REBLOG

Coup d’Etat : Il y a beaucoup à apprendre de la séquence de changement de régime anti-Trump/Ces démocrates qui veulent punir les partisans de Donald Trump

Il y a beaucoup à apprendre de la séquence de changement de régime anti-Trump


Par Andrew Korybko − Le 6 novembre 2020 − Source Oriental Review

andrew-korybko

La séquence d’événements visant à un changement de régime, qui a conduit à la récente tentative manifeste de renverser le président sortant des États-Unis, en usant de méthodes superficiellement « démocratiques » mérite qu’on l’examine ; bien comprendre le déroulement de ce complot nous permettra d’identifier et d’enrayer de manière préventive des tentatives semblables en d’autres points du globe, avant qu’elles n’atteignent un tel stade.

Y a-t-il quelqu’un qui comprenne vraiment ce qui est à l’œuvre ?

J’ai écrit mercredi que « Tout démocrate est un dictateur en herbe », mais nombre de ces tyrans potentiels ne comprennent pas eux-mêmes pleinement la dynamique du procédé de changement de régime qu’ils soutiennent. Et pour ce que cela vaut, nombre de patriotes, ou d’observateurs dotés de principes qui s’y opposent ne la comprennent pas non plus. Chacun se contente de tenir ses positions de principe, soit parce que cela sert ses intérêts politiques, comme le font des supporters, ou pour éviter un conflit avec ses propres principes. Dans tous les cas, chacun mérite de mieux comprendre ce qui est en marche ; le présent article expose une simple séquence d’événements qui permet de comprendre comment ce processus de changement de régime s’est déroulé au cours des quatre dernières années. Ce qui pourra en ressortir permettra, on peut l’espérer, à d’autres d’identifier des scénarios de changement de régime similaires encore en incubation, et permettra aux autorités responsables de mener des actions pour les faire avorter avant qu’elles n’atteignent leur stade de maturité.

Aux origines de ces pratiques

Les graines de ces pratiques furent mises en terre plusieurs mois avant l’élection de 2016, lorsque Hillary Clinton permit qu’une campagne de diffamation fût lancée contre Trump, affirmant qu’il était un « agent russe » sous le manteau. Les instigateurs espéraient que cela pourrait suffire à discréditer le maillot jaune de la course, et à laisser Hillary prendre le pouvoir au mois de novembre 2016. Cette tentative muta ensuite pour devenir le « dossier Steele », invalidé depuis, ainsi que la théorie du complot du Russiagate qui s’ensuivit. L’objectif de ces provocations, qui relevaient pleinement de pratiques de guerre de l’information, était de délégitimer l’accession au pouvoir de Trump, de présenter faussement les Démocrates comme des gardiens de l’intégrité électorale des États-Unis, et ainsi de façonner profondément les perceptions du grand public en amont des élections de 2020. Dans l’intervalle, un récit correspondant est apparu, relevant lui aussi de la guerre de l’information, affirmant que Trump serait un criminel corrompu, et un dictateur en herbe, qui s’accrocherait au pouvoir à tout prix.

Les Démocrates dérivent les soupçons par anticipation

L’intention sous-jacente à cette affirmation était de pré-conditionner le grand public à s’attendre à ce que Trump fasse appel à des méthodes de prise de pouvoir illégales s’il perdait les élections à la régulière. Ce scénario avait été implanté dans les esprits, les Démocrates ayant passé quatre années à se présenter faussement comme des gardiens de l’intégrité électorale des États-Unis, du fait de leurs croisades du Russiagate, puis de l’Ukrainegate, à présent démystifiées. L’objectif de tout ceci était de dériver par avance tout soupçon quant au fait qu’ils préparaient ce que l’on peut présenter comme la plus grande tricherie électorale de toute l’histoire des États-Unis ; même si les moyens qu’ils avaient prévu d’employer pour ce faire ont changé du fait de la pandémie de COVID-19 et ont été réadaptés : il n’était pas question pour eux de rater cette formidable opportunité. Car tel était bien l’objet de très nombreux votes par correspondance, injectés dans un système qui n’était manifestement pas du tout prêt à les gérer.

