènes zoonotiques sont susceptibles de poser des risques futurs. La Chine, l’Europe, les États-Unis et le Royaume-Uni doivent travailler ensemble. Si nous établissons une collaboration internationale dès maintenant, nous serons mieux préparés à contrôler les futures pandémies sans provoquer la plus grande récession mondiale de l’histoire et la plus grande menace pour les vies de mémoire récente.

Traduction de The Lancet par Aube Digitale

De nouvelles recherches indiquent que l’hôpital de l’Armée de libération du peuple à Wuhan est à l’origine de la pandémie mondiale de coronavirus

Un article publié sur Zenodo (DOI 10.5281/zenodo.4119263) par le Dr Steven Quay, M.D., PhD, responsable de deux programmes thérapeutiques du COVID-19 chez Atossa Therapeutics, met en lumière de nouvelles observations et conclusions scientifiques documentant que la pandémie de SARS-CoV-2 a débuté à l’hôpital général du théâtre central du commandement de l’armée de libération du peuple (hôpital de l’APL) à Wuhan, en Chine, situé au 627 Wulon Road, district de Wuchang, Wuhan.

Selon le document, les dépôts internationaux de données sur les biospécimens indiquent que dès le 10 décembre 2019, des dossiers de patients atteints du COVID ont été créés par le personnel de l’APL, des semaines avant que le gouvernement chinois n’informe l’OMS de la pandémie.

Le document documente quatre patients de l’hôpital du PLA qui ont la signature génétique la plus ancienne de transmission directe de coronavirus interhumaine. Il inclut également un patient dont le coronavirus est génétiquement le plus proche d’un virus de chauve-souris de l’Institut de virologie de Wuhan (IVW) que des scientifiques de l’IVW qualifient de “plus proche parent du 2019-nCoV”.

L’hôpital de l’APL se trouve à trois kilomètres de l’Institut de Virologie de Wuhan et tous deux sont situés sur la ligne 2 du métro de Wuhan. Le document documente une analyse des hôpitaux où les premiers patients contaminés par le COVID ont été vus, entre le 1er décembre 2019 et début janvier, et montre que tous ces hôpitaux étaient également situés sur la ligne 2 du métro.

Il s’agit du premier document au monde à observer que la ligne 2 est dans une position unique pour avoir été le conduit mondial de la pandémie de COVID interhumaine, car elle transporte chaque jour cinq pour cent de la population de Wuhan, permettant une propagation rapide à travers Wuhan et toute la province du Hubei ; elle comprend la gare ferroviaire à grande vitesse, permettant une propagation rapide à travers la Chine ; et elle se termine à la gare de l’aéroport international, permettant une propagation rapide à travers le monde.

La ligne 2 dessert également le marché clandestin aux fruits de mer du Hunan, dont on avait précédemment suggéré qu’il était associé à l’origine de la pandémie.

Le document complet peut être lu ci-dessous (lien pdf)

https://fr.scribd.com/document/482084555/COVID-Pandemic-Began-at-PLA-Hospital-in-Wuhan#from_embed

De nouvelles recherches indiquent que l’hôpital de l’Armée de libération du peuple à Wuhan est à l’origine de la pandémie mondiale de coronavirus

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s