L’exploitation politique de la pandémie de COVID-19

Comme je l’ai écrit dans mon analyse récente « Les connexions entre la guerre mondiale du Coronavirus & les processus psychologiques sont très préoccupantes », la COVID-19 est bien réelle, et présente un vrai risque pour les membres à risque de la population, mais il ne fait aucun doute qu’elle se trouve également exploitée à des fins politiques, comme le démontre le deux poids, deux mesures pratiqué par les gouverneurs Démocrates en matière de confinement. S’ils croyaient réellement que la COVID-19 était aussi mortelle pour la majorité de la population que cela a été exposé par certains experts, ils n’auraient pas risqué l’élimination de leur électorat en l’encourageant à brûler, piller, se déchaîner et même assassiner de manière gratuite en quelques occasions dans les grandes métropoles qu’ils dirigent, sous les bannières Antifa et « Black Lives Matter » (BLM). Cette phase cinétique de guerre hybride terroriste qui dure depuis des décennies aux États-Unis visait à intimider les Étasuniens moyens.

« Vague rouge » contre « vague bleue »

Mais, chose toute aussi importante, leur application sélective d’un confinement draconien à l’encontre des gens d’opinions politiques divergeant des leurs – comme les soutiens de Trump – a constitué une tentative guère convaincante de maintenir l’illusion que des votes par correspondance massifs étaient nécessaires pour « sauver des vies face à la COVID ». Rares sont ceux qui croient vraiment que tel est vraiment le cas, car le flagrant deux poids, deux mesures des Démocrates démontre que la pandémie a été complètement politisée afin de justifier un afflux massif de votes par correspondance dans un système électoral qui n’est pas du tout prêt à les gérer. C’est ainsi que les Démocrates ont soigneusement préparé le terrain, en prédisant au cours de l’été que le gagnant de l’élection pourrait ne pas être connu le jour-même, et en rejetant d’avance tout signe précurseur d’une « vague rouge » amenant à la ré-élection de Trump : au contraire, les gens ont été amenés à croire, à tort, qu’une « vague bleue » allait inévitablement suivre, pour écraser la première.

Établir les liens

Voilà qui fut une pratique particulièrement sournoise, du point de vue de la gestion de perceptions, car elle servit d’avance à couvrir leurs traces dans l’esprit de l’électeur moyen, qui aurait sans cela immédiatement soupçonné des tricheries électorales au moment du déroulé de ce scénario. En lien avec le récit antérieur, selon lequel Trump serait un criminel corrompu et un dictateur en herbe qui s’accrochera à tout prix au pouvoir, l’impression a été fabriquée dans de nombreux esprits que toute action réprobatrice menée par Trump pour s’opposer contre cette séquence allait forcément indiquer que c’était lui – et non pas les Démocrates – qui essayait de tricher. S’il n’y avait pas eu la COVID-19, et la politisation par les Démocrates de cette pandémie pour justifier quelque 100 millions de votes par correspondance, leurs tentatives programmées de détourner l’élection n’aurait pas été si réussie, ou convaincante. Mais même ainsi, le caractère flagrant de leur deux poids, deux mesures en réponse au confinement a amené de nombreuses personnes à se poser des questions quant à leurs motivations.

La censure pratiquée par les géants technologiques

Il y a tant de gens qui entretiennent des soupçons quant aux événements en cours, que les alliés des Démocrates que sont les géants technologiques ont dû mener au lendemain de l’élection une vaste campagne de censure pour bloquer les comptes et les pages qui encourageaient les Étasuniens préoccupés par ce sujet à exprimer pacifiquement leur droit constitutionnel de se rassembler pour soutenir Trump, dans le respect des lois en vigueur. Pour en citer un exemple, le site OneWorld a été débranché dans les heures qui ont suivi la publication de mon article publié sous le titre « Le moment est venu de faire usage de stratégies de ‘sécurité démocratique’ pour #MettreFinAuVol », qui suggérait que soient menées exactement ce type d’actions ; cela en dit long quant au puissant rôle que les gérants des réseaux sociaux ont pris dans la conduite et dans les suites de l’élection. Ils ont non seulement fait disparaître pratiquement tous les articles signalant le scandale de corruption de Hunter Biden – qui semble bien impliquer Joe Biden lui-même – mais voici qu’ils suppriment également activement en ce moment la liberté qu’ont les Étasuniens de se rassembler.

« La trinité impie »

Cela n’a pas non plus été une coïncidence ; ces actions résultent de l’alliance entre les géants technologiques et les Démocrates, et leurs soutiens au sein des administrations permanentes militaire, de renseignement, et diplomatique –  « l’État profond ». Chacun de ces trois segments a véritablement conspiré avec les deux autres pour manipuler les perceptions que se font les Étasuniens du candidat sortant et du processus électoral. En outre, cette « trinité impie » soutient également la propagation depuis six mois d’un terrorisme urbain déclenché par leurs milices Antifa et BLM, en réponse à leur propre exploitation politique de l’incident George Floyd. Comme dans l’affaire des votes par correspondance, il n’est pas évident de savoir si cette phase de la guerre hybride aurait été activée sans la COVID-19, mais en tous cas, les deux phénomènes ont été politisés à l’extrême pour servir la stratégie de changement de régime susmentionnée.

Les électeurs ont un vaste choix de cabine de vote pour l’élection, à la Kentucky Exposition Center on Phillips Lane de Louisville

Tout s’est déroulé comme prévu

Dans la nuit qui a suivi l’élection, tout s’est produit sans accroc, de leur point de vue. La « vague rouge » pro-Trump a déferlé sur les États les plus disputés, mais a ensuite été repoussée par la « vague bleue » découlant de millions de votes par correspondance, et les médias dominants essayent de faire croire à tout le monde qu’ils étaient presque tous en faveur de Biden. Non seulement l’improbabilité d’une telle idée frise-t-elle le ridicule, mais elle a en plus fait suite à une suspension douteuse du processus de comptage des voix, pour une durée de plusieurs heures, dans les États les plus décisifs qui n’avaient pas encore déclaré de vainqueur. Comme prévu, Trump a condamné cette tricherie flagrante, et a agi ce faisant comme la fausse image du criminel corrompu et dictateur en herbe qui ne s’arrêtera devant rien pour s’accrocher au pouvoir qui avait été implantée dans de nombreux esprits. Même si Trump remporte une victoire légale, et finit par remporter cette élection, sa légitimité est déjà mise en question.

Le scénario « du pire » fomenté par les Démocrates

Dans le « pire scénario » préparé par les Démocrates, ils n’auraient qu’à intensifier leur vague de terreur de guerre hybride cinétique contre les États-Unis, en encourageant leurs milices de rues Antifa et BLM à déclencher une campagne de terrorisme urbain plus sophistiquée, sous prétexte de « résistance antifasciste légitime à un dictateur raciste qui a illégalement volé l’élection ». Il ne faut pas oublier que des campagnes terroristes semblables furent menées contre le président Assad, en Syrie, et contre l’ancien dirigeant libyen, Khadafi, sous des prétextes « pro-démocratie » presque identiques, ce qui témoigne du fait que les Démocrates ont laissé leurs empreintes sur tout ce qui est en train de se produire actuellement aux États-Unis, et qui promet d’être déclenché dans le « pire scénario » établi par les Démocrates si leur tentative de tricherie est enrayée – peut-être par la Cour Suprême elle-même.

Conclusions

La séquence d’événements qui a culminé dans la tentative de coup d’État « démocratique » encore en cours est très complexe, elle implique également de nombreux autres éléments qui ont dû être simplifiés pour produire la présente analyse, mais cet article souligne les tendances les plus importantes en cours, auxquelles chacun devrait porter attention. Le résultat de cette lutte sans précédent pour le pouvoir sur la puissance unipolaire en cours de déclin reste incertain, car il s’agit là de zones totalement inexplorées pour ce pays. Néanmoins, comprendre comment tout s’est déroulé pour en arriver là pourrait aider d’autres peuples à identifier des desseins semblables par avance, et à les éteindre en phase embryonnaire, avant qu’ils ne dégénèrent en un désastre anti-démocratique tel que celui qui frappe à présent les États-Unis. Si l’on prend en compte le fait que les États-Unis restent à la pointe des tendances au niveau mondial, il faut donc s’attendre à ce que cette méthode de changement de régime soit employée un peu partout dans le monde à l’avenir.

Andrew Korybko est un analyste politique américain, établi à Moscou, spécialisé dans les relations entre la stratégie étasunienne en Afrique et en Eurasie, les nouvelles Routes de la soie chinoises, et la Guerre hybride.

Traduit par José Martí, relu par jj pour le Saker Francophone

Ces démocrates qui veulent punir les partisans de Donald Trump

Sur Twitter, des personnalités de gauche ont prôné le fichage des messages ou des noms des partisans de Donald Trump remettant en cause la victoire de Joe Biden.

Des actions de « name and shame » qui suscitent, aux Etats-Unis, critiques et inquiétudes.

Le 6 novembre, quelques heures à peine avant l’annonce par les médias américains de la victoire de Joe Biden à la présidentielle, la démocrate et membre du Congrès, Alexandria Ocasio-Cortez, a rédigé un tweet qui n’a pas manqué de faire réagir dans le pays. La jeune femme, surnommée « AOC » par les médias américains, que beaucoup imaginent déjà future candidate à la Maison Blanche, s’interroge sur la nécessité d’archiver les publications de « ces suppôts de Trump, pour le jour où ils essayeront de nier ou minimiser leur complicité dans l’avenir »« Je prévois de probables suppressions de tweets, écrits ou photos », ajoute-t-elle dans la même publication. Son tweet, dont la virulence témoigne de la déchirure qui divise le pays en deux camps, a été amplement relayé.

L’idée a été rapidement reprise par d’autres responsables politiques et médiatiques, qui appellent même pour certains à interdire les postes de la fonction publique aux soutiens de Donald Trump qui refusent de reconnaître la victoire de Joe Biden. C’est ce que ce que réclame une éditorialiste du très influent Washington Post : « Tout républicain qui promeut aujourd’hui le rejet du résultat d’une élection ou appelle à ne pas suivre le résultat des urnes, ou faisant des allégations non fondées sur des fraudes, ne devrait jamais pouvoir travailler dans l’administration, rejoindre le conseil d’administration d’une entreprise, obtenir un poste de professeur ou être accepté dans une société “saine”. Nous avons une liste. » Une prise de position significative, très éloignée des récents appels à l’unité du discours de victoire de Joe Biden.

« Leurs potentiels employeurs devraient être conscients des conséquences à engager quiconque a assisté Trump dans sa destruction des valeurs américaines. »

Un ancien membre de l’équipe de campagne de Barack Obama, Hari Sevugan, est allé encore plus loin, en faisant la promotion sur Twitter du Trump Accountability Project, dont le but avoué de lister les membres actifs qui soutiennent ou financent Donald Trump ainsi que les membres de son administration. Dans son tweet, il met en garde les employeurs qui accepteraient d’embaucher les membres sur le départ de l’équipe républicaine à la Maison-Blanche : « Leurs potentiels employeurs devraient être conscients des conséquences à engager quiconque a assisté Trump dans sa destruction des valeurs américaines. »

Cette action de « name and shame », de plus en plus courante aux Etats-Unis, est cependant réservée habituellement aux responsables d’actes ou propos racistes, sexistes ou encore homophobes. Elle est donc dénoncée par de nombreuses personnalités, tel le journaliste de CNN, Jack Tapper, pour qui ce message est « l’exact opposé du message d’unité » prôné haut et fort par Joe Biden.

Pour Ro Khanna, ancien membre de l’administration Obama, c’est là une pratique « absurde » qui n’aidera pas « à construire une démocratie plurielle ».

Le Trump accountability project nourrit aussi les débats sur les chaînes d’information de la droite américaine comme Fox News.

Une indignation qui a atteint même le Congrès américain. La sénatrice républicaine Marsha Blackburn a ainsi condamné dans la chambre haute du Parlement américain la création de « listes d’ennemis » dont les auteurs seraient des opposants au président Trump.

Le contexte dans lequel s’inscrit cette polémique est celui du rejet par Donald Trump et ses partisans de la victoire de Joe Biden telle qu’annoncée par la presse. Le président américain dénonce ce qu’il considère comme « une fraude électorale », liée en particulier au système de vote par correspondance et a promis de batailler en justice contre celle-ci. Le 9 novembre, le procureur général des Etats-Unis, Bill Barr, a donné son feu vert pour l’ouverture d’enquêtes sur d’éventuelles irrégularités lors de cette présidentielle. Ce 13 novembre, plusieurs autorités électorales locales et nationales dont l’agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA) ont déclaré, dans un communiqué commun, qu’il n’existait à ce jour « aucune preuve d’un système de vote ayant effacé, perdu ou changé des bulletins, ou ayant été piraté ».

Quoi qu’il en soit, le tweet polémique d’AOC et le Trump accountability project témoignent de la vigueur aux Etats-Unis de « la cancel culture », cette pratique qui vise à évincer du débat public ceux que l’on considère responsable de propos ou d’actions jugés problématiques. Alors que le président Donald Trump revendique encore la victoire, quand l’Amérique semble plus divisée que jamais en deux camps qui s’observent sans plus se comprendre, cette mise à l’index, par certains démocrates, de leurs opposants risque d’embraser toujours plus les passions dans le débat politique américain.

Source : RT France

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